Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Frostbite Night | pv : Tonton Poss
avatar
What's goin' on

▌Messages : 21
▌Double(s) Compte(s) : Charlie, Saint Michael.

MessageSujet: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Jeu 7 Jan - 21:13
Aujourd’hui, mon chauffage m’a lâché. Je ne sais pas si c’est au moment où j’ai entendu le gros PAF type vieux tacot en démarrant ou si c’est quand j’ai un peu tourné trop vite les boutons pour lancer la braise à fond, mais voilà, ma bonne vieille Toyota avait décidé de souffler du froid.

Bougresse bouffeuse de billets. J’ai pas les moyens de te réparer et tu le sais.

Heureusement, il en fallait plus pour me décourager. On était vendredi soir, c’était mon dernier jour de weekend et ce n’étaient ni un bon moins cinq degrés Celsius ni un chauffage en rade ni le blizzard que j’écartais avec mes essuie-glaces qui allaient m’empêcher d’aller à cette soirée.

Je frissonne à travers mes trois couches de vêtements.
Brrrr. Courage Hermès, plus qu’une heure de voiture et tu trouveras une bonne bière au bout du chemin.

Je souffle un peu sur mes gants en laine en espérant me réchauffer les mains et rajuste mon bonnet sur mes oreilles.
Je tourne à l’angle de la rue précédent l’entrée de l’autoroute. La perspective d’une bonne bouteille aurait pu me faire légèrement appuyer sur l’accélérateur mais entre le risque de déraper sur l’asphalte et les flics, je préférais quand même m’assurer d’arriver en vie jusque ma destination.

Il était à peine sept heures du soir et il n’y avait personne dehors. « Normal avec un temps pareil », vous allez me dire. Ouais, sauf qu’apparemment, il existe des gens assez fous pour marcher sous ce déluge.
Je décide de ralentir et de m’arrêter à la hauteur de la pauvre âme qui luttait contre le vent de face tout en abaissant la fenêtre opposée. Je klaxonne brièvement pour attirer son attention.

— Eh Mec ! Je peux te déposer quelque part ? lui lance-je, penché vers le côté passager. Le chauffage est en rade mais c’est toujours mieux que de rentrer à pieds. Allez, monte !

Je souris, lui fit signe de la main. Je n’avais pas spécialement peur des inconnus – on m’avait souvent dit qu’il allait m’arriver des bricoles à force d’être familier comme ça – et puis cela ne me dérangeait jamais de faire un petit détour. Je pouvais bien arriver en retard.

Je reprends ma route en parlant comme si j’avais un ami de longue date à côté de moi.

— On se croirait en Alaska avec ce temps. Je pensais pas qu’on allait se prendre la neige cette année, mais c’est cool, si on met de côté ma bagnole qui tombe en ruine. M’enfin c’était pas comme si je l’avais payée très chère.

Je ris. Ouaip. Je l’avais achetée trois mille dollars au bas mot, ce qui est toujours une somme assez conséquente pour moi, mais j’aimais bien plaisanter dessus. Ma bonne vieille mamie Toyota.
Je m’arrête au prochain carrefour. En attendant que le feu passe au vert, je me tourne vers mon autostoppeur improvisé en souriant.

— Oh ! moi c’est Hermès. Je te dépose où ? Donne-moi ta destination et je serai ton guide !

J’ai toujours été à l’aise avec les gens, ça se voit non ?


“But you can go on thinking and imagining forever further and stop at no decisions to pick up a bag for the thinkings. Turn your thinking into your work, your thoughts a book, in sieges.”
— Jack Kerouac, On the Road (1957).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1389-hermes-y-a-pas-ecrit-fedex
avatar
Chillin
▌Espèce : Poséidon - Dieu de la Mythologie Grecque
▌Messages : 62
▌Age : 23
▌Double(s) Compte(s) : Eva Kaos

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Ven 8 Jan - 1:18

C'est pas au vieux singe qu'on apprend a construire une limace.

YoloF-F-F non pas FUCK mais FROID, qu'est qui m'avais pris de sortir ce soir? Mais il était pas tard quand t’étais sortis, si tu t’étais pas autant arrêté à relooker cette nana à la bibliothèque tu serais sortis plus tôt? Ferme la conscience, juste ferme la! J'ai pas besoin de tes leçons maintenant, j'ai juste besoin de cramer un truc pour me réchauffer, ironique pour un dieu comme moi hein. Pas de gants, pas d’écharpe, plus de barbe pour te protéger, pourquoi je l'avais coupé deja?! Ah oui pour pas ressembler à ces engeances du démon, ces hipsters. Mais ça ne vas pas régler mes soucis. J'avais froid, j’étais frigorifié, des mes pieds palmés, en passant par mon croutisbaton, enfin certaines appelait ça mon trident, mais j'aime pas dire trident car y'a trois bout et moi j'ai pas trois bout. Ta gueule, juste ta gueule Poss. Ok.
Et puis à la tête, j’étais comme un Mexicain au pole nord, sans le sombrero, j'avais que ma capuche pour me couvrir un peu, sérieusement pourquoi je suis aussi frigide? Merde on dit frileux... Heureusement que personne ne se balade dans ma tête sinon il serait deja mort depuis longtemps...

A ce moment la, je priais pour une seule chose, c'est qu'on vienne me récupérer, mais c’était tout un paradoxe car je sais pas trop qui je priais, les humains appellent ça dieu je crois, mais je confonds toujours entre lui et l'autre bonhomme barbu la, le père noël, je sais plus qui fait quoi. J'avancais simplement dans le froid, pensant a mes malheurs, les malheurs de Poss, puis je me rappelais de tout un tas de conneries, je repensais à ce truc la, cette Japonieserie, Remi sans famille, j’étais comme lui, dans le froid, à avancer, me battant contre les gens, il ne me manquait plus que le singe et les chiens.
Mon malheur fut d'autant plus grand, que je ne croisais personne nul part, plus jamais ça, si je survis à ceci, plus jamais je ne referais cette connerie. Bon techniquement je peux pas mourir, mais je pourrais par exemple geler sur place et on me retrouverait alors dans un futur lointain?! Ou le lendemain vu que je me trouvais a Detroit et que la ville était assez peuplée. Avant toujours plus loin, je regardais un panneau 8 mile road, puis je pensais à Eminem, puis à rien, puis à de la musique de merde de paysan qui n'avait rien à voir avec Eminem tout en geulant FUCKING CRAPPY SHIT OF MUSIC! Faut que j’arrête.

Mais contre toute attente, une voiture, oh, et, et, elle s’arrêta, tout en klaxonnant, un mec plutôt jeune dedans voulant me déposer, ZEUS M'ENVERRAIS-TU DONC UN DE TES FILS POUR M'AIDER?! Non hein? T'en as juste rien a foutre vieux grincheux.
Sa voiture n’était pas neuve ni particulièrement chaude, mais je peux dire qu'a ce moment la je me suis sentis soulagé comme si la titanomanchie venait de finir, bon sang, le destin t'es vraiment cool.
Avant que j'ai le temps de dire quoi que ce soit une drôle de sensation venait de m'envahir, tiens, une aura, celle d'un autre Olympien en ville, et pas un demi dieu ou quoi, non, non un des nôtres un vrai dieu?! Ça doit être mon imagination frigorifié qui me fait ça. Revenant a moi-même j’écoutais le mec me parler de l'Alaska, tiens drôle de région j'y ai jamais été, mais en réalité, il faisait simplement une comparaison, ah ouais. Ce que je retenais c'est qu'il appelait sa voiture "ruine" non pas comme le cheval de Guerre, l'un des quatre cavaliers de l'apocalypse, mais plutôt ruine, comme l’économie de mon pays ou ruine comme les ruines inexistantes du temple de Zeus hehehe, bien placé hein.

J’essayais tant bien que mal de sourire avant de pouvoir retrouver la parole. Il se présenta, Hermes donc, tiens ça me rappel ce galopin que j'ai en neveu, je l'adorais celui-la, c’était de loin mon préférer, j’espère qu'il allait bien. Il proposait même que je lui donne mon adresse pour directement me déposer, eh bien c'est cool. Apres tout je vais me présenter également.

"Pour ma part je m'appelle Poss, en tout cas merci vraiment mec t'es un vrai bro de m'avoir proposé ton aide, j'habite vers le port et toi, ça te fais pas trop loin à partir d'ici? Fin' je veux dire l'endroit le plus proche du port me suffira largement, mais pourquoi tu t'es arrête pour me recup'? Peu l'auraient fait."

En tout cas lui il l'avait fait et ca c'etait deja vraiment cool.

© VAL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
What's goin' on

▌Messages : 21
▌Double(s) Compte(s) : Charlie, Saint Michael.

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Ven 8 Jan - 11:36
— Poss…, répète-je amusé. Drôle de prénom, je ne l’avais jamais entendu En tout cas, content de te rencontrer, Bro !

J’aimais déjà bien ce gars.
J’enclenche la marche-avant (parce qu’on a tous des bagnoles automatiques de feignasses aux États-Unis, c’est connu) et je me prépare à rentrer sur la 8 Mile Road, dans le sens opposé dans lequel j’aurais dû aller. Woodward Avenue avait été presque déserte tout le trajet. C’était étonnant vu le tronçon que c’était d’habitude.

— T’inquiètes pas pour l’éventuel détour, grimace-je en secouant la tête et en agitant la main de haut en bas. Ça me fait plaisir d’aider, et j’allais pas laisser quelqu’un se cryogéniser dans la rue avec un temps pareil. C’est du suicide. Quoique on a autant de chance de finir en glaçons dans ma caisse, mais au moins, on ne se prend pas le vent dans la figure.

Je ris à nouveau. En résumé, je n’avais pas vraiment besoin de raison pour venir en aide aux gens. Pur altruisme. C’était comme ça.

— Le port t’as dit ? Dans quel coin ? Tu habites vers Rivertown, Grosse Pointe, River Rouge … ?

Je connais Detroit et sa banlieue comme ma poche, avec le boulot que je fais, il aurait été étonnant que ce soit le contraire et un excellent sens de l’orientation, c’est bien pratique dans des cas comme celui-là.

— Ça fait quand même loin à pieds. Tu faisais quoi dans le coin ? T’es étudiant à la Wayne ou à Mercy ?

Mamie Toyota avait le moteur qui suffoquait un peu au passage automatique des vitesses mais rien de bien alarmant.
J’appuie progressivement sur l’accélérateur pour m’insérer sur l’autoroute en direction de Grosse Pointe Woods. Si Poss habitait vers Rivertown, il me suffirait de sortir sur Chrysler Service Drive direction le Centre-Ville et de m’insérer sur Chrysler Freeway. Facile pour un as des croisements.


“But you can go on thinking and imagining forever further and stop at no decisions to pick up a bag for the thinkings. Turn your thinking into your work, your thoughts a book, in sieges.”
— Jack Kerouac, On the Road (1957).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1389-hermes-y-a-pas-ecrit-fedex
avatar
Chillin
▌Espèce : Poséidon - Dieu de la Mythologie Grecque
▌Messages : 62
▌Age : 23
▌Double(s) Compte(s) : Eva Kaos

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Lun 11 Jan - 15:12

C'est pas au vieux singe qu'on apprend a construire une limace.

YoloRevenant à moi-même, je me réchauffais comme je le pouvais dans sa caisse, mais y'a pas à dire ici on est bien que dehors. Comme beaucoup il rigola de mon prénom, et plus le temps passait plus je me rendais compte que j'avais été particulièrement con de le prendre, décomposer mon vrai nom, quelle idée géniale, sérieusement, la prochaine fois autant me présenter aussi sous ma véritable apparence. Mais d'un coté ce camouflage était bon, la preuve.

"Ouais haha, tu sais mon nom complet c'est Poss Eidon, comme le dieu grec, d'ailleurs toi aussi t'as un prénom de dieu, ça pour une coïncidence hahaha."

La ferme, n'en rajoute pas plus, l'humour fonctionne peut-etre un temps mais pas besoin de te dévoiler pour de vrai. Bref. Il me racontait un peu sa vie, bon j'ai pas a me plaindre, il fait pas partie de ces gens chiants donc ça va, et puis j'aimais bien ce genre de rencontre, simple, ouverte, et amicale. La seule chose que j'ignorais c'est de quel coté se trouvait le bâtiment dans lequel j'habitais, moi j'appelais ça le port. Ou du moins j'avais pas de voiture donc je savais comment y venir à pied mais c'est tout...

"Je saurais pas vraiment te dire le coin, moi et le sens de l'orientation ça fait dix dont voila, mais je peux te guider et si tu veux t'offrir même un truc à bouffer en compensation!"

Le temps n'avait pas filé, qu'il reprit la parole, bon au moins je m'ennuyais pas, me demandant cette fois-ci si j’étais étudiant et ce que je faisais aussi tard? Il avait deja la réponse dans sa question mais ça il ne pouvait vraiment le savoir.

"A la Wayne, j’étudie tout ce qui touche de près ou de loin le cinéma, sinon je réalise deja quelques projets par-ci, par-là. Disons que ce soir je me suis un peu trop perdu dans mes pensées et je n'avais pas vu le temps filer."

Je reconnaissais les endroits par ou nous passions et lui montrer par fois quel chemin prendre, en faisait des signes de main, peut-être que comme ça il reconnaîtra mieux mon quartier que moi. Un jour faudra vraiment que je fasse quelque chose pour ce soucis de localisation, mais c'est plus facile sous l'eau pour moi...

"Et toi mec, tu fais quoi? Je vois que tu connais deja pas mal la ville, étudiant aussi ou?


© VAL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
What's goin' on

▌Messages : 21
▌Double(s) Compte(s) : Charlie, Saint Michael.

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Mar 12 Jan - 8:05
Je n’avais pas pu m’empêcher d’exploser de rire à m’en soutenir le front dans ma main gauche. « Poss Eidon, comme le dieu grec. » Ok. Celle-là, on ne me l’avait jamais faite. Je réussis à me calmer après avoir ri à en pleurer.

God damnit, je suis désolé, finissais-je par dire en essuyant la larmichette qui avait coulé sur ma joue, reniflant. J’en ai eues des blagues sur les dieux grecs avec mon prénom, mais « Poss Eidon », c’est une combinaison que je n’avais jamais entendue. Ça m’a surpris.

Je n’avais pas rigolé dans le but de me moquer. Ça m’avait tellement stupéfié que j’avais hurlé de rire spontanément – et on dit que quand je ris, on n’entend que moi. Ouais. Comme ça. Ça avait au moins eu le mérite de me réchauffer les abdominaux.

— Ouais mes parents sont Grecs, ils ont hésité entre Hermès, Achille et Herakles parce que c’est plus facile comme prénoms pour s’intégrer aux États-Unis, mais j’ai pas vraiment la carrure d’un Achille ni d’un Hercule, donc finalement, ils ont bien choisi.

Je continue ma route le long de la 8 Mile Road et finit par revenir dans la ville en suivant les directives de Poss quand il reconnaissait un endroit. Vu la direction dans laquelle nous allons, je suppose qu’il habite quelque part vers le Centre-Ville.

— Désolé Gars j’aurai pas le temps ce soir, je suis attendu à Ann Arbor. Mais rien n’empêche de remettre ça à plus tard si tu veux !

Je souris en lui jetant un regard furtif. Il faut quand même que je me concentre sur la route, il manquerait plus qu’on fasse une sortie de voie.

— Ah ! à la Wayne y’a un cursus cinéma ? Je savais pas.

Je lève les yeux au plafond dans l’espoir de retrouver quelque chose perdu dans les tréfonds de ma mémoire. Je ne m’étais jamais vraiment intéressé aux études supérieures. Je n’avais et n'ai toujours pas les moyens financiers pour aller à l’Université de toute façon.

— Non. Je suis né ici et je fais des petits boulots de coursier. Si un jour tu commandes une pizza au Domino’s de Woodward Avenue, demande Hermès pour la livraison !

Je ris à nouveau. Ouais, ça sonne quand même vachement moins bien que de dire « J’ai ma propre boîte ».

— J’aurais pu faire des études mais pas les moyens. J’avais pas d’argent et mes parents, avec des salaires d’électricien et de nourrice, non plus. Je me suis vite mis au boulot après le lycée, pas envie de m’endetter sur vingt ans surtout que la littérature et le grec ancien, ça paye pas.

Les envolées lyriques et la philosophie c’est bien, mais à part faire prof, éditeur ou bibliothécaire, je ne vois toujours pas vraiment ce que j’aurais pu faire d’un diplôme pareil.

Mais pour en revenir à notre histoire :

— D’ailleurs, si tu vas à la Wayne à pieds, tu ne dois pas être très loin de Rivertown. Tu me dis si tu reconnais un coin.


“But you can go on thinking and imagining forever further and stop at no decisions to pick up a bag for the thinkings. Turn your thinking into your work, your thoughts a book, in sieges.”
— Jack Kerouac, On the Road (1957).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1389-hermes-y-a-pas-ecrit-fedex
avatar
Chillin
▌Espèce : Poséidon - Dieu de la Mythologie Grecque
▌Messages : 62
▌Age : 23
▌Double(s) Compte(s) : Eva Kaos

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Mer 13 Jan - 12:59

C'est pas au vieux singe qu'on apprend a construire une limace.

YoloJe préférais qu'il rigole plutôt qu'il se doute de quelque chose, de toute façon c’était difficile de deviner qui j’étais vraiment, encore moins de penser que je suis le seul et l'unique Poseidon. J'affichais un sourire à mon tour. Plus jamais je ne refais ce genre de blague. Ce qui m’étonnait c’était que ses parents étaient Grecs, ça pour une coïncidence, tiens donc, en même temps vu son prénom c'est quelque part logique, ou pas vu que tout le monde prend maintenant les prénoms qui leur plaisent.
Enfin bref, la discussion poursuivait son cours sur des sujets divers et variés.

"Yep, y'a bien une branche cinéma, c'est remplis de connards hipsters et de nana qui pensent réaliser le prochain nanar hot. M'enfin bon."

Je l’écoutais à nouveau parler, il me racontait un peu sa vie, coursier, normal qu'il connaisse aussi bien la ville, j'avais de la chance d’être tombé sur lui, ça aurait été une autre personne je n'aurais pas vraiment su lui expliquer le chemin, mais il avait l'air de mieux connaitre que moi. Son boulot ne lui permettais pas de faire des études, comme une grande majorité des étudiants de maintenant...
J'avais de la chance de pouvoir de faire de l'argent par des moyens plus ou moins surnaturels, ou encore simplement de remonter les anciens trésors comme je le faisais à l’époque et les échanger, le gouvernement prend une sacrée part, mais avec tout ce qu'ils laissaient j'avais de quoi vivre des décennies entières. Mais nul besoin de luxe ici bas. Revenant a notre discussion je commençais à me souvenir du chemin maintenant qu'on se rapprochait de certains sites de la ville que je connaissais bien.

"Je reconnais deja bien le coin ici, t'avais raison ca doit etre Rivertown. Il n'y a que par ici qu'il y a des bâtiments encore habitables dans cette zone, tu peux tourner par ici, je continuerais a pied ensuite."


© VAL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
What's goin' on

▌Messages : 21
▌Double(s) Compte(s) : Charlie, Saint Michael.

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   Lun 1 Fév - 19:36
Je continue de rouler en direction du centre-ville tout en entretenant la conversation d’un air amusé et décontracté :

— Dis pas ça, t’as peut-être le prochain Michael Bay dans ta promo. Tout dépend si t’en as qui sont plutôt branchés explosions dans tous les sens sur un fond sonore à la John Cena.

Qui n’a pas ce thème culte toujours précédé de l’énorme hurlement « JOHN CENAAAAA » dans la tête après ça, je me le demande.

— Ça a l’air super cool comme études en tout cas. Lorsque je viendrai pour une pizza, je compte sur toi pour m’apprendre deux-trois trucs. Je suis une bille pour les concours de faux-raccords mais je suis plutôt doué pour l’auto-lancer de popcorn dans la bouche !

Je suis même plutôt le meilleur dans ma catégorie parmi mes amis. Popcorn, olives, cacahuètes, j’attrape tout. C’est un talent inutile mais toujours valorisant en soirée quand on a deux grammes dans le sang et qu’on veut impressionner le monde quand on n’a pas la carrure d’un athlète.

Je ris à nouveau en tournant comme Poss me l’indique et enclenche le clignotant pour me rabattre sur le côté.

— Ça va aller ? T’es sûr ?, je demande, étonné. Je m’en fous de faire 100 m de plus tu sais.

Je comprenais bien qu’il n’avait pas spécialement envie de me donner son adresse exacte, après tout, je suis un étranger et on ne sait jamais.

— Bah !, je soupire. Je comprends que tu te méfies. Tiens, je vais te filer mon numéro. Si t’as envie qu’on se fasse un truc un jour, tu m’appelles, d’acc’ ?

Je sors un bout de papier de la boite à gants et commence à griffonner une série de chiffres que j’additionne de mon prénom et de la mention « le sauveur du blizzard dans sa Toyota en rade ». Au moins, il allait se souvenir de moi comme ça.

Je ne lui laisse pas le temps de refuser que je lui mets le papier dans la poche de son blouson.

Méfiance ? Connais pas. Et puis, il avait l’air sympa.

— Allez, file te réchauffer chez toi. J’ai une bière qui m’attend à 1h d’ici si mes potes n’ont pas fait les raclures.

Je l’entendais d’ici cette pauvre bouteille. « Bois-moiiiiiii » qu’elle disait. Heureusement, j’avais aucune chance de finir aussi riquiqui qu’Alice en la boulottant celle-là.


“But you can go on thinking and imagining forever further and stop at no decisions to pick up a bag for the thinkings. Turn your thinking into your work, your thoughts a book, in sieges.”
— Jack Kerouac, On the Road (1957).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1389-hermes-y-a-pas-ecrit-fedex
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Frostbite Night | pv : Tonton Poss   
Revenir en haut Aller en bas
 
Frostbite Night | pv : Tonton Poss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» Memoires de Jacques Mesidor: Un tonton macoute ne peut pas etre un mapou
» Les Tonton Macoutes veulent revenir
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: ZONE SAUVAGE :: 8 Mile Road-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg