Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]
Invité

MessageSujet: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Lun 15 Fév - 22:11




HELIANTIAN

2600 - Entre enfer et paradis - Patron de bar - Nephilim (Ange x Démon) - Chillin'

Pouvoirs :

Pouvoirs Infernaux :

Light of Darkness : Héliantian à hérité de sa mère la faculté de contrôler les ombres. Il peut les traverser, s'y dissimuler, les étendre au point de faire disparaître toute lumière, s'en faire un bouclier ou une arme. Il peut prendre le contrôle de toute ombre, y compris celle d'un humain et la retourner contre son porteur.

Malus : Les ombres doivent exister pour qu'il puisse les manipuler, de plus, lorsqu'il décide de manipuler l'ombre d'un être vivant, il doit se montrer très prudent et rester concentré pour ne pas en perdre le contrôle et lui permettre de ce retourner contre lui. De fait il ne peut en manipuler que deux à la fois. Si son contrôle sur les ombres reste plus facile pour lui que son contrôle sur la Lumière, son côté démoniaque ne se préoccupant que peu de son côté angélique, l'utilisation de ce pouvoir reste assez contraignante, éprouvante et douloureuse car si le rejet de son hybridation est moindre, il existe. De plus, ayant plus de facilité à utilisé les pouvoirs hérités de sa mère, si Héliantian n'est pas prudent en les utilisant ou en abuse trop, il risque être emporté par son côté démoniaque et devenir aussi fou qu'incontrôlable et se consumera, entrant dans un trop grand conflit avec lui même et son côté angélique.

Jeux d'enfants :  Heliantian se prend rarement au sérieux, ainsi il a développé un pouvoir qui lui permet de rendre les jeux d'enfant réels, il  établit les règles et n'importe qui se trouvant exposé à sa pression spirituelle est forcé de combattre avec celles-ci.

Exemple de jeux d'enfants:
 

Malus : Si Heliantian ne respecte pas ses propres règles, il en subit les conséquences et il ne peut changer de règles avant la fin du combat, la fin de la partie étant symbolisée par la mort de l'un des deux protagoniste.

Pouvoirs  Célestes :

Everything has a price : Heliantian est capable de soigner tout et n'importe quoi, maladie, plaies, fractures. Il peut rendre un membre perdu, à condition qu'on lui ramène le dit membre pour le bon corps. Au fil des siècles il a développer la faculté de pouvoir soigner rapidement les corps, mais aussi, les âmes. En touchant un être vivant, il peut percevoir son âme et ses blessures et les soulager, même si ce soulagement reste temporaire. Il peut donc absorber les maux des autres, qu'ils soit corporels ou psychique, mais aussi, leur force vitale.

Malus : Si l'age à renforcé les capacités régénératrices d'Heliantian, lui permettant de guérir lui même et donc ses patients beaucoup plus vite, voir même instantanément pour certaines blessures l'utilisation de son pouvoir à un prix.
A chaque fois qu'il l'utilise, son cœur subit directement un vieillissement soudain de la moitié du temps regagné par son patient. Par exemple : s'il sauve une personne de 30 ans d'une blessure mortel, son cœur vieillira de 15 ans (son âge de base étant de celui d'un homme de 35ans, âge auquel il a cessé de grandir ) alors il deviendra celui d'un homme de 50ans. Il est à noté que son moral est également affecté lorsqu'il soulage directement l'âme de quelqu'un et peu donc mettre en péril sa longévité puisqu'il peut décidé d'y mettre un terme quand il le désir, emporté par ses sentiments.
De plus, ses possibilités d'absorber la vitalité d'un autre sont limitées, à savoir qu'il ne peut retirer plus d'année de vie que l'âge de son cœur. Son cœur étant celui d'un homme de 35 ans, si il est dans son état normal, il ne pourra pas l'utiliser, sous peine de rajeunir son cœur au point que son corps le rejette, néanmoins si son cœur a subit un vieillissement à cause de son pouvoir de soin, il pourra ainsi se régénérer au détriment de sa cible (allant jusqu'à la tuer ou non en fonction du nombre d'années de vie qu'il a à récupérer).

Shining shadow : Heliantian possède un certain pouvoir sur la lumière, même si ce dernier reste assez restreint du fait de sa nature d'hybride. C'est un pouvoir qu'il utilise rarement si ce n'est pour se déplacer sur les "flux" de lumière, autrement dit sur les longueurs d'onde, ce qui lui permet pour ainsi dire de se "téléporter" même si il s'agit là d'un déplacement rapide et non d'une déstructuration de la matière.

Malus : Son d'action est cependant assez limité et n'excédera jamais les quelques kilomètres. Cette lumière est très agressive pour lui et bien qu'il soit capable de rayonner au point de supprimer toutes les ombres d'une zone ou encore de la concentrer pour la faire exploser ou en faire un bouclier, son utilisation le fait terriblement souffrir car c'est une lumière hérité de Dieu, par conséquent elle rentre en conflit avec son côté démoniaque qu'elle rejette et tente de détruire, plus il utilisera la lumière, plus son corps lui-même en subira les conséquence au point de se brûler comme un démon recevant de l'eau bénite.

Pouvoirs  Neutre:

Longévité :Heliantian est insensible aux effets du temps qui passe.

Malus : Il est possible que le temps, les épreuves, les sacrifices, les pertes est raison de l'envie de vivre d'Heliantian le poussant inexorablement vers une mort lente et douce si il se laisse emporter par la mélancolie, les regrets ou les remords.

Invulnérabilité : Que se soit aux microbes, aux virus, aux blessures, aux coups, au fractures ect, Heliantian est capable de tout encaisser. Il ne tombera jamais malade, une plaie quelconque, même profonde ne l'atteindra pas et il lui faudra peut de temps pour en guérir. Peut de chose sont capable de réellement l’immobiliser, si ce n'est sa propre maladie peut-être due à sa nature... contre nature.

Malus : Guérison par absorption, donc limité à ce que son propre corps peut encaisser et endurer.

Faiblesses :

Broken Heart : Heliantian souffre depuis toujours d'un problème cardiaque, ce dernier se manifeste dans ses pouvoirs, en effet à chaque fois qu'il utilise l'un d'eux, il fait vieillir son cœur d'une année, ce qui est un exercice très douloureux car son corps et chacun de ses organes se comportent comme ceux d'un homme de 35 ans.

Tout ce qui est d'Or : Heliantian est sensible à tout ce qui est métaux ou pierres précieuses. Les blessures qui lui sont infligées par un objet qui en serait composé sont beaucoup plus longues à guérir et l'affaiblissent beaucoup... jusqu'à pouvoir lui ôter la vie.

Blasphème : Heliantian en étant un à lui tout seul, tout ce qui est religieux lui provoque des allergies. Il ne peut pénétrer dans aucun lieu saint, psaumes et prières ont tendance à lui provoquer des migraines et l'eau bénite le brûle au même titre que métaux et pierres précieuses.

On the other side : Heliantian est un Nephilim, par conséquent son essence même est en conflit permanent avec elle-même. Utiliser successivement des pouvoirs issus des enfers ou du paradis est une torture pour lui, il en vient à cracher des gerbes de sang et c'est comme si chacun de ses organes internes se mettaient à bouillir et à éclater. Il en est certes capable, mais si il le fait il se verra incapable d'utiliser un autre de ses pouvoirs, il préfère donc attendre 24h entre l'utilisation de ses deux types de pouvoirs.

True love of death : Heliantian du fait de sa nature de Néphilim a été maudit par Dieu qui lui a refuser le droit d'aimer ou de ressentir l'amour. Par conséquent si il y a sentiment et amour entre Heliantian et une autre personne, l'âme d'Heliantian se nourrit inconsciemment de l'amour de la personne au point de l'entraîner dans la mort. Au fil des siècles cette malédiction s'est accentuée, au point d'être fatal presque en quelques minutes pour la personne dont Heliantian s'est éprit.


Miroir de l'âme


▌Description du caractère :
Sourire est certainement ce qui a le plus d'importance dans la vie aux yeux du Nephilim. Il n'y a, à vrai dire, rien de plus réconfortant ou de plus puissant que le rire. C'est pour cela qu'il aime les hommes, ces créatures qui avant tout, savent rire et s'amuser. Heliantian a toujours vu le rire comme une arme capable de trancher les Ténèbres et de brûler la Lumière. Une arme qui permet tout simplement d'être et de rester un sans être détruit par le monde. Ainsi porte-t-il toujours aux lèvres un large sourire, amusé de tout et de rien, même de ses blagues les plus potaches ou des situations ridicules dans lesquelles il peut se retrouver, car oui il sait tout aussi bien rire des autres que de lui-même avec toujours un esprit bon enfant.
C'est ce qui le caractérise en second lieu, il n'a jamais grandit, du moins aime-t-il à le croire, bien qu'il puisse parfois montrer d'autres facettes de sa personnalités, des facettes qui annoncent la plupart du temps la mort de son adversaire.

Excentrique, potache, bizarre, intriguant, loufoque, tout ces adjectifs le décrivent parfaitement. Il fait preuve d'une grande désinvolture à propos de la majorité des choses en ce monde et passe la plus part de son temps à prendre des cocktails dans son bar, créé pour un seul mot d'ordre : la Paix.

Ses deux autres distractions sont de dormir, mais pas n'importe où, il refusera de dormir à la belle étoile si il existe un hôtel dans les 150 km aux alentours et enfin il se passionne pour les femmes, les trouvant toutes belles ou à son goût, il ne fait aucune différence et aime charmer, parfois usant d'un humour maladroit mais jamais lourdingue et encore moins trop entreprenant, il respecte bien trop la gente féminine pour cela, il trouve que les femmes sont un cadeau de Dieu, bien plus important encore que le soleil ou l'alignement des planètes.

Il parle rarement de manière sérieuse, lui-même ne se prenant pas au sérieux, son langage est fleurit, parfois un peu trop, comme le kimono qu'il porte en permanence, d'aucun diront qu'il s'agit d'un kimono de femme, lui répondra qu'il en avance sur la mode. Faisant fit des titres ou de genre d'attributs, il a prit pour habitude de nommer tout le monde par leurs prénoms et de les tutoyer, une habitude qui s'est renforcée depuis qu'il a ouvert son bar à Détroit il y a quelques siècles.

Bien que la puissance ne lui fasse pas défaut par ses origines, il n'est pas quelqu'un qui ira chercher directement le conflit, trouvant ce dernier comme étant un échec du verbe qu'il porte en haute estime, il essaiera donc par tout les moyens d'éviter ou de fuir le combat qu'il trouve également terriblement fatiguant et si il peut dormir plutôt que de se battre, il n'hésitera pas une seconde. Amoureux de la vie sous toutes ses formes et ayant un sens de l'honneur particulièrement développé malgré les apparences, il ne laissera jamais un enfant combattre, ne combattra jamais un enfant et refusera même de se battre en présence d'un enfant, peu importe son origine ou sa race, il en va de même avec les femmes, bien qu'il lui soit arrivé de combattre certaines d'entre elles, il préfère trouver une solution pacifique qui peut se terminer sous les draps. C'est donc en toute humilité qu'il combat ses adversaires quand la nécessité fait Loi, il ne se vantera jamais d'être un puissant combattant, même si il aime impressionner ses adversaires, espérant secrètement que cette impression suffise à les faire renoncer à combattre.

Il n'a qu'une parole, ses amis peuvent compter sur lui en toute situation, c'est d'ailleurs pour cela qu'il a juré aux parents de Hanae de veiller sur elle, se refusant de ce fait à les chercher ou à les aider même indirectement, sa mission principale est Hanae et après un long moment d'attente, il finira par accepter de jouer pleinement son rôle de tuteur.
Il y a une autre personne qui compte énormément à ses yeux et qu'il considère comme un frère, le père de la jeune Hanae : Arakiel, un ange qui a trouvé l'amour auprès d'une mortelle. Cependant cette amitié n'aurait jamais été possible sans la mère d'Hanae : Maysane, une amitié qu'il avait noué quelques années avant qu'elle ne lui sauve la vie, en effet, Heliantian a faillit être tué par celui qui deviendrait son meilleur ami et le mari de la futur mère d'Hanae. Il lui a toujours été reconnaissant pour ce geste et n'aura de cesse de s'amender de cette dette en les protégeant tout les deux et leur enfant.

Une dernière personne à compté pour lui, il s'agissait d'un Djinn, mais il refuse encore à ce jour d'en parler.

Il a parfois été trahit mais n'a jamais perdu espoir et continue de faire confiance assez facilement, même si derrière cette confiance, il testera longuement quelqu'un avant de le considérer comme un ami puisqu'il dit lui même qu'il peut avoir confiance en certains de ses ennemis, pour être à la hauteur de leur réputation.

▌Aimez vous votre condition de monstre ?
Il n'y a ni amour ni haine de ce qu'il est, il se considère comme vivant tout simplement dans ce monde et faisant partie intégrante de ce dernier. Son grand âge pourrait rendre sa présence comme légitime au sein de l'univers mais il préfère simplement dire qu'il est là et y restera tant qu'il y aura de la bière, des femmes et ses amis. Il aime ce qu'il est comme il aime ceux qui franchissent la porte de son bar. Il est un monstre, le sait, mais ne s'en formalise pas, à son sens il n'est pas différent car tout ceux qui vivent sur Terre sont différent, il est ce qu'il est, un point c'est tout.

▌Que pensez-vous des humains ?
Il y a du bon et du mauvais, il se contente de garder le bon, que se soit ceux qui ont droit d'entrer dans son bar ou même n'importe qui qu'il croisera dans la rue. Il n'a aucune gêne et suffisamment confiance en lui et très peu d'amour propre pour s’immiscer dans n'importe quelle conversation ou pour raconter sa vie à n'importe qui, en éludant bien évidemment ses origines et son âge mais au final il s'en sort admirablement bien dans cet exercice. A l'inverse il sait parfaitement écouter et au fil des siècles il a su écouter et apprendre à connaître les humains bien mieux que les monstres qui veulent leur destruction, à la rigueur il dira que la race humaine actuelle a besoin d'un bond coup de pied dans l'arrière train. Néanmoins il n'a jamais pardonné aux hommes d'être aussi belliqueux.

▌Êtes-vous bien intégré à la société ? Si oui, avez-vous un métier ? Et si vous êtes étudiant, qu'étudiez-vous ? Si vous ne faites rien de cela, que faites-vous ?
Il y est parfaitement intégré, il connaît les mœurs de bon nombres de sociétés humaines passées et présentes. Bien qu'il n’exerce pas son métier auprès de tout les humains, son bar étant parfaitement illégal pour la plupart des instances, qu'elles soient divine, diabolique ou humaine, il ne s'est donc pas intégré par son métier à la race des hommes, mais il continue à faire ses courses, aller dans d'autres bars plus ou moins recommandables, aller voir des matchs de hockey ou de foot américain, il adore dévorer des hot-dog ou toutes ces choses parfaitement indigestes mais il adore également contempler ce que certains mortels nomment "l'oeuvre de Dieu". Heliantian aime ce monde et ne se lasse pas de le découvrir à travers les époques, les lieux et les récits des gens qu'il peut rencontrer. Par conséquent son intégration est parfaitement admise et il est vu par les humains "ignorants" comme l'un des leurs.

Souhaitez-vous dévoiler votre véritable nature au reste du monde ?
Il ne s'est jamais vraiment posé la question, il a parfois exposé dans les temps anciens son pouvoir au grand jour, lorsque les humains étaient "encore ouverts d'esprit" selon lui. Dans les temps où les Dieux et les mythes étaient monnaie courante chez les humains. Il n'a cependant jamais mit sa nature en avant, il se contente de vivre comme bon lui semble, bien que depuis les événements de Détroit, il a considérablement réduit l'utilisation de son pouvoir presque au néant absolu, il sait que se dévoiler risque de mettre en danger ceux qui ont Foi en lui ou qui comptent sur lui et cela il s'y refuse par dessus tout.

Quelles sont vos activités favorites ? Avez vous une passion ?
Bière/Femmes/Dormir/Rire/Manger, peu importe l'ordre à vrai dire, du moment qu'il peut avoir un peu de tout ça, il est un homme comblé. Du moins, un monstre comblé. Il n'est pas de ces êtres qui se compliquent l'existence avec des questions philosophiques, bien qu'il ait une grande culture, il se l'est principalement forgé au cours de ses voyages et de sa vie. Par conséquents ses passions sont plus celles d'un humain que d'un monstre mais il s'en contente largement.

Décrivez l'endroit où vous passez le plus de temps (une pièce chez vous, au travail, un endroit à l'extérieur, etc).
Derrière son comptoir, c'est là qu'il sert ses cocktails et toute boisson ayant de la valeur et un certain degré d'alcool. L'ensemble de son bar est assez sombre, il se situe en sous sol mais pas vraiment excentré, il a toujours trouvé plus logique de se situer au cœur du danger, là où l'on ne le chercherait pas plutôt que dans une ferme de la campagne reculée. Même si la pièce où il passe le plus de temps est cette petite pièce au fond de son bar où il reçoit indifféremment monstres de tout poils ou humains conscient de la situation, c'est une pièce modeste avec une petite table ronde et deux chaises le tout en bois, la plupart des êtres ne s'énervent pas avec lui et reste courtois mais il a parfois du changer le mobilier, un peu kitsch mais qui fait son petit effet. Rentrer dans son bar est assez simple, encore faut-il avoir conscience qu'il existe car, pour se "camoufler", il a fait appel à bons nombres de monstres ayant de grandes connaissances en magie et sorcellerie, les contes ne manquent pas de ce genre de personnes. De plus toute personne non initiée est automatiquement refoulée par le gardien qui le laisse ou non entrer en fonction de la réponse à ses énigmes ou devinettes... Oui Heliantian s'est alloué les services d'un sphinx à forme humaine, une combinaison terriblement pratique selon lui de muscles et d'intellect. Bref bien qu'il possède un "chez lui", il nommera toujours comme étant "sa maison", son bar avant de parler de son petit appartement.

Quel est le bien auquel vous tenez le plus ? Pourquoi lui accordez-vous tant de valeur ? Il s'agit d'une simple chevalière, elle est le sceau qui retient les pouvoirs d'Hanae, pouvoirs qui furent enfermés par Heliantian et le père d'Hanae, un ange qui a été de nombreuses années, le meilleur ami du Nephilim avant de disparaître en lui laissant la charge de son enfant. Il possède également deux autres objets dont il ne se sépare jamais : le premier est son kimono rose à grosses fleurs qui lui a été laissé par la mère d'Hanae lors de sa disparition. La seconde est une paire d'épingles à cheveux qu'il porte également en permanence dans le lien qui lui permet d'attacher sa crinière. Ces épingles appartenaient à Maysane, elle en donna une à Arakiel lorsqu'ils tombèrent amoureux, cependant au fil des disparu de ses deux amis ce fut Heliantian qui en hérita, comme un symbole d'espoir de les revoir un jour.

Qu'est-ce qui vous met le plus en colère ?
Il est très rare de voir Heliantian en colère, il relativise la plupart des mésaventures qui peuvent lui arriver et à vrai dire tant que quelque chose le touche personnellement ou que l'on s'en prend à lui-même, il s'en moque royalement. Mais par contre il est facile de le provoquer ou de le mettre en colère lorsque l'on s'en prend à ses proches, aux gens qu'il aime ou à son bar. Sa neutralité dans le conflit qui oppose les humains et les monstres est légendaire, il n'a jamais prit partit pour l'un des deux camps, préférant accueillir dans son bar ceux qui veulent fuir le conflit et simplement vivre en paix, même si parfois ce même bar est décrié comme étant un lieu de luxure permettant aux espèces de procréer entre elle, Heliantian répondra qu'il ne touche aucun bénéfice sur ces unions. Par conséquent remettre en cause cette neutralité en s'en prenant aux gens à qui il tient serait une très bonne façon de le mettre en colère.

Quelle est votre plus grande peur ?
Elle se rapproche de ce qui le met en colère car cette colère est mue par la peur de perdre tout ce qu'il a construit et ceux à qui il tient. Néanmoins sa plus grande peur est de voir les pouvoirs d'Hanae se réveiller et de ne pas parvenir à l'aider dans leur maîtrise, elle est tout ce qui reste de la vie que Heliantian vivait il y a des siècles de cela, une promesse faite dans le sang et les larmes.

Que faites-vous pour pallier au stress ?
Rire ou fumer, ça dépend des jours, la boisson, c'est pour les jours sans stress et ils sont nombreux. Héliantian n'est pas quelqu'un de véritablement anxieux ou stressé, excepté quand on lui parle d'Hanae, mais la plupart des gens sont inconscient de la relation qu'il y a entre ces deux là, Hanae elle-même ne le sait pas encore. Par conséquent le voir allumer une cigarette est signe d'une grande anxiété dont il essaye de se débarrasser à travers un poison. A vrai dire il est également anxieux quand il croise un lieu de culte, non pas qu'il en ai peur mais c'est une véritable torture pour lui de ne pas pouvoir y rentrer et c'est un des rares moments où il se sent véritablement rejeté.

Quelle est la routine d'un jour normal pour vous ? Comment vous sentez-vous si cette routine est rompue ?
Allez au bar, servir au bar, rire au bar, s'écrouler sur le bar. Heliantian n'en sort que très peu désormais, surtout depuis qu'il y a eut cette "révélation" sur les monstres. Il va parfois faire le marché et il lui arrive même de partir en voyage mais très rarement, surtout depuis que le sceau a commencé à se rompre comme prévu pour libérer les pouvoirs d'Hanae.
Ce qui peut briser sa journée est de recevoir un appel sur son téléphone portable, une ligne dont très peu de gens ont le numéro et qui n'est à utiliser qu'en cas d'urgence.

Vous aimez-vous ? (question d'amour propre)
Il ne se juge pas inférieur aux autres, ni même supérieur, il se contente d'être à la place qu'il désire sans trop faire de vague pour continuer à garder la neutralité qu'il a si durement acquise au fil des siècles. Par conséquent physiquement il ne se jugera pas hideux tout comme il ne se pense pas stupide bien qu'il fasse souvent croire le contraire pour sa propre survie.

Listez trois choses  dans lesquelles vous vous considérez bon, et trois choses dans lesquelles vous ne l’êtes pas.
Les trois + :
=> Savoir repérer tout les bons des mauvais alcools.
=> Manier deux sabres en même temps.
=> Les blagues

Les trois - :
=> Différencier les gentilles femmes des garces
=> Se tenir en société
=> Se faire discret

Quelque chose à rajouter ? Bouya !


▌Physionomie : A première vu, Heliantian ressemble à un être humain normal, il n'a ni plumes, ni écaille, ni poils, du moins si, il en a un peu plus que la moyenne pour les poils mais rien d'alarmant. C'est en vous penchant sur son regard que vous découvrirez ce qu'il est et plus encore si vous êtes un ange, mais nous y reviendront dans le paragraphe "autre apparence". Non Heliantian est juste grand et assez baraqué, poilu et chevelu avec un style assez excentrique, oh nous parlions de ces yeux... très bien : Ses yeux sont vairon, l'un est vert comme une émeraude et l'autre est rouge comme les flammes d'une forge, c'est pour cela d'ailleurs qu'il porte en permanence, ou presque, un cache œil sur celui qui est rouge, autant il est capable d'expliquer le vert émeraude, autant l'autre reste inexpliqué si ce n'est par sa nature particulière. Il a également des cicatrices parsemées sur son corps, des restes d'anciennes batailles mais rien qui ne soit suffisamment marquant pour en parler.

Autre apparence : Ce n'est pas à proprement parler une autre apparence, mais lorsque il le désire ou parce que sa puissance est à son maximum, des ailles apparaissent dans le dos d'Heliantian, l'une d'elle faite de plume et l'autre ressemblant plutôt à une membrane de chauve souris. Malheureusement lorsqu'elles apparaissent le seul moyen qu'il ait de les faire disparaître est de les couper, c'est un processus extrêmement douloureux qui l'empêche de sortir pendant plusieurs jours voir semaines.


Histoire


▌Quand et où êtes-vous né (précisez quelle époque si elle n’est pas ‘actuelle’) ?
Fichtre, bigre, diantre... bordel, je n'ai aucun souvenir de ma naissance, en même temps remarquez, il paraît que ce n'est pas possible. Mais depuis ce temps, tellement d'années ont passées, tellement de choses se sont déroulés, il m'est bien impossible de situer tout cela précisément, je me rappel juste que Périclès gouvernait alors Athènes et que le monde, comme depuis toujours à vrai dire, était dicté par quelques guerres de pouvoir et de succession. Je me rappel de ce que m'avait dit ma mère un jour, elle m'avait dit que les cerisiers étaient en fleur le jour de ma naissance, je suppose donc qu'il s'agissait du printemps, enfin à vrai dire cette date m'importe peu depuis que j'ai compris que je ne vieillirais plus, les années défilent sans véritablement de raison, ce sont les décennies et les siècles qui marquent l'Histoire de l'humanité, pourtant chacune de ces décennies ou chacun de ces siècles a été formé par des centaines de jours où des êtres ont prit des discussions qui ont forgés cette Histoire. Moi ? Je me suis contenté de la regardé, de les regarder, car dans l'ombre s'est déroulé l'Histoire des monstres, dans aucune de ces deux je n'ai cherché à faire pencher la balance à faire en sorte que tel ou tel événement ne se penche en ma faveur, non, je suis resté à attendre sous les arbres, laissant filer les saisons, découvrant ce monde qui se façonnait devant mes yeux. Durant mes 6 premiers siècles d'existence j'ai refusé de voir ce pourquoi j'étais fais, j'ai refusé de croire que ma neutralité pouvait finalement malgré tout influencer, c'était de la lâcheté et lorsque je fus à nouveau dans le collimateur des anges... je compris où était mon erreur... . Une erreur qui peut s'expliquer facilement au final... je n'en ai pas encore parlé jusqu'à présent, nous y viendrons plus tard.

▌Quelle est la situation sociale de la famille dans laquelle vous avez grandi ? A-t-elle changé pour vous ?
Une situation sociale... la seule société que la Terre comptais en ce temps était faite de boue et de paille. Je suis né d'une union interdite, plus interdite encore que celle d'un ange et d'une humaine. Je suis bien loin des Néphilims tels que vous les connaissez et même si c'est le nom que vous me donnez. Ma mère, belle comme un matin d'hiver avait été charmé par mon père, brillant comme une chaude journée d'été, elle portait en elle, le sceau de l'infamie, celui dont on avait marqué les traîtres, la races de ceux qui ont chuté bien que jamais ses ailes ne furent de plumes, non elle était connue comme étant une démone, puissante, redoutable, redoutée. Alors que mon père lui, avait été béni par son créateur, ses ailes majestueuses, blanche et brillantes comme l'ivoire, il était un ange, de ceux que l'on envoyait pour punir, de ceux qui avaient la confiance de Dieu. Mais l'obéissance fut brisée, lorsque l'amour entra dans l'équation. Nul ne sait si il s'agissait là d'un des tours du Destin ou d'Eros en personne, mais mes parents jamais ne furent ennemis, jamais ils ne levèrent la main l'un contre l'autre. Et alors que les cieux et les enfers grondaient, il s'unissaient, d'un Amour éternel, indéfectible, mais cette union n'était pas sensé être viable, ils pleurèrent de nombreux enfants morts nés ou qui n'arrivèrent pas à terme avant de connaître la douceur de mon sourire et avant que je puisse contempler la beautés de leurs visages et la force, la détermination qui les animait au delà de ce qui était concevable. Mes parents s'aimaient, c'est tout ce dont je me rappel, tout le reste peut-être oublié, tout le mal qui leur a été fait quand ils ont été retrouvés, la mort qui les a emporté, pire encore que la main de Thanatos sur leurs vies, mais je ne peux l'écrire si vite, il me faudra du temps, non en attendant, parlons d'eux, des heureux moments que nous passèrent ensemble.

Comment vous entend(i)ez-vous avez vos parents ? Avez-vous des frères et sœurs ?
Ma mère m'enfanta sur la terre du Japon avant même qu'elle ne porte ce nom, c'est là bas que j'ai grandis. Là bas que mes parents, cachés des deux superpuissances de l'Univers, avaient trouvé un refuge. Encore aujourd'hui je ne me souviens pas qu'à cette époque je fus en désaccord avec l'un d'eux ne serait ce qu'une seule fois, ils m'élevaient, non dans la tradition de Dieu ou de Lucifer, mais simplement comme enfant de la Terre, amoureux de ce sol qui m'avait vu naître, elle ne me fit jamais sentir que j'étais différent d'elle, de mon père ou des hommes qui parcouraient ce monde. Nous vivions en harmonie, une harmonie simple, proche de la nature. J'ai parfois posé la question à mes parents, à savoir pourquoi je n'avais pas de frère ou de sœurs, ils me dirent alors qu'ils ignoraient si en ce monde quelqu'un comme moi existait, bien qu'aujourd'hui je ne doute plus de la réponse, comment pourrais-je être le seul de mon espèce? Un amour comme celui de mes parents, il y en a eu d'autre, mais en ce qui les concerne, je fus leur seul héritier, je ne sais pas si c'est parce qu'ils avaient suffisamment lutté pour m'avoir ou si parce que me protéger des foudres célestes et abyssales était suffisamment préoccupant pour ne pas avoir à surveiller deux enfants.
Peu importe c'est avec leur bienveillance que je réussis à grandir sans éveiller les soupçons, grandir dans un monde qui lui-même tentait de chercher à se construire, je suivais ces pas de cet archipel naissant dont les pas hésitants formaient les traces de l'homme que je serai aujourd'hui... 2600 ans plus tard.

Si vous êtes allé à l’école, comment votre scolarité s'est-elle déroulée et quel genre d’élève étiez-vous ? Comment vous entendiez-vous avec vos camarades ? Sinon, quel genre d’éducation avez-vous reçu ?
L'éducation... ce n'est pas un terme qui existait à l'époque, à vrai dire, l'enseignement lui-même semblait ne pas vouloir dire grand chose. Ce sont mes parents qui m'inculquèrent les bases, cacher mes pouvoirs, ce que j'étais. Lorsqu'il nous fallut sortir pour la première fois alors que j'avais une petite dizaine d'années, je me souviens surtout de la douleur que cela a été. Mes parents m'avaient jusqu'alors démontrés tout leur amour et leur bienveillance et c'est parce qu'ils avaient ces deux qualités qu'ils furent les seuls et premiers à pouvoir agir contre moi. Ils ne me cachèrent rien, je ne fus pris en traître à aucun moment, ils m'expliquèrent que pour parcourir ce monde je devais me débarrasser de ce qui faisait de moi un être différent, que ce que j'étais, ce que vous nommez "monstre", ne devait pas se savoir, pour ne pas éveiller les soupçons. Ainsi mon père me tint aussi fort qu'il le pouvait en me regardant dans les yeux et ma mère se munit de ses propres armes et d'un coup net trancha mes ailes. Car oui je suis né ainsi, pourvu d'ailes semblables à celles de vos pires cauchemars, à la fois angélique et diabolique, elles étaient à elles seule le symbole de la transgression de mes parents, mais je n'en n'avait alors nullement conscience et pendant près de deux siècles, alors que la culture Yayoi se répandait dans tout le Japon, je fus instruis sur les origines de ce monde et des monstres qui le parcouraient encore plus ou moins librement, comme moi.

Plus jeune (enfant, adolescent), quelles étaient vos activités favorites ? Si vous avez une passion, quand l’avez-vous découverte et comment ?
Les activités favorites d'un monstre sont-elles différentes de celle du genre que vous nommez humain? J'étais un de ces monstres, il fallait me cacher, il fallait que je puisse agir comme un humain mais cela impliquait tellement de choses, la première d'entre elle, fut la disparition de mes ailes... ma douleur fut sans nom et mes cris si perçant qu'ils finirent probablement d'éloigner le Japon du continent... bref, je parcourais le pays, toujours non loin du regard de mes parents et ce, comme je l'ai dis, jusqu'à ce que la culture Yayoi se manifeste et commence à imprégner l'archipel. Je me confrontais à l'homme alors que j'étais déjà adulte, du moins en terme d'apparence, mais 200 ans n'était qu'une larme sur mon espérance de vie. J'avais grandis normalement jusqu'à mes 35 ans, avec un profond respect pour mes géniteurs que je nommais "Père" et "Mère" ne cessant jamais de les vouvoyer. J'avais vu des humains nous apporter ce qu'ils qualifiaient d'offrande dans notre repère, attention ce terme n'est en aucun cas péjoratif, mais nous vivions en marge des tribus nomades quand j'étais enfant. J'avais alors regardé cet homme me donner une partie de sa récolte, il était l'un des rares à avoir trouvé où nous logions et à avoir aperçu les vrais formes de mes parents et la mienne. A ses yeux j'étais une sorte de Dieu, peut-être nous a-t-il dessiné dans une de ses grottes, je l'ignore, mais une chose est certaine, je me souviendrai toute mon existence de ce moment, de la peur dans les yeux de cet homme, la peur de quelque chose qu'il ne comprenait pas. Mes parents l'avait alors remercié mais lui avait dit de ne pas revenir, c'est ce jour là, quand j'avais peut-être 15 ou 20 ans que j'appris la définition du terme "Dieu" et surtout que je n'avais absolument pas le droit de me prendre pour tel car bon nombre étaient plus puissant que moi. C'est aussi ce jour là que je goûtais pour la première fois ce qui se rapprochait d'un puissant alcool local... vraiment brut de décoffrage.
Mes activités d'enfant se limitèrent à l'errance et à la découverte, j'apprenais également en compagnie des hommes, à les comprendre et à rire avec eux, je me souviens la première fois où j'ai entendu un humain rire, c'était une femme, l'air qui entrait dans ses poumons, sa poitrine qui se soulevait par l'élan de ce son si cristallin, j'ai alors décidé que je voulais entendre ces rires toute ma vie, j'avais besoin de les entendre, ma principale occupation devint alors d'entendre les hommes rire, de comprendre pourquoi ils riaient et ce qui provoquait chez eux, ce sont qui semblait être capable de repousser les Ténèbres. C'est ce son qui me fit aimer une femme, pour la première fois.

Quels ont été vos premiers amours ? Y a-t-il eu des litiges avec vos tuteurs ou avec d'autres personnes à ce propos ? Et en ce moment, où en êtes-vous ?

Elle était japonaise, bien évidemment, d'une des tribus qui composaient alors le royaume des Wa sous le règne de la belle mais aussi terrible Himiko, cette femme avait une puissance en elle, je me demande à en parler aujourd'hui, si elle n'est pas à classer parmi les monstres également. Quoiqu'il en soit je croisais celle qui allait devenait mon premier amour dans un champs, l'une des principales occupation à cette époque alors que l'homme maîtrisait les cultures, faire pousser quelque chose sur cette Terre était devenu... plus facile. Cette femme... je me souviens encore de son visage, je me souviens de chacun de ses traits, j'ai encore un portrait d'elle dans l'appartement que j'occupe au dessus de mon bar, elle restera mon premier amour, celui avec qui tout à commencé, là où j'ai compris que les femmes était un désir dont je ne me lasserai jamais.
Elle était belle, je l'ai déjà dis mais je ne m'en lasse pas, brune avec son visage délicat, aux mains sales pleines de boue et aux vêtements minimaliste que j’arborais aussi à l'époque pour me fondre dans la masse, alors que mes parents également avaient dissimulés leurs ailes et armures pour pouvoir vivre une vie simple. Ma mère vit d'un oeil étrange ma relation avec cette paysanne, aujourd'hui je sais qu'elle avait peur, peur que mon sang, mes pouvoirs, quelque chose ne la tue, elle n'avait pas peur pour moi, pas de ce côté là en tout cas.
Mais déjà à l'époque mes pouvoirs, même simples, étaient maîtrisés par l'enseignement de mon père et de ma mère je ne craignais pas de déborder, je les connaissais, je n'en n'avais pas peur même si il m'était interdit d'en user.
A l'époque... charmer n'était pas vraiment quelque chose d'utile pour se retrouver avec une femme dans son lit, il suffisait d'avoir de l'argent ou du pouvoir, enfin remarquez ça n'a pas vraiment changé oh et je vous vois venir, mais je vous rassure tout de suite, l'inverse est parfaitement vrai.

Où logez/vivez-vous en ce moment ? Pourquoi avoir choisi cet endroit ?
Oulà... nous faisons un sacré bon dans le temps mais pour faire court : Dans mon bar. J'ai acquis ce petit établissement y'a quelques temps maintenant, avant que les problèmes de Détroits ne commencent réellement à se faire sentir, j'ai toujours voulu devenir barman, ça regroupait l'ensemble de mes centres d'intérêts en un seul endroit et en plus je pouvais boire gratos, le rêve non? Bon j'ai réduis la consommation, j'ai faillis me mener à la faillit, maintenant je paye mes propres consommations... c'est la crise pour tout le monde les enfants. A vrai dire je n'habite pas vraiment dans le bar, plutôt juste au dessus dans un des appartement de l'immeuble, un endroit assez sombre dont les mur sont parsemés de symbole de protection, afin que nul ange ou démon ne puisse entrer, sans compter les bonbonnes d'eau bénites et les amulettes nécessaires, bref je dors relativement bien, l'appartement possède un accès direct au bar, j'avais voulu faire installer une barre pour faire "style" rampe de pompiers, mais les sceaux ont jamais vraiment accroché dessus... une grande déception, non vraiment, mais bon on a pas toujours ce que l'on veut.
A part ça l'appartement est tout ce qu'il y a de plus normal, je l'ai acquis en même temps que le bar, c'était la première fois pour moi, enfin deux premières fois :
Celle d'acheter pour vivre plus de 6 mois dans un même endroit et celle de vivre en ville, jusque là j'avais toujours plus ou moins éviter la foule, les agoras n'étaient pas vraiment mes lieux de prédilections, faut dire qu'à force les Sophistes en ont eut sacrément marre de moi, mais quand on débite autant de connerie à la minute faut pas s'étonner de subir quelques moqueries.
Sinon... ha oui l'appartement, un beau petit 70m², une bouchée de pain... faut dire que ça aide quand y'a eu un règlement de compte... une vilaine affaire de drogue, enfin toujours est-il que j'ai racheté le biblo pour rien. La plupart des décorations sont en bois massif, les meubles aussi... tout comme le parquet, je ne suis pas du genre à aimer les décorations modernes, il faut dire que je suis "vieillot" et pas que dans mon style... 2 millénaires ça laisse des trace, du moins c'est ce que tentait de m'expliquer mes parents, mes uniques modèles en ce monde.

Aviez-vous, ou avez-vous encore une personne que vous considérez comme un modèle à suivre ?
You fool, poser une telle question après tout ce que j'ai pu raconter, je n'ai pour modèle que mes parents, ils sont ceux qui m'ont élevé, ils m'ont apprit ce qu'était la véritable neutralité, j'ai appris à leurs côtés que la Justice Universelle peut parfois être défaillante et que la Justice personnelle est un bien précieux, je pense être un être juste, c'est du moins ce que je m'efforce d'être malgré mes airs nonchalant. Ils ont toujours été pour moi l'incarnation même de l'amour et de la perfection, rien à ce jour n'a réussit à les égaler, ils regroupent tout ce en quoi je crois à présent. Ils m'ont apprit, au delà des valeurs, à manier les armes, auprès d'eux, mais également auprès d'un maître de cet art, des cieux mon père avait extirpé son arme, ma mère en avait fait de même et ainsi depuis je les possède à mon tour, deux katanas qui semblent en tout point identique, des armes précises mais que je me dois de respecter car jamais la mort ne doit être donné sans raison ou pour un simple amusement, c'est là tout l'enseignement de mes parents. Ils n'étaient pas dupe, ils savaient qu'un jour ou l'autre il faudrait que je me batte, c'est pour cela qu'au delà de la philosophie, ils m'enseignèrent l'art du combat, un combat dans lequel les notions de force et de respects ne doivent pas être bafoué, j'ai toujours refusé de me battre contre une femme ou un enfant, ou même encore si un enfant était présent sur le champs de bataille, j'ai vu bien trop d'enfants soldats, ils ont toujours existé, ils existent toujours, je ne suis pas dupe, je ne suis pas un de ces hommes qui pensent sans agir, un homme qui veut se donner une conscience, même si ma neutralité me pousse à l'inaction, je ne regarde pas un homme ou un monstre mourir parce qu'il mène un combat qu'il n'est pas le miens, voilà l'une des autres valeur qui m'a été enseigné par mes parents.
Tout ce que je suis c'est à eux que je le dois, ni plus, ni moins.

Avez-vous un but que vous souhaitez atteindre à tout prix ? Si oui, où en êtes-vous  ?
J'ai promis à Arakiel et Maysane de protéger leur fille par dessus toute autre chose, je tiens cette promesse et même si le sceau qui maintiens les pouvoirs d'Hanae a déjà été reconstruit une fois, je cherche sans cesse une solution pour qu'il soit permanent ou mieux que les pouvoirs d'Hannae disparaissent complètement.

Durant tout ce temps, je veillerai sur elle à distance car c'est ce que je leur ai promis avant qu'ils ne disparaissent pour fuir l'inquisition angélique, je me souviens de ce jour là, alors que des membres de la légion venaient s'en prendre à Arakiel comme par le passé, il y a bien des siècles de cela, il s'en était prit à moi, ce moment où mes lames plongèrent dans le sang des frères de mon père, les mêmes à qui il avait été vendu alors que ma mère avait été rendue aux démons. Ce jour là j'ai fais une promesse à celui que je considérais comme mon frère de sang et alors qu'il échappait à ses assaillants je scellais en moi mes propres paroles, Hanae serait en sécurité, pour le reste de son existence, sous mon regard, toujours à portée de main, dans cette chevalière qui ornais mon annulaire gauche. Mon but est simple, je ne suis pas un homme qui va promettre la paix dans la monde ou l'éradication d'une espèce plutôt qu'une autre, je tiens simplement la promesse faite à un couple d'ami... surtout que Maysane m'a offert ce magnifique Kimono rose que je porte en permanence, le sien, peu de temps avant de disparaître, une femme avec terriblement de goût.

Qu'est-ce que vous considérez comme votre plus grand accomplissement ?
A vrai dire, je n'en ai aucune idée, je présume que je peux dire que c'est le fait que Hanae soit toujours en vie mais... ça reviendrai à parler de ce dont je viens de parler. Alors je dirai simplement que je pourrais faire ce bilan une fois que ma vie sera arrivée à son terme.

Quelle est la chose la plus embarrassante qui vous soit arrivée ?
Oulà... si il n'y en avait eut qu'une, mes parents m'ont toujours apprit à être discret mais hormis le fait de savoir me cacher, le reste de mes geste est rarement assuré et si je devais choisir entre la cuite qui m'a fait me réveiller dans le lit d'une Naga, ce moment gênant où j'ai éternué et perdu mon arme en plein combat ou peut-être encore cette fois où je suis rentré dans les bains alors que Maysane et Arakiel étaient entrain de... Oh mon dieu ce jour là... Bon pas que l'acte en soit me dérange, mais quand vous surprenez vos deux meilleures amis... Jje me demande d'ailleurs si c'est pas dans ce bain que Hanae a été conçu, faudrait que je recalcule ça à l'occasion. Ha et il y a aussi cette fois où j'ai perdu ma chaussure alors que je me faisais courser par des anges... Bon elles étaient superbes et en boutique, ils n'avaient plus ma pointure, j'ai juste prix deux tailles au dessus, qui aurait pu croire que ça ne supporterait même pas une course poursuite ? Non franchement j'ai été vachement déçu ce jour là. Après il y a eut moults situations, toutes plus ou moins embarrassantes, au cours de ces deux millénaires de  vie. Vous saviez que Socrate avait une voix si aiguë quand on lui marchait sur le pieds ? Une vrai gonzesse... Ou encore qu'il vaut mieux éviter de faire des blagues sur sa barbe à Guan Yu ? Bon je vous le déconseille... fortement... . Par contre la cuite que j'ai prise ce jour là avec Washington... d'ailleurs il devait faire un discours le lendemain je crois... hum je sais plus.

Quel est votre plus grand regret ?
J'ai eu bien des regrets, la plupart concernant le fait que j'ai parfois manqué de puissance, quand mes parents furent emmenés, quand mes amis furent traqués, mais mon plus grand regret reste ce Djiin... je ne peux pas vraiment vous parler de l'histoire, j'en suis incapable.

▌Il nous est tous arrivé des événements marquants. De grandes peurs, d’immenses surprises ou des joies qui font ce que nous sommes à présent. Quant à vous, quel genre d’événement vous a vraiment marqué ?
Commençons par le commencement, mes parents m'ont été enlevé, j'étais déjà adulte, conscient de mes pouvoirs et de mon immortalité puisque cela faisait déjà deux siècles que j'étais en vie. J'avais appris beaucoup et j'avais commencé à vivre de mon côté, me faire mes propres expériences, découvrir l'humanité, son évolution. J'avais traversé presque la moitié du monde connu grâce à différent moyens de locomotion, mais principalement à pieds. J'étais arrivé en Grèce, j'avais appris la philosophie, les arts et les sports, découverts les cultes que l'homme vouait aux Dieux, j'avais marché aux côtés d'hommes et de femmes extraordinaires. J'avais vu l'Atlantide avant qu'elle ne sombre, j'avais combattu à Spartes, j'avais découvert des délices comme seule la Grèce à l'époque savait en offrir, mais c'est à cette époque également que j'eus un terrible pressentiment.  Je me suis précipité vers l'endroit où se logeaient mes parents, pour les voir mener une lutte sans merci face à des anges venu les punir pour leur amour. Ce jour là j'étais prêt, prêt à prendre les armes, à me souvenir de tout ce que j'avais vécu jusqu'à présent, mais mon regard croisa celui de ma mère, m'interdisant par ses seuls yeux posés sur moi, de m'approcher d'avantage. C'est alors que je les vis, les anges venu de ce que les hommes nomment Paradis, ces anges, comme mon père, obéissant à une force nommée Dieu, je les ai vu s'acharner sur mes parents parce qu'ils avaient eut le malheur d'être différents. Ce jour là je me suis juré que personne à mes yeux ne serait différents, anges, démons, monstres, humains, tous pareils. C'est avec cette idée qu'est né bien des siècles et des siècles plus tard, mon bar. J'ai vu les guerriers des Cieux emmener mon père et ma mère, ce qu'il est advenu d'eux, je l'ignore et seul, jamais je ne pourrais m'attaquer au Paradis tout entier.

Bien des années plus tard, je rencontrais Maysane. Elle a toujours été une humaine particulière, elle était de ces femmes qu'au final, il est bon d'avoir comme amie. Elle venait d'un de ces pays dont le rayonnement culturel était sans pareil à l'époque et elle était belle, mais je n'ai jamais été son type et à vrai dire, je n'ai jamais cherché à l'avoir dans mon lit. J'aimais discuter avec elle, j'aimais comprendre les humains avec elle et même lorsque je lui appris ce que j'étais, elle refusa de me rejeter parce que j'étais différent, bien au contraire, elle m'accepta et m'offrit un autre verre.
Elle refusait de s'attacher, de se marier, elle voulait faire vivre la femme comme l'égal de l'homme, une pensée jugée hérétique à cette époque, alors je décidais de la cacher ,de l'emmener avec moi dans ces pays que j'avais un jour visité, où j'avais parfois prit part à des conflits sans le vouloir mais toujours pour protéger des innocents. J'avais combattu aux côté de Liu Bei pendant des années, j'avais vu le génie militaire de Zhuge Liang, j'avais été au chevet de certains grands hommes à leur mort alors que tout le monde leur tournait le dos. Mais elle,  je la cachais pour qu'elle vive, parce qu'elle ne pouvait pas mourir pour de simples idées, je m'y refusais.
Ironiquement, alors que je voulais la protéger,  c'est grâce à elle que je suis toujours en vie. Alors que nous étions de retour au Japon, suivant nos envies de découverte, un éclair avait traversé le ciel, une nuit d'orage où les pluie diluviennes s’apprêtaient à engloutir par une coulée de boue un village en contre bas d'une montagne. Cette nuit là l'éclair fut différent, car il vint des cieux, du plus haut des cieux. Un ange avait été envoyé, il m'avait trouvé, moi fils d'un couple illégitime, il me nomma "Néphilim" et ce nom gronda dans la nuit alors que le village était évacué. Son sabre manqua de me trancher en deux dès le premier échange, il était puissant... très puissant. Mais je refusais que des innocents payent le prix de ce que j'étais, alors je sortis mes armes à mon tour et je pris mon élan pour aller à sa rencontre dans les cieux, déployant mes ailes immondes mon fer croisa le sien, un duel entre nos volontés, mais il avait derrière lui un être que je n'avais pas : Dieu. Alors il me mit à bat, m'écrasant contre le sol boueux de ce village après de longues heures de combat, il me brisa, moi, ma volonté, ma puissance que je croyais supérieur, il nous résuma au rang de flaque de sang se mélangeant à la Terre, une Terre qui m'avait vu naître et me verrait périr. Alors que dans un ultime éclair son arme se dressait contre moi, j'entendis comme un psaume qui le fit défaillir et le projeta au loin, alors que mes yeux étaient couvert de boue et d'eau, je vis Maysan. Elle se tenait là, avec un bout de papier imbibé de son propre sang et qui avait tenu en respect celui qui se nommait Arakiel et qui allait devenir mon meilleur ami... ainsi que son époux.

Leur amour naissant ne me laissa pas insensible et alors que les années passèrent et que Maysane prit l'âge qui devait être le sien, je me refusais de la voir mourir ainsi et qu'ensemble ils ne profitent pas de l'éternité qui leur était dû. C'est à Arakiel que je parlais en premier lieu, non pas que l'avis de Maysane m'importe peu, mais son époux était bien plus raisonnable qu'elle, pourquoi mourir lorsque l'on peut vivre une éternité d'amour ? Pourquoi subir la douleur et la peine de la séparation alors que nous avions les pouvoirs nécessaire pour empêcher cela. L’œuvre du temps n'avait jamais été à mes yeux quelque chose d'implacable, bien au contraire, le temps n'était qu'une création et comme toutes les autres elle pouvait être manipulée... Mais pas n'importe comment. Il me fallut plusieurs jours pour convaincre Arakiel de m'aider dans mon entreprise, je ne le pensais pas si froid à l'idée de sauver sa femme, mais il voulait tout savoir, tout comprendre alors que l'idée n'était qu'une idée, il en savait plus que moi sur le sujet. Il nous fallut plusieurs semaines pour trouver un procéder viable, quelque chose qui permettrait à Maysane de survivre sans pour autant détruire une vie existante. Nous savions pertinemment qu'elle nous enverrait sur les roses et même moi je ne voulais pas sacrifier une vie humaine, même pour elle. Il nous fallut plus de temps encore pour la convaincre que pour élaborer le processus, les négociations se comptèrent en mois et les concessions furent nombreuses, mais finalement elle fut convaincue, d'essayer au moins une fois... elle ne voulait pas quitter Arakiel, elle ne voulait pas mourir sans avoir tout vécu à ses côtés alors tant qu'il l'aimerait, elle continuerait de renaître. Transporter une âme n'est pas une chose aisée, même pour un Néphilim et un Ange... si Maysane resta plusieurs jours dans le coma, je ne retrouvais ma pleine conscience qu'au bout d'une longue semaine.

Je n'ai pas parlé précisément de comment Arakiel a changé de côté, qu'il est tombé amoureux de Maysane... je pense que tout ceci doit rester de l'ordre privé, il n'y a aucune raison que le monde entier sache pourquoi ces deux là se sont aimé, ni même comment, simplement se souvenir de l'amour qui était entre eux, cette force puissante qui a fait abandonner ses armes à Arakiel, un ange qui devint très rapidement, l'homme sur qui je pouvais le plus compter au monde, l'homme avec qui j'allais connaître les plus grandes aventures de mon existence.

C'est au 18ème siècle que tout faillit basculer. A cette époque j'avais avec moi une lampe, volée à un puissant marchand qui comptait se servir du pouvoir du Djinn qu'elle renfermait pour asservir les opprimés. J'ai dis que je ne voulais pas en parler, mais simplement quelques mots : je n'ai fais qu'un seul souhait à ce Djinn, un souhait que je ne regrette pas encore aujourd'hui mais qui a, selon moi, provoqué l'écroulement psychique de cet être. Il était l'un des nôtres avec Arakiel et Maysane, nous l'avions intégré sans soucis dans notre trio et alors que l'Ange et l'humaine filaient le parfait amour, je continuais de voir vivre et mourir les femmes auprès de qui je vivais, certaines étaient là pour un soir, d'autres passaient plusieurs années à mes côtés, voir même des décennies, mais la fin était toujours la même : la mort. Je n'ai jamais utilisé le transfert d'âme sur elle, je craignais trop que Maysane en ait besoin au même moment que je ne sois pas à même de protéger la femme de mon meilleur ami.

Mais ce jour là, c'est Arakiel qui eut besoin de moi, Maysane absente, nous fûmes prit en chasse par un groupe d'ange nous ayant retrouvé, j'ignore encore si c'était après moi ou après lui qu'ils en avaient mais le résultat fut là : Arakiel fut mortellement touché. Et alors que mes pouvoirs étaient insuffisants, son dernier souffle rendu, j'implorais ce Djinn de m'aider, de transgresser ses règles au nom de l'amitié que je lui portais et il accepta, bien que comme dans toute magie il y a une contrepartie, j'étais prêt à l'accepter et Arakiel nous fut rendu, à l'un comme à l'autre et à Maysane bien qu'elle n'apprit cette histoire que bien plus tard.
Ces événements... ces sentiments, le Djinn ne les supporta pas, me considérant comme un bien ou presque, il se mit à vouloir tuer tout ceux qui m'entourait, les considérant comme une menace. Alors qu'il devenait incontrôlable je l'enfermais dans sa lampe, mon âme se déchira par ce geste... je l'abandonnais, cachant sa prison dans une autre, là où j'espérais naïvement que personne ne viendrait le trouver.

Puis vint le jour de la naissance d'Hanae, il y a une vingtaine d'années maintenant, cette petite fille allait changer notre vie à tout les trois, à tout jamais. Elle était le fruit de l'amour d'un Ange et d'une humaine, elle était une véritable Néphilim, une hybride au même titre que moi et d'un seul coup, lorsque son souffle se fit entendre pour la première fois, je me sentis moins seul. La petite grandit, principalement avec ses parents, je préférais m'effacer de leur vie principalement parce que j'avais mes propres affaires à mener. Des choses qui ne devaient pas toucher la petite famille nouvellement unit. Je m'éloignais de Maysane et d'Arakiel, la jeune femme qui comprit certainement la première que je ne reviendrai pas tout de suite parmi eux me donna son kimono, elle l'avait acheté dans un village au milieu des montagnes japonaise auprès d'une vieille femme, un schéma classique et bien que je ne le portais pas à l'époque en permanence comme aujourd'hui, je fus touché par ce présent. Arakiel quant à lui m'avait trouvé l'un de ces chapeaux de paille que les paysans utilisent dans les champs, enfin au 19ème siècle et avant mais peu importe, ces deux cadeaux étaient, avec mes armes, les choses les plus précieuses que j'avais jamais eu de toute mon existence.

A peine quelques années plus tard, je pris une nouvelle fois les armes, lorsque Arakiel fut pourchassé par les anges, il s’éclipsa, pour les tenir loin de sa famille, loin d'Hanae. Quelques années plus tard se fut au tour de Maysane de me confier ce qu'elle avait de plus précieux en ce monde : sa fille.
Je regardais alors à mon doigt la chevalière que nous avions créé avec Arakiel, elle nous avait demandé une grosse partie de nos puissances combinées, nous l'avions forgé pour sceller les pouvoirs d'Hanae, elle devait grandir comme une jeune fille normal selon ses parents, à l'abri de toute inquisition angélique. C'est un souhait que j'ai respecté.

J'ai choisis de confier l'enfant , à l'une de mes vieilles connaissance, une sorcière vivant à Salem... elle serait bien là bas, bien mieux qu'avec moi, plus en sécurité, tout serait plus simple pour elle mais en contrepartie, jamais elle ne me reverrait. Je restais dans la ville de Détroit et la surveillait de loin. Elle pourrait grandir normalement et si jamais on venait pour moi, on ne la trouverait pas elle. Les années passèrent, il me fallut  intervenir une fois à l'appel de la sorcière de Salem, ce jour là je revis Hanae dans un état plus proche de la mort que d'autre chose... ce sceau était la promesse que j'avais fais à ses parents et c'est avec ce que Arakiel m'avait laissé, une partie de son pouvoir, que je scellais à nouveau les pouvoirs récalcitrant de la jeune femme. Je ne voulais pas la revoir, je voulais la réveiller et l'emmener avec moi mais une nouvelle fois je l'abandonnais, espérant que sa vie soit désormais complètement dissociée de la mienne, à tort.

Il allait me falloir du temps, le sceau ne tiendrait pas, plus les pouvoirs d'Hanae grandiraient moins le sceau résisterait sur la durée, je devais trouver quelque chose, quitte à lui supprimer complètement ses pouvoirs, elle devait vivre comme une humaine normale... elle devait... suivre la voie que ses parents avaient choisit pour elle. Je serai une ombre magique la privant de tout pouvoir.

▌Êtes vous né monstre ? Si oui, comment cela se passait-il chez vous ? Et en compagnie des humains ? Si non, qu’est-il arrivé ?  
Je vous l'ai raconté, ma naissance, l'amour de mes parents, je suis né Néphilim et je ne crache pas sur ma condition, d'un amour véritable je suis le fruit et pour honorer une promesse je suis toujours en vie.



Et vous êtes ?
Pseudo Belgarath/Aldébaran/Krein/Saint Gabriel et bien d'autres encore au fil de mes années de Rpgiste.

Age 27 ans.

Comment vous êtes vous retrouvé sur DM ? Ecrire ici

Personnage sur l'avatar : Kyoraku - Bleach

Un mot de la fin, une suggestion ? Ecrire ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Really Curious

▌Espèce : H u m a i n
(et pirate dans l'âme)
▌Messages : 22
▌Age : 21
▌Double(s) Compte(s) : Miremél

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Lun 15 Fév - 22:33
Welcome ♥


moving forward
and it's for the best.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1226-raphael-we-are-like-islands-in-the-sea-separate-on-the-surface-but-connected-in-the-deep
Invité

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Lun 15 Fév - 23:01
Welcome !

Woh 2600ans, comment fais-tu pour tenir encore debout o_o !?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Jeu 18 Fév - 12:06
Bienvenue ! Je t'offre une carte de membre pour le club des vieux What a Face (dont je ne fais pas partie mais shhh)
Bon courage pour ta fiche, si tu as la moindre question n'hésite pas à contacter un membre du staff ♥️


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
Invité

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Ven 19 Fév - 20:27
Ca va te surprendre mais ... J'aime bien ton avatar :p
Allez, tu fini avant moi ? <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Dim 21 Fév - 14:51
Hop merci pour ces messages de bienvenues auxquels je n'ai pas encore prit le temps de répondre mais merci je viens de finir la partie "facile" de la présentation, je me lance dans l'histoire sous peu ^^

@Abby => C'est très simple, il suffit d'avoir les bonnes pillules et le bon saké qui va avec :p

@Hanae => Oh tiens comme c'est étonnant <3 Et non je ne pense pas avoir fini avant j'ai encore toute l'histoire à imaginer date par date et 2600ans...c'est long XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Mer 2 Mar - 19:32
Holà Heliantian !

Vu la tête de ta fiche, je me demandais si elle était terminée ? Si ce n'est pas le cas, my bad, autrement si c'est le cas, tu peux le signaler ici :D


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
Invité

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Mer 2 Mar - 21:46
Du tout du tout, je vous aurai prévenu dans le cas contraire, j'ai encore quelques réglages techniques à voir avec Hanae et une bonne relecture pour virer les fautes et les oublis de mots. Après grosso modo, oui elle ne changera plus de beaucoup, mais autant que ce soit fait au mieux ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Mer 2 Mar - 21:48
Okay ça marche :D Courage pour la finalisation alors !


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
Invité

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Jeu 14 Avr - 20:13
Bonsoir, je vais faire court, avec le départ d'Hanae je n'ai pas vraiment de raison de rester parmi vous, j'apprécie néanmoins l'accueil qui m'a été réservé par certain d'entre vous. Je reviendrai peut-être à l'avenir si jamais l'inspiration et l'envie me reprennent, l'attente aura eu raison de moi. Pour le moment je choisis l'exil, donc je vous souhaite bonne continuation aux membres ^^
Mon personnage m'appartenant je pars bien entendu avec l'ensemble de mon texte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chillin (fonda)


▌Espèce : Cavalier sans tête (âme damnée) ▲ immortel et ne craint ni les armes à feux, ni les armes blanches ▲ Peut décrocher sa tête de son corps ▲ tête vulnérable ▲ le feu ainsi toutes choses sacrées sont ses faiblesses.
▌Messages : 516
▌Double(s) Compte(s) : Cesare Da Conti - John Willard - Saint Sebastien

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   Jeu 14 Avr - 21:33
So sorry pour ton départ é_è ! J'espère que vous trouverez un endroit où jouer ces persos et que vous vous amuserez bien. Si l'envie vous reprend de revenir, je laisse vos fiches dans les archives !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Heliantian : "Vous reprendrez bien une chopine?" [TERMINE 22/03/16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous reprendrez bien un peu de soupe de Potidji ?
» Connaissez-vous bien les films Disney... Test...
» Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de... Ah, non, merde, c'est la version Moldue...
» Votre perso ? Descrivez-le ! Vous etes bien avec lui ?
» Rendez vous galant ou retrouvaille amicale ? [ PV Kaito ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: ADMINISTRATION :: Présentations :: Archives-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg