Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
the slice of heaven | Axel
avatar
Wanna Fight
http://kurmungio.tumblr.com/search/SPOOK/
Merci à Axel et Yael pour les avatars ♥️
▌Espèce : Chupacabra
▌Messages : 51
▌Age : 24
▌Double(s) Compte(s) : ///

MessageSujet: the slice of heaven | Axel   Jeu 12 Mai - 6:52
the slice of heaven



Observant son écran, lisant les lettres et les phrases que son téléphone lui avertit de lire en un son distinctif, le borgne soupira. Ses mains à l’œuvre, artiste du jour, il modelait, il aplatissait avec un certaine rythme et style à lui alors que son expression restait grave. Impatient, les mots lus ne le satisfaisant pas assez, le mélange auquel il devait ses heures de relaxation n'était point comme il le voulait. Faut dire qu'il aurait dû être plus prévoyant en décidant de faire une de ses merveilles. Il aurait dû vérifier dans le frigidaire. Oui, il aurait dû demander à sa mère de lui en garder ce matin là, mais il n'avait pu l'apercevoir en cette chaude journée de Mai. Étant rentré tard la veille, la bête dormante ayant eu besoin d'un petit supplément en protéine, son iris unique eut la chance de voir le soleil l'observer d'un drôle d’œil alors qu'il parcourut les trottoirs vide de la ville encore endormit. Ayant répondu à son intérêt d'un juron salace, il avait ensuite dormit une bonne partie de la journée et, maintenant qu'il était réveiller, en cette soirée froide, il n'avait plus de lait pour finir sa préparation. Déposant la cuillère de bois sur le rebord du bol, sa main libre allant dégager quelques mèches ébènes s'étant infiltré dans son champs de vision, il tourna sur lui-même pour allez ouvrir la radio. Un geste lasse, simple et non important, mais cela l'aida à se détendre. Inspirant, gardant les molécules d'air vital dans ses poumons quelques longues secondes, il expira alors que la publicité passa et une chanson lui étant inconnu commença.

Haussant un sourcils au premier abord, étant en premier lieux perplexe par l'air et le style, il trouva bien ironique que celle-ci parlait de « cake » et monta un peu le volume avant d'entendre son téléphone portable le quémander. Retournant au comptoirs, le saisissant en enlevant un peu de famine de l'écran, il lit bien vite le récent message et referma vite l'écran. Le glissant dans la poche arrière de son jean, il quitta par la suite la cuisine et se trimballa jusqu'à la porte d'entrée qu'il ouvrit lentement.

" It'ss about time "

Dit-il simplement à l'être se trouvant devant lui. Ce cher dieu au allure de punk. Cet idiot ayant occuper longtemps sa vie. Peut être un peu trop même.
© 2981 12289 0


Spoiler:
 


Yael, j'tm ok ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1361-u-c#12549
avatar
Chillin
▌Espèce : Apollon ▲ divinité grecque de la poésie, de la musique, de la médecine, de la vérité, de la clairvoyance, de la lumière et du soleil.

▌Messages : 11
▌Double(s) Compte(s) : xxx

MessageSujet: Re: the slice of heaven | Axel   Jeu 19 Mai - 2:31
the slice of heaven
Axel ▲ Keylian


T'as pas spécialement de chance aujourd'hui, et ça te casse un peu les couilles.

Le mal de crâne carabiné qui t'a gentiment recueilli des bras de Morphée t'indique que tu as peut-être un peu trop bu, ça et probablement le fait que tu es affalé dans ta baignoire plutôt que ton lit. Voilà pourquoi ce n'était pas confortable, que tu te dis. Te redressant, tu t'appuies de manière précaire sur le mur pour ensuite poser les pieds sur le carrelage, mais tes jambes sont peu disposées à coopérer si tôt le matin – l'après-midi, ta main trouve le comptoir du lavabo avant que ta figure s'écrase au sol. Fut un temps où l'alcool ne te causait absolument aucun déboires, te voilà un genou au sol alors que le monde tourne autour de toi. Ça te laisse le temps de réfléchir, de passer en boucle la glorieuse scène dans ta cervelle embrumée. Et tu fermes les yeux, pour tenter d'oublier toutes les conneries que tu as débitées au barista.

Tu l'avais croisé, par hasard dans la rue, vraisemblablement qu'il rentrait chez lui et qu'il avait eu le malheur de se trouver sur ton chemin à ton plus piètre jour. C'est donc ainsi que tu lui as fait le rentre dedans le plus pitoyable de l'histoire de l'humanité – tellement que tu ne te rappelles même plus ce que tu lui as dit, seulement son air pincé et peu impressionné. Ce sont ses paroles acérées qui avaient eu raison de ton acharnement ridicule, te faisant battre en retraite sans demander ton reste. Elles sont bien encrées dans ta mémoire. Tu as horriblement honte de ton comportement de la veille, et ses dires sont marqués au fer rouge dans ton esprit. T'aurais préféré ne pas t'en souvenir, oublier le reste de ta soirée et dormir pour quelques siècles. Éviter le café pour le prochain millénaire surtout.

C'est le son de ton téléphone qui te tire de tes pensées, te forçant à te mouvoir hors de la salle de bain pour voir qui te parlait. Le message affiché sur l'écran te laisse perplexe quelques instants, puis le déclic se fait. Tu devais rejoindre ton meilleur ami chez lui dans la soirée. C'était même presque l'heure. Ta gueule de bois allait devoir attendre parce que l'on venait de te charger d'une importante mission : récupérer une pinte de lait. Manque de bol, ton frigo en est dépourvu, tu dois donc te rendre à la supérette du coin avant de traverser la moitié de la ville pour remettre le précieux objet de ta quête à son destinataire. T'as la tête dans le cul, et ton lit te fait envie, sauf que tu sais très bien que tu dois impérativement y aller sinon c'est lui qui allait venir et ce n'était pas pour te chanter une berceuse, mais plutôt te pourrir l'existence jusqu'à ce qu'il juge que c'est assez – c'est généralement une période très longue et désagréable, expérience peu recommandée. T’enfile tes baskets à la vitesse d’un escargot estropié, à gestes lents et laborieux – t’emmerde celui qui a inventé les lacets présentement, récupère tes clés et file à l’extérieur.

C’est au moment où tu sors de l’épicerie, le sac en main qu’une goutte d’eau s’écrase sur ton front, roule le long de celui-ci et perle sur ton nez avant de tomber. D’autres suivent et c’est le déluge. Voilà, manquait plus que cela, de la pluie en cette soirée pourrie de mai. C’est l’univers entier qui s’est ligué contre toi aujourd’hui. T’as tellement la tête dans les nuages que t’as pas pris la peine de prendre ta veste et ni une ni deux, t’es trempé jusqu’aux os. T’avais de quoi pester jusqu’à ce que tu arrives chez Keylian, sauf que tu as finalement eu réponse à ta question. Ton ami est en train de cuisiner, et pas n’importe quoi. Un gâteau, un putain de gâteau. Il y a un peu de bon en ce bas monde finalement. T’es carrément en train de rebondir sur ton siège à l’idée de mettre les doigts sur le dessert, que t’en manque presque ton arrêt. Grimpant les marches quatre à quatre, tu lui envoies un message et attend impatiemment qu’il ouvre la porte – tu anticipes déjà la chaleur de l’appartement.

It'ss about time, dit sobrement le borgne après avoir tourner la poignée, te cédant ensuite le passage.

Tu t’empresses d’entrer, te déchaussant en quelques secondes – tu ne sais pas si c’est la tiédeur de l’endroit qui te fait effet ou la perspective de manger un cake mais ta maladresse semble avoir disparue. Ah, tu as parlé trop vite, le sol tangue légèrement devant tes yeux.

I’m sorry princess, but I had to do groceries since you didn’t want to get out, marmonnes-tu sous ton souffle. Tu patientes quelques secondes avant de te redresser et te diriger vers la cuisine, y déposant le carton de lait. And you surely don’t mind if I borrow some clothes, mine are drenched ? Don’t you ?

Tu as terminé ta phrase en passant à nouveau devant le Chupacabra, un sourire goguenard éclairant tes traits fatigués. C’est pas la première fois que tu lui voles ses vêtements – au moins tu les rends, après quelques semaines c’est vrai mais tu fini toujours pas lui refiler ses affaires. Après avoir lancé tes vêtements mouillés dans la sécheuse, tu fouilles sans honte dans son placard, en sortant un t-shirt trop grand pour toi – t'as l'air d'un enfant portant les vêtements de son père, pourtant Keylian n'est pas vraiment plus grand que toi, surtout plus large d'épaules, et un jean élimé. Maintenant c'est l'étape ceinture, puisqu'il te tombe sur les hanches de manière disgracieuse. Et il allait te charrier sur ton manque flagrant de postérieur s'il te voyait sortir ainsi. Mettre la main dessus ne fut pas une mince affaire, mais tu finis par l'extirper d'un tiroir et l'enfiler, le rejoignant dans la cuisine.

So, what will it be this time ? Chocolate ? Vanilla ? Red Velvet ? Not carrot, please, I don't feel like it...

© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
the slice of heaven | Axel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» Axel Haire [Pouff']
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Heaven's Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers :: Habitations-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg