Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Dim 15 Mar - 16:57
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻ Ennui. Ennui profond. Comment est-il possible de s’ennuyer dans une pièce aussi bruyante ? La question se pose.
Le comptoir du bar qui s’étend sous mes yeux est d’une propreté relative. Des miettes, beaucoup de traces de doigts et de verres, des gouttes. La lumière tamisée a du mal à s’y refléter. Il fait sombre, il fait chaud, l’air plein de sueur me fait froncer le nez, et il y a tout ce bruit. Une accumulation illogique de sons, de cris, de gloussements et d’un truc que j’aurais du mal à qualifier de musique. Mon grognement passe complètement inaperçu lorsqu’il série de fausses notes me perce littéralement la tête. C’est de la torture.
A côté de moi, une jeune femme frissonne d’effroi et boit son verre cul sec. Je ne suis pas le seul à être horrifié par cette cacophonie, par contre, je n’en suis qu’au coca. Pauvre demoiselle.
Quant à moi, pour la vingt-quatrième fois de la soirée, je me demande ce que je fous ici.

En fait, ça partait d’une bonne intention. Renouer les liens avec des amis du lycée perdus de vue, une sortie un vendredi soir où tout le monde est libre, un concert dans un bar plutôt correct. Oui, ça aurait pu être bien si j’avais pensé à regarder les stars de la soirée avant de venir.
Le groupe qui joue sur la scène dans mon dos est manifestement assez jeune. Enfin, mon âge, quoi. Et Dieu qu’ils sont mauvais. Loin d’être laids, par contre, d’où l’intérêt de la foule, probablement. Il est vrai que la tenue moulante de la chanteuse est fort sympathique, mais la douleur de mes tympans est telle que cela n’a plus vraiment d’importance.
Je pourrais partir. C’est très tentant. Je pourrais invoquer une excuse quelconque, n’importe quoi. Ma sœur est soudainement malade. Je suis soudainement malade. Mon immeuble a explosé. Depuis le public, l’amie qui a tout organisé me fait un signe de la main accompagné d’un grand sourire auquel je réponds. Ce ne serait pas très cool de ma part de partir comme un voleur.
Misère.

Et puis c’est la surprise.
La jeune femme souffrante à ma gauche a disparu. Est-elle morte et quelqu’un a pris sa place, ou s’est-elle transformée ? Les deux solutions sont possibles (?) mais s’éloignent bien rapidement de mon esprit alors que je reconnais petit à petit la personne à côté de moi.
Me raidissant soudainement, je me replace vivement dans un axe droit, vers le serveur, dans un audible ‘gasp’ pas très courageux. Ce n’était pas discret du tout. Voisin flippant à trois heures.
Comment ne pas reconnaître ces cheveux, en même temps ? Ils sont violets ! Ce qui est très bien, ce n’est pas un problème qu’ils soient violets – mais c’est reconnaissable ! Et je ne connais qu’une seule armoire à glace ayant de telles mèches : mon voisin démoniaque. Pourquoi démoniaque ? Parce que un : vous avez vu son regard ? et deux : vous avez vu ses dents ?! La première fois que je l’ai croisé, c’était en rentrant tard le soir. Je vous assure que tomber sur des yeux pareils au milieu de la nuit, ça impressionnerait un catcheur. On n’a pas idée de contrarier des trapèzes aussi développés.
Evidemment, depuis, je l’évite. Sans rire, il me fait un flipper. A part claquer sans faire exprès la porte de l’immeuble, je ne vois pas pourquoi je mériterais de tels regards, mais tant pis. Vaut mieux prévenir que guérir… Jusqu’à maintenant.
Qu’est-ce que je fais, qu’est-ce que je fais ? Le mort ? Oui, le mort. Avec un peu de chance, il ne m’aura pas vu. Ça va, Val, boit son coca l’air de rien. Et prie.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Sam 21 Mar - 22:28



Le mauvais goût qui rassemble

- "Viens nous rejoindre pour le concert au bar, on passera la soirée entre collègues, on fera la fête..."

Ce n'était pas tout à fait l'idée qu'il s'était fait d'une fête. Passez encore les odeurs qui avaient frappé ses pauvres narines dès qu'ils avaient passé le seuil du bar. Passez les hurlements hystériques qui lui avaient fait marquer un temps d'arrêt et écarquiller les yeux de surprise... Tout ça... Tout ça, ce n'était rien comparé à l'immondice notoire qui avait eu le malheur de frapper subitement ses tympans. Quelle indescriptible horreur ! Qui avait eu l'idée de l'inviter à un rituel satanique pour égorger des cochons en public ? Pourquoi avait-il accepté de se prêter à un tel jeu de contemplation ? Comment ça, il ne s'agissait que d'un simple petit concert ? Non, non, il entendait bien des mots sataniques... ou alors c'était le son d'une voix féminine stridente et d'accords brillamment ratés ?

"Viens danser avec nous" qu'avait dit la collègue de boulot. C'était en se précipitant derrière la masse grouillante de gens, qui levaient les bras devant ce spectacle saisissant, laissant échapper cris et odeurs du même coup. La gargouille s'était contenté de prétexter qu'il avait grand besoin de boire quelque-chose avant de les rejoindre : et pour cause, il espérait bien parvenir à se saouler suffisamment pour oublier cette expérience. Mieux valait ne garder aucun souvenir.

Nouveau beuglement, Elséar poussa directement deux péquenots qui dansaient sur place comme des ahuris et se fraya un chemin salvateur jusqu'au comptoir du bar : Compostelle version "mon pélerinage c'est l'alcool". Nom de Dieu, ce qu'il pouvait en avoir des frissons glacés dans le dos. Qu'elle arrête, mais qu'elle arrête tout de suite ce massacre ! Il était bien entendu pour les petits groupes désireux de sortir, mais là... Là, non. Juste non. Envahi par les émotions, Elsé' poussa un soupir avant de poser son séant sur l'un des tabourets et se contenta de commander un premier whisky. Bon sang... Comme si se passer une serviette sur la gueule pouvait lui éviter de manifester toutes les émotions révulsées qui parcouraient son visage.

Du mouvement, à ses côtés. Tiens, n'avait-il pas déjà vu ces boucles blondes quelque-part ? Il n'en savait fichtre rien. Comme s'il eut été possible de penser avec cette cacophonie ! La serviette glissant de son visage, Elséar décida enfin de jeter un coup d'oeil sur le côté. Ah ben oui, il avait déjà vu le moucheron. C'était pas la flippette de l'étage du dessus ? Sacrée coïncidence, non ? Enfin, pas une bonne coïncidence visiblement, étant donné que le bonhomme avait tourné la tête rapidement. Ben vas-y, Jules, fais comme si de rien n'était...

- B'soir, marmonna Elséar entre deux hurlements au micro.

Il avait beau lui flanquer la frousse, il était poli, lui, au moins. Nouveau refus d'aller danser. Elséar s'en fichait pas mal que la chanson ait changé pour passer à quelque-chose de plus calme. Enfin, plus calme c'était vite dit... Encore une qui avait vraiment intérêt à ne plus jamais monter dans les aigües si elle ne voulait tuer personne avec sa seule voix. Le bassiste s'y mettait aussi en plus. Il espérait peut-être envoûter quelqu'un avec sa voix de lover un peu trop mielleux...? Non parce que son ton résonnait davantage comme celui d'un ivrogne testant le surf sur l'Atlantique. Oui, les vagues comprises : cela expliquait scientifiquement le pourquoi de sa voix vacillante. Elséar aurait juré que le bougre était en train de muer.

Passant une main dans ses cheveux, la gargouille fit une grimace dépitée avant de se saisir de son verre. Cul sec. Bordel que ça faisait du bien ! Rien de bien sorcier, mais il valait encore mieux y aller crescendo. Par contre, il ne ferait pas bonne figure en restant planté dans cet endroit très longtemps.

- C'est mauvais, hein ?

À l'adresse de son voisin fuyant, évidemment. À qui avait-il le loisir de parler sinon ? Les autres étaient sous le charme de ce viol auditif, alors autant taper la causette avec le bonhomme qui semblait vouloir se fondre littéralement avec le comptoir.

- La musique, je veux dire...
ajouta-t-il avec un air contrit à l'adresse de la scène et de ses "artistes". Barman, le petit frère !

Oui, autant préparer le terrain et commander un deuxième whisky. La prise de contact n'était pas spécialement aisée avec le blondinet aux yeux de biche. Que dire ? Que faire ? Elséar avait bien conscience que l'individu avait un peu la trouille en le croisant dans leur immeuble, alors l'aborder lui paraissait délicat : d'autant qu'il ne savait guère pourquoi il était fui de la sorte. Bon, il n'avait pas toujours l'air aimable, mais quand même !

- On m'avait parlé d'un petit groupe tranquille, je n'aurais pas cru que mes oreilles en viendraient à presque saigner.

Tenter de plaisanter, supplément de sourire ironique. Voilà, c'était sans doute un bon début.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Dim 29 Mar - 17:40
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻ Que faire. Pourquoi tout dois toujours empirer ? Pourquoi j’ai la poisse ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour mériter ça ? Est-ce que j’exagère, là ?
L’air de rien, je porte le verre de soda à ma bouche pour en prendre une petite gorgée. Petite, parce qu’à 3 dollars le verre, on évite d’y aller à fond. Pendant ce court laps de temps, je me questionne quant à mes prochaines actions. Malgré la cacophonie, mes pensées sont étonnamment claires, à croire que j’ai l’habitude de penser à autre chose pour échapper à la situation présente. Ha ! Qui aurait cru que ça me serait utile un jour. Va savoir si c’est vraiment une bonne chose. Sauf qu’à part faire le mort, je ne vois pas vraiment ce qui pourrait m’aider.
Quand tout à coup… « B’soir. »
Les sourcils de la confusion et de l’inquiétude se froncent sur mon visage. Il me parle ? A moi ? Oh. C’est une première – je lui jette un regard éclair avant de me fixer de nouveau sur mon verre. C’est qu’il est intimidant, et je me sens pas trop de jouer la comédie. Au point où on en est, ça ne sert à rien.
Et donc. A-t-il bu ? Le verre vide devant lui me l’atteste, mais on ne peut pas être ivre deux minutes après un unique verre, même cul sec. Surtout si on fait plus d’un mètre quatre-vingt et sûrement plus de vingt kilos de plus que moi. D’ailleurs je me rends compte que je n’ai pas répondu à sa salutation. Il n’a pas l’air de s’en formaliser. Uh.
Plein de questions me traversent l’esprit. Se faire accoster par quelqu’un au bar – je m’y étais plus ou moins attendu, mais sûrement pas par mon voisin. Heureusement, il semble être principalement être là pour parler, mais m’a-t-il seulement reconnu ? Pourquoi me parle-t-il normalement maintenant alors que je n’ai droit qu’à des regards meurtriers lorsque j’ai la chance de le croiser dans le couloir ? Ça aurait pu être comique s’il ne me faisait pas réellement peur.
Du coup… est-il en proie à des sautes d’humeur ? Est-ce qu’à chaque fois qu’on se croise, il est de mauvais poil ? Pourquoi est-ce que c’est si compliqué ? Est-ce que je me pose trop de questions ? Détend-toi, magicarpe. Il agit amicalement, autant se calquer là-dessus.
Sur cette pensée, j’inspire profondément et je relâche un peu mes épaules pour me tourner légèrement vers lui, faisant pivoter te tabouret.

« C’est mauvais, hein ? La musique, je veux dire. »

Je ris un peu en regardant vers la scène. Mon rire est un peu inégal, mais tant pis.

« Ca… »

Je te le fais pas dire.
Pendant que l’autre commande un deuxième verre, je ne peux pas m’empêcher de se focaliser un instant sur ses dents. Toutes pointues. On dirait un peu un requin. Ce n’est pas vraiment rassurant. Est-ce qu’il les a limées ? Ou est-ce que c’est naturel ? Auquel cas… Enfin, ce n’est pas vraiment important, je n’ai pas vraiment mon mot à dire avec ma pigmentation et mon sang violet.

« On m'avait parlé d'un petit groupe tranquille, je n'aurais pas cru que mes oreilles en viendraient à presque saigner. »

Un demi-sourire se peint sur mes lèvres. « Petit groupe tranquille » n’est effectivement pas vraiment le mot. Je dirais plutôt « massacre à la guitare électrique et à la voix mal placée. » Quoique le morceau actuel est un peu moins énervé que les précédents.

« Et encore, on est loin des baffles. »

Bon. Malgré mon incertitude probablement évidente sur mon visage, je me tourne autant que je le peux vers lui, preuve que je suis ok pour la discussion. Peut-être qu’on pourrait repartir sur de bonnes bases ? Ce serait vraiment bien.

« Ils ont l’air de bien s’amuser, mais le mal de tête de demain sera moins fun. »

Je suis persuadé que la majorité de la salle est, en fait, de notre avis, mais qu’ils ont décidé de ne pas y faire attention et de saisir l’occasion pour aller se défouler en dansant devant une scène. Et quant au groupe… j’espère qu’ils acceptent les critiques pour s’améliorer par la suite.
Prenant mon verre et le gardant cette fois à la main, je désigne la scène du menton.

« Disons que j’espère qu’ils ne vont pas faire une reprise d’une bonne chanson et la massacrer. Ce serait horrible. Ou du Abba. J’en ai marre des mauvaises reprises d’Abba. »

Spéciale dédicace à la gardienne.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Ven 3 Avr - 4:36



Le mauvais goût qui rassemble

Une réaction ! Ça c'était chouette ! Elséar en fut surpris, s'étant plutôt attendu à ce que l'autre change tout bonnement de siège. Ce fut d'abord un regard interloqué qu'il coula vers le blondinet, un peu comme si son cerveau avait bugué, l'espace de quelques minutes. Sérieusement, il s'était retourné vers lui et acceptait de discuter. Ce n'était pas une blague ? Clignement des paupières : ah non, il ne rêvait pas. De toute façon, s'il avait rêvé, il aurait bien voulu se réveiller : on n'avait pas idée de rêver d'une musique aussi mauvaise.

- Ah ah...!
survint le rire pourri de celui qui est surpris de se faire aborder et qui ne sait pas comment réagir sur le moment.

Quel tableau. Comment s'appelait son voisin d'ailleurs ? Poirier ? Fraisier ? Il aurait juré qu'il y avait un arbre fruitier dans son nom, mais impossible de remettre la main dessus... Ouh là... Elsé' et son don pour s'en ficher littéralement des autres. Voisin qui tentait d'entrer dans son jeu et vannait ainsi à la fois le concert et les maudites chansons d'Abba que leur propriétaire passait en boucle. Entre ça et les comédies musicales, ça ne s'arrêtait vraiment jamais dans cet immeuble. Autant dire que mettre du rock pour couvrir le tumulte était toujours un plaisir. Haussant un sourcil, la gargouille fit mine de suivre le mouvement de menton de son interlocuteur, jetant un œil à la scène où la chanteuse se trémoussait.

- Bien d'accord, approuva-t-il en hochant la tête.

Ah, le petit frère du verre de whisky était arrivé : parfait. Non, mieux valait ne pas le boire tout de suite, n'est-ce pas ? Déguster ? Avec une musique aussi dégueulasse ? Il ne fallait pas pousser. De nouveau accoudé au comptoir, Elséar promena ses prunelles cachées sous des lentilles marrons vers les bouteilles qui étaient alignés devant lui. Bon sang, avait-il vraiment perdu l'habitude de se montrer sociable à ce point-là ? Gargouille, c'était le mot... Après tout, c'était lui qui venait de chercher à taper la discute, non ? Alors quoi ? Peut-être avait-il tout simplement cru que le bonhomme se contenterait de l'ignorer. Un point en moins : tout ne se passait pas toujours comme on pouvait l'attendre.

Nouveau crissement de guitare. On ne pouvait pas qualifier ça de musique, ce n'était pas possible. Ce n'était pas une note, c'était un crissement strident. Oh non... Non, non, non.. Ces notes... Cette voix... Ces paroles... Était-ce possible ? Était-ce seulement concevable ? Un soupir à fendre l'âme franchit le seuil des lèvres d'Elsé'.

- Putain de merde...
jura-t-il en bon français cette fois, avant de se reprendre très vite, ils ont déjà massacré Evanescence et comme si ça ne suffisait pas, ils massacrent ce qui est déjà complètement naze à la base !

Justin Bieber... Passées la musique bidon que le groupe pouvait offrir et la voix criarde de la chanteuse toujours aussi enjouée, voilà que des hurlements hystériques s'en mêlaient. Est-ce qu'ils étaient bien sérieux ? Le tabouret d'Elséar fit alors une rotation à cent quatre-vingt degrés. Ce fut son verre à la main qu'il ne manqua pas de contempler sa collègue de travail et ses deux compagnons en pleine folie. Hein ? Venir danser ? L'air blasé de l'abonné au comptoir et sa façon de secouer la tête achevèrent de la dissuader de faire des gestes de la main pour qu'il les rejoigne. Jamais. Ô grand jamais il ne lèverait ses fesses de ce tabouret pour se dandiner sur ça.

- On doit avoir les mêmes compagnons de soirée, j'imagine, finit-il par dire à son voisin, le genre qui te laissent poiroter toute la soirée alors que tu t'ennuies... et à qui tu ne peux pas fausser compagnie sous peine de les voir faire la tête. Je vois mes collègues de boulot d'un autre œil ce soir.

Elséar ne resterait sans doute pas jusqu'à la fin du concert et tant pis si ces imbéciles le prenaient mal : ça lui coûtait déjà beaucoup trop en énergie d'avoir fait l'effort de s'enticher de ces imbéciles d'humains. Lançant un sourire cette fois plus sincère à son acolyte du moment, la gargouille hésita un moment avant de se décider même si pas très assuré.

- On ne s'est jamais présenté correctement, je crois, dit-il en levant son verre de whisky et faisant mine de trinquer, Elséar.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Ven 1 Mai - 0:26
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻ « Putain de merde, » lâche-t-il dans un français excellent. Mon crâne part légèrement en arrière alors que je mets à rire le plus sincèrement du monde, même si ma voix se retrouve très vite engloutie par un accord étrange qui n’a pas grand-chose à faire là. S’il trouve ça irritant (notez l’euphémisme), personnellement je trouve ça très drôle. Massacrer Evanscence ? Massacrer ce qui est déjà naze de base ? Sous-entend-il donc qu’Evanescence n’est pas naze ? Comme on dit, tous les goûts sont dans la nature. Mince, c’est pas pour rien que bring me to life est passé au stade de meme. Bon, on va dire qu’Eva n’est pas vraiment mon truc. Au final, c’est pas plus mal qu’il ne décident pas à vomir sur des groupe que j’aime.
Je coupe mon rire avec une gorgée, mais mes épaules me trahissent encore. C’est comme s’ils le faisaient exprès. Peut-être que c’est le cas, d’ailleurs ? Au fond, même si c’est très amusant, je l’espère du fond du cœur. Quoique mes espoirs puissent être mon voisin dans tous les sens du terme finit par se tourner, et je jette un œil également. J’imagine que la personne qui agite son bras vers lui est une connaissance. Il secoue la tête, l’air un peu dépité pendant que je le regarde avec un air un peu amusé, les yeux un peu brillants à cause de mon soudain éclat de rire d’il y a quelques minutes. Je ne me moque pas. La situation est juste incroyable. Justin Bieber en arrière-plan, quoi. N’est-ce pas artistique ?

« C’est tout à fait ça. Comme quoi, il faut toujours regarder le programme avant de venir dans un endroit du genre. » C’est comme aller au cinéma, prendre un film au pif et s’assoir devant l’écran géant. C’est quitte ou double. « Moi qui pensais renouer avec d’anciens amis, je compatis. »

Je me retourne une nouvelle fois, vers le comptoir, pour finir mon fond de soda d’un coup et croquer dans un glaçon. Avec la chaleur qu’il commence à faire, ça fait un bien fou, malgré mes bras qui frissonnent un peu.
Manque de chance, c’est ce moment que choisit mon voisin pour se présenter en bonne et due forme. Il était temps ! Après tous ces regards assassins. En tout cas, cela achève la nervosité qui subsistait encore un peu dans ma mâchoire. Elséar, c’est quand même un drôle de nom. Ça s’écrit comment ?
Question mis à part, je lève mon verre de glaçon avec un sourire à la fois réjoui et encourageant – il n’a pas l’air totalement à l’aise. Peut-être qu’un peu de français y remédiera ? Son juron de tout à l’heure était sympa.

« Valentin. »

Après ça, je commande un cocktail sans alcool. J’ai envie de quelque chose de frais et sucré. Il fait beaucoup trop chaud pour moi ici. Et puis je tiens mal l’alcool. C’est plutôt catastrophique, même.
Sans quitter le verre une seconde alors que le barman le prépare devant nous (on ne sait jamais), je me tourne un peu vers Elséar pour lui indiquer que je m’apprête à lui parler.

« J’ai quand même une question à te poser – tu permets que je te tutoie ? » Je me racle un peu la gorge. Je n’ai pas vraiment l’habitude de hausser la voix comme ça pour me faire entendre à travers une telle apocalypse. « C’est un peu délicat, mais est-ce que je fais parfois trop de bruit ? En rentrant tard, ou chez moi ? » Je ne sais pas vraiment combien d’étages nous séparent, mais c’est quelque chose que je veux vraiment tirer au clair.

Parce que c’est vraiment bizarre, quand même. Il a l’air plus détendu, ici, outre son attitude ronchon par rapport à la musique - Ronchon, aha – et ses plaintes par rapport à ses collègues. Rien à voir avec les moments où nous sommes croisés à la porte. Du coup, la question se pose.
Mon cocktail arrive et j’ai même droit à une sympathique paille jaune.

« Je veux dire, si c’est le cas je suis désolé. Mais je me demandais pourquoi j’avais le droit à un regard de tueur là-bas et à une présentation ici. »

Mon sourire prouve – du moins j’espère – que je ne l’accuse pas du tout et que je m’interroge réellement. Je ne voudrais surtout pas énerver un mec avec des dents de requin.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Lun 4 Mai - 6:13



Le mauvais goût qui rassemble

Valentin.
Avec un magnifique accent français. Que de souvenirs... Avec tout ce bruit, il n'avait pas réellement fait attention à son accent. Ca faisait plutôt bizarre de retrouver un compatriote dans un endroit pareil : Détroit était toute petite. À dire vrai, il ne faisait tellement pas attention à son monde que tout s'avérait être une surprise au bout du compte. Entre autre, son voisin était aussi français que lui. Bon point s'il escomptait parler un peu sa langue natale. L'anglais n'était pas la langue la plus compliquée à apprendre, mais ça l'avait bien fait suer sur le moment.

À la mention de la question à lui poser, Elséar se tourna vers son interlocuteur, un air interrogateur sur le visage. Se faire tutoyer ne le gênait pas spécialement, aussi se contenta-t-il de secouer la tête pour affirmer que c'était bon.

- Trop de bruit en rentrant tard... ?
répéta-t-il machinalement.

Comment ça, trop de bruit ? Elséar, comme d'habitude, n'y prêtait pas forcément attention : d'ailleurs, il n'était pas présent chez-lui la nuit la plupart du temps. Haussant un sourcil, il se contenta de fixer son interlocuteur avec curiosité, se disant que ce dernier allait sûrement préciser sa pensée. Dans sa tête, la gargouille en était à chercher à quel moment il avait pu se mettre en rogne à cause du bruit. Même s'il s'en fichait, c'était plutôt lui qui avait pris l'habitude de laisser la porte du hall se refermer toute seule dans son claquement sonore si caractéristique.

Quand Valentin en vint enfin au fait, Elsé' comprit un peu mieux ce qui le motivait à le questionner là-dessus. Un regard de tueur. D'abord surpris, la gargouille finit par sourire à son tour. Un regard de tueur : voilà, maintenant il savait où il voulait en venir. Malheureusement, il n'y avait qu'une explication logique à ce phénomène lorsque tous deux se croisaient parfois. Enfin, ça, c'était bien avant qu'il ne finisse par s'y habituer et que cela devienne moins fatiguant à supporter.

- No stress ! Rien à voir avec le bruit que tu peux faire quand tu rentres chez-toi, répondit-il sans vraiment cesser de se marrer.

Pas ce bruit-là en tout cas. Comment lui faire comprendre qu'un horrible sifflement avait retenti dans sa tête durant un bon moment ? En sa présence ou en le sachant à l'un des étages du dessus, Elséar s'était retrouvé à vivre avec ça durant des jours et des jours... jusqu'à ce que ça finisse par se calmer petit à petit. Comme d'habitude lorsqu'il y était confronté, la gargouille avait été d'une humeur massacrante et ne se privait sans doute pas pour jeter sa colère à la face du malheureux. C'est qu'en plus, il n'était pas le seul à provoquer ça chez-lui... À se taper des migraines à répétition, il y avait de quoi être franchement furax. Ce don était une calamité chaque jour.

Maintenant, il s'agissait de lui expliquer. Aujourd'hui la situation était plutôt amusante, mais il n'aurait pas beaucoup rigolé si cette sensation désagréable s'était prolongée. Fort heureusement, le bonhomme n'avait pas l'air bien maléfique, un peu comme son voisin à la carrure d'armoire à glaces. Cet immeuble, dans le fond, c'était un peu le "paradis" des monstres gentils... ou presque.

- Laisse-moi t'en dire un peu plus, même si le lieu n'est pas approprié pour rentrer dans les détails.


L'expression d'Elséar passa de sympathique à un peu plus inquiétante en une fraction de seconde. Rien ne l'empêchait d'enquiquiner un peu ce pauvre Valentin. S'il était toujours de bonne humeur ou un peu moins ? Difficile à déchiffrer. Inspiré, il se contenta de se rapprocher de son interlocuteur, histoire qu'il n'y ait que lui qui puisse entendre ce qu'il avait à lui dire. Pour prouver qu'il désirait être discret, il se contenta d'un petit signe de la main.

- Disons que je sais plus ou moins ce que tu es vraiment,
murmura-t-il avec un sourire carnassier.

Quant à savoir comment le jeune homme allait le prendre, mieux valait attendre tranquillement. Elséar se contenta de se reculer sur son siège pour boire une nouvelle gorgée de son verre.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Mar 23 Juin - 18:35
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻ Vous savez, il y a des moments où j’aimerais posséder un truc qui permettrait d’arrêter le temps, puis de le reculer. Un magnéto, à l’ancienne, ou carrément une appli. Quelque chose comme ça. Un truc qui me permettrait de sortir de situations chiantes et non voulues, ou stressantes que j’aurais pu éviter.
Parce que là, son expression me stresse vachement. La paille coincée entre le pouce et l’index, je plisse les yeux alors qu’il se rapproche après une réplique énigmatique que je n’aime pas trop. Comment ça, le lieu n’est pas approprié ? Qu’est-ce que tu vas me dire ?
Il se penche vers moi, et je ne suis pas certain de vouloir le suivre dans son geste. La méfiance qui se peint sur mon visage est vraiment celle de quelqu’un qui a quelque chose à se reprocher. C’est normal, c’est le cas. Mais maintenant que le sujet est lancé, je ne peux pas vraiment retourner en arrière. Heureusement, la musique est forte et bien que j’en fasse momentanément abstraction, je sais qu’elle couvre n’importe quel mot pour quelqu’un se trouvant à plus de quarante-centimètres. Je fais glisser mon verre dans sa direction alors que je m’approche à mon tour, pour ne pas le quitter des yeux une fois à portée de ses mots.

« Disons que je sais plus ou moins ce que tu es vraiment. »

On peut dire que ça fait son petit effet. Mes épaules se tendent et je me recule comme s’il m’avait brûlé. Je le fixe directement dans les yeux, toute trace de sourire disparue. Ce n’est pas en défi : je cherche. Il y a beaucoup de choses que cette phrase peut vouloir dire.
Valentin, ne panique pas tout de suite et pense bien à ce qu’il a dit, me dis-je sans me détourner. Il a dit ce que tu es, pas ce que tu fais. Est-ce que ça change tout ? Peut-être. Il pourrait faire allusion à ce que je redoute le plus, comme tout à fait autre chose. Que pourrait-il savoir qui me concerne qui l’ait poussé à me lancer des regards pareils ? On vit dans le même immeuble, mais à part dans ce sous-sol, je ne l’ai jamais croisé nulle part ailleurs. Comment pourrait-il savoir ? On avait dit pas de panique. Son sourire est immense, mais cette fois ce ne sont pas ses dents qui m’interpellent. Est-ce qu’il se moque ? Si oui, de quoi ? Merde. Je ne devrais pas avoir de raison de me sentir honteux, n’est-ce pas ?
Ce que tu es… je dévie un peu sur les faits d’actualité, Detroit en général. Mais là encore, comment ?
Et puis il y a cette histoire de lieu. Aaah.

Ça ne sert à rien de prendre trop d’avance, si ça se trouve je me trompe sur toute la ligne. Ca n’empêche pas mon expression de se fermer complètement et mon pied de s’appuyer dans la direction opposée, prévoyant un départ précipité pour couper court à la conversation si nécessaire. Je ne cache pas mes gestes. Voisin ou pas, il y a des limites à ne pas franchir, et présentement il n’est vraiment pas loin. Mes doigts se serrent sur le verre, mais je ne casse pas le contact visuel.

« Il va falloir que tu sois un peu plus précis. »

Il se recule tranquillement pour prendre une gorgée de sa boisson. L’air de rien. Est-ce que c’est de l’énervement que je ressens ? Ca faisait longtemps, tiens. Il s’entend clairement dans ma voix, bien moins détachée que tout à l’heure.

« Parce que là t’es pas très clair. Explique. »

Au pire, je me barre.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Dim 28 Juin - 4:31



Le mauvais goût qui rassemble

Quelle nervosité... Elséar s'imaginait lui mettre un peu la pression et le changement de ton prouvait que c'était chose faite. Dans quel sens ? Valentin avait-il si peur d'être découvert par un tiers ? Difficile d'imaginer tout ce qui pouvait pousser son voisin à réagir de la sorte. Pour la gargouille, il ne s'agissait que d'une seule explication.

Haussant un sourcil en constatant que le jeune homme avait l'air contrarié par la tournure de la conversation, Elsé' se dit qu'il était sans doute préférable d'arrêter là le petit jeu des énigmes. Par quoi commencer ? Devant tout ce monde, mieux valait se montre discret. Les gens ne feraient sûrement pas attention à eux avec une musique pareille, mais aucune raison de tenter l'expérience et de parler trop fort pour leur propre bien à tous les deux.

- Pas de malaise,
commença-t-il finalement en se rapprochant avec son tabouret pour pouvoir parler tranquillement, je ne sais pas de quelle espèce tu es, mais je sais que tu es un "monstre".

Il se doutait que diminuer la distance entre eux pouvait paraître légèrement intrusif, mais c'était ça ou courir le risque d'être entendu. Elséar tenait un peu trop à sa tranquillité pour accorder autant d'importance aux humeurs de son interlocuteur.

- Quand une créature est dotée d'une essence maléfique comme la tienne, je suis capable de le sentir, poursuivit-il avec un peu plus de sérieux, je suis une gargouille : ça fait partie de mes capacités.

Autant ne pas laisser planer le mystère plus longtemps et avouer directement ce qu'il était. À son sens, ça les mettait sur un pied d'égalité et peut-être que ça permettrait de diminuer les tensions qu'il pouvait encore y avoir entre eux. Du moins, il l'espérait, même si sa façon d'agir était plus que maladroite et aurait très bien pu faire fuir Valentin. Le côté taquin n'était jamais du goût de tout le monde et il n'était, hélas, pas très doué pour ce genre de rapports amicaux. Ce n'était pas faute de faire des efforts, néanmoins il avait encore beaucoup de travail à faire pour se rapprocher des gens plus naturellement.

- Ce pouvoir n'est pas ce qu'il y a de plus agréable. S'il permet de deviner quand un monstre de nature plus ou moins malveillante rôde dans les parages, la contrepartie est que j'entends un sifflement strident éclater dans ma tête. Ça peut aller d'un son juste chiant à des migraines pas possibles.

Le ton n'était pas accusateur, bien évidemment. Cette gêne quasi constante n'était du fait de personne, hormis de ceux qui avaient décidé un jour que les gargouilles devaient protéger les humains. Étant donné sa volonté de ne pas agir en leur faveur, Elséar se serait bien passé de ce don, même si celui-ci avait pu être pratique autrefois. La douleur pouvait être insupportable lorsque la créature d'en face n'était pas le premier petit monstre du coin : le genre juste bon à effrayer les mômes dans le noir. Concernant Valentin, ça n'avait pas été très reposant, malgré qu'il n'ait pas été le pire que la gargouille ait pu ressentir.

- On habite dans le même immeuble : je te laisse deviner ce que ça a pu donner jusqu'à ce que je finisse par m'habituer. Bon, tu en as eu un petit aperçu avec mes... regards de tueur.

Revenant à son verre pour éviter soigneusement le regard de son interlocuteur, Elsé' sembla hésiter un instant. Puis :

- ... Désolé pour ça.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Lun 27 Juil - 3:39
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻Je m’énerve rarement. La plupart du temps, j’essaie de prendre les choses à la légère, ou de simplement prendre mon mal en patience. La colère, ça ne me réussit pas vraiment. Le fourmillement qui parcourt mes bras et qui crispe mes mains ne m’est pas du tout familier, et d’autant plus désagréable. Heureusement, son sourire narquois que j’interprète comme moqueur se transforme en haussement de sourcil. Ça me calme un peu. C’est bien, il s’est rendu compte que son cinéma n’est pas drôle. Bravo. Le pied toujours appuyé au sol, je ne fais pas un mouvement alors qu’il s’approche une nouvelle fois. J’attends ses explications. Justin Bieber peut continuer de hurler et de cracher, je ne l’entends même plus.
Quand elles arrivent, ce n’est vraiment pas celles que j’attendais.

Il place les mots « espèce », « monstre », et toute la tension dans mes épaules redescend. Je remercie Jésus pour Sa bonté. Mon regard, qui s’était par reflexe focalisé uniquement sur Elséar, s’adoucit et se pose sur mon verre.
Arrive donc une nouvelle mood swing : de méfiant et très visiblement sur mes gardes, mon sourire revient en même temps que l’air avenant, comme si ma crainte de tout à l’heure n’avait jamais existé. En réalité, j’ai toujours comme une petite boule de ping-pong en plomb dans le ventre et l’impression d’avoir une cordelette autour de l’œsophage, mais rien qui ne change grandement de d’habitude. C’est qu’il m’a fait peur, l’Elséar. Vous savez, c’est comme quand vous voyez un cafard le matin et que vous passez ensuite la journée à vous frotter et à sursauter dès que quelque chose vous touche la jambe ou le dos (avant que vous ne vous rendiez-compte que ce n’est que la lanière de votre sac). C’est assez similaire. Mais c’est plus fort et plus chiant. Et pas de tout repos.

Ça ne m’empêche pas de lâcher un grand soupire soulagé et de prendre une gorgée de cocktail pour me remettre de mes émotions en me rasseyant correctement sur mon tabouret. Donc, il sait que je suis un monstre. Si ce n’est que ça.
Je me rapproche de nouveau de mon interlocuteur alors que celui-ci passe aux explications plus sérieuses, et mes yeux s’arrondissent un peu à la suite de ses paroles. Créature maléfique ? Gargouille ?
Je suis une créature maléfique ? Allons bon. Remarque, ça se tient. C’est vrai que la petite sirène a un peu dé-diabolisé le truc, parce l’Odyssée n’était pas très flatteur pour nous autres créatures aquatique. Mais là encore, il faut être précis. D’après mon père, nous sommes un peu comme des nymphes de l’eau. Et tout d’un coup, je m’interroge. Dans l’Iliade, les sirènes attiraient les marins pour les noyer et/ou les dévorer. C’est vrai qu’en soi ce n’est pas sympathique et plutôt diabolique… Est-ce que ça voudrait dire que je suis carnivore ?! La question se pose. J’ai toujours mangé de la viande et des légumes sans m’interroger, mais…
Je me suis toujours fait la blague en mangeant du poisson, mais et si c’était vraiment du cannibalisme ? Quel acte barbare ! Je vois la vie sous un autre jour.

Val, tu dérailles.
Mon voisin est donc une gargouille. C’est pas censé être, genre, un gros rocher ? Est-ce qu’il fait comme moi et que ce que je vois en ce moment n’est pas sa vraie apparence ? Est-ce que ça explique les dents ? Et ses cheveux alors, c’est naturel ? Tant de questions passionnantes que je ne peux pas vraiment poser comme ça sans prévenir.
Et puis, il m’explique comment ça se passe dans ses oreilles, et c’est le drame.
Il ne m’accuse en rien, je le vois bien, mais le fait que je sois responsable de ses maux de tête est là.

Un « oh mon Dieu, je suis désolé » sort à toute vitesse de ma bouche sans vraiment que je n’arrive à gérer l’arrivée de son.

Ses raisons de vouloir m’assassiner à coup de pupilles deviennent tout à fait légitimes et compréhensibles. Même si bon, c’est vrai qu’au final ce n’est vraiment pas de ma faute et que je ne pouvais pas savoir.

«  T’excuse pas, je comprends. J’imagine que d’avoir une alarme incendie dans la tête à chaque fois que tu croises quelqu’un d’un peu bizarre doit être chaud. »

Je grimace en son honneur.

« Ça arrive souvent ? L’ibuprofène ça fait rien ? »

Une gargouille, hein… tourné de nouveau vers le comptoir, je l’observe du coin de l’œil. Je le dévisage, même, comme une inspection. C’est impoli, je sais, mais je suis trop curieux.
Imitant son geste de tout à l’heure, je m’approche pour plus de discrétion.

« Je connais pas grand-chose sur les gargouilles… C’est genre, des statues, non ? Dans mes souvenirs ça fait un peu peur, avec des ailes et tout, et des expressions un peu flippantes. »

J’agrémente mes mots en pointant des index mon dos, imitant vite fait des ailes et indiquant ensuite mon propre visage.

« A part les dents et le regard assassin, ça va, tu te fonds bien dans la masse. »

Je souris un peu en le taquinant. Ce n’est que partie remise, voisin.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Jeu 6 Aoû - 22:29



Le mauvais goût qui rassemble

L'Ibuprofène... Il en avait de bonnes celui-là ! Entendant sa remarque, Elséar laissa échapper un léger rire et haussa les épaules en secouant la tête. C'était une bonne idée, mais il doutait que la substance soit assez intense pour lui éviter son propre pouvoir. Même avec toute la volonté du monde pour ne pas en être victime, ça n'avait pas fonctionné. Victime, oui. Cette capacité ne lui servait pas à grand chose désormais. Au fond, il avait été content de l'avoir pour se protéger lui-même de la proximité des créatures maléfiques. C'était avant de savoir se défendre. Tout au plus parvenait-il à appréhender les ennuis aujourd'hui. Quant aux humains... qu'ils se débrouillent.

- Dans cette ville, ce n'est pas rare, répondit-il plus machinalement qu'en y réfléchissant vraiment.

Légèrement perdu dans ses pensées, Elsé' tourna de nouveau le regard dans la direction de Valentin lorsque ce dernier se rapprocha de lui. Après la démonstration de stress intense dont le jeune homme avait fait preuve, il ne s'attendait pas vraiment à cette proximité, même pour chuchoter. Des genres de statues... Cette affirmation lui arracha un haussement de sourcil à la fois amusé et intrigué.

- Ah ah, merci, répondit-il avec un sourire, content de savoir que je passe plutôt bien inaperçu !

L'ambiance était devenue plus détendue, ce qui n'était pas plus mal. Elséar s'en serait voulu de tout gâcher encore une fois. Il avait encore besoin de travailler sa façon de s'adresser aux autres, même s'il n'en faisait sûrement pas une priorité à l'heure actuelle. C'était tout de même agréable de pouvoir discuter naturellement avec quelqu'un de la sorte. Il devait cependant bien avouer que les dents pointues n'étaient, en effet, pas toujours un plus pour aborder les gens. En général, il écopait principalement de regards interloqués, voire dégoûtés... super, hein ?

- Les gens voient des statues : c'est notre autre apparence... sans doute un peu flippante, je te l'accorde. Ça dépend des gargouilles, mais dans ma famille, les gens ont des ailes principalement en arrivant à l'âge adulte. Notre apparence change à mesure que nous vieillissons.


Ils étaient censés éloigner le Mal avec un grand M, après tout. Autant avoir l'air de pas trop rigoler, non ? Cela dit, leur rôle était surtout de prévenir les humains, de les avertir : intervenir était un bonus... que beaucoup adoptaient sans se formaliser de leur propre sécurité. Sa mère en avait fait partie... et certains des autres finissaient leur vie à croupir sous forme de statue parce que des religieux un peu trop à fond dans leur délire s'étaient plus à briser une part d'eux et à les clouer à tout jamais sur des églises.

Et soudain, le son du concert sembla exploser. Ah ouais, ils étaient encore plus motivés qu'au départ. Les fans transis au pied de l'estrade avaient dû motiver les troupes et pas qu'un peu. On partait sur du Indochine après Justin Bieber. Pour Elséar, ça sonnait un peu comme le signal du départ. Une grimace vint s'ancrer sur son visage tandis qu'il se tournait vers les responsables du vacarme et il poussa un soupir.

- La discussion est agréable, Valentin, mais je pense que je vais décoller de cet enfer et laisser l'autre cruche s'éclater sans moi. Il faudra qu'on ait l'occasion de se croiser dans un lieu moins naze.

La gargouille coula un regard dépité en direction de sa collègue qui se trémoussait sur la piste et récupéra son manteau sur le dossier de sa chaise.

- D'ailleurs, si jamais tu veux t'échapper, ma voiture est juste dehors, ajouta-t-il en désignant la sortie d'un mouvement du pouce, je peux te ramener sans problème.

Même s'il se demandait si le bonhomme allait accepter une offre pareille. Elséar se foutait royalement de laisser sa collègue en plan : ce n'était pas comme s'ils étaient liés d'une quelconque façon. Pour Valentin, en revanche, il ne savait pas. Dans tous les cas, il était sur le départ.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin (admin)


Merci Alec pour ce magnifique dessin *-*

▌Espèce :
Nixe — Transformation en ondin — Charme par la voix (non maîtrisé) — Sensible aux chocs thermiques — Déshydratation rapide — Régénération aquatique.

▌Messages : 617
▌Double(s) Compte(s) : A venir :booty:

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   Mar 10 Nov - 16:07
LE MAUVAIS GOÛT QUI RASSEMBLE
ELSEAR & VALENTIN

✻✻✻C'était impressionnant de voir comment quelques minutes de discussion pouvaient changer la relation entre une personne et une autre. Peut-être que concernant Elséar et Valentin, ce dernier s'était un peu trop fait de films dans sa tête, qu'il avait peut-être un peu réagi trop vite en pensant que son voisin le détestait d'office et avait des envies de meurtres envers sa personne. Du coup, c'était chouette. Et impressionnant, donc.
Tout en l'écoutant parler, l'ondin amena de nouveau sa paille jusqu'à sa bouche pour siroter lentement, mais sûrement - lorsqu'Elséar eut fini de parler, il était presque arrivé au fond du verre. Penchant son verre de temps à autres, il évitait comme un pro le bruit peu distingué de la paille qui aspire de l'air et du liquide à la fois, tout en opinant de temps en temps pour lui montrer qu'il suivait. C'était intéressant, d'ailleurs, mais aussi un peu effrayant, et de nouvelles questions firent leur apparition dans l'esprit soudainement avide de Valentin. Est-ce que tout ça voulait dire que toutes les gargouilles avaient une conscience comme celle de son voisin ? Et par extension, les statues... ? Ça ressemblait beaucoup trop à un épisode de Doctor Who à son goût. A la limite, il préférait penser qu'il n'y avait que les gargouilles - les trucs sacrés, tout ça. C'était moins flippant. Mais flippant quand même. En tout cas, il le croyait sur parole.
Et puis Elséar se mit à parler d'ailes. Le regard de Valentin s'illumina alors que l'image qu'il se faisait dans sa tête passa soudainement d'effrayante à très classe, de La Volière à Chernabog. Okay. Respect. Par ailleurs, il n'avait toujours pas cessé de le dévisager. Simple remarque, mais maintenant qu'il le voyait sourire - si l'on faisait abstraction de ses d e n t s - et parler normalement, Valentin se rendait compte qu'il n'était pas moche, le bougre. Ça alors.

Valentin reposa son verre vide sur le comptoir, ouvrit la bouche et pris une inspiration pour demander si « t'as des ailes, sérieux ? Et tu peux voler ? » mais il n'en eut pas le loisir, coupé par une nouvelle chanson venue tout droit des enfers. Quelques notes connues suivi de paroles avec un accent très mal géré. Val affichait le visage de la stupéfaction la plus totale alors qu'il se tournait, interdit, vers la scène. Bob Morane, c'était peut-être un peu abusé. Et comment ils connaissaient ça, pour commencer ? Peut-être aurait-il apprécié une fois bourré, mais comme il ne l'était pas et que c'était vraiment mauvais, ça faisait mal à son petit cœur bleu blanc rouge.
Sa détresse était visible lorsqu'il revint vers Elséar, qui proposa de partir.

« Ouais, euh. Ouais, » fit-il avec la grimace.

Avec un long soupir, il se leva, pianota rapidement un « je te trouve pas dans la foule et je commence à avoir mal au crâne, comme j'ai du boulot à faire je préfère rentrer. J'ai trouvé quelqu'un pour me ramener. On se recroisera une autre fois ! :D » à l'un des amis qui l'avait traîné jusque là. Il n'avait ni de boulot urgent ni mal au crâne, mais ça n'allait pas tarder s'il restait là plus longtemps. Il n'avait pas envie d'aller le chercher non plus.

« Avec plaisir, je suis venu en bus donc c'est pas de refus. Je te revaudrai ça, ou j'te paye l’essence si tu veux, » lança-t-il ensuite à l'adresse de son futur chauffeur.

Enfin cette soirée se terminait. Il n'était pas si tard, mais il avait l'impression d'avoir passé des heures dans cette cacophonie. Mais bon. Avec du recul, sa soirée n'était pas perdue, il s'était réconcilié avec son voisin.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


DON'T LET THE WATER DRAG YOU DOWN
©️ okinnel


incredible:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1279-qu-est-ce-qui-est-venu-en-premier-le-pepin-ou-la-pomme-valentin http://detroit-monsters.forumactif.fr/t119-les-aventures-d-une-pomme-valentin
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mauvais goût qui rassemble (ft. Elséar)
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» Alerte!Reponse aux magouilleurs et mauvais perdants...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Centre-ville-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg