Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Jeu 7 Mai - 16:35

Il y a comme une onde bizarre dans l'air...


Matinée de merde...

Lola courait comme une dératée, ne s'autorisant aucune pause. L'air s'était réchauffé dans la ville de Détroit, il n'empêche que pour elle ça restait froid. Vissant son bonnet en laine vert à sa tête, elle courut jusqu'à se retrouver à l'intérieur des bâtiments de Wayne State University. Elle s'étira de tout son long, reprenant calmement et discrètement son souffle. Huit heures pile. Génial, elle allait être en retard si elle ne continuait pas de courir. En retard dans le sens qu'elle n'aura pas la place qu'elle veut. La Rousse dégaina son portable, envoya le traditionnel sms à son Big Brother et à sa Little Sister, et reprit sa course.

Elle se prit une fois de plus la porte dans la gueule, parce qu'un gentleman avait eu la bonne idée de tenir la porte en grand pour sa lady, sans remarquer qu'une Lola passait par là. Elle grogna légèrement, s'exhortant que c'était pour le bien de la neurologie, et contourna la porte pour entrer dans la salle et se positionner à sa place attitrée du troisième rang. Contre un mur. Pas près des fenêtres. Et, naturellement, près d'un radiateur auquel elle se greffa sitôt ses affaires sorties. Lola se mit à griffoner sur son carnet à dessin, reçut les réponses de son BB et de sa LS et... Wait, attendez. Ses yeux se froncèrent et elle toisa – non, pas avec méchanceté, juste avec une onde glaciale – son frère. ... Qui venait de lui dire qu'il venait tout juste d'être appelé pour assister une opération. What the fuck please ?

- Parce que tu dois me couver dans ma salle de classe maintenant, frérot ? Tu n'as pas quelque chose à faire, comme travailler à tout hasard ?, lança-t-elle alors d'un ton pas du tout aimable ou ironique.

La Rousse arqua un sourcil, détaillant son frère. Il y avait quand même un truc qui la chiffonnait ; son Big Brother était-il devenu tellement paranoïaque qu'il mettait de côté son travail, ou bien avait-il une information à lui dire de lui-même.. ? Parce qu'il n'allait pas lui faire croire qu'il avait décidé de camper dans sa salle non plus, hein. ... Encore que. C'était possible après tout. Lola continua ses gribouillages du dimanche sur son carnet à dessin, toujours aussi greffée au radiateur. Elle finit par enever son bonnet. Et le prof qui n'était toujours pas arrivé. C'est qu'il savait se faire désirer, comme les autres d'ailleurs...

Mais tout ce ratafian de pensées n'expliquait pas le sms de son Big Brother..
Code de Frosty Blue de Never Utopia


H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 103

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Dim 14 Juin - 10:53



Absurde. En un mot, la situation était absurde. Les mains encore engourdie par la fraîcheur matinale, Alec s'était pourtant trouvé une place de choix dans le petit amphithéâtre de la Wayne State University. Au quatrième rang, contre le mur, une grande ombre noire plongeait sa silhouette dans une brume anthracite. Par chance, il avait même hérité d'un bout de radiateur, pourtant convoité par une poignée d'élèves qui, résignés, s'étaient placés au second rang. Trop fatigué pour répondre à leurs remarques acerbes, Alec s'était contenté de leur tourner le dos,  se courbant un peu plus au dessus du petit écran lumineux de son portable fissuré. 7h48. Voilà qu'il regardait défiler les minutes. Mais mince, si c'était le seul moyen pour qu'on lui foute la paix, soit!
Placé comme il  l'était, Alec n'aurait cédé son siège pour rien au monde. Loin de la clarté des fenêtres, il n'avait que quelques pas à faire pour atteindre la porte, seule issue de secours en cas de soudaines (et très probables) complications. Bien sûr, ça, c'était dans le pire des cas. Si le sans-visage espérait que tout se passerait pour le mieux, il gardait à l'esprit que la malchance avait tendance à lui coller aux basques, particulièrement ces derniers temps. Même dans l'éventualité que ses traits se décident à rester en place, porter le visage d'un autre n'était jamais dénué de danger. C'était bien là le problème. Alec, du haut de ses quelques heures de sommeil, n'avait toujours aucune idée d'où pouvait bien venir sa nouvelle tête.

"Merde, le conférencier est en retard en plus". Avait-il murmuré dans son coin.

Cela devait bien faire un an qu'Alec n'avait pas mis les pieds dans les couloirs d'une fac' et, pour dire la vérité, il ne s'en portait pas plus mal. Les bruits, le monde, les regards... A ses yeux, l'idée de se retrouver dans une grande pièce blindée d'étudiants n'était jamais des plus agréables. Si ce n'était pour ce prof, Alec n'aurait probablement pas assisté à un nouveau cours pour les quelques années à venir. Il consulta à nouveau son portable: 8 heure pile.  Toujours à demi-caché sous son écharpe, Alec sortit un petit carnet noir de son vieux sac déchiré et entreprit de se mettre à dessiner. Après tout, pour quelqu'un qui ne sortait pas, c'était une belle occasion de trouver quelques sujets à griffonner.
Quatre traits, un début de profil et...

"Frérot?". Merde alors, quel poissard! Il devait avoir pris l'apparence d'une connaissance d'un élève. A ce compte-là, il aurait même pu imiter la gueule du prof, quitte à embrasser le ridicule. Un peu déstabilisé par la question, Alec releva le museau pour se confronter à la jeune étudiante qui venait de lui adresser la parole. Le tout, c'était de garder son sang-froid. Et son visage, par la même occasion. Il prit une grande respiration et, après un long silence de plomb, se décida enfin à réagir.

"- Jour off, en fait"
lança t-il d'une voix enrouée pour ne pas lever de soupçons.


D'un œil angoissé, il toisa la distance qui séparait sa table de la porte. Quelques secondes, un calcul rapide et il  retrouva l'air interrogateur de sa voisine de table.


"Je me sentais pas bien."
toussa t-il, comme pour justifier sa présence.


8h02. Lorsqu'il releva les yeux, l'étudiante s'en était déjà retournée à ses papiers. Ouf. Il jeta un coup d 'œil rapide par dessus son épaule, aperçut quelques dessins gribouillés au coin d'une page, et revint à son carnet. Si Alec voulait tenir son rôle, il valait mieux ranger tout ça dans son sac. Le sans-visage, dépité, mima une nouvelle quinte de toux et se recala tout au fond de son siège. Avec de la chance, la jeune fille n'insisterait pas. Et, dans le pire des cas, il n'était jamais trop tard pour courir.


Spoiler:
 


© VAL



Join le serveur Discord des anciens de DM: https://discord.gg/AkyFbZP




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Lun 15 Juin - 23:14

Tu me prends pour qui, une couleuvre ?


...

Rien que le silence après ses deux questions ramenèrent sur le visage de Lola une méfiance absolue. Normalement, Big Brother aurait essayé de lui mordre la jugulaire depuis un moment, ou aurait répliqué une phrase qu'il croyait cinglante. Et là, il y avait un silence ? Suspicieuse et tout scepticisme se mélangeant dans son crâne... La réponse arriva. Jour off ? Alors qu'il était censé travailler et être autour d'une table d'opération en ce moment-même ? C'était du foutage de gueule, à ce stade.

La justification qui suivit ne fit qu'empirer la méfiance de notre Rousse. Depuis quand Big Brother disait qu'il n'allait pas bien ? Depuis jamais. Big Brother, c'était le gros mec invicible et invaincu, et elle était obligée de le mordre – sous forme de serpent, et pendant trois secondes maximum – pour qu'il arrête de gigoter quand elle savait qu'il n'allait vraiment pas bien. Mais ce n'était pas quelque chose qu'il disait à haute voix. Lola arqua un sourcil et lança, visage et voix glaciales retrouvées :

- C'pas une raison pour venir me babysitter en cours alors que t'es censé être autour d'une table d'opération, Bro.

Et sans attendre quoi que ce soit d'autre, notre Rousse retourna à ses gribouillages du dimanche. C'est-à-dire à de l'art abstrait complet. Bon, elle était allée dans le sens de son... du sosie-seulement-du-visage-de-son-frère, mais sa méfiance ne faisait que monter en flèche. Et, malheureusement, ses instincts de protection suprême envers la famille aussi. Elle envoya alors un message à son Big Brother. Pas de réponse. S'il était bel et bien autour d'une table d'opération, c'était tout ce qu'il y avait de plus normal. Par contre, aucun vibreur détecté à l'horizon. Donc...

Elle attendit cinq minutes que le prof daigne bien se rameuter, mais visiblement, il devait y avoir un problème de métro, ou alors une voiture en panne ( l'excuse de merde par excellence pour planquer une gueule de bois ouais ), rien qui ne la rassurait du moins. Ce type avait le visage de son Big Brother, mais absolument pas le même caractère, selon toute vraisemblance. Brusquement, mais souplement, elle se retourna ( le dossier de la chaise ne soutenait plus son dos mais son ventre, vous suivez ? ) et prit le bras du sosie-seulement-du-visage-de-son-frère en remontant la manche de jusqu'à l'épaule de son bras droit. Sans lui demander son avis. Elle plissa les yeux et croisa ses bras sur le dossier de sa chaise, en posant sa tête sur ses bras.

- Qu'est-ce que t'as fait à mon frère, le métamorphe ?

Amabilité zéro pourcent, méfiance cinquante pourcents, froideur quatre-vingt pourcents, menace cent pourcents. Et évidemment, ce fut à peine dix secondes plus tard que le prof signala sa présence en posant son sac sur son bureau. ... Elle jeta un regard noir de froideur, de méfiance et lourd de menaces au sosie-seulement-du-visage-de-son-frère et se retourna en s'emparant de son bloc-notes de cours.

... Ce n'était que partie remise, elle n'allait pas le louper...
Code de Frosty Blue de Never Utopia


H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 103

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Dim 21 Juin - 11:37



Mais que lui était-il passé par la tête? Alec ne connaissait ni la voix, ni l'âge, ni le boulot de ce "frère" dont il avait piqué les traits. A ce compte là, c'était comme partir à la guerre sans armes. Il n'avait rien, zéro, niet et pourtant, face à l'étudiante,  il ne lui restait pas d'autres choix que de faire semblant. Se fondre dans la foule, devenir quelqu'un d'autre, c'était pourtant son truc d'habitude. Il lui suffisait d'un peu de préparation et le tour était joué: au moindre détail, au moindre défaut, l'imitation parfaite! Il aurait dû y penser plus tôt, s'armer d'un peu de patience. Seulement là, dans le feu de l'action, la tâche s'annonçait nettement plus ardue.
En attendant qu'une idée de génie se décide à germer dans son crâne, le sans-visage s’efforça de se faire encore plus petit au fond de son siège. Ce n'était peut-être pas la meilleure des stratégies, mais si il pouvait grappiller quelques secondes pour se concocter un plan, il s'en sortirait peut-être en zappant la phase catastrophe. La fille, elle, s'était retournée. Là ou certains aurait pu trouver quelques secondes de répis bienvenue, Alec n'y voyait qu'une raison de plus de rester sur ses gardes . Il avait déjà pu observer le visage de l'étudiante passer d'un scepticisme froid à une vague de menaces électriques. Regard noir, sourcils froncés: c'était sûr, elle se doutait de quelque chose.

Cerise sur le gâteau, ce satané prof qui tardait. Une dizaine de minutes s'étaient écoulées dans un silence des plus complets et, maintenant réveillés, des râles d'élèves mécontents commençaient à se faire entendre au fond du petit amphithéâtre. Alec ne se demandait même plus pourquoi il avait prit si longtemps à remettre les pieds dans une salle de cours. Au vu de la situation, c'était sûrement la dernière. Le blond avait beau ne pas être crédule, il commençait à sérieusement se demander pourquoi il s'obstinait à bouger de son appart'. Maudit ou non, il valait toujours mieux commander des pizzas devant son ordinateur que de risquer dix crises cardiaques à la minute.
Alec eut un léger sursaut. La fille s'était à nouveau retournée vers lui, l'air sévère. Il s'était bien douté qu'elle reviendrait à la charge, mais cette fois-ci, elle s'était emparée de son bras et avait soudainement remonté sa manche. "Wha...". Il n'avait même pas eu le temps d'articuler quelques mots dans sa tête que la rousse enchaîna.

- Metamor...? Je sais pas de quoi tu parles mais...

Il baissa d'un ton, remarquant deux-trois regards curieux lancés du fond de la salle. Il n'aimait pas ça, les surprises. D'un geste vif, il brossa son visage de sa main libre, sentant la forme de son nez changer au bout de ses doigts. Puis, plus dépité que jamais, il remonta son écharpe jusqu'en haut des pommettes. Merde.

- Ok, j'ai rien fait à ton frère. J'suis pas un métamorphe. C'est...

Il fut coupé par un bruit de porte. Grinçant, pas agréable. Visiblement, le très demandé professeur avait eu la bonne idée d’interrompre Alec dans sa tentative de clarification. Le sans-visage dû se plier au timing. Libéré de l'emprise de l'étudiante, il redescendit sa manche et sorti de quoi écrire.
Cinq minutes, dix minutes... Alec n'écoutait rien du tout. Concentré à essayer de remettre son nez en place, le cours était même devenu le dernier de ses soucis. Son seul souhait? De s'en débarrasser au plus vite. Et la jeune rousse qui ne se retournait pas... Il y eut comme un déclic. A y repenser, elle n'avait même pas tiquer à l'idée qu'un métamorphe puisse prendre l'apparence de son frère. Humaine ou non, il y avait de forte chance qu'elle soit habituée à la présence de monstre dans son entourage. Mais oui, c'était pourtant logique!

Le noppera-bô déchira un bout de sa feuille et entreprit d'y griffonner la fin de ses explications.

"Pas un métamorphe. Ton frère va bien. Si tu pouvais essayer de pas trop attirer l'attention vers ce coin de la salle, je t'expliquerai à la fin du cours. Et PLZ, discrétion."

Il se leva brièvement et passa son bras au dessus de l'épaule de la rousse, papier en main. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle ne lui ferait pas de coup bas. Après tout, maintenant qu'il avait traversé toute cette galère, peut-être que sa malchance finirait enfin par le laisser tranquille.


HS:
Spoiler:
 


© VAL



Join le serveur Discord des anciens de DM: https://discord.gg/AkyFbZP




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Ven 10 Juil - 23:17

Tu me prends pour qui, une couleuvre ?


Froideur et menaces vont souvent de paire...

- Tu sais de quoi je parle, mec. Qu'est-ce que t'as fait à mon frère ?

Toujours aussi aimable, si peu froide et menaçante... Non. Là c'était carrément l'inverse. Il ne savait pas de quoi elle parlait ? Mais bien sûr, et elle était une mygale d'Amazonie. S'il commençait à se foutre de sa gueule, ça allait encore moins bien passer. Lola se rongeait déjà les sangs intérieurement pour son BF, qui ne répondait pas pour l'instant à son sms pour ne rien arranger ( quoique, s'il était vraiment autour d'une table d'opération, c'était normal qu'il ne lui réponde pas, m'voyez ). ... Quoi ? Il était pas un métamorphe ? Mouarf, il avait pris l'apparence de son frère. Ce qui revenait à la même chose pour elle. Son frère allait bien ? Y avait plutôt intérêt pour sa gueule, à son BF et au blond.

Et le prof choisit le parfait timing pour arriver enfin en cours. Lançant un regard lourd de menaces à l'autre, lui faisant bien comprendre qu'elle ne lâcherait pas l'affaire, elle se retourna et commença à prendre des notes du cours qui commençait. Saletés de diapos qu'elle n'arrivait pas à prendre en photos, tiens. Elle continuait de prendre ses notes, le minimum nécessaire du moins, et dessinait toute une série de têtes de mort originales. L'autre, là. Elle n'allait pas le louper. Ouh que non. Et... C'était quoi ce papier dans son champ de vision ? Elle s'en empara et lut la petite note. Et Lola ne put s'empêcher de siffler. Discrètement, hein. Elle écrivit à la suite du bout de papier, de son écriture arabesquiale par excellence.

" ... Je briderai mon insolence au mieux pour cette fois. T'as intérêt à avoir une explication en béton armé, mec. Et y a aussi intérêt que mon frère aille bien. "

Lola ne prit même pas la peine de se tourner, très occupée à noter ses cours ( et dessiner au passage, erhm ), et se contenta de déposer le bout de papier sur la table derrière elle, là où elle savait que le sosie-seulement-du-visage-de-son-frère. Notre Rousse se greffa littéralement au radiateur, continuant son écriturage dessiné çà et là, et divisa son cerveau en deux parties. L'une qui était attentive au cours, l'autre qui réfléchissait à toute vitesse sur ce qu'avait fait le so... Hey. Attendez une minute. Il était derrière elle, non ?

Eh... Heureusement qu'elle avait divisé son cerveau en deux, tiens. Comme si c'était possible... Totalement inconscient d'un potentiel empoisonnement mortel qui attendait quelqu'un dans la salle, le prof poursuivait son cours, s'accordant même le luxe de rattraper son retard en grappillant des minutes. Une fois qu'il eût terminé, elle rangea ses affaires et, toujours collée au radiateur, elle se retourna. Vers le monsieur qui avait le visage de son frère. Et après il disait qu'il n'était rien arrivé à son BB ? Ben voyons...

- Si je comprends bien, t'as décidé d'emprunter le visage de mon frère pour le fun, alors ? lança-t-elle d'un ton aussi froid qu'ironique.

Elle se souvint alors que le sosie-seulement-du-visage-de-son-frère n'avait pas les mêmes cicatrices que son BB sur les pattes avants. Les bras quoi, ne commencez pas à chipoter ce n'était pas le moment. Donc, cela voulait dire que ce monsieur louche ne chipait que le visage des autres. Ouais bah merde. Pourquoi il piquait le visage de son frère ? Hein ?!

- Et tu veux que je te croie quand tu me dis qu'il n'a rien, en plus... C'est bien ça ? Ah, et tu n'es pas un métamorphe. Alors t'es quoi ?

Autant dire qu'elle portait sa méfiance et sa froideur sur la tronche, et que sa voix suffisait à faire comprendre tout le scepticisme que lui inspirait cette situation. Et son Big Brother qui ne lui avait toujours pas répondu... Entre lui et le sosie, ils voulaient que ses neurones crament. Les sales gosses...


La méfiance et la distance sont les meilleurs atouts d'un taïpan du désert...
Code de Frosty Blue de Never Utopia


H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 103

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Mer 22 Juil - 19:12



Toujours la même rengaine, les regards noirs et les chuchotements...
De sa vie, Alec n'avait que rarement pu observer une salle de cours avec tant d'attention. Le regard dans le vide, ou fixant avec inadvertance un tel ou un tel, il parcourait chaque table à la recherche d'un passe-temps à se mettre sous la dent. Le cours, ça, il l'avait complètement oublié. Même la voix du prof semblait s'être reléguée au second plan, flottant dans l'air comme le ronronnement d'une vieille machine rouillée. Parfois, Alec choppait une fin de phrase et tentait de se reconcentrer quelques secondes. Puis, l'angoisse ne tardait pas à lui rappeler sa maudite malchance: la rousse, toujours assise devant lui, s'amusait à décorer son carnet de charmantes têtes de morts. Depuis qu'il lui avait passé son bout de papier, Alec avait fait gaffe à ne pas louper sa réponse. Satané temps qui semblait marcher au ralenti. Ce n'est au bout qu'une poignée de minutes que la note lui revint, complétée d'une phrase toute en cursive.

Les quelques mots étaient au moins plus rassurants que ses croquis. Si la jeune fille était vraiment prête à l'écouter, Alec avait toute les chances de s'en sortir avec un beau mensonge et un visage tout neuf. Bien sûr, l'éventualité de pouvoir partir avant même qu'elle ne lui parle restait la meilleure des options: si Alec était persuadé d'une chose, c'était bien que sa capacité à se débarrasser de ce genre situation ne tenait souvent qu'à un gros coup de chance. Autrement dit, maintenant que les dés étaient jetés, il n'avait plus qu'à attendre que les choses se passent. Pff, attendre, comme si il n'avait pas assez donné. Malgré tout, ce n'était pas si mal. Il était même plutôt content d'avoir réussi à éviter de se prendre une droite: au vu du visage écarlate de sa voisine, ça tenait certainement du miracle.
Il allait retourner à son errance pensive quand la fille lui fit à nouveau face, plus déterminée à trouver des réponses que jamais. Alec n'eut pas d'autre choix que de se plier à la conversation:  

- Ok, baisse juste d'un ton, par pitié. Premièrement, c'était pas pour le fun.

La blague. Si il pouvait se passer de changer de visage pour faire le moindre geste en ville, là on parlerait de "fun". C'était peut-être difficile à comprendre d'un point de vue extérieur, mais se faire passer pour quelqu'un d'autres avait toujours eu un côté dérangeant, vous savez, cette impression de ne jamais être soi-même, comme étranger à son propre corps. Puis il y avait cette satané surprise, toujours prête à le transformer en créature de cauchemar. Fun? Ah! Alec n'avait vraiment pas le choix, et même si il se laissait parfois glisser sur voie de la facilité, ce n'était certainement pas pour se taper une franche rigolade.


- Deuxièmement, c'était une erreur. Vraiment désolé, ton frère va bien, j'avais juste...

Comment dire ça: besoin d'un visage? Ce n'était vraiment pas le moment de crier au monde entier qu'il détenait le moyen de voler leurs faces: au mieux, on le prendrait pour un illuminé, au pire, pour un monstre assoiffé de sang. Un cas épineux, voilà comment il définissait sa condition. Encore, un vampire ou une goule, on restait dans les classiques, mais lui, il pouvait littéralement faire fondre ses traits. Même certains monstres n'y croyait pas, alors une humaine... Enfin, si elle l'était, bien sûr. Jusque là, l'étudiante s'était montrée tout aussi louche que lui, si ce n'était plus. 
D'ailleurs, elle n'attendit pas sa réponse, enchaînant avec une nouvelle accusation. Comme si il n'avait que ça à faire que d'attaquer des humains! A nouveau sur la défensive, le sans-visage se remit à chuchoter:

- Mais merde, il va bien, j'te dis. Je bouffe personne, j'emprunte juste des traits. Comme un masque, tu vois? J'ai même pas besoin de croiser le gars.

Ce n'était pourtant pas son genre de montrer les crocs, mais à force de regards noirs et de menaces, Alec s'était laissé entraîner au jeu du "qui mordra le premier". A ce compte là, c'était elle, sans aucun doute. Néanmoins, il n'allait pas se laisser faire comme ça. Si tout indiquait qu'il était le coupable de l'histoire, Alec restait persuadé qu'il n'avait rien fait de mal. Vol d'identité? Quand on sait ce que font certains monstres à leur victimes, c'était limite plutôt sympa. Il tenta le coup de l'homme occupé, soucieux de se sortir de là au plus vite:

- Ecoute, j'ai pas la journée. Appelle-le ton frère, si t'es si inquiète pour lui. T'as peut-être aucune raison de me faire confiance, mais je te promet que je lui ai rien fait. Il m'a jamais vu de la vie, t'auras qu'à lui demander!

Il jeta un coup d’œil rapide à son portable - aussi vieux et usé que lui, c'lui-là -  et retourna un regard glacial à la jeune fille. Pensait-il vraiment qu'elle le laisserait partir comme ça, la face de son frère encore incrustée sur son crâne? Hmmpf, peu de chance. 

Après tout, il s'était mis tout seul dans cette galère, à lui de s'en sortir.


HS:
Spoiler:
 

© VAL



Join le serveur Discord des anciens de DM: https://discord.gg/AkyFbZP




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Mer 19 Aoû - 14:52

Il y a comme une onde bizarre dans l'air...


Matinée de merde...

... Autant dire que la méfiance de Lola n'allait pas en s'arrangeant, elle s'aggravait et augmentait de seconde en nanoseconde. Certains prendraient ça pour de la paranoïa ou une anxiété chronique, mais non. Les instincts d'un taïpan du désert vis à vis de sa famille sont très complexes à comprendre. Soit, c'est de la protection à l'état pur - et une anxiété chronique, mais ça ne lui dites pas parce qu'elle va devenir violente la petite -, soit une envie folle d'éliminer l'erreur de la famille. L'un ou l'autre, pas de milieu. Une chance que pour toute sa famille, ils soient dans le premier cas.

- T'avais juste oublié de te regarder dans le miroir, c'est ça ?

Aucune amabilité. En même temps, à ce stade, pour que Lola soit aimable, même rêver ne suffira pas. Et ce sera parfaitement inutile soit dit en passant. Et elle le lui fit bien comprendre, d'ailleurs le bonhomme s'énerva un peu et le visage de Lola resta taillé dans un marbre glacé. Et la deuxième réponse... ne lui plut pas non plus. D'ailleurs, elle le lui fit savoir très vite. Comment ? Elle le mordit dans une zone très précise du cou. Sur la gauche. Jusqu'au sang, oui, pas aimablement du tout. Et elle se recula, son sac sur le dos, comme si l'histoire ne lui importait plus. Mais il remit ça sur le tapis. ...

- Si j'ai aucune raison de te faire confiance, ta promesse tu peux te torcher avec.

Et aller, froideur et calme level one hundred please. Elle s'était levée et regardait la morsure dans le cou du blond. Peut-être qu'elle aurait dû mordre beaucoup plus fort, et à la réflexion, elle aurait dû. Sauf qu'il lui aurait probablement mis une taulée dans la gueule, vu qu'elle l'avait mordu plutôt rapidement. Et fortement. D'un seul coup, comme pour retirer un pansement. Comparaison mal choisie. Bref. Le professeur, qui avait vu Lola faire s'apprêtait à s'immiscer pour calmer l'ambiance. Comme ce qu'un prof normal et sensé aurait fait. Sauf que là... C'était Lola. Inquiète & protectrice, méfiante & plus froide que jamais.

- Monsieur, votre cours est très intéressant, mais il est fini.

Malgré la phrase plus ou moins aimable ( plutôt moins d'ailleurs ), le "dégages" qui en émanait était très très explicite, et elle fixa toujours le blond.

- Et j'peux pas appeler un chirurgien qui est autour d'une table d'opération. Tu viens avec moi, on va à l'hosto.

Sinon je te tue dans la seconde était un autre sous-entendu très explicite, là aussi. Tiens donc, c'est qu'elle faisait vraiment menaçante... Autant qu'une rousse de son calibre puisse l'être. Dommage ma fille, t'aurais été sous forme animale, peut-être que ta menace de mort aurait vraiment eu l'effet escompté. C'est au blond de voir s'il tenait à sa vie, désormais.

Un serpent qui s'inquiète pour un être aimé est un serpent à écouter.
Code de Frosty Blue de Never Utopia


H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 103

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Mar 25 Aoû - 20:14



Outch. Les doigts rouge de sang, une douleur piquante dans le cou:  c'était presque si la rousse ne lui avait laissé aucune chance. Alec n'y avait pas compris grand chose, d'ailleurs. Elle s'était approchée soudainement, l'air de rien, et l'avait mordu. Mordu, oui, comme un serpent ou je-ne-sais quel autre reptile à crocs. "What the...". Le faux frère n'en croyait pas ses yeux. Il était resté complètement abasourdi, sans un mot, ne remarquant qu'à peine les petites gouttes vermillon qui roulaient alors sur son épaule. Mais merde, quoi! Ça existe vraiment les gens comme ça? Certaines coutumes modernes étaient peut-être barbares, mais faire saigner son ennemi à coup de dentier.... C'était un peu médiéval comme méthode, pour ne pas dire complètement sauvage. Elle devait être vraiment, VRAIMENT en colère pour en arriver là. Et maintenant, lui aussi l'était.  La main pressée dans son cou – il ne voulait pas perdre le peu de sang qui circulait encore dans ses veines- le sans visage s'était contenté de lancer un regard noir en la direction de son assaillante. Pas de parole, oh non, juste le genre de coup d’œil assez glacial pour pétrifier tout l'amphithéâtre.
Car il n'y avait pas de doute, cette fille était folle. Que pouvait-il répondre à ce genre de... chose, hein? Le Noppera-bō aurait bien tenté de se servir de ses crocs, mais à vrai dire, ses capacités de métamorphose se limitaient, (à son grand dam), à la simple apparence externe. C'était là qu'il y avait pensé. Son satané visage lui semblait différent, changé, comme si la surprise n'avait pas suffit à l'achever. Il remonta sa capuche au plus vite, grimaçant lorsque le tissu souple entra en contact avec sa nouvelle plaie, et entreprit de vérifier l'état de sa tête.

- J'y crois pas, merde.

Avait-il murmuré entre ses dents, pour renvoyer la balle à l'étudiante.

-Ça fait mal.

En quelques secondes, la brûlure s'était atténuée et ne formait plus qu'un hématome brun, tout près de la carotide. Alec exagérait peut-être un peu le trait, mais quitte à culpabiliser la demoiselle, jouer au souffreteux restait une des meilleurs options pour s'éviter une nouvelle morsure. Et mince, c'était lui qui saignait sur les carreaux de l'université et non pas l'autre folle, après tout. Bref. Retour au visage! Alec aurait presque pu sauver  les meubles si son satané œil droit ne s'était pas décidé à prendre la fuite. Il en avait l'habitude, de ce coup-ci, lorsqu'il se retrouvait face à une de ces surprises à laquelle on ne s'attend pas. D'ordinaire, Alec faisait de son mieux pour éviter la catastrophe mais là... ça relevait presque de l'évidence. Il déplaça sa main rouge de sa petite blessure jusqu'à l'endroit où s'était trouvé son œil et jeta son écharpe un peu plus haut sur le nez. Bien, c'était ça de fait: il préférait de loin que l'on aperçoive les traces de dents de la tarée qu'une partie de son visage bizarroïde.
De son demi-regard, il observa silencieusement l'étudiante se débarrasser du prof, et prit une grande inspiration lorsque la rousse commença à le menacer de le trimbaler jusqu'à l'hosto.

-Eh, attends! T'as vu ma tronche? Tu veux vraiment que tout un hôpital se passionne pour une histoire de... heu... métamorphe?

Dans le mouvement, Alec n'avait qu'à peine remarqué que la moitié de la salle s'était déjà déplacée vers la porte, y compris lui, tiré par le bras. Damn. Et le cours, alors? Si ça n'avait été par l'intervention du prof – qui avait tout de même eu le mérite d'avoir essayé de calmer les humeurs de la rousse - il n'en aurait  même  pas constaté la fin.

-Tu crois vraiment que je vais te suivre jusque là-bas?

Ils traversaient un couloir, à présent, le même qu'il avait parcouru plus tôt dans la matinée, en cherchant la bonne salle. Si Alec voulait fuir, c'était le moment ou jamais, mais, en réalité, il n'avait pas vraiment envie de lâcher l'affaire. Elle l'avait mordu, merde, il manquait plus que ça, d'la laisser filer!

- Eh. Ecoute, actuellement, il me manque un œil, et si on va à l’hôpital, on est tous les deux dans la merde. J'ai compris que t'étais en colère. Mais regarde, c'est comme un masque.

Il retira la main de son œil, laissant percevoir le bout de peau lisse qui l'y remplaçait.

- Oui, je sais, c'est dégueulasse. Maintenant, si tu veux aller à l'hosto, je t'en empêche pas, mais si il y a un endroit où je peux pas mettre les pieds, c'est bien aux urgences...

Ils dévalèrent des marches, puis rencontrèrent une poignée d'autres couloirs. Ouf. Arrivé à l’extérieur, le sans-visage réussit à stopper la course, pas mécontent de pouvoir réfléchir à la situation. Hmmpff. Voilà que ses doigts rouge devenaient à nouveau glacés. Il remit la main sur sa morsure, jaugeant du regard la petite rousse, et finit par lui répondre:

- T'étais vraiment pas obligée de me mordre, au fait.  


HS:
 

© VAL



Join le serveur Discord des anciens de DM: https://discord.gg/AkyFbZP




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Dim 30 Aoû - 6:34

Le monde est rempli de connards et d'enfoirés.


Quand un serpent s'inquiète, attention aux mirettes...

Lola resta de marbre face aux grommellements du sosie-seulement-du-visage-de-son-frère, pour ne pas dire qu'elle réagit même pas quand l'autre fit clairement comprendre qu'il avait mal – non sans blagues, une morsure à sang au niveau de la carrotide ça fait pas du bien –. En fait, et heureusement que le blond n'était pas dans ses pensées, notre Rousse était en train de se demander si une seule morsure suffisait. Ce qui la ramena à la réalité, et coupa court à ses pensées ( et tua dans l'oeuf ses résolutions, le blond est un p'tit chanceux ), fut le prof qui vint l'enquiquiner avec sa bienséance. Quoique, il ne l'aurait pas fait, il aurait baissé dans l'estime de notre serpent. Même si elle venait de lui foutre un coup de massue dévastateur. Erhm.

Quand le blond réagit aussi brusquement à l'entente du mot « hôpital », et que Lola l'avait déjà embarqué de toutes façons, là aussi elle resta de marbre. À cet instant, à vrai dire, elle se fichait d'absolument toutes les conséquences qu'il pouvait y avoir. À cet instant, elle s'inquiétait surtout pour son frère, et même s'il n'avait rien, elle allait l'engueuler le soir-même ( pour ne pas dire explicitement qu'elle s'était rongée les sangs comme une malade pendant toute la journée ) parce qu'il ne faisait pas attention. Pourtant, une fois qu'elle fut dehors et que la morsure glacée lui rappelait ô combien pourquoi elle disait que quinze degrés c'était le pôle nord estival, une phrase la fit tiquer. Son visage de marbre froid n'en laissa rien paraître ; mais par contre elle s'arrêta. Se retourna. Et le regarda.

Il avait compris qu'elle était en colère ? Bah il avait rien capté alors. Elle était inquiète, pas en colère, et c'est pour ça qu'elle l'avait marqué à la carrotide, sur la droite. C'était son symbole du « méfiance level infinity », signe que ce type n'aura jamais sa confiance à moins de lui prouver sur une échelle de quinze ans qu'il la méritait – autant dire qu'il était très mal parti, erhm. On va se mentir, quand Lola se méfie plus que la normale, y a pas moyen que ça change –. Bon en fait, si elle était en colère, à la rigueur, c'était contre elle-même. Et c'était même pas explicable humainement parlant, c'était son instinct de serpent qui avait parlé. Hors de question qu'elle le dise, bah tiens, manquerait plus que ça... Plus il lui expliquait, plus elle comprenait qu'il n'avait pas le choix de piquer des visages à droite à gauche. Un peu comme elle avec sa putain de mue qui faisait un mal d'enfer et qu'elle ne pouvait pas switcher. Elle plissa les yeux quand l'autre lui laissa voir. Il prenait que l'extérieur du visage ?

Lola pencha sa tête de côté, se retenant de dire qu'elle ne trouvait pas ça dégueulasse pour rester dans un silence qui ne devait pas être appréciable pour lui ( et que ça avait plutôt intérêt, elle le faisait exprès ), mais quand il reparla d'hôpital... Elle arqua un sourcil et un sourire moqueur étira légèrement les commissures de ses lèvres. C'était pour vérifier que son frère était bien portant qu'elle voulait y aller, pas pour autre chose. La dernière remarque du blond la fit redevenir de marbre.

- Je bouffe personne, j'emprunte juste des morceaux du corps pour les mordre.

... Non, vous ne vous trompez pas, elle venait de reprendre une des phrases du blond et de l'adapter à la situation et non, vous ne vous trompez pas bis, elle était très consciente des deux sous-entendus de sa phrase et à vrai dire elle jouait dessus. Même si sa voix était gelée, laissant bien comprendre qu'il pouvait souffrir autant qu'il le voulait ça ne la fera pas changer d'avis pour autant. Son téléphone vibra discrètement – mais bon, ouïe de serpent oblige, Lola était sensible aux vibrations, erhm – et elle sortit, sans lâcher le bras du blond, et décrocha.

- Putain, Big Bro, t'étais pas foutu de me répondre plus vite que deux heures plus tard ?!
- Baisses d'un ton, Sis', j'étais autour d'une table d'opération jusqu'à y a deux minutes bordel ! Et c'quoi c'te histoire ?
- L'histoire de savoir si tu vas bien, peut-être, crevard ?
- Hein ? Pourquoi j'irais mal ?
- Commences pas à me faire chier et réponds-moi. Tu vas bien oui ou non ?
- ... Bah oui, j'vais bien. Autant qu'un chirurgien qui vient d'opérer quelqu'un va bien, en tous cas.
- T'as mal quelque part ou pas ?
- Mais c'quoi cet interrogatoire Sis' ?!
- ... Continues à m'faire chier et c'est toi que j'égorge, connard. Tu as mal quelque part oui ou non ?
- Non, nulle part. Hell, qu'est-ce qui se passe, Sister... ?
- Il se passe que t'es pas fichu de faire attention espèce d'enfoiré, et que moi j'me fais un putain de sang d'encre pour un espèce d'enfoiré comme toi putain !
- Hey, Sis, quelque chose ne va p-...
- Enga lucu sekali, goblok !

Et Lola lui raccrocha au nez ( ayez l'image d'une rousse énervée qui allait balancer son portable au loin, c'était à peu près ce qu'elle allait faire sauf qu'elle lança son portable dans son sac ), et cela se voyait dans ses yeux qu'elle était encore plus agacée qu'avant. Big news, bad news. Que le blond l'avait entendue gueuler, elle s'en foutait, qu'il avait aussi dû entendre ce que disait son BB, là aussi elle s'en fichait. Elle relâcha le bras du blond en grognant et en injuriant l'univers entier – en indonésien please – et fourragea une main dans sa chevelure. Là, c'était pas bon, parce qu'elle était inquiète et énervée. Quand elle enleva sa main, ce fut pour plonger son regard dans celui du blond.

- Bouges pas.

Elle regarda l'hématome brun s'assombrir – le truc tout à fait normal venant d'une morsure de Lola, même si en soi c'était pas normal du tout –, le sang qui avait arrêté de couler ( après avoir dégouliné un peu partout ), et elle sortit quelques trucs de son sac pour le nettoyer de tout le sang qui s'était carapaté un peu partout, surtout au même endroit en fait, tout en désinfectant la plaie. Ce qui allait faire mal, vu que si la cicatrice devenait sombre, c'était bien parce qu'elle était une serpent – même si, sous forme humaine, ce n'était en rien dangereux – mais ça elle n'allait pas le dire. Joli petit pansement transparent posé sur la morsure – il allait en garder une cicatrice ça c'était clair – , elle lui fila un mouchoir et un tout petit kit de savon hydraulique entre les mains.

- C'est cadeau. Tchuss.

Et oui, son sac sur les épaules, mains dans les poches arrières de son pantalon ample qui lui tombait sur les hanches, Lola était tout bonnement en train de s'en aller chez une certaine fleuriste de sa connaissance. Oui, oui, comme ça. De toutes façons elle n'avait plus rien à lui dire, et si elle s'en allait c'était pour éviter que son instinct de serpent frappe à nouveau.


Moui, car soyons francs, vous savez pourquoi Lola peut avoir des crises de violence... ?
Code de Frosty Blue de Never Utopia


H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 103

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Mer 23 Sep - 16:35



Ok. Elle n'était peut-être pas en colère mais quoiqu'il en soit, sa morsure faisait toujours aussi mal. Alec la sentait jusqu'au visage, comme un picotement qui gagne du terrain, un peu la même sensation que d'avoir des fourmis dans les jambes, la douleur ajoutée. Et maintenant, voilà que la fille le toisait du regard, silencieuse et distante, comme un savant fou observant sa créature. Non, non. C'était de trop. Alec frotta sa blessure de la main gauche et balança sa tête vers l'arrière pour s'en détendre les muscles. Crac. Même ses os semblaient s'être ligués contre lui. Il tourna l'visage vers l'étudiante, celle-ci ayant redémarré la conversation sans attendre. Merde alors. Elle venait de reprendre mot pour mot ce qu'Alec lui avait sorti quelques minutes auparavant, tout au fond de l'amphithéâtre.
Un rire étouffé avait alors échappé au flegme impeccable du sans-visage. Malgré la douleur, il faut avouer que la remarque était bien trouvée, si bien d'ailleurs que même son demi-sourire cynique s'était teinté d'un soupçon d'amusement. La réalité des choses ne lui revint d'ailleurs que lorsque la piqûre ardente avait transformé son rire en plainte. Aïe, avec cette douleur à t'en occuper tout le cerveau, Alec n'avait même pas remarqué la soudaine agitation dont semblait faire preuve la jeune femme qui – visiblement – s'était mis en tête de fouiller son sac de fond en comble. Elle en sortit un portable, pianota un numéro et y colla son oreille, toujours aussi furieuse.
De loin, la voix qui sortait de la petite boîte tactile ne ressemblait guère qu'à un grésillement sans nom, comme le son d'un vague crépitement. En se concentrant, Alec distingua une voix d'homme, un peu nonchalante. Normal: il se faisait engueulé et pas qu'un peu. "Pourvu que ça soit son frère, pourvu que ça soit son frère." Evidemment que ça l'était. Alec observa en silence l'étudiante balancer tout d'un coup son téléphone dans son sac. Dans le mouvement, c'est à peine si il avait aperçu raccrocher. Il tenta de se renseigner sur la situation:

- Plus d'hôpital, donc?

Les sourcils froncés, il avait fait mine de ne pas avoir compris mot de la conversation volée. Mais lui était déjà rassuré de ne pas avoir à trimbaler sa carcasse de monstre jusqu'aux urgences. Valait toujours mieux faire l'ignorant, surtout avec l'autre folle, qui lui avait déjà fait un sacré trou dans la peau. Ah! Justement! Alec se rendit compte que son bras était enfin libre, son assaillante avait dû se lasser de le traîner partout, et surtout, semblait bien plus intéressée à la charmante plaie dont elle lui avait gracieusement fait don (pour ne pas dire dont il avait "putain d'hérité"). Hmpff. Qu'est ce qu'ell... Avec ses grands yeux ébahis, Alec regardait la jeune femme sortir toutes sortes de "trucs", "machins" et "choses" de son sac.

- Heu? Tu fais quoi là?

Pansement, désinfectant, savon. C'était pourtant clair, non? Cette fille, en plus d'être dangereuse, était une véritable trousse de soin ambulante. Et folle, aussi. Je l'ai déjà dit? Quoiqu'il en soit, si elle essayait de faire passer la pilule à coup de sparadrap, Alec n'en aurait absolument rien à faire. La blessure était presque noire, maintenant, ce n'était pas deux dolipranes et un pansement à motif dinosaure qui allait arranger les choses. Il commençait à sérieusement flipper, d'ailleurs.

- Ecoute, je vais me débrouil...

Outch. Elle lui avait appliqué le désinfectant sans même attendre son avis. Pour dire, c'était aussi intense et douloureux que la morsure même. Alec tenta de cacher sa souffrance d'une grimace puis se souvint tout à coup de l'état de son visage: à ce rythme-là, il deviendrait vite le sosie parfait de la créature de Frankenstein.
Son œil restant se ré-ouvrit:

-Je crois que tu m'as assez fait souffrir pour aujourd'hui, miss.

Depuis que l'idée d'aller à l’hôpital lui était sortie de l'esprit, Alec commençait peu à peu à retrouver ses aises. La fille, elle, ne sembla pas noter la remarque, se contentant de coller son bout de pansement transparent là où la douleur se faisait plus brûlante.

- Ça va pas me tuer, au moins, hein?

Bien sûr que non. Cinquante années à fréquenter la connerie humaine ne l'avait pas achevé,  ce n'est certainement pas une petite rousse de la Fac qui réussirait à le mettre à terre. Elle lui répondit tout de même un regard inquisiteur et fit volte-face. "C'est cadeau." Quoi? Elle partait et... C'est tout? Après la crise qu'elle venait de lui faire, elle le laissait là, un flacon de désinfectant et une poignée de mouchoir dans les mains.
Non, même avec son œil en moins, Alec était trop perdu pour oublier cette satanée morsure. Il devrait faire quoi, au juste, lui? Attendre que son cou tombe? Que sa peau devienne complètement grise? Que des crocs lui poussent?
"UUURH." se plaint t-il tout en décidant d'emboîter le pas. " pas que j'apprécie pas l'idée de me retrouver avec une cicatrice noire dans le cou" avait-il pensé tout bas " mais quitte à avoir une professionnelle du rafistolage sous la main, autant en profiter."

- EH! Tu comptes juste partir comme ça? Sans une explication ni rien?

Ce n'était pourtant pas son genre d'aller chercher le petite bête, mais pour une fois, il n'y avait aucune chance qu'il se laisse avoir. Par curiosité élémentaire, il fallait qu'il continue. De toute façon l'université, c'était grillé pour lui, hein?

- T'en as rien à faire, je sais, mais je suis sensé le garder combien de temps ce sale truc dans le cou? Et où tu vas comme ça? Tu pourrais au moins... J'sais pas, t'excuser?

Il lui tendit sa main encore rougie de sa semi-hémorragie et dit:

- Si tu veux savoir le nom de ta victime, au fait, c'est Alec.

Dans quoi s'était-il encore embarqué, celui-là. Manquait plus qu'elle lui morde la main dans la foulée.


HS:
 

© VAL



Join le serveur Discord des anciens de DM: https://discord.gg/AkyFbZP




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Chillin
▌Espèce : Descendante du couple légendaire d'Hewan Reinkarnasi - Peut se transformer en serpent - Mord - Craint le froid - Et la sécheresse aussi.
▌Messages : 1102
▌Localisation : Juste derrière toi, chaton...
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   Sam 10 Oct - 10:28
H.R.P:
 


Il fait vraiment froid dans cette ville...


Quelqu'un de calme naturellement retrouvera toujours son sang-froid avant de le perdre.

C'est quand il parla d'hôpital que Lola se décrispa quelque peu et se mit à fouiller dans son sac l'attirail de soins de base dont elle avait besoin. Ne vous y trompez pas, rien à voir avec soigner autrui – la blague –, c'était plus pour se soigner elle-même vu le nombre de murs ou de portes qu'elle se prenait dans la gueule en trois heures. On ne comptera pas les chaises et les tables ( et encore moins les lampadaires ) pour votre santé mentale. Bref, toujours aussi froide & silencieuse, Lola se mit d'abord à nettoyer tout le sang en ignorant passablement les propos et autres états d'âme du sosie-seulement-du-visage-de-son-frère. Enfin, ce qu'il restait du visage de son frère, en tous cas... Quand il parla à nouveau – faites-le taire nom d'un boa atrophié –, Lola eut envie de l'embrasser pour le faire taire mais elle se dit que ça ferait... un peu trop bizarre. Déjà que mordre quelqu'un à sang avec calme passait pour bizarre, de nos jours...

Elle se contenta donc de désinfecter la plaie, le sang ayant déjà été nettoyé, ce qui le fit taire presque instantanément. Notre Rousse se demandait toujours pourquoi sa morsure était venimeuse que sous forme de serpent et que, sous forme humaine, elle donnait lieu à une espèce de cicatrice sombre – quasiment noire en fait – qui ne partait pas. Enfin... Ayant fini de désinfecter la plaie, elle posa un petit pansement transparent dessus et une petite tape amicale en prime. ... Enfin, amicale... Autant que son visage de marbre gelé et son silence froid pouvaient l'être, bien sûr. Les derniers mots du sosie-seulement-du-visage-de-son-frère brisèrent le silence, et un sourire sarcastique naquit au coin de ses lèvres.

- Oh, pardon. J'pensais que tu voulais éviter d'avoir une plaie infectée pleine de pus, toi qui n'aime pas l'hôpital, mister.

Son sourire sarcastique s'agrandit face à la question posée de but en blanc. Le tuer ? Bien sûr que non. ... Enfin, pas directement. Si elle le recroisait sous forme de serpent et qu'elle voyait ( façon de parler, hm... ) cette cicatrice sur la droite, entre la gorge et la nuque, notre Rousse allait très probablement le mordre une nouvelle fois. Mais sous forme de serpent. Et elle s'arrangerait pour le tuer, tiens. Ou alors le paralyser en bonne et due forme. Longtemps. On ne s'en prenait pas à son frère, que ce soit volontaire ou involontaire ne rentrait même pas en ligne de compte. C'est donc avec un visage de marbre plus glacé qu'avant et un léger sourire sarcastique que Lola lui refourga un flacon de savon hydraulique, deux mouchoirs et s'en alla après avoir fait son cadeau de l'année.

Sauf que lui, il lui emboîta le pas. Et quand il se mit à lui parler, encore une fois, Lola continua sa marche au même rythme ( même si elle caillait bordel ) et ne lui répondit même pas, plongeant à nouveau dans un silence caractéristique. Et puis c'était quoi cette question à la con ? C'est exactement ce que je suis en train de faire, du con, même toi tu le sais. Et il ne s'arrêta pas de parler. Mais qu'il se la ferme. Comment ça, c'était tout à fait légitime vu qu'elle l'avait mordu ? Il avait piqué le visage de son frère. Point. Comment ça, c'était subjectif et égoïste comme point de vue ? Vos gueules. Et... Bordel, voilà qu'il lui refilait de nouveau un déluge de question...

- À vie.

Une cicatrice de sa morsure, quelque soit sa forme, c'était à vie. De ce qu'elle a pu constater jusqu'à maintenant. Elle ne cessa toujours pas de marcher, et oui, elle n'avait répondu qu'à une question. S'excuser ? Non. Lui dire où elle allait ? Il voulait vraiment crever, lui... Si Lola s'en allait, c'est précisément parce qu'elle ne voulait pas lui faire déguster une de ses caractéristiques crises de violence. Parce qu'elle était très inquiète mais, en même temps, particulièrement énervée. Et il fallait qu'elle se calme. Elle fit carrément un écart sur le côté, avant de s'apercevoir que ce n'était que sa main qu'il avait tendu vers elle. Lola fixa, scruta, toisa la main sans rien faire, releva son regard dans celui... dans l'oeil du dénommé Alec. Puis elle regarda la main. Okay. Instinct de serpent oblige, ou plutôt, là c'était son fichu caractère qui allait agir. Tant pis. Tant qu'à passer pour une folle, autant l'être jusqu'au bout.

C'est donc naturellement qu'elle embrassa chastement Alec, un petit sourire angélique aux lèvres, tout en lui serrant la main. Sa face froide semblait s'être un peu dégelée, mais ne vous y trompez pas, sa méfiance ne faisait qu'augmenter à l'intérieur. Son calme naturel semblait, petit à petit, reprendre le pas sur son énervement. Son inquiétude, elle, restait présente sauf qu'elle n'était plus visible. Et le tout se fit le plus naturellement du monde. ... Ouais, Lola, t'es définitivement pas normale ma fille.

- Enchantée, chaton., dit-elle, après s'être préalablement reculée. Bon, c'pas tout ça mais j'dois aller bouffer parce que j'ai la dalle.

Et elle reprit sa marche, sans se soucier de si il la suivait ou non et s'arrêta brusquement. Non. Ah non. Pitié, tout mais pas ça. Elle regarda son poignet à plusieurs reprises et elle poussa un juron avant de repartir en sens inverse tout en fixant méthodiquement le sol. Pile quand elle avait trouvé une bonne excuse pour se barrer de là, pour ne pas dire qu'elle n'avait aucune confiance en Alec, il fallait qu'elle s'aperçoive qu'elle avait paumé un bracelet de très grande importance sentimentale pour elle. En soi, ce n'était qu'une chaînette d'argent, mais n'allez pas dire ça devant elle. Ses yeux fixaient donc le sol en reprenant stratégiquement le même trajet qu'elle avait emprunté jusque là, et avant de rentrer dans les bâtiments, elle se pencha en poussant un soupir de soulagement. Il était là.

... Alec n'était pas là, lui ? Hein ? Parce que bizarrement... Voilà que la petite était de nouveau agacée.

C'est donc avec son visage de marbre gelé qu'elle marcha de nouveau vers un endroit où elle pourra manger. Après, elle devra aller parler à la fameuse fleuriste de sa connaissance.


Tu serais pas un peu lunatique, ma fille ?
Code de Frosty Blue de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]   
Revenir en haut Aller en bas
 
What a day... J'en perds la face.. [PV : Alec]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers :: Lycées & Universités :: Wayne State University-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg