Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Comme un air de déjà vu | PV Elsé
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Lun 10 Aoû - 23:59



Il y a des jours comme ça, où rien ne se passe comme prévu. Des jours où les heures s’enchaînent à un rythme toujours trop lent. Des jours où toute volonté semble vaine et confuse. Il suffit d'un peu de malchance, d'une grosse dose de hasard et c'est parti pour des heures à tuer le temps. Alec connaissait pourtant la rengaine. Une quarantaine d'années passées à Détoit, à errer de rue en rue, auraient du suffire à le convaincre de la galère que cela pouvait être. Avec son don, la lassitude n'était jamais vraiment justifiée. En moins de temps qu'il n'en faut pour cligner des yeux, le sans-visage se savait capable de disparaître complètement, sans laisser la moindre trace. Autant le dire tout-de-suite, pour un arnaqueur, c'était la vie rêvée. Mais pas pour lui, non. C'était comme si sa saleté de conscience l'empêchait d'agir, encore et toujours réduit aux petits larcins. Et voilà qu'il attendait dans le froid, devant un tout petit café, qu'un humain veuille bien lui jeter quelques billets verts.

Il avait repéré l'échoppe le matin même, en passant par là. Un bâtiment discret, modeste mais dont les clients semblaient sortir avec le sourire. Il y avait une vague odeur épicée dans l'air. Un fond de camomille, du jasmin et surtout, un fort arôme de café, pour couronner le tout. Alec ne sentait qu'à peine tout ça, trop préoccupé à jeter un coup d’œil à travers la vitrine pour y apercevoir les clients. Ce genre d'endroit, c'était idéal pour ses petites opérations: les gens ne faisaient pas gaffe, ils étaient là pour boire leur café, un point c'est tout. En bref, un plan B de qualité si il ne trouvait pas d'autres cibles à arnaquer dans la journée.
En attendant, retour à l'ennuie. L'après-midi semblait s'être déroulé en slow-motion. Il avait longuement traîné dans un parc, observé les passants en quête d'oseille, et était revenu à la petite boutique quand quelques nuages avaient annoncés une averse imminente.  Ça n'avait pas loupé, une pluie froide s'était abattue dans son dos à peine s'était-il mis en route. Le temps d'arriver à l'échoppe, Alec avait déjà l'air d'avoir traversé une tornade de film catastrophe, sauf que dans son cas, il était loin de paraître aussi compétent qu'un de ces McGyver de la météo qu'on voit à la télé.  Pff, cliché. A vrai dire, il avait autre chose à faire que de se rendre présentable. Un des employés venait sortir de l'échoppe, sur le départ, semblait-il.

- Eh!

Interpella t-il la silhouette qui venait à peine de fermer la porte. Il fit quelques pas, toujours sous la pluie. 

- Je crois que je me suis fait piqué mon porte monnaie. Ou je l'ai pt'être oublié par ici, vous l'avez vu? Je veux pas déranger, mais j'ai tous mes papiers là-dedans. Et de quoi retourner chez moi tranquille. 

Quelle bonne idée. A en juger l'heure, le magasin venait sûrement de fermer. Qui aurait attendu la journée avant de revenir chercher son porte-feuille? Les humains n'étaient peut-être pas des plus fins d'esprit, mais quand il s'agissait d'argent, il était rare de les voir décrocher si vite.
Il s'approcha un peu plus, plissant les yeux pour apercevoir le visage du supposé serveur. Ce n'était peut-être qu'une impression, mais quelque chose semblait clocher dans cette histoire. Comme un mauvais feeling. Dans des situations comme celles-ci, Alec aimait faire confiance à ses réflexes plus qu'à sa raison. Fallait être instinctif, rapide. 

- J'étais assis à cette tab...

Arrivé à bonne distance, il cligna deux fois des yeux, comme pour se réveiller. "Merde.
Si il n'avait pas eu une mémoire en béton, il n'aurait probablement pas capté à qui il avait à faire. Mais voilà, ce gars-là, il l'avait déjà croisé. Et pas dans la rue, au hasard d'un carrefour. Dents pointues, cheveux colorés, ce n'était pas le genre de personne qui pouvaient passer inaperçues dans ... Ouai, c'était bien ça, la fin des années 50.  Alec pâlit tout à coup, évitant de peu de perdre son visage. Il resta même bouche-bée une bonne dizaine de seconde avant de se reprendre.

- A cette, heu, table.

C'est étrange comme le hasard joue parfois de drôles de tours. Mais au vu de leur précédente rencontre, Alec n'avait plus qu'une idée en tête: "Pourvu qu'il ne me reconnaisse pas".


© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Ven 14 Aoû - 0:58


Comme un air de déjà vu.

Qu'est ce qu'il avait le pépère ? Il avait un malaise ? Même pas encore sorti qu'un type l'interpelait déjà dans la rue. "Hé", hein ? "Bonjour" c'était pour les chiens peut-être ? "Excusez-moi" aussi ? Les gênes de français désagréable d'Elséar revenaient toujours à la charge dans ce genre de moments. Qu'est-ce qu'il venait lui chanter ? Un porte-feuille perdu ? Quand ? Qu'est-ce que ça pouvait lui faire ? Sa journée était fini pourtant... Il avait envie de rentrer et de ressortir se faire un footing tranquillement.

Clignant des yeux avec perplexité, la gargouille le laissa parler, zieutant l'intérieur du café, puis le bonhomme à nouveau. Retour en arrière : avait-il trouvé un porte-feuilles ou quelque-chose du genre aujourd'hui ? Il n'en avait pas le souvenir en tout cas... pas plus que de la tête du gars.

- On n'a pas retrouvé de porte-f...

Il s'interrompit, affichant son plus bel air blasé lorsque le type se mit à se rapprocher de lui et le fixa comme s'il avait vu un fantôme. D'aaaaaccord. Est-ce qu'il avait encore affaire à un comique ? Il avait une poussière dans l’œil ? Il était décoiffé ? Il avait l'air aimable ? Non, le dernier point n'était pas possible dans ce genre de situations. Que l'autre se mette à balbutier n'allait pas arranger son cas. Elsé' n'avait, par chance, pas encore reconnu le visage de son interlocuteur. Si ça avait été le cas, sans doute aurait-il fait montre d'encore moins de courtoisie. Une ou deux dents en moins ne feraient pas la différence pour le bougre, non ? Il n'en était cependant pas encore là.

- Y'a un problème... ?

Ca sentait toujours un peu le roussi quand Elséar posait cette question. En général, son énervé suivait rapidement le mouvement... ah tiens, le voilà qui se montrait sur son visage. Parfait. Son regard rouge, caché derrière des lentilles marrons, coula vers ce qu'il considérait comme un inconnu qui le dévisageait. Autant dire qu'il attendait une réponse.

- Quelle table ? Y'en a une dizaine, pressa-t-il toujours aussi aimable et avenant.

Il fallait croire qu'il n'était pas encore rentré. Est-ce qu'il allait devoir ré-ouvrir ou bien le type consentirait à revenir ? Ah. En voilà une idée qu'elle était bonne, tiens !

- Vous devriez revenir demain, quelqu'un aura peut-être trouvé vos affaires pendant le ménage,
suggéra-t-il en poussant un soupir.

Après tout zut, il n'était pas en service dans le cas présent, alors il pouvait bien se relâcher un peu côté sympathie. Non que le boulot soit super difficile ici. La gargouille devait bien avouer que ça le changeait beaucoup de la boite de nuit miteuse dans laquelle il passait son temps à servir des crétins. Hé puis, il finit par se souvenir d'un truc.

- Attendez une minute... vous voulez dire que vous n'avez rien pour rentrer chez-vous ? répéta-t-il incrédule. Le truc c'est que je me souviens pas avoir ramassé de porte-feuilles...

Non... Sérieusement... Pas question de se la jouer bon Samaritain. Il avait donné un peu trop souvent de sa personne ces derniers temps, il fallait faire une pause. Elsé' attendait le verdict sans vraiment se faire d'illusions.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Ven 14 Aoû - 23:56



L'amabilité d'une porte de prison celui-là, mais au moins, il n'avait pas l'air de le reconnaître. C'était même à se demander si Alec ne s'était pas trompé de personne. Regard ahuri, allure blasée: son homologue monstre avait tout l'air d'un humain sur le retour du boulot,  le genre de boule de nerf à laquelle il ne faut surtout pas s'attaquer. Il en croisait à la pelle dans le métro, des fonctionnaires fatigués et colériques. Mais à en croire son attitude, le serveur était le genre de gars à grogner quand on lui demande l'heure. Alors un porte-feuille? C'était mission impossible.
Alec reprit un air faussement outré. Quitte à être là et à subir les humeurs de Mr.Grognon, jouer le jeu du client désobligeant restait la meilleure des choses à faire. C'était un peu les hauts et les bas du métier, impossible de prévoir comment pourrait réagir son vis-à-vis face à un changement soudain de caractère. Une grande inspiration, un coup d’œil rapide à travers la vitrine du café et c'était reparti pour d'interminables explications. Son plan était voué à l'échec, de toute manière. A moins de savoir remonter le temps, il n'avait pas d'autre choix que de continuer à le baratiner.

- Le problème, j'viens de vous le dire. Et c'était la table du fond, j'crois. Vraiment désolé de déranger, m'sieur.

Il montra d'un signe de main la petite table au fond de l'échoppe. C'était celle qu'il avait repéré le matin même, dans l'ombre, à l'écart, le genre de coin où l'on oublie facilement de vérifier si un client est arrivé. Bien sûr, ce n'est jamais aussi facile. Alec pouvait voir les yeux du serveur passer de l'ennuie à la colère, progressivement, comme si chacun de ses mots enfonçaient un peu plus le clou. "Allez, c'est un mauvais un quart d'heure à passer, c'est tout". Avant même qu'il ne puisse enchaîner une autre excuse, la silhouette reprit.

- Demain?

Répéta t-il. Oh que non, pas demain. Si il pouvait ne jamais revoir le bonhomme, ça serait même idéal. Et puis quoi encore? Venir se payer une camomille? Malgré ses galères de fin de mois, Alec n'était pas du genre à insister dans le vide. Si sa cible s'était décidée à mordre à l’hameçon, tant mieux, si elle résistait, tant pis, ce n'était certainement pas lui qui retournerait l'embêter le lendemain. Pour dire, il n'y avait aucune chance qu'il repasse par là pendant un bout de temps et, à ce point de la conversation, ce n'était plus du tout une question d'arnaque. Il se passa la main sur le visage, vérifiant au passage qu'il soit encore en un seul morceau.

- Ecoutez, j'ai pas vraiment choisi de perdre mes papiers ici. C'est le seul endroit où j'ai pu les laisser. Et si j'veux être sûr de pas dormir sous un pont, va falloir que je trouve de quoi prendre les transports en commun.

Une pointe d'amertume s'était glissée dans sa voix. C'était peut-être lui qui avait démarré tout ça, mais tant qu'à jouer le rôle de l'humain désagréable, autant s'amuser un peu. Au final, c'était un moyen comme un autre d'essayer de se sortir de là, non? Il n'avait rien contre le gars, vraiment, mais vu comme il lui parlait, il avait même de quoi s'autoriser à devenir à son tour bête et méchant.

- Libre à vous de ne pas m'aider. Je voulais juste vérifier si j'avais laissé quelque chose ici.

Il se retint de lancer un tragique "Me comptez plus dans vos clients" et revint à croiser les bras contre sa poitrine, l'air vexé. C'était sûrement le moment idéal pour tourner les talons et partir dans un torrent d'insultes, mais Alec, comme à son habitude, était un vrai pro quant il s'agissait de prendre les mauvaises décisions. Il restait donc planté là, comme si l'serveur allait miraculeusement changer d'avis et lui balancer deux dollars.

Comme si c'était possible, oui. Après tout, c'n'était pas plus absurde que de croiser une vieille connaissance escroquée à NY.  

© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Lun 24 Aoû - 21:36


Comme un air de déjà vu.

Cette fois, ça commençait vaguement à lui rappeler quelque-chose. Mais quoi ? Ce n'était pas facile de se souvenir, d'autant qu'il avait l'impression d'avoir déjà vécu quelque-chose dans ce genre-là. Les impressions de déjà-vu étaient toujours assez chiantes, surtout au bout de mille quatre cents ans et des poussières. Du "déjà-vu", il en avait connu à la pelle, agréable ou pas d'ailleurs. Ce type jouait la carte du client vexé. Casser la clientèle de Chore n'était vraiment pas dans ses intentions.
Que faire alors ?

Poussant un soupir, Elséar finit par se résigner et sortit les clés du café de sa poche. Il pouvait tout aussi bien permettre au gusse de vérifier à sa place si rien n'était tombé sous un siège ou quoi que ce soit du même style. Après tout, ils n'allaient pas toujours vérifier à ces endroits précis.

- Très bien,
concéda-t-il en tournant la clé dans la serrure, allez vérifier à la place où vous étiez, on ne sait jamais.

Prêter de l'argent... C'était vraiment la dernière chose qu'il avait envie de faire. Il ne roulait pas sur l'or et avait eu une mauvaise expérience avec le concept en plus de ça. Oui, la seule fois où ça lui était arrivé... Il s'immobilisa quelques secondes et dirigea son regard sur le reflet qu'occasionnait son interlocuteur dans la vitre de la porte.
Le sale petit enfoiré...

Ça lui avait fait tilt. New York, fin des années cinquante, quand il était encore paumé dans ce nouveau pays et ne trouvait pas beaucoup d'idées pour se sortir de la galère. Il ne s'y connaissait tellement pas à l'époque. L'individu n'avait pas pris une ride, tiens.
Hé ben, mon salaud...

Elséar ne fit rien pour l'interpeler et continua à ouvrir la porte comme si de rien n'était. Celui-là, il allait apprendre à le reconnaître. Deux rencontres, deux essai Toujours prompt à afficher son air blasé, la gargouille ouvrit la porte et l'invita à entrer.

- On a eu beaucoup de monde aujourd'hui, expliqua-t-il en entrant à sa suite tranquillement, il y a peu d'espoir que votre porte-feuilles soit toujours là, si vous l'y avez perdu.

Clic. Verrouillage de la porte. Coucou, petit monstre, tu vas te faire mordre... Pas tout de suite, mais ça ne saurait tarder. La clé soigneusement rangée dans la poche intérieure de son blouson, Elsé' avança vers la table où le bonhomme farfouillait... ou du moins, faisait mine de farfouiller.

- Alors ? interrogea-t-il en dévoilant ses dents pointues dans un rictus pas très rassurant.

Un craquement se fit entendre dans le café silencieux. Pas question de faire du grabuge outre mesure. Elsé' n'avait pas l'intention de rameuter Chore et encore moins de ficher la pagaille. Néanmoins, ses phalanges avaient eu besoin d'un petit assouplissement. On ne savait jamais ce qu'il pouvait se passer. Bon d'accord, il n'avait pas vraiment dans l'idée de lui scotcher la figure sur le mur, mais se rappeler à son bon souvenir, ça, il pouvait le faire.

- Du coup maintenant et puisque nous sommes tranquilles, commença-t-il calmement, tu vas peut-être pouvoir m'expliquer ce que sont devenus les deux cent cinquante dollars que tu devais me rendre ?

Elséar venait de cogner son poing sur la table, plantant son regard et ses crocs à quelques centimètres de son interlocuteur. Pas de mouvement brusque, pépère, il valait mieux.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Lun 7 Sep - 22:07



De toute sa journée, Alec n'avait fait qu'attendre. Attendre le moment voulu, attendre que la pluie s'arrête, que le magasin ferme et finalement, attendre que ce satané coup de chance vienne lui sauver la peau.
Et voilà qu'enfin, après une avalanche de galères, le gars au cheveux rouge lui proposait soudainement d'entrer dans l'café. Hmmpff, ça ne pouvait pas être aussi simple que ça. Voler de l'argent et partir au pas de course? D'expérience, Le sans-visage savait pertinemment que son plan était voué à l’échec. Et pas seulement parce qu’il avait à faire à un monstre à la dentition digne d'un requin blanc mais plutôt parce qu’il avait un vague souvenir de la conséquente somme d'argent qu'il devait au spécimen. Du peu qu'il se souvenait, leur dernière rencontre n'avait pas été des plus amicales. A l'époque, Alec avait besoin de fric et c'était à peine si il se souciait du comment et du pourquoi. Alors il s'était attaqué à lui comme il se serait attaqué à à un autre." Peu importe la cible, tant qu'il y a du cash", disait-il. Si l'air de Détroit avait eu le mérite de lui avoir éclairci les idées, le reste, il ne s'en souvenait qu'à peine. Combien lui devait-il, déjà: Cent? Deux-cent? C'était une grosse somme, surtout dans ce temps-là. 
Ok, on se calme. On se concentre. On reprend. 

- Merci, je sais pas ce que je ferai sans votre aide.

Avait-il répondu, un sourire forcé aux lèvres. L'objectif était donc de ne pas se faire démasquer. Peut-être que l'employé consciencieux n'aurait pas la tête à se souvenir d'une histoire pareille? Après tout, l'idée était un peu étrange. Recroiser deux fois la même personne à cinquante années d'intervalle, c'est bien le genre de chose qui n'arrive jamais, sauf à quelques monstres poissards, à en croire la situation. 
"N'oublie pas ton rôle, Alec", s'était-il soufflé, en guise de rappel. Toujours dans la pénombre, le sans-visage s'était alors contenté de baisser la tête et de partir à la recherche de son fameux porte-feuille. Avec un peu de chance, qui sait, quelqu'un aurait pu tomber de la monnaie sous son siège? Tout en écoutant d'une oreille les mots de son acolyte de fortune, Alec fit mine de fouiller le coin d'une des petites tables brunes, visiblement vide.

-Eh, c'est fou comme c'est facile de perdre ce genre de trucs. On y fait pas gaffe, hein?

N'est-il pas? C'est qu'il aimerait bien qu'on y fasse encore moins gaffe, le Alec.  Bruit de fer, grincement, pas. "Shit" . Il n'avait à peine eu le de réagir qu'une ombre noire s'était projetée sur son visage, masquant alors le peu de lumière qui grésillait encore dans l'établissement sans vie. Bien évidemment, c'était  aussi là qu'il était tombé nez à nez avec le regard froid et menaçant du serveur. Ah! Il avait fini par comprendre, c'lui-là? Quitte à choisir, Alec aurait préféré ne pas avoir à se coltiner une histoire pareille dans un si petit café. Face à des dents pointues – dont il se souvenait parfaitement, d'ailleurs-, perdre son visage, c'était un peu de la broutille. Si il pouvait encore éviter l'altercation, il fallait tenter sa chance:

-Heu? Je te connais?

"Bien sûr que tu le connais.", s'était-il marmonné à lui-même. Ce n'était vraiment pas le moment de sortir des conneries pareilles, surtout avec la menace qui sévissait encore à quelques centimètres de son visage. Pour dire, le serveur venait même de balancer son poing violemment sur la table, comme si le regard noir et la mâchoire bien dentée n'avait pas suffit à le convaincre.

- Ok, ok, on se calme. J'ai véritablement rien sur moi, là. Mais t'es...

"Le gars que j'ai arnaqué il y a une cinquantaine d'années à l'autre bout de la côté Est?". Dit comme ça, c'était sûr que l'autre monstre n'allait pas le rater.  Le sans-visage tenta tout de même d'esquisser un geste rapide de la main, pour montrer qu'il n'avait aucune intention de  se battre.

-... T'étais pas de New York, toi?

L'air ahuri, Alec avait beaucoup de mal à trouver ses mots. Il faut le dire, la rangée de dents qui le menaçait d'attaque à quelques centimètres de là n'était pas d'une grande aide. Il se reprit à nouveau, cherchant à éclaircir ses intentions:

-Ecoute, on peut pas, heu... en discuter?



© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Lun 12 Oct - 15:35


Comme un air de déjà vu.

- Ah, mais on va discuter, j'y compte bien.

Discuter, oui. Malgré les menaces et les grands airs menaçants, Elséar était plutôt du genre à faire comme ça avant de taper sur quelqu'un. Quoi que, dans cette situation précise, ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Saleté de petit arnaqueur... Il valait mieux pour lui qu'il se soit souvenu à temps, parce que la patience n'aurait pas été de mise avec lui. Deux cent cinquante dollars, bordel... Autant dire que ça avait galère de se débrouiller en jouant les bons samaritains, mais alors là, c'était vraiment le bouquet. Se faire arnaquer quand on avait pas grand chose, c'était déjà trop à son goût.

Haussant un sourcil, la gargouille finit par se redresser pour laisser son interlocuteur respirer un peu. S'il tentait un geste pour prendre la poudre d'escampette, de toute façon, il n'aurait pas grand chose pour se cacher de son agresseur. Ce dernier était déjà en train d'imaginer mille façons de lui coller une raclée.

- Je suis ravi que tu te souviennes de moi,
ajouta Elsé' tout en braquant ses yeux sur lui sans ciller, maintenant tu vas me rendre mon fric, d'une façon ou d'une autre.

Oui oui, même après cinquante ans, cette histoire ne passerait pas. Inutile de rappeler que cinquante malheureuses années n'étaient rien dans la vie d'une créature dans son genre, alors c'était comme si les faits s'étaient déroulées la veille. Peut-être pas à ce point étant donné qu'il avait légèrement oublié le bonhomme, m'enfin... Bref, il récupèrerait son argent quoi qu'il en soit. Quant au fait de lui en filer à nouveau, il espérait que son homologue comprendrait que c'était très mal barré.

Devait-il cependant continuer cette entrevue dans le café où la gargouille bossait ? C'était un coup à risquer de se faire virer. Il devait être parti depuis un petit moment et se faire attraper par sa patronne n'était pas spécialement le but. S'il se faisait virer à cause du sans-visage, inutile de dire que ce dernier lui devrait un service jusqu'à sa mort et au-delà. Tout compte fait, ils allaient faire une petite balade.

- Allons régler nos comptes ailleurs finalement, je tiens pas à me faire virer si j'explose une table avec ta tête...


Récupérant les clés dans la poche de sa veste, Elséar fit mine de reculer vers la sortie, tout en faisant un mouvement de tête pour enjoindre son homologue à le suivre. La porte déverrouillée, il se tint fermement dehors, en attendant que le bonhomme décide de le rejoindre. Non, non, il n'entendait sûrement pas le lâcher de sitôt. Ce gars avait tout de même cru bon d'essayer de l'avoir une seconde fois : ça ne passait pas du tout et d'autant plus en sachant que le rouquin était du genre rancunier.

Quant à savoir où il comptait emmener le malotrus, ce n'était pas encore franchement décidé. Pourquoi pas dans sa voiture, tiens ? Après tout, le pick-up rouge était garé un peu plus loin et l'idée de pouvoir l'y coincer était intéressante. Là au moins, monsieur ne bougerait pas outre mesure.

- On va aller discuter dans ma voiture, tiens. T'as un endroit où tu voulais aller, il me semble ?

Enfin, tout dépendrait de son humeur : allez savoir si ce pauvre sans-visage ne serait pas éjecté avant d'atteindre sa destination.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Mer 28 Oct - 13:29



Il fallait que ça lui tombe sur le dos. Une histoire vieille d'un demi-siècle qui, de son côté, n'avait été qu'une anecdote futile. Rien qu'à y repenser, Alec se sentait déjà vieux, fatigué et incapable de se battre si ils en venaient aux mains. Alors discuter, ça semblait la moindre des choses, du moins le temps qu'il trouve de quoi sauver sa peau...

Il se doutait bien qu'il n'était pas question d'une conversation tranquille autours d'un des thés  proposés par la boutique. C'était juste une occasion de gagner quelques minutes, des secondes grappillées dans l'idée de se trouver un plan. Autant le dire tout de suite, ce n'était pas le genre de situation propice à stimuler l'esprit. Le sans-visage se contenta d'agir selon les gestes du serveurs.  Il renvoya son regard glacial et se redressa, dépoussiérant le bas de sa veste:

- Je me balade pas avec des centaines de dollars dans les poches.

Avait-il pu répondre maintenant qu'il lui était à nouveau possible de respirer. De toute façon, le gars au cheveux rouge devait s'en douter:  si Alec était plein aux as, il n'aurait pas besoin de venir réclamer des centimes à je-ne-sais-qui dans la rue. C'était une question de vengeance, pas d'argent. Et même s'il il n'allait absolument pas l'admettre, Alec comprenait de façon claire la colère du monstre. C'est un boulot de crapule, l'arnaque, pas un job qui prône la morale et l'éthique. Quant à lui rendre ses billets... Si il le devait, il le ferait. Mais l'occasion de partir en douce n'était pas écartée et il n'hésiterait pas une seconde si elle se présentait à lui. Le blond regrettait peut-être un peu de s'en être pris à un "camarade" monstre, mais ce n'était pas comme si il lui avait vraiment fait du mal.  

- Et je ne sais pas quand je pourrai te les rendre.

Avait-il complété. Dire la stricte vérité n'était peut-être pas la meilleure des solutions mais Alec avait un peu abandonné l'idée de baratiner le monstre plus longtemps. A quoi bon? Il y avait de grandes chances que ça se finisse mal et certainement pas de quoi en faire tout un spectacle. Quand bien même, le sans-visage n'avait plus rien à y gagner, hormis quelques bleus.
Alec jeta un œil à la pendule qui était accrochée au mur pour remarquer qu'il ne s'étaient écoulées que quelques minutes. Tss, évidemment. Le temps est toujours si lent quand on voudrait qu'il soit rapide. Cela étant-dit, il ne semblait pas être le plus pressé des deux. Le serveur s'était enfin décidé à reparler, l'invitant à sortir du salon sous peine de lui fracasser la tête. Charmante tournure de phrase, convaincante du moins.

- Ok, ok.

"On se calme", avait-il failli ajouter. Néanmoins, l'arnaqueur n'avait pas de quoi se plaindre: l'idée d'être dehors plutôt que confiné avec un monstre fou dans une petite boutique lui apportait la dose d'espoir qu'il lui fallait. Vous savez, il est nettement plus facile de disparaître en extérieur, bien que la tâche s'annonçait difficile avec l'autre gars à quelques mètres. Pour l'instant, si la situation se maintenait, ça ne serait qu'un mauvais moment à passer, un peu comme se faire engueulé par un prof ou devoir expliquer un petit délit à la police locale.

Alec ne remis même pas sa capuche, n'ayant plus grand chose à faire de la bruine qui gelait tout son être. Il était trop concentré pour se rendre compte du froid, et à vrai dire, il commençait aussi à être trop crevé pour s'inquiéter de son sort. Il aurait pu partir en courant, d'ailleurs, mais ne le fit pas. Le rouquin devait de toute façon être un champion de course à pied. Il tût ses pensées lorsque ce dernier lui indiqua une voiture rouge.

- Tu viens de me dire que t'allais m’exploser la tête avec une table et tu veux que je rentre dans ta voiture?

Alec avait ses limites, lui aussi. Il pouvait omettre quelques détails, parfois, mais là, il était clair que le monstre avait une dent contre lui. Peut être toute sa dentition en pointe, même. Et quand bien même il aurait accepté l'idée de faire une balade avec lui, il n'allait pas passer d'une petite échoppe alarmante à un pick-up encore plus dangereux. C'était hors de question. Enfin, si il avait eu le contrôle de la situation.

- Je suppose que j'ai pas le choix, c'est ça?

Choix ou pas, il n'allait pas se faire casser la gueule pour 200$. Au pire, il trouverait un moyen de les lui rendre. Fallait-il réussir à la convaincre de sa bonne foi en attendant.

© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Jeu 19 Nov - 16:11


Comme un air de déjà vu.

Mieux valait que le bonhomme n'y mette pas trop de mauvaise volonté, s'il ne voulait pas empirer les choses : Elséar n'était pas spécialement d'humeur à se répéter. Une fois dehors, tous deux étaient déjà en train de se tremper sous la bruine dégueulasse qui tombait. Vous savez ? Ce genre de pluie fine qui tombe dans tous les sens et dont il est impossible de se protéger avec le moindre parapluie. Inutile de dire que n'était pas pour arranger la situation.

- Non, tu l'as pas, confirma-t-il quand l'autre lui demanda s'il avait le choix.

Autant dire que la gargouille ne le lâchait pas du regard et ne le lâcherait pas non-plus d'une semelle. Ce type avait cherché à l'arnaquer... deux fois. L'affaire serait réglée aujourd'hui, dusse-t-il le courser dans toute la ville. Dieu savait à quel point il pouvait être têtu quand il s'y mettait et le bonhomme n'y échapperait pas.

- Ma voiture est garée là, tu vois le pick-up rouge ? Grimpe.

Les deux mains dans les poches, Elsé' lui lança un regard mécontent et s'avança vers sa voiture. La discussion, il l'espérait, aurait lieu dans le plus grand calme. Ouvrant la portière du conducteur, il s'assura que son passager monterait bien à bord, avant de lui même prendre place. Ce n'était pas que le voir filer lui poserait soucis, mais devoir crapahuter sous la pluie ne l'emballait pas plus que ça.

Mettant le moteur en marche, il ne mit pas la radio pour se détendre, ni même pour couvrir la voix de son interlocuteur si jamais ce dernier se décidait à parler. Ah, il n'avait pas autant d'argent sur lui ? Qu'à cela ne tienne, ils iraient le chercher à la source, non ? Dirigeant son regard vers lui, Elséar l'interpela de nouveau :

- Tu voulais rentrer chez-toi, non ? T'habites où ?

La question serait sans doute surprenante pour son interlocuteur, mais ce n'était pas important, là tout de suite. Elséar ne se privait pas de dévoiler les crocs en parlant, mais son ton était bien moins en colère que quelques minutes auparavant. Difficile de savoir ce qui le motivait, même si ce n'était, dans le fond, pas si difficile à deviner. Le gars allait-il répondre honnêtement ? Ou bien l'attirer dans un autre endroit ? Dans tous les cas, il s'était entiché d'une gargouille derrière le train et cette dernière n'avait pas tellement l'intention d'en démordre.

La voiture se mit bientôt à ronronner lorsqu'il l'a démarra. Sans itinéraire, difficile de savoir où aller, mais il pouvait déjà se permettre de sortir du centre-ville : le bonhomme ne devait pas vivre dans les beaux quartiers, vu sa petite passion consistant à soutirer de l'argent aux gens...

- Je compte pas te bouffer tout de suite, autant que tu me dises tout rapidement, ajouta-t-il en sortant de sa place de parking, je pourrais même envisager de te laisser entier et en forme.

Elsé' ne s'attendait pas à ce que le sans-visage lui raconte sa vie pendant le trajet, mais bon, il y avait déjà un avantage à se trouver dans un endroit étroit, en duo, avec rien d'autre à faire que parler. Alec n'était pas ligoté, ni menacé d'une arme -si tant était que l'arme se trouvait sans doute assise à côté de lui-, autant discuter.

- Sérieusement, c'est quoi ton but en faisant des trucs pareils ? interrogea Elsé' d'une voix blasée. T'as pas peur de te faire tuer ?

La route était un peu encombrée : qu'espérer de plus à cette heure-ci ? Beaucoup de gens rentraient chez-eux, même si la voiture n'était pas toujours le moyen de transport le plus approprié pour se déplacer en ville. Elséar avait eu la flemme de partir à pieds et avait bien fait : avec la pluie, rien n'aurait été agréable...

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Dim 27 Déc - 23:58



C'est qu'il n'avait pas l'air facile, le bonhomme. Même Alec, qui avait pourtant de quoi écrire un bouquin sur la matière, préféra se taire et obtempérer à l'ordre. Il n'avait certainement pas envie de vexer le serveur et, quitte à choisir le moindre mal, le pick-up rouge lui semblait être un bon moyen de démêler l'affaire. C'était dangereux bien sûr, mais ce n'était pas comme si il avait le choix.  
"La colère, c'est très subjectif, vous savez", essayait-il de se persuader en montant dans la voiture. Au fond, Alec n'avait aucune idée de comment il s'était retrouvé dans une telle galère. Tout ce qu'il comprenait, c'est que la longue discussion désagréable qui allait suivre aboutirait probablement en catastrophe. Ou en coup de bol.

Le sans-visage ne décrocha pas un mot et attendit sagement que le chauffeur se mette en route. Au mieux, parler ne ferait qu'aggraver la situation et, au vu de la froideur de son comparse, il n'avait de toute façon pas intérêt à tenter le diable. C'est donc le serveur qui finit par briser le silence.
"T'habites-où?". Avait-il vraiment à répondre à cette question? Déjà qu'il rechignait à montrer son visage à la lumière du jour, donner son adresse à un ancien arnaqué en colère n'avait rien de bien tentant. Et puis, pour dire la vérité, son quartier n'était pas si loin que ça. Deux heures de marche, tout au plus. Et merde...

-Une poignée de maisons. J'habite à l'autre bout de ces quartiers.

Avait-il fini par souffler de dépit. Le sans-visage se doutait bien qu'on ne le ramenait pas chez lui par pure sympathie. De l'argent? Il pourrait en avoir dans la semaine, tout au plus. Ce n'était qu'uniquement en cas d'extrême urgence qu'il arnaquait pour de si petites sommes. De ce fait, cela faisait une bonne semaine qu'Alec n'avait plus rien dans les poches. C'est un peu les haut et les bas de l'arnaqueur freelance:  on ne sait jamais quand un gros coup peut tomber sur nous. Mais le problème n'était pas là. Alec s'évertuait à trouver une manière cohérente de présenter ses excuses. Ou du moins de tourner la situation de façon à ne pas être le grand méchant de l'histoire:

-Vraiment désolé que ça soit tombé deux fois sur toi, hein?

Avait-il tenté d'admettre, pas du tout sûr de lui. Désolé, il l'était en partie pour l'autre gars et en partie pour lui. Bien sûr, on pouvait lui reprocher ses démarches de brigands mais difficile d'en faire toute une histoire quand on connait le bonhomme. Alec n'avait aucune chance de s'en sortir autrement. De là à expliquer sa propension à tomber sa face au moindre choc? Non, il valait mieux éviter le sujet. Le chauffeur n'en aurait sûrement rien à faire, d'ailleurs.
La voiture fit marche arrière et commença à rouler. Bien sur, c'était le moment idéal pour passer par la case de l'inévitable leçon de morale. Manquait plus que ça. Alec releva le nez et rétorqua sans vraiment réfléchir:

-On a pas tous la chance de bosser comme serveur dans un salon de thé.

Ah, en voilà un job facile. Comme à son habitude, la réponse parue plus agressive qu'il ne l'aurait voulu. C'est toujours le même problème avec Alec: les mots ne marchent jamais dans son sens. Avant même de voir la colère s'afficher sur le visage du rouquin, il reprit:

-Enfin, non. C'est juste que j'ai pas beaucoup d'options pour gagner ma vie. Et j'arnaque pas des gens... comme toi, d'habitude. C'est vraiment la poisse, pour le coup. Mais écoute, je suppose que si j'ai survécu comme ça jusqu'ici, c'est pas maintenant qu'on va m'achever.

Face aux dents pointues de son voisin, Alec n'était pourtant plus si certain de ses chances de survie. Il soupira et tourna son regard vers le chauffeur:

-Ecoute, tu veux combien? Je peux pas avoir une grosse somme tout de suite mais je rembourserai. J'ai pas dans mon habitude de m'en prendre à d'autres monstres, vraiment, je regrette.

Si il fallait le rembourser, soit. En attendant la réponse, Alec jeta un oeil sur la route. Avec une circulation comme celle-ci, elle risquait d'être encore longue. Le sans-visage espérait surtout que le chauffeur ne s'impatienterait pas trop vite: il semblait déjà bien assez énervé comme ça.

© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Lun 21 Mar - 16:22


Comme un air de déjà vu.

C'était marrant en fait : dès que ce type ouvrait la bouche, c'était pour faire grimper ses nerfs à l'état d'agressivité supérieur. Elséar avait essayé de le prendre cool, très calmement même... alors pourquoi l'autre tentait-il de signer son arrêt de mort ? Qu'est-ce qu'il n'avait pas compris ? Il ne voulait pas vraiment le tuer au final, hein... Il ne voulait pas non-plus lui taper dessus, hein...

Alors quoi ? Pourquoi fallait-il que ça devienne compliqué comme ça ? Incrédule, la gargouille essaya d'abord de se concentrer sur la route. Ah, il était désolé le bestiaux ? Pas autant que lui, tiens ! Parce que son fric, le gusse allait le lui rendre sans faire d'histoires, quitte à ce que ça prenne une centaine d'années.

Deuxième remarque, cette fois sur son boulot. Elsé' crispa ses mains sur le volant. D'accord, cette fois, mieux valait éviter de regarder l'individu. La taloche allait partir, c'était sûr. Parce que c'était facile de bosser dans cette ville, enfoiré ? Voilà ce qu'il aurait pu lui répliquer en lui enfonçant le crâne dans le siège. Lui aussi avait été dans la galère. Il l'était même toujours, puisque les factures étaient toujours difficiles à payer et ne parlons pas du remboursement pour l'ordinateur réparé. Saleté d'écossais...

Vas-y, reprends-toi, justifie-toi, bonhomme : mieux valait le prendre cool. Le pire était que le conducteur n'en avait pas grand chose à faire. Qu'est-ce que sa pauvre vie pouvait bien lui faire ? Bon, le lot d'avoir quelqu'un dans sa voiture était de l'écouter, mais quand même... Peut-être qu'il aurait dû l'assommer ? Non, la séquestration n'était pas du tout son fort, fallait pas déconner non-plus... Machinalement, Elsé' haussa les épaules, résigné à devoir se montrer patient.

- Sois pas si sûr de toi... grogna la gargouille lorsque son interlocuteur affirma qu'on n'allait pas l'achever maintenant.

Ah, nous y voilà ! L'autre affirmait vouloir le rembourser, que ce n'était pas dans ses habitudes d'arnaquer les autres monstres. Manque de bol, cette fois était la fois de trop. Sentant son regard à ses côtés et assuré que la bagnole ne partirait pas en vrille puisqu'ils étaient dans un bouchon, Elséar tourna la tête. Son regard avait l'air le moins aimable du monde, c'était clair. Cette fois, il ne perdrait pas ce gars-là de vue et surtout pas si ce dernier ne l'avait pas remboursé jusqu'au dernier cents.

- C'est pas compliqué, je veux les deux cents cinquante dollars que tu m'as emprunté et jamais rendu : rien de plus, rien de moins. Tu crois que je roulais sur l'or à l'époque ? Ben, je roule toujours pas dessus. Tu me rends mon fric, ou je te bouffe... et attache ta ceinture !


S'il se prenait un pruneau, ce serait le bouquet final.

- J'ai envie de dire que si t'es pas content de ta situation, t'as qu'à bosser. Je suis pas serveur pour humains par plaisir, mais faut bien subsister. Tu prends tes jambes et ton CV, tu cherches et t'arrêtes de faire chier les gens qui essaient de s'en sortir.


C'était pourtant fou, mais il sentait bien venir le couplet du monstre incapable de s'intégrer au monde des humains. Reportant son attention sur la route, Elséar poussa un soupir blasé et ajouta :

- C'est quoi ton problème ? T'as du mal à pas te faire remarquer ? M'étonnerait pas que je sois pas le premier à te chopper la main dans le sac. T'as l'air parti pour me raconter ta vie, fais-le complètement.

Douceur, tact et délicatesse.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
avatar
Chillin
▌Espèce : Noppera-bõ - Esprit sans visage.
■ Capacité à changer de visage - Voleur d'identité - Esprit (Durée de vie indéterminée) - Incapacité à gérer le contrôle de son visage. ■
▌Messages : 102

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   Dim 12 Juin - 19:59



La situation était un peu absurde. Si Alec avait su qu'il aurait à expliquer le sens de sa vie à un monstre en colère réclamant une dette dont tout humain lambda aurait oublié l'existence, il n'aurait probablement pas pris la peine d'arnaquer qui que ce soit. C'était un peu le risque à jouer, pourtant. Rester à Détroit et toujours choisir ce qui semblait être des cibles faciles était une solution bien trop simple pour être efficace.
Alec le savait, il avait fait une grosse bêtise en sortant ce jour-là. Déjà qu'il n'avait plus aucun billets dans les poches, voilà qu'il devait 250$ à un gars dont il ne connaissait à peine l'existence. Il avait beau scander qu'il lui rendrait tout son argent, le rouquin ne semblait même pas porter d'attention à ce qu'il disait. Il était énervé, un point c'est tout. Autant le dire toute suite, le road trip improvisé n'était pas là pour arranger les choses.

« Mais qu'est-ce que tu fous là, Alec ?» se répétait-il sans cesse.  La question était légitime, après tout: depuis qu'il était monté dans le pick-up, la tension n'avait cessé de grimper pour se figer au paroxysme de la colère. Bien que la voix rauque de son hôte avait du mal à cacher son envie de lui décocher une droite, Alec essayait tant bien que mal de garder son calme. Pour la enième fois, il répéta:

- Je vais te le rendre ton argent.

Comme un gamin qu'on engueule à l'école, il attacha sa ceinture, baissa la tête et attendit la suite du sermon. Voilà qu'le chauffeur enchainait sur le boulot, maintenant. C'était marrant de voir à quel point certains non-humains n'essayaient même pas de comprendre la situation de leurs confrères. La plupart des monstres, bien qu'un peu différents, s'adaptaient parfaitement aux exigences humaines. Alec, non. Ce n'était pas faute d'avoir essayé pourtant: difficile de servir du thé à des vieilles dames si chaque petit imprévu peut se transformer en vision cauchemardesque  pour les trois-quart des clients. C'était peut-être ça qu'il voulait entendre?

- Oui, bien sûr. Un CV et des jambes, c'est tout ce qu'il faut.

Si il ne voulait rien entendre, autant de pas discuter du tout. Alec avait l'habitude de ne pas avoir le dernier mot, ce n'est pas ça qui l'empêcherait de dormir la nuit. Ni d'arnaquer d'autres gens, d'ailleurs.
Le chauffeur profita du mutisme du Sans-Visage pour reprendre de plus belle. Lui raconter son histoire? Et puis quoi encore! Quand Alec se décida à lui répondre, il était encore plus affligé qu'avant:

- T'es pas le premier à me chopper la main dans le sac, non, c'est loupé pour la médaille.

Il lui semblait que toute l'anxiété que pouvait lui provoquer les risques de tomber son visage se traduisait à présent en remarques sarcastiques et réponses aigries. C'était ça ou rien, après tout:

- Je vais pas m'amuser à jouer au monstre larmoyant avec toi. Si tu veux pas me croire quand je te dis que je peux pas faire le boulot de monsieur tout le monde, libre à toi. En attendant, moi aussi je fais ce que je peux pour survivre.

Le serveur trouverait bien le moyen de détourner ses mots et de les reconstruire à sa façon. Ça avait l'air d'être tout un art de vivre, chez ce gars-là. Même si il comprenait sa colère, Alec ne voyait pas du tout comment les choses pourraient s'arranger en un trajet de voiture. Ce n'était certainement pas là qu'il retrouverait ses 250$. Il avait à faire à un sans visage, pas à un Leprechaun.

- C'est une garantie de paiement que tu veux, pas l'histoire de ma vie et je dois avouer que j'ai pas grand chose d'autre à donner que ma parole. Encore désolé.


© VAL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t310-alec-dewart-no-face-s-friends http://detroit-monsters.forumactif.fr/t551-alec-carnet
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Comme un air de déjà vu | PV Elsé   
Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un air de déjà vu | PV Elsé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg