Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Catch me if you can | SAMBRE
avatar
Chillin


"In a manner of speaking I'm dead"
So can we contend, peacefully
Before my history ends?
Jesus I need you, be near me, come shield me
From fossils that fall on my head
There’s only a shadow of me; in a manner of speaking I'm dead


Heureux maître de sept chats #crazycatlady


▌Espèce : Saint de l’église chrétienne || éternel mais pas immortel, son corps est aussi fragile que celui d'un Homme - Auréole lumineuse dont la lumière peut varier, apaise les bonnes âmes et aveugle les mauvaises - aura qui soigne les plus petites blessures et les maux les plus faibles, mais seulement pur un court laps de temps. Néanmoins, sa lumière le prive de sommeil et de repos - les guérisons qu'il provoque sont douloureuses pour lui


▌Messages : 45
▌Double(s) Compte(s) : Jacob K. Schröder - Cesare Da Conti - John Willard (4C si si on y croit maggle)

MessageSujet: Catch me if you can | SAMBRE   Mar 22 Mar - 14:19
CATCH ME IF YOU CAN
with Sambre N. Auverlot

 
J'y pense tout le temps Et pour que ça passe, ça passe Je m'automédique J'avale, j'avale Des ecstas merdiques Et je me dis que Ca va Et quand tout fou le camp Je prends la poudre d'escampette Qu'à mes tempes mon pouls ralentisse Que les voix se taisent Après la tempête Je flotte dessus mes hantises ✻✻✻ Sambre. Ça fait un moment qu'il te traque, si ce n'est depuis toujours. Il faut dire que tu es l'incarnation de tout ce qu'il combat, la bête du pêché originel. En quelque sorte, vous êtes nés pour vous haïr, vous faire la guerre et vous traquer. Mais dans cette chasse, vous tournez en rond comme le serpent qui se mort la queue. Vous êtes deux requins, nageant autour de votre proie, attendant que le premier sang soit versé pour sauter sur l'occasion d'une arrestation. Mais voilà, n'est pas diabolique qui veut, le tentateur est bien rusé ! C'est une vipère, après tout, c'est dans leur sang. Oui, il n'a rien à se reprocher, du moins pas sur les papiers. Sébastien pleure d'ailleurs ce manque de preuve, lui qui sait pertinemment le danger que représente ce monstre.
Si seulement il pouvait le coffrer sans avoir à se justifier, ça ferait un moment que Sambre pourrirait en prison.Alors, même si le flique aurait aimé l'écraser du pied avec la même aisance qu'un archange, Sébastien n'est qu'un homme, ou tu du moins, un simple saint couronné de lumière. Contrairement à son ennemi, il n'a pas cette chance de pouvoir influencer les esprits ou de rendre les volontés malléables, alors il doit se contenter de son flair pour pister sa cible et un jour, peut-être, le prendre sur le fait.

Alors, en attendant de pouvoir le coincer, que faire ? Sébastien a bien entendu trouvé la réponse à cette question dans une activités on peut plus intéressante et presque psychanalytique : suivre le serpent à la trace. En effet, en lui collant au basque, que pourrait bien faire l'abominable créature, si ce n'est rester à sa place, bien au calme ? Après tout, quand un flique vous tiens en filature, mieux vaut jouer aux anges que de déchainer les furies de l'enfer – auquel cas, le paradis se chargerait de vous punir.

Partant de bonne heure du post de police, c'est donc  dans le silence et le calme le plus complet que Sébastien conduit sa saleté de voiture de fonction, roulant à une allure que plus d'un aurait qualifié de ridicule – les automobilistes les plus pressés ne se firent d'ailleurs pas prier pour le signaler d'un coup de klaxon. Mais quand on veut repérer une aiguille dans une botte de foin, mieux vaut y aller doucement. D'autant que les serpents sont plutôt réputés pour leur vitesse et leur habilité à se camoufler dans leur environnement, alors Sébastien ne doute pas un instant que Sambre soit capable d'une tel prouesse. Connaissant la bête, il faut se préparer à la moindre éventualité, fouiller la ville et se tenir prêt, car si les reptiles sont les maître de la fuite, il ne faut pas pour autant oublier leurs crocs et le venin qui en ruisselle.

Alors il tourne un bon moment, alerte, empruntant une vingtaine de fois les mêmes ruelles, si bien qu'il commence à connaître les panneaux de signalisation par cœur. Et les minutes passent, défilent, mais rien ne vient. Sébastien soupire, se disant qu'au final, son plan était plus bancale qui n'y paraissait. Il s'arrête au prochain feu rouge, tapotant nerveusement son volant : si ça continue, il devra rentrer.
Distraitement, il tourne la tête, jetant un regard dépité vers la rue adjacente. C'est alors que l'impensable se produit : là, au milieu des passants, il lui semble reconnaitre un visage. Il plisse les yeux, regarde plus attentivement et se rend alors compte de ce terrifiant miracle qui vient d'avoir lieu. Là, juste devant lui se tient celui qu'il cherche depuis ce matin.
Remerciant Dieu d'avoir récompensé sa patience, il se gare hâtivement avant de s'extirper du véhicule et de rejoindre d'un pas plutôt enjoué celui dont il va pourrir la journée. Il y a même quelque chose de tout à fait enfantin dans ce plaisir simple de la vie, celui d’empêcher un salopard de première de tourner en rond.
Tout naturellement, Sébastien se place aux côté du serpent, lui offrant un grand sourire.

- Bonjour, Mr. Auvelot. J'espère que vous passez une très bonne journée, parce que la mienne s'annonce radieuse.

 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wanna Fight
▌Espèce : Nahash - Le Serpent du Jardin d'Eden
+ Métamorphose
+ Capacités reptiliennes
+ Longévité & âge d'or
+ Tentation et chaos originels
▌Messages : 85
▌Localisation : Au chaud dans un café, l'hiver c'est nul.
▌Double(s) Compte(s) : Nikita A. Cowen

MessageSujet: Re: Catch me if you can | SAMBRE   Jeu 24 Mar - 15:48

Catch me if you can - Sébastien & Sambre

Aujourd'hui, il faisait bon et beau, on entrait dans le printemps. Tchao hiver de l'enfer et bonjour à vous rayons du soleil réchauffant des écailles plus fortes et plus brillantes que jamais. C'était la fin d'une horrible période de l'année pour qui pouvait facilement mourir de froid, bref c'était le bonheur de sentir de nouveau un peu de chaleur sur son visage et dans les rues de Détroit.
Comme à son habitude le Serpent du Jardin d’Éden avait quitté son chez lui en milieu de matinée seulement histoire de pouvoir dormir un peu. Ce n'était pas de tout repos de tenir la main d'un scientifique fou pendant ses expériences, ni même de le supporter alors le faire tard dans la nuit et quelques heures de sommeil en récompense, ce n'était pas demander la lune. Il troqué ses costards élégants et bien cintrés contre un pantalon simple et un blouson en cuir noir – c'est très efficace sous le soleil de printemps, avec un effet micro-onde pour garder la chaleur, parfait en somme - . Ça lui donnait un air de gentil mauvais garçon, mais pas de quoi lui reprocher tout les malheurs du monde alors qu'il paye, avec un beau sourire, une des pommes vendue par une vieille propriétaire de supérette.

Tout allait bien jusqu'à ce qu'une voix lui parvienne aux oreilles, accompagnée avec le désagréable sentiment que sa journée tranquille venait de s'achever. En retour, Sambre ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel donc le bleu sembla se ternir un peu en sentant cette chère présence à ses côtés… A moins que ça ne vienne du fait qu'il porte ses lunettes de soleil…
Il souffle suffisamment fort pour que l'autre monstre l'entende.

- Elle était très bonne jusqu'à ce que toi et ton aura de bisounours décidiez de m'arrêter dans la rue pour avoir un autographe, Saint'Nitouche.

Lentement et avec une nonchalance à faire palir d'envie un paresseux, l'animal hein, le serpent consent à un quart de tour sur lui même pour faire face au saint tout en lui rendant son sourire, bien qu'un peu plus crispé par la contrariété comme lorsqu'on marche sur un chewing-gum pas encore sec sur le trottoir.

- Que me vaut ce plaisir ? Je suis sûr que tu passais ici par hasard bien sûr. Si tu te poses la question, la pomme je l'ai payé, ça sera pour une prochaine fois l'arrestation pour vol.

Crock. Il conclu sa petite pique sur un ton doucereux par un superbe coup de dents dans la chaire brillante du fruit pour en arracher un morceau juteux.
Et mâchant lentement le seul aliment qui n'a pas le goût de poussière sur cette foutue terre, il contemple le policier avec attention. C'est vrai que c'était toujours agaçant de l'avoir collé au train, éternellement et devoir composer certaines journées avec cette espèce de sangsue auréolée. Pour ses courses de la journée, celles un peu particulières s'entend, c'était raté et par prudence il se contenterait d'attendre que l'autre se lasse avant de reprendre la check liste soigneusement produite par Stuart, son employeur depuis quelques temps maintenant. Il comprendrait le retard si Sambre lui expliquait que la police l'avait filé toute la journée avec la discrétion d'un hippopotame. Ce qu'il ne pourrait pas expliquer par contre, c'est la raison… Bah il trouverait bien. Connaissant l'animal, et là il parlait du saint, le temps qu'il soit appelé ailleurs il trouverait bien quelque chose à inventer.

Bon il râlait oui, parce que Sambre était un grand maître en la matière. Mais s'il devait vraiment être honnête… C'était un jeu particulièrement drôle. Dangereux certes mais tordu et amusant à souhait. Ils savaient tout deux ce que l'autre faisait, ce que l'autre était, le camp dans lequel chacun était. Mais ça s'arrêtait là tant qu'aucun d'eux ne faisait de faux pas. Le gentil monstre savait de quoi était capable le méchant monstre qui ne prenait pas trop au sérieux le peu de marge manœuvres du gentil. Le reste du temps Sambre trouvait que ça ressemblait plus à un jeu de cour de récréation qu'autre chose.

- Je croyais que la criminalité avait augmenté drastiquement à Détroit, comme s'fait il que tu n'es pas de travail plus important… ? A moins que ce soit ton jour de congé et que je te manque un peu ? Ça me ferait plaisir je t'assure.

Est ce que c'était là, des meilleurs ennemis ?

© VAL


En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses,
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses.
J’encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire ! ♪
[20:12:17] Alec Dewart : C'est ce qu'on appelle un ass-assin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t738-i-must-confess-i-feel-like-a-monster http://detroit-monsters.forumactif.fr/t742-tell-everybody-i-m-on-my-way#7874
avatar
Chillin


"In a manner of speaking I'm dead"
So can we contend, peacefully
Before my history ends?
Jesus I need you, be near me, come shield me
From fossils that fall on my head
There’s only a shadow of me; in a manner of speaking I'm dead


Heureux maître de sept chats #crazycatlady


▌Espèce : Saint de l’église chrétienne || éternel mais pas immortel, son corps est aussi fragile que celui d'un Homme - Auréole lumineuse dont la lumière peut varier, apaise les bonnes âmes et aveugle les mauvaises - aura qui soigne les plus petites blessures et les maux les plus faibles, mais seulement pur un court laps de temps. Néanmoins, sa lumière le prive de sommeil et de repos - les guérisons qu'il provoque sont douloureuses pour lui


▌Messages : 45
▌Double(s) Compte(s) : Jacob K. Schröder - Cesare Da Conti - John Willard (4C si si on y croit maggle)

MessageSujet: Re: Catch me if you can | SAMBRE   Ven 25 Mar - 1:01
CATCH ME IF YOU CAN
with Sambre N. Auverlot

 
J'y pense tout le temps Et pour que ça passe, ça passe Je m'automédique J'avale, j'avale Des ecstas merdiques Et je me dis que Ca va Et quand tout fou le camp Je prends la poudre d'escampette Qu'à mes tempes mon pouls ralentisse Que les voix se taisent Après la tempête Je flotte dessus mes hantises ✻✻✻ Sébastien garde le sourire, malgré les piques qui fusent. Faut dire qu'il est habitué aux insultes - vu son job, le contraire serait étonnant – alors maintenant, tout ça, ça lui passe au-dessus de la tête. Puis, de la part d'une pourriture comme Nahash, c'est pas comme si la chose le touchait. Non, les mots glissent sur lui comme l'eau sur les plumes d'un oiseaux. Il rit même, amusé par toute cette guerre enfantine.

- Toujours aussi gracieux à ce que je vois ? Tu sais très bien que je ne suis pas là pour un aussi petit délis. Si tu étais bête à ce point, ça ferait un moment que tu serais derrière les barreaux.

Il marche avec lui, observant avec un calme presque olympien le monde qui l'entoure. Faut dire que maintenant qu'il a mis la main sur son coupable, il n'a plus trop à s'en faire. Se balader, observer la foule de travailleurs qui se pressent tout autour d'eux, il ne lui reste plus que ça à faire. Après tout, si Sambre essayait de lui filer entre les doigts, ce serait un délis de fuite. Quelle dommage, il aurait à lui mettre les menottes aux poignets !

- Mon Dieu, je crois bien que je viens de te faire un compliment ? Mais passons, de toute façon, je peux bien te faire cette fleure, vu que je viens de tuer dans l'oeuf tous tes charmants petits plans pour la journée ! En ce qui concerne mon job, je comprends tes inquiétudes, mais ne t'en fais pas pour ça : si les crimes ne manquent pas, mes collègues non plus. Et franchement, on sait très bien toi et moi d'où proviennent la plupart de ces méfaits. Déjà entendu parlé de la tentation, tout ça ?

Il se tourne vers son interlocuteur, un sourire moqueur lui fendant les lèvres. Oui, il ne peut pas s'empêcher de crâner. Faut dire qu'il a de quoi : c'est pas tous les jours qu'on peut emmerder le serpent du jardin d'Eden. Alors, honnêtement, Sébastien savour le moment. Certes, le trop plein d'orgueil est un pêché, mais là, le flique ne peut s’empêcher de ressentir une certaine fierté. Il espère d'ailleurs que le grand patron se marre lui aussi là-haut, parce qu'il y a sincèrement de quoi.

- Et pour répondre à ta question, tu m'as autant manqué qu'une aiguille dans le pied.

C'est le moins qu'on puisse dire. Sébastien ne supporte pas son type, ce qui est assez évident. Il sont comme deux aimants qui se repousseraient, inlassablement. Après tout, leurs natures respectives sont absolument contraires, pas étonnant que ces deux là se cherchent des poux s'ils sont contraint à vivre dans la même ville. Puis, il y a tout se passé derrière eux, lourd comme le monde. Ce n'est pas comme si leur querelle datait d'hier, oh non ! Depuis combien de temps ils jouent au chat et à la souris ? Sébastien ne saurait même pas dire. Trop d'années ont passé, trop de guerres, trop de révolutions. Mais le jeu reste le même : ce sera à celui qui fera verser le premier sang que la victoire reviendra. Mais pour l'instant, et depuis des siècles déjà, pas l'ombre d'une seule blessure à l'horizon. Pour ainsi dire, ces deux là n'ont jamais réussis à s'échanger un seul véritable coup. Peut-on alors parler du calme avant la tempête ? Sûrement. Seul Dieu le sait ! Et pourtant, Sébastien a cet affreux présentement, comme l'odeur de la pluie qui traine dans l'air avant un orage. Un jour, l'un ou l'autre finira par donner le coup de grâce.
Mais pour l'instant, le saint a les cartes en main, alors il se réjouit de cette situation. Plus il fera durer cet odieux manège, mieux il se portera ! En tout cas, pour le moment, il a la journée devant lui.

- J'espère que tu n'avais pas trop de rendez-vous aujourd'hui, parce que toi et moi, nous sommes partis pour une longue, longue, loooongue balade.

Autant annoncer la couleur tout de suite, non ? Sébastien, dans son travail, est un homme précis et sérieux, alors il aime poser un cadre. Et puis, comme ça, pas de surprise ! Nahash est prévenu : Sébastien ne compte pas lâcher l'affaire comme ça. Pour lui faire bien comprendre, il éteint d'ailleurs son toki. Aujourd'hui, même son devoir ne le retiendra pas ! Il compte bien se donner tout entier à cette noble cause qu'est celle de ruiner la journée de ce bon vieux Sambre. À défaut de pouvoir l'inculper pour une quelconque crime, c'est toujours ça de pris. Il s'expliquera plus tard avec ses supérieurs en ce qui concerne cette journée manquée. Trouver un truc, ce sera pas trop difficile.

- À moins que tu préfères directement aller au poste de police ? Parce que, crois moi, je suis prêt à faire ça tous les jours de ma vie s'il le faut. Et méfie toi, je pourrais y prendre goût, parce que franchement, il y a quelque chose de sacrément plaisant dans le fait de t'empêcher de nuire. Ou de t'emmerder tout simplement, à vrai dire.

Tranquillement, il traverse la rue avec lui, marchant sereinement, observant avec amusement l'expression effarée des passants qui s'étonnent encore de voir un flique en tenue discuter paisiblement – tout du moins, en apparence – en compagnie d'un type à parement lui aussi tout à fait normal. A moins que ce ne soit de la méfiance dans leur yeux ? C'est sûr, ils doivent s'imaginer le pire des scénarios, ou tout simplement penser que Sébastien est un sacré branleur. Si seulement ils savaient ce qui se déroule véritablement sous leurs yeux, ils seraient peut-être ravi de voir un flique gaspiller l'argent du contribuable pour coller aux talons d'un escrocs comme Sambre.

- Mais je t'en prie, crache ton venin si ça peut te faire plaisir. Il ne te reste plus que ça, à vrai dire.

 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wanna Fight
▌Espèce : Nahash - Le Serpent du Jardin d'Eden
+ Métamorphose
+ Capacités reptiliennes
+ Longévité & âge d'or
+ Tentation et chaos originels
▌Messages : 85
▌Localisation : Au chaud dans un café, l'hiver c'est nul.
▌Double(s) Compte(s) : Nikita A. Cowen

MessageSujet: Re: Catch me if you can | SAMBRE   Ven 25 Mar - 15:09

Catch me if you can - Sébastien & Sambre

Sambre secoue la tête. Lui aussi il gardait le sourire et franchement de l'extérieur on aurait pu croire voir un agent de police en pause venu voir un ami. C'était la magie des apparences et tant qu'on écoutait pas leurs conversations ils avaient l'air sympathiques tout les deux, de l'extérieur. Comme petite guerre de cour d'école, il fallait admettre que ce n'était pas très violent… Même certains enfants sont plus cruels que le saint et le serpent à l'instant T. Leurs menaces sont verbales et leurs provocations ne tiennent pas la route. Ils savent tout deux que personne ne tentera rien parce qu'aucun d'eux n'était trop bête pour faire une erreur du genre.
Et puis Sébastien le faisait rire. D'ailleurs c'est ce qu'il fait, riant sous cape entre deux coups de crocs dans sa fidèle pomme, plus concentré sur le plaisir qu'il éprouvait à sentir son goût contre ses papilles maudites que d'écouter le blabla de crâneur que lui sert un flic un petit peu trop sur de lui à son goût. C'était bien de porter une arme, mais ça n'empêcher pas de dire des conneries apparemment.

- Une aiguille hein ? J'étais sûr d'avoir décelé en toi quelques tendances masochistes à partir du jour où tu t'es mis en tête de me piéger. Mais je salue ton courage et ta détermination qui ne s'est pas tarit au fil des siècles et ce malgré la nature humaine qui ne cesse de décroître…

L'observant du coin de l’œil, le serpent est gonflé d'assurance et ça se voit. Oh il se méfie bien évidemment parce que ces êtres de lumières désespérés pouvaient être, à l'image d'un animal blessé et paniqué, imprévisibles tout ça pour pouvoir atteindre ce but idiot qu'ils s'étaient fixés de luter contre le mal…
Sambre se devait de lui donner quelques petites leçons.

- D'ailleurs quand tu parlais de tentation… Moi j'y connais pas grand-chose mais c'est pas ce truc qui fait parti de la nature humaine ? L'envie… Les désirs… Ces trucs que toi et tes semblables vous prônez ne pas avoir alors que bon soyons honnête Saint'Nitouche même si j'adore ce surnom je suis sûr que tu es loin de l'être.

C'était quand même pas sa faute à lui s'il était nourrit et rappelé sur terre par cette masse humaine et monstrueuses remplis d'envies violentes !
C'était même presque involontaire… C'était comme ça, tant que la nature humaine ne changerait pas, il vivrait.

- Tu sais, cette chose qui fait que les hommes et les femmes sont ce qu'ils sont et qu'ils font ce qu'ils font… D'accord je te l'accorde ça peut tourner au vinaigre mais c'est aussi ce qui créé l'ambition ou tiens regarde… Ton propre désir fou de m'attraper. Je peux te donner un axe de réflexion vu qu'on va être amener à marcher longtemps ? Autant que tu en profites pour réfléchir…

Il reste déjà moins de la moitié de la pomme, et pourtant il la savoure avant de devoir faire semblant de pouvoir avaler gâteaux, hot-dog et autres inventions humaines. Et sur le coup il se demanda si dans la liste de l’Éternel, manger un humain était considéré comme « nourriture humaine visée par la malédiction »… Sur le coup il voulu poser la question à Sébastien mais ravala l'idée en même temps qu'un éclat de rire.

- Si j'étais vraiment capable de faire tout ce dont tu crois que je suis capable de faire… A ton avis qu'est ce qui se passerait si j'étais effectivement en prison… Est ce que tu es vraiment certain de changer les choses… D'éloigner le danger ? Certes tu serais probablement très satisfait mais est ce que tu penses que c'est une fin en soi ? Que tu pourras retourner t'asseoir à ton bureau, content d'avoir « bien bossé » ?

S'il avait eu l'air plus goguenard qu'autre chose depuis qu'ils faisaient quelques pas ensemble dans les rues bondées, et particulièrement joueur, Sambre avait cette fois un sourire un peu plus mesquin.
Sébastien n'était pas le seul à pouvoir menacer allègrement, même avec mille sous entendus comme il s'y amusait depuis le début.
Oui il voulait que son adversaire réfléchisse car comme beaucoup de bonnes âmes défendant une cause le problème était rarement vu dans sa globalité et il tenait vraiment à lui faire réaliser ce genre de choses. Qu'est ce qui se passe si on met la tentation dans une prison de haute sécurité avec des délinquants plus dangereux ? Ou juste dans un poste de police entouré de gens armés ? A conditions d'avoir les preuves et tout le reste mais la question était intéressante. Vous avez 4h, ou en tout cas jusqu'à ce que le flic rentre chez lui. Caramba, il l'avait vu éteindre le toki tout à l'heure...

- Enfin c'est une simple question bien sûr. Heureusement qu'en réalité on sait tout les deux que tu te fais des idées et que je suis sage comme une image !

Et lui donner un peu de compagnie était loin de l'empêcher d'exister.

- Ne t'inquiètes pas pour ma journée, on va pouvoir faire un tas de choses tout les deux ! Il faut que je passe chez le teinturier chercher un costume et chez un costumier qui a fini de reprendre un autre costume. Tu sais ça aurait été vraiment plus agréable pour toi de venir en civil, tu passes pour un feignant là et tu vas faire peur aux pauvres commerçants chez qui tu vas m'accompagner.

Il soupire, un soupire à fendre l'âme.

- Moi qui croyait que l'auréole était un symbole de dévouement, de gentillesse, d'altruisme ! Me serais-je trompé.

Donnant un petit coup de coude à Sébastien comme on l'aurait fait à un vieux pote il souffle.

- Quoi qu'on pourrait aller au poste de police pour que j'explique à tes supérieurs que tu m'as arrêter parce que tu me soupçonnes de contrôler les pêchers de la terre entière… Ils vont adorer et moi aussi. Je t'ai déjà dis que les menottes c'était mon truc ?

Et comme un enfant joyeux, il se dirige vers le teinturier après un sourire chafouin voir mutin.

© VAL


En attendant, je compte vos crimes et vos bassesses,
Tous vos pieux mensonges et vos histoires de fesses.
J’encourage le vice, je provoque des guerres
Je dirige le monde et Dieu me laisse faire ! ♪
[20:12:17] Alec Dewart : C'est ce qu'on appelle un ass-assin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t738-i-must-confess-i-feel-like-a-monster http://detroit-monsters.forumactif.fr/t742-tell-everybody-i-m-on-my-way#7874
avatar
Chillin


"In a manner of speaking I'm dead"
So can we contend, peacefully
Before my history ends?
Jesus I need you, be near me, come shield me
From fossils that fall on my head
There’s only a shadow of me; in a manner of speaking I'm dead


Heureux maître de sept chats #crazycatlady


▌Espèce : Saint de l’église chrétienne || éternel mais pas immortel, son corps est aussi fragile que celui d'un Homme - Auréole lumineuse dont la lumière peut varier, apaise les bonnes âmes et aveugle les mauvaises - aura qui soigne les plus petites blessures et les maux les plus faibles, mais seulement pur un court laps de temps. Néanmoins, sa lumière le prive de sommeil et de repos - les guérisons qu'il provoque sont douloureuses pour lui


▌Messages : 45
▌Double(s) Compte(s) : Jacob K. Schröder - Cesare Da Conti - John Willard (4C si si on y croit maggle)

MessageSujet: Re: Catch me if you can | SAMBRE   Ven 25 Mar - 15:56
CATCH ME IF YOU CAN
with Sambre N. Auverlot

J'y pense tout le temps Et pour que ça passe, ça passe Je m'automédique J'avale, j'avale Des ecstas merdiques Et je me dis que Ca va Et quand tout fou le camp Je prends la poudre d'escampette Qu'à mes tempes mon pouls ralentisse Que les voix se taisent Après la tempête Je flotte dessus mes hantises ✻✻✻ Sambre marque un bon point. Même plusieurs. Mais sébastien ne compte pas lui faire le plaisir d'avouer que, pour une fois, il n'a pas spécialement tort. Ce serait trop d'honneur et puis, autant ne pas aggrever sa grave crise de narcissisme. A la place, le saint se contente d'afficher une mine renfrognée et d'envoyer un regard blasé à la grande gigue.

- Comme quoi, on se débarasse définitivement d'un cafard en l'écrasant.

Est-ce que c'était une menace ? Pas franchement. Quoique, ça donnait le mérite d'y réfléchir. Après tout, si Sambre devait nuire au monde entier, ce, qu'importe où il se trouve, la solution finale était plutôt claire. M'enfin, ce n'était pas comme si la chose était franchement réalisable : tuer quelqu'un n'était pas dans les plans de Sébastien et la chose n'aurait certainement pas plu au grand manitou – même si la victime s'appelait Nahash. Et puis, c'est plutôt délicat de flinguer un soit disant honnête citoyen quand on est soit-même officier de police. ça aurait fait sacrément tâche sur son CV, en plus de l'envoyer directement en taule.

- Mais je t'en prie, va faire tes emplettes ! Si ma présence peut au moins leur faire comprendre qu'il y a un truc qui tourne pas rond chez toi, ce sera déjà ça de pris.

Sébastien ne comptait franchement pas se gêner, à ce niveau là. S'il pouvait donner l'impression d'être un gardien de la paix surveillant les faits et gestes d'un grand malade en surcit, la chose ne lui posait pas franchement problème. Enfin, c'était peut-être peu probable, vu comment Sambre savait amadouer tout son petit monde, mais le saint avait confiance en la vitesse à laquelle les rumeurs pouvaient naître et se répandre.

-En tout cas si on pouvait laisser ma vie privée en dehors de tout ça, ce serait assez aimable de ta part.

Pour le coup, son regard devient aussi froid que la lame d'un poignard, toute comme cette fausse politesse qui sonne plus comme une mise en garde qu'autre chose. Non, Sébastien n'a pas envie qu'une bête du diable se mêle de se qu'il ne le regarde pas. Certes, le flique n'est pas un ange, et non, il n'est pas sans failles, mais son interlocuteur n'est pas franchement le genre de personne avec qui il aimerait partager ces petits secrets. Ce qu'il fait pour déplaire au Seigneur, c'est son affaire. Il n'a d'ailleurs pas envie de le partager avec qui que ce soit. Ce sont des choses du quotidien qui n'appartiennent à personne d'autre qu'à lui même, des petites erreurs qu'il collectionne mais ne disperce pas. C'est comme ça qu'on garde la tête haute, après tout.

- Et ne crois pas que j'ai gagné cette auréole dans une pochette surprise. Il y a bien une raison pour laquelle elle est au dessus de ma tête. Alors méfie toi, parce que si tu continue, les qualités que tu viens de citer pourraient bien s'épuiser.

Bref, sur cette touche de bonne humeur, les deux comparses pénètrent dans la boutique aussi blanche que les draps surspendus au fond de la pièce. Sébastien observe, jette quelques coup d'oeils autour de lui, renifflant les odeurs de lessive et de vapeur qui se dégage des fers à repasser. Malgré la taille du local et l'apparence tout à fait humble de ce dernier, de nombreux costumes, manteaux et robes d'un goût certains sont accrochés juste derrière la petite silhouette de la propriétaire. A croire que ce teinturier ne tape pas dans le bas de gammes niveau client.

- On s'embête pas, à ce que je vois.

Sébastien chuchote, un ton joueur ayant retrouvé sa place au sein de chacun de ses mots.
Enfin, c'est pas comme si la chose était surprenante. Sambre a toujours eu l'air d'un type droit dans ses chaussures, toujours impeccablement vêtu et soigné. Rien en lui ne laisse transparaitre un seul instant sa véritable nature. Maître du déguisement, il a sû, pourtant, incarner la tentation dans cette image de gravure de mode en laquelle il s'est transformé. Alors, qui pourrait croire que, sous ces costumes taillés dans les tissus les plus nobles, se trouve une bête infernale ? Si Sébastien n'avait pas eu son auréole, il serait sûrement tombé dans le panneau.
Quoiqu'il en soit, la petite dame leur jette un drôle de regard. C'est qu'elle doit s'attendre à un interrogatoire la pauvre.

- Ne faites pas attention à moi, madame, je surveille juste ce jeune homme.

Quelques mots enrobés de sympathie sont lâchés, mais pas assez efficaces pour faire disparaitre cette méfiance dans le regard de la pauvre femme. Faut dire que les mots ont bien été choisis : Sébastien veut laisser planer le doute, autant sur ses agissements que sur la véritable innocence de Sambre.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Catch me if you can | SAMBRE   
Revenir en haut Aller en bas
 
Catch me if you can | SAMBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Topic Catch
» Catch WWE
» Extreme Catch
» SIMBA croisé Caniche abricot 17 mois Val de Sambre (59)
» Lydia de Sambre ~Un poison sous la forme d'une rose~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers :: Rues-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg