Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Fantôme du Passé | PV Helena Markos
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Lun 24 Aoû - 16:44


Fantôme du Passé

Elséar porta une main à sa tempe et tenta de retenir la grimace douloureuse qui menaçait de poindre sur son visage. Pas devant les clients. Il n'était pas censé tirer cette tronche devant eux. Déposant le café d'un habitué près de lui et s'efforçant de sourire, la gargouille finit par abandonner la salle quelques minutes et se réfugia à l'arrière. Il n'aurait guère de temps pour se ressaisir ainsi, mais il devait en profiter un maximum. Il aurait tout le loisir de faire comme si de rien n'était par la suite.

Cela faisait des jours que ces sifflements ne cessaient pas. Elsé' avait l'impression que ça le suivait : il en était venu à cette conclusion en se rendant compte que ça ne passait pas. À la maison, c'était présent. Lorsqu'il sortait faire un footing, ce n'était jamais loin. Quand il bossait, c'était envahissant. Son humeur était maussade : qu'espérer de plus avec une migraine persistante ? Attentive, la gargouille scrutait la salle du café à la recherche du responsable. En vain. Qui plus est, il n'avait pas le temps de traquer ce monstre, ni même de le pousser à s'en aller. Il venait tout juste de récupérer ce boulot, ce n'était pas pour gaffer une fois de plus.

Pourtant, aujourd'hui, il n'était pas question que cela dure plus longtemps. Tâchant d'adopter un air moins sombre, Elséar s'en retourna dans la salle et entreprit de reprendre le travail comme si tout allait bien. S'il ne parvenait pas à retrouver la créature qui semblait décidée à le suivre, il la laisserait venir à lui. Un plan simple s'était dessiné dans son esprit et il entendait bien le mettre en œuvre dès qu'il sortirait du GreenHouse.

Dehors, le ciel était gris et il faisait plutôt sombre en ce début de soirée. Après un peu de ménage et de rangement, Elséar avait finalement terminé sa journée aussi calmement que d'habitude. La différence était qu'il n'était pas pris sa voiture ce jour-là. Le trajet se ferait donc à pieds et il avait nettement l'intention de profiter de cela. Il connaissait bien les rues du coin et savait à quel endroit et quel moment il tâcherait d'accélérer le pas. C'était l'heure de montrer quel monstre pouvait jouait au plus malin... même s'il ignorait bien sur qui il tomberait.

Prenant une inspiration, la gargouille fit mine de ne se méfier de rien et avança tranquillement, les mains dans les poches. Comme prévu, les sifflements qui hantaient sa vie depuis quelques jours ne faiblirent pas. Saleté. Il fallait bien avouer qu'Elsé' aurait bien voulu se tromper et que tout s'arrête avant de devoir y remédier lui-même. Hélas, rien ne se passait jamais comme il le souhaitait vraiment et ce n'était pas faute de le souhaiter très fort.

La gargouille bifurqua soudain dans une ruelle. Il avait accéléré le pas, sans pour autant se mettre à courir. Il n'en avait pas besoin pour ce qu'il comptait faire. Ses griffes en pierre s'accrochèrent à la façade poussiéreuse de l'immeuble à sa gauche et il grimpa habilement à quelques mètres au-dessus du sol. La vitesse était vertigineuse, mais rien qui eut pu le perturber outre mesure. Il devait trouver un point où il serait suffisamment à l'aise pour observer sans être vu.

Il s'arrêta net. Des bruits de pas. L'ombre de la façade d'en face ferait l'affaire pour le dissimuler et la vue sur la rue était parfaite d'ici. Un mouvement indiscret aurait sans doute suffi à le faire repérer. Lorsque la silhouette se dessina en-dessous de lui, Elsé' contracta les muscles de son bras gauche, prit appui sur ses pieds et se retint fermement. Très bien. Désormais, c'était entre cette personne et lui. Difficile de savoir à qui il avait affaire vu de là où il était : dans tous les cas, cette chose avait une apparence humaine. Comme s'il comptait rester en l'air en attendant que ça passe !

Son futur interlocuteur fit quelques pas un peu plus loin de l'endroit où il attendait. Elséar évalua la distance entre le sol et sa position. Avec la détente de ses jambes, il parviendrait à ne pas se blesser s'il sautait d'un peu plus haut que la moyenne. Il entreprit de descendre silencieusement, prenant garde à chaque pression dans le béton de l'immeuble. Quelques mètres, pas plus. Arrivé à bonne distance, il reprit appui sur ses pieds et s'élança vers la ruelle. Parvenant lestement à terre, la gargouille fixa le dos de la créature et lança finalement les hostilités.

- Je peux savoir ce que tu me veux ? interrogea-t-il d'un ton à la fois calme et méprisant. Qu'est-ce qui t'a fait penser que tu pourrais me suivre en douce sans te faire casser la tronche ?

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Lun 24 Aoû - 18:36

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

Elle avait pris une infinie précaution lorsqu'elle l'avait reconnu, malgré les années, malgré les siècles qui s’étaient écoulés depuis le tourbillon de violence humaine qui les avaient rapprochés. Les temps anciens, les superstitions jetées dans le feu.... la peur rendait les humains comme fous, les changeaient en monstres; la sorcière aimait infiniment cette rage toute illogique qui prenait ces petites choses dès qu'elle rencontraient une autre forme de vie; les humains ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas et c'est parfois également le cas des créatures, celles la même qui se cachent parfois dans le noir de la nuit car ils ont encore plus peur que les humains. En définitive, il était parfois dur de savoir qui était le véritable monstre.

Pourtant, il est des tarasques qui ne s'oublient pas; des fiélons, des croque-mitaines, des merveilles qui hantent vos nuits, vos jours. Un visage gravé dans la roche de sa mémoire, qui y reposait avec une place particulière, précieuse, en une image de statue perchée sur les hauts clochers de Paris en un sommet de pierre. Qu'ils sont rares, ces visages qui traversent les siècles, qu'ils soient amicaux ou pas. Il sont rares et précieux et rien ne saurait détruire l'empire qu'ils peuvent avoir sur vous et sur vos sens.

Helena avait pris son temps, comme elle le faisait toujours, sa présence en touche comme un peintre patient qui désirait faire une toile affreuse. Un passage puis un autre; des courts, des longs, sans jamais réellement se montrer, se dévoiler. On négligeait étrangement sa présence, à cette cliente qui ne commandait souvent rien du tout et qui passait des heures au Greenhouse sans qu'on la remarque, baignée de sa magie. Même lui ne semblait pas la voir, même s'il l'avait assurément sentie : il avait surement les oreilles qui sifflait la mélodie des présences maléfiques. Et la sienne était particulièrement luciférienne.

Quant à ce que la sorcière poursuivait, c'était une grande question. Elle avait ce soir-là pris le temps d'attendre encore un peu pour suivre dans les ruelles sombres de Detroit l'objet de sa chasse, ce souvenir qui n'était ni vraiment bon, ni totalement mauvais. Pourtant, elle ne ressentait rien de particulier : le diable avait emporté ses sentiments en même temps que son âme et ses souvenirs, ne laissant qu'un trou béant dans sa poitrine. Alors qu'est-ce qui pouvait bien la pousser à suivre cette gargouille, les mains dans les poches et l'air insouciante du piège qu'Elséar tramait?

La gargouille avait disparu à l'angle d'une rue; fallait-il s'en étonner? Helena fit quelques pas sans sortir les mains de ses poches, un sourire aux lèvres : quelle buse faisait-elle, à tomber si facilement dans le panneau n'est-ce pas? L'obscurité rendait tout plus imprécis et dans la nuit, tout devenait plus dangereux, plus vivant. Il bondit dans son dos comme un éclair, ne lui laissant guère le temps de réagit tandis que sa voix, vestige d'un passé fuyant, éclata dans l'air. La sorcière ne bougea pas, ne pivota même pas; son dos large était celui d'une femme assurément, mais sa silhouette portait à confusion sur sa taille et son poids, sur sa musculature, la forme de sa mâchoire, forte et carrée. Une vraie gueule qu'il reconnaîtrait immédiatement, maintenant qu'elle se retourna d'un air affable.

"Par le diable, tu m'as fichu la frousse!", s'esclaffa Helena en posant la main sur son buste, à la fois surprise et hilare, "ce n'est pas une façon de saluer une vieille copine, Elséar!"

La sorcière sortit finalement doucement de l'obscurité, le poids des ans ne l'ayant nullement affectée tout comme la gargouille, mais ayant laissé une étrange emprunte : Helena avait changé mais n'avait pas vieilli; elle était devenue plus large, athlétique, plus androgyne, prêtant à confusion dans le noir. Sa taille était la même que celle d'Elséar et elle se rapprocha de lui sans crainte, les mains toujours dans les poches.

"Tu accostes toujours les filles comme ça?"

Elle n'avait pas peur; pourquoi aurait-elle du montrer de la crainte? Les années avaient gommé les hésitations qu'elle avait eu, jadis. Il ne restait rien que de la malice dans ses yeux sombres et dans sa voix grave. Et pourtant, elle se souvenait très bien.

Lui aussi, surement.

© VAL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Lun 24 Aoû - 23:40


Fantôme du Passé

À bien regarder ses épaules, Elséar avait eu du mal à reconnaître un homme ou une femme. Ce n'était pas facile ainsi. L'un ou l'autre n'avait aucune importance. Tout ce qu'il souhaitait, c'était connaître la raison de cette filature incessante, ainsi que l'identité de son mystérieux poursuivant. Sans doute n'aurait-il jamais désiré en savoir davantage, s'il avait eu l'occasion de le deviner. Ce n'était pas tous les jours que l'on voyait ressurgir un fantôme de son passé et encore moins l'un de ceux qui avaient réussi à le marquer.

Combien de temps les avait séparés ? Des siècles. Des siècles durant lesquels Elsé' avait passé beaucoup de temps à dormir sous sa forme de pierre. Des siècles où il avait essayé d'oublier le monde extérieur pour échapper à toutes les horreurs qui y sévissaient. Des siècles durant lesquels, l'adolescent qu'il était autrefois avait grandi et évolué à de courtes périodes parmi les vivants. Un fantôme, c'était le mot. La gargouille n'aurait jamais songé revoir ce visage et ceci même en se sachant capable de vivre encore bien des siècles.

- ... Helena ?

La colère avait déserté son visage. Elséar ignorait quoi penser vis-à-vis de cette rencontre. Helena. Sortie de l'ombre tel un mirage, avec ce même visage et cet air décontracté pour s'adresser à lui. Après la façon dont ils s'étaient séparés, il y avait de quoi être déstabilisé. Pour l'être, il l'était. La sorcière lui parlait sans gêne, sans la moindre peur... comme s'ils ne s'étaient pas quittés. Elséar se fit violence pour chasser l'expression de surprise qui avait envahi ses traits. Les souvenirs, même si devenus lointains, jaillissaient dans sa mémoire... des bons, des mauvais. Surtout les mauvais en fait.

La voyant se rapprocher, la gargouille ne bougea pourtant pas de sa place, même s'il avait esquissé un petit geste pour reculer. Il n'était plus un enfant. Voilà bien longtemps que les méchantes sorcières ne lui faisaient plus peur... à la différence près que toutes n'étaient pas mariées directement au Diable. Il accueillit sa présence plus proche avec un regard qui se voulait hautain, voire dédaigneux. Les sifflements qu'elle orchestrait lui tapaient sur le système depuis bien trop longtemps pour la ménager. Fait surprenant, il parvenait à la fixer dans les yeux aujourd'hui, alors qu'autrefois, il lui arrivait tout juste au niveau du menton.

- Qu'est-ce que tu veux ? répéta-t-il.

Pas d'accueil chaleureux au programme. En revanche, Elséar ne savait pas s'il était heureux ou dégoûté de la revoir. Peut-être un peu des deux, même si Helena avait cessé de hanter ses pensées depuis très longtemps déjà. Quand bien même avaient-ils eu un différent non négligeable, il s'était souvent demandé ce qu'elle devenait. Il avait su tourner la page. Ce soir, il n'en était plus si sûr que ça. Que devait-il lui dire ? Elle tentait de plaisanter, mais ça ne le touchait pas et ne lui donnait aucune envie de rire.

Les murs qu'il s'était forgé étaient trop épais pour laisser passer le moindre sentiment à l'égard de cette sorcière. Plus encore, il ne voulait en aucun cas lui céder ce plaisir. Il se souvenait. Inutile de dire que cette nuit l'avait marqué et qu'il n'aurait sans doute pas dû s'en sortir vivant. Il s'était mis en travers de son chemin, du moins, il avait essayé. En réalité, Elséar avait tellement de questions à lui poser au sujet de cette histoire. Cependant, il n'en ferait rien et laisserait sa curiosité au placard : c'était décidé depuis un bon moment. Ce jour-là, il avait fui autant que son interlocutrice et il ne pouvait revenir sur ses pas. Dieu savait à quel point il luttait pour ne pas regarder derrière lui...

- Je ne te pensais pas encore en vie, articula-t-il la mine sombre.

Le ton était moins cassant. Une petite part de lui-même savait qu'il n'était sans doute pas une bonne idée d'ouvrir ainsi la conversation.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Mar 25 Aoû - 13:31

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

L'obscurité faisait comme obstacle entre eux deux mais entendre son nom prononcé par cette voix vaguement familière dissipa une distance vis-à-vis de Helena. Elle sortit de l'ombre, monstre à l'aspect banal, ordinairement humaine. Juste une grande femme à lunettes mal fagotée, loin des standards actuels, faisant face à un jeune homme plus vieux que la ville elle-même. Jadis, ils avaient voulu leurs vies et ils avaient fui ensembles, s'étaient protégés l'un l'autre. Et pourtant la vilenie de Helena reprenait toujours le dessus; sa nature était différente de la gargouille et elle y cédait sans le moindre regret. La sorcière aurait imaginé plus de colère dans le ton et sur le visage de son ancienne connaissance mais cela lui sembla plus amusant : si Elséar cherchait à se composer une attitude distante, elle sentait bien sa surprise, espérant le troubler par un retour impromptu. Une ombre projetée soudain sur un mur, jaillissante. Et bouh! Le monstre surgit.

Le sourire comme seule explication, elle n'avait pas peur; lui non plus, alors pourquoi faire semblant? Sa propre attitude n'avait rien de belliciste. Elle sourit cependant en le voyant esquisser un mouvement de recul, la mine faussement attristée. La gargouille avait bien des raisons de se méfier d'elle mais après tout ce temps, cette méfiance avait-elle encore de la valeur?

"Tu as bien grandi", admit Helena en se rapprochant de lui sans crainte pour étudier ses traits, "ça fait combien de siècles, Elséar?", lui demanda-t-elle, taquine, refusant de répondre tout de go à sa question.

Elséar était bien plus vieux qu'elle et pourtant la brune se souvint que jadis, il lui arrivait à peine au niveau du menton. Elle-même avait étrangement grandi, mais la gargouille était à présent adulte, à la fin de sa lente maturation. Helena sortit une main de sa poche et se permit de lui frôler le visage du dos de la main, avec une lenteur chatte : il allait certainement détester ça, pour son plus grand plaisir. Cependant la sorcière n'insista pas, faisant rapidement quelques pas en arrière en remettant les mains dans les poches de son pantalon, qu'elle portait avec un débardeur noir et une veste blanche aux manches retroussées sur ses avant-bras tatoués.

"C'est un hasard, rassure-toi. Je t'ai reconnu en entrant au Greenhouse et j'avais envie de voir combien de temps tu mettrais pour me remarquer."

Elle ne disait qu'à moitié la vérité, mais ses yeux fixes et froids juraient avec son sourire aimable mais vipérin, comme toujours. Comme jadis.

"Il va vous attaquer, maîtresse", fit une petite voix crachotement dans l'obscurité.

Helena eut un rire grave en se moquant ouvertement de la toute petite créature qui vola péniblement pour se poser sur son épaule; il s'agissait d'un tout petit démon verdâtre aux ailes membraneuses, un de ses familiers crées dans son propre sang. Une affreusement tête miniature de lion était encadrée par cinq pattes de boucs tordues, comme un cauchemar marchant en chaque directions.

"Ne dis pas de bêtises, Buer. Il l'aurait déjà fait s'il l'avait réellement voulu...", elle tourna son regard sombre vers Elséar, "... pas vrai, cutie pie?"

Le démon fixa Elséar de ses petits yeux chassieux et glauques, les babines retroussées en une expression affreuse, comme un sourire d'animal. Helena le congédia d'un geste de la main et d'un "disparais, saleté. Je ne t'ai pas invoqué", amusé. Elle s'alluma nonchalamment une cigarette avant de replonger sa main de libre dans sa poche, l'air désinvolte. Elle n'avait certes pas froid aux yeux mais savait que si la gargouille l'avait voulu, ils auraient déjà commencé à se battre. Ce n'était pas son but non plus, et elle demeura silencieuse, souriante.

"Quand à la raison de mon attitude...", elle se frotta le menton, fermant un œil, "disons qu'on ne manque pas un visage connu, n'est-ce pas?", elle haussa vaguement des épaules, "je n'ai pas de rancune, bien au contraire mais toi si, je me trompe?"

Et pourtant, elle avait l'air de s'en balancer, dans le fond, avec son sourire flegmatique et ses yeux plissés; Helena était difficile à cerner, ennemie de tous, humains comme monstres et pourtant parfois alliée de choix qui ne cherchait jamais l'affrontement physique. Inclinant la tête sur le côté avec joliesse, elle lui lança:

"Moi, je n'ai jamais pu t'oublier, chaton. Malgré notre différent, on s'est toujours protégé mutuellement... tu te souviens? J'ai pris soin de toi et tu as pris soin de moi."

La sorcière rit de bon cœur, le ton affreusement léger.

"On pourrait faire la paix, non? Des siècles ont passé. Avant que tu ne dises quoi que ce soit : non, je n'ai pas changé. Chacun chemine entraîné par son naturel, c'est tout. Je fais comme toi : ce que me dicte ma nature de monstre."

Elle n'avait pas besoin de mentir présentement puisque la sincérité pouvait parfois être une clef là où la manipulation fermait des portes; Elséar ne la croirait jamais si elle lui inventait ne histoire d'amende honorable et elle le savait bien. Elle était mariée avec le Diable, dédiée de façon perverse à cette mission tant aimée : dévoyer les êtres vivants, briser leurs certitudes, dominer leurs esprits faibles, sacrifier leurs âmes insignifiantes et se nourrir de leurs vies minables.

Qui la penserait repentie? Personne, surtout pas Elséar.

© VAL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Mar 25 Aoû - 15:49


Fantôme du Passé

Combien de siècles, en effet ? Peut-être un peu plus de huit, aujourd'hui. Elséar n'avait pas vraiment compté le temps qui s'était écoulé depuis leur séparation. Comme toutes les mauvaises choses qui lui étaient arrivées, il avait fait en sorte de la laisser en arrière et de ne plus y penser. La voir brusquement ressurgir dans sa vie le mettait mal à l'aise et il se serait menti s'il s'était affirmé être sûr de lui en cet instant. Son expression tendait à ne rien montrer de tout ceci, mais la sorcière ne serait sûrement pas dupe.

La main caressant lentement son visage le poussa à se crisper légèrement et à détourner le regard. Elséar détestait les contacts qui franchissaient les barrières solides se dressant entre lui et le monde extérieur. Personne ne pouvait franchir ces limites, à moins qu'il ne l'ait décidé. Helena lui prouvait nettement qu'elle n'avait pas grand chose à faire de son ressenti, bien que sachant très bien à quel point ce genre de gestes pouvaient l'incommoder... et le déstabiliser. Elle ne le craignait pas. Pourquoi l'aurait-elle dû ? Le fait d'être mariée au Diable devait lui octroyer une puissance qui surpassait de loin les maigres pouvoirs d'une simple gargouille.

La voir s'éloigner de lui le rassura et il se permit de recommencer à respirer. La créature dégoûtante qui suivait la sorcière eut le mérite de le sortir de sa petite torpeur et d'attirer son attention. Dans le genre horreur, cette bestiole se posait là. Elsé' ne lui accorda pas vraiment d'intérêt, même si le serviteur de son interlocutrice semblait clairement hostile à son égard : un menu fretin pareil ne l'impressionnait pas. Au concours des dents les plus longues, ce n'était certainement pas le petit démon qui gagnerait sa journée.

Se voyant affublé d'un surnom ridicule, la gargouille fit claquer sa langue contre son palais d'agacement. Effectivement, tous deux seraient en train de se battre depuis un moment si son intention avait été celle-ci. Elséar n'était pas assez stupide pour se mesurer à elle de cette façon. À vrai dire, pousser ces retrouvailles jusqu'à l'affrontement n'était, comme la sorcière l'avait deviné, pas du tout dans son idée. Trop d'années s'étaient écoulées pour en arriver là et la rancune dont elle faisait mention n'irait sans doute pas aussi loin.

- Ne me fais pas rire en me comparant à toi, s'il te plaît.

La réponse avait fini par fendre le silence qui s'était installé chez Elséar, tandis qu'il l'avait écoutée parler. Cette fois, c'était au tour de la gargouille de se permettre de sourire. Un rictus sarcastique avait étiré le bord de ses lèvres.

- Je ne suis pas tout blanc, mais je n'ai jamais vendu mon âme à des créatures abominables.


Tout trouble envolé pour le moment, Elséar avait redressé le regard dans sa direction, soutenant le sien avec la ferme intention de ne pas se laisser démonter. Perdant son sourire, ce fut à son tour de glisser ses mains dans ses poches et d'adopter une posture un peu plus décontractée.

- Si ça peut te rassurer : non, je n'ai pas oublié tout ce que nous avons vécu en ce temps-là, ajouta la gargouille en haussant les épaules, ma rancune est restée tenace, mais j'ai tourné la page depuis longtemps.

Elsé' se rendait compte à quel point il s'était bien trop confié à elle par le passé. Sans doute le connaîtrait-elle un peu moins bien s'il avait su se montrer aussi prudent qu'il aurait dû l'être. À présent, on ne le reprendrait pas à faire cette erreur, néanmoins il était déjà trop tard avec cette femme. Helena savait quels cauchemars hantaient ses nuits et quelles horribles souvenirs se pressaient les uns contre les autres dans sa tête.

Dans un sens, peut-être était-ce pour cela qu'il lui en voulait tant. Il s'était confié à elle, lui avait accordé sa confiance avant de le faire. La protection que la sorcière dispensait pour le préserver des humains avait suffi à le rendre dépendant d'elle. Il avait bu ses paroles aussi dangereuses que le venin d'un serpent s'insinuait dans le sang et avait cautionné ses actions en s'y joignant. Sa haine envers les humains avaient été sans bornes jusqu'à il n'y avait pas très longtemps... ces derniers temps, il n'était plus si sûr de vouloir continuer sur ce chemin. Helena était précisément une personne qui était susceptible de l'y maintenir et de l'y entraîner à sa suite... Cela l'effrayait-il en fin de compte ? Il n'aurait su le dire.

- Qu'est-ce qui peut bien te faire croire que je voudrais faire la paix avec toi ? Ne me dis pas que tu t'es permise de me suivre tout ce temps juste pour me demander ça ?


Elséar n'y croyait pas vraiment en vérité. Dans son esprit en tout cas, Helena était un peu plus subtile que ça et il ne l'avait pas connue aussi sentimentale. Il avait cru compter pour elle voici fort longtemps et s'était fourvoyé. Elle affirmait elle-même ne pas avoir changé. Alors quoi ? Que voulait-elle de lui en l'abordant de la sorte ?

- Sérieusement, qu'est-ce que tu espères de cette conversation ? Crois-tu sincèrement que j'aie envie de parler du bon vieux temps, comme si nous étions amis ? Tout ça, c'est du passé.

Ca l'était, oui. À la voir débarquer en bavardant comme si de rien n'était, Elséar n'était pas vraiment certain de ce qu'il avançait. Helena réveillait les souvenirs d'un monde où la peur et la fuite faisaient partie du quotidien des monstres qui n'avaient pas la chance de pouvoir passer inaperçu. Un monde qui n'était plus. La gargouille appréciait vivre dans celui qu'il connaissait désormais, malgré les difficultés qu'il pouvait parfois rencontrer.

- Tu fais partie de mon passé et rien d'autre, insista-t-il en détournant les yeux une nouvelle fois.

Alors pourquoi ne tournait-il pas les talons pour la laisser en plan dans cette rue ? Pourquoi ne se contentait-il pas de s'en aller sans chercher à aller plus loin ? Pourquoi cette rencontre lui faisait-elle un choc pareil ? Il avait pourtant bien changé depuis cette période... Voir ressurgir cette sorcière le troublait plus qu'il ne voulait bien le reconnaître.

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Jeu 27 Aoû - 17:50

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

Envahir l'espace personnel des gens était son petit pêché mignon et elle prit un plaisir torve à toucher le visage de son ancien protégé, appréciant tout particulièrement le fait qu'au lieu de se défiler totalement physiquement, Elséar ne fit que détourner le regard. Du dégoût, de la colère? Tout ces sentiments étaient les meilleurs, les plus savoureux : ils étaient venin dans une coupe qu'elle buvait comme du nectar, aimant tant être haïr et détestée. S'il avait ignoré son familier, il ne pourrait faire de même avec elle et la sorcière le savait; son sourire avait ce quelque chose de retors qu'elle n'avait jamais perdu, de pernicieux. Profondément maléfique mais assez mesuré pour être une créature de nuance plutôt que de vilenie pure. Sinon, qui lui ferait encore confiance? Ravie d'agacer la gargouille, la sorcière lui tourna autour, à la fois proche et distante dans ses attitudes, sereine et maîtrisée. Après tout, qui savait ce qu'avait vécu Elséar, où en était ses pouvoirs? Elle préférait ne pas se risquer.

Cependant, Helena ne put retenir un rire tout de go lorsque son ancien compagnon lui dit de ne pas faire de comparaison entre eux; une hilarité sombre, clairement moqueuse éclaboussa l'air nocturne qui se chargea de cette moite odeur de danger.

"Je ne comparai pas, ne te méprends pas sur mes intentions", intentions qu'elle ne voulait visiblement pas révéler tout de suite, préférant une sorte de jeu du chat et de la souris.

Et pourtant, comme ils étaient polis, chacun envers l'autre, attendant que les silence s'installe, s'écoutant religieusement sans jamais se couper la parole. Leur sourire se faisaient échos sans se répondre, bien trop différents et dans l'obscurité de la ruelle, Helena se rapprocha un peu plus, l'air de rien.

"C'est toi qui m'a suivie cette fois-ci, donc...", elle sourit tant que ses yeux se plissèrent pour ne laisser d'eux que deux demie-lunes, "qu'est-ce que toi, tu me veux, cutie pie?"

Elle haussa vaguement des épaules d'un air un peu désinvolte lorsqu'Elséar aborda son pacte avec les forces obscures.

"Ce que j'ai obtenu en échange de mon âme est bien plus intéressant. Quand un deal est bon pour soi, à quoi bon regretter?"

De la pure logique, comme elle avait souvent tendance à le faire, presque fallacieusement. Globalement, Helena ne regrettait rien; son âme arraché, elle avait perdu ce qui fait des humains ce qu'ils sont, des sentiments complexes et puissants, au profit d'une froide logique - mais efficace. Ce qui lui restait était sombre et laid; de l'envie, de la domination, du fiel et de la licence. Rien que des choses cruelles et nauséabondes. Face à elle la gargouille sembla se décontracter, essayant de jouer avec ses nerfs; peine perdue puisque c'était lui qui lui avait tendu ce piège, par curiosité. Ce simple fait donnait à la sorcière, dans son esprit, un certain avantage.

"C'est bien de savoir passer à autre chose"
, dit Helena en hochant la tête, approuvant sans malice.

Les vraies questions venaient maintenant, dans l'entrée de ce jeu de piste où Helena devait à tout prix essayer de perdre Elséar, de lui faire revoir ces bons moments qu'ils avaient vécu pour les faire recouvrir les mauvais. Tout commençait maintenant avec cette seule question, la plus pertinente à avoir. Il avait raison : elle était un fantôme du passé resurgi; n'était-ce pas suffisant pour douter du présent?

"Je n'ai jamais dis que je pensais que tu voudrais faire la paix avec moi, Elséar", argua Helena en haussant les épaules, l'air penaude, "quand tu m'as attaqué, je n'ai pas pu me défendre. Je n'ai pas pu te faire du mal. Cela ne signifie rien pour toi, mais pour moi si. Ça me semblait normal d'essayer de te revoir et de te parler."

La sorcière se tut, laissant Elséar parler sans l'interrompre, en l'écoutant avec attention pour distiller la substantielle moelle de son discours un peu bancal. Elle-même était très calme, fumant avec son autre main dans sa poche, adossée au mur en face de celui où se trouvait la gargouille.

"Je veux bien, mais...", elle eut un fin sourire, "pourquoi tu ne tournes pas juste les talons en m'ignorant?"

Helena espéra pouvoir commencer à semer le trouble dans l'esprit de son interlocuteur, sans vouloir trop en faire; qui en fait trop perd son effet. Elle ne devait pas se poser en victime, puisqu'il savait très bien qu'elle n'était qu’un bourreau. Cependant jouer sur d'autres plans, ceux affectifs tiendrait peut-être la route.

"J'aurai pu te tuer ce soir-là, et offrir ton âme au Charpentier."

Il était rare que Helena dise le mot "diable", si ce n'était pour faire de l'humour; elle lui substituait le terme de "charpentier" sans raison apparente et le faisait déjà du temps où Elséar et elle se protégeait. Elle était la femme du Charpentier, quand on lui demandait.

"Je ne l'ai pas fais parce que je t'aimais beaucoup", elle continua d'un souffle, "avant que tu ne ris : j'ai été humaine, j'ai été capable de ce genre de choses."

© VAL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Sam 29 Aoû - 19:59


Fantôme du Passé

La voir lui tourner autour ne plaisait pas à Elséar. Il avait clairement été une proie un jour et n'escomptait pas le redevenir. Hélas, la voir agir ainsi ne faisait que lui rappeler que cela lui pendait au nez, aussi sûrement que les regrets l'envahissaient sans cesse. Helena se rapprochait et s'éloignait comme le prédateur qu'elle était et avait toujours été. Comment oublier ce qu'il avait eu l'occasion de voir ? Leur bataille pour rester en vie avait laissé des marques et des souvenirs.

- Je n'ai pas dit que ça n'avait rien signifié pour moi...
articula-t-il sans trop savoir pourquoi. Même après ce qu'il s'est passé, il serait difficile pour moi de tourner les talons.

La gargouille s'était longtemps demandé pour quelle raison son ancienne camarade d'infortune l'avait épargné. Lorsqu'il avait tenté de l'arrêter, elle n'avait pas même essayé de le blesser. Par affection, alors ? Pourquoi le prenait-elle avec autant de légèreté ? Il n'était pas homme à l'avouer tout haut, mais ce geste étrange avait hanté ses pensées durant bien des jours. Las de supporter le fait de se retrouver à nouveau seul, il avait simplement arraché ce songe de sa mémoire et avait fui la réalité. Cette dernière le rattrapait au moment où il s'y attendait le moins.

Ses prunelles rouges, dissimulées sous des lentilles marron, semblèrent légèrement plus perdue qu'au départ. Effectivement, il n'avait pas tourné les talons et c'était très certainement une grosse erreur de sa part. Malgré toute la méfiance qui l'habitait, la gargouille ne pouvait s'empêcher de se demander si les mots de cette femme étaient réels, ou non. Tout portait à croire que rien de vrai ne pouvait sortir de sa bouche... et pourtant, les faits étaient bien là. Même avec l'opportunité de le faire taire et de le damner auprès de celui à qui elle était liée, la sorcière ne l'avait pas touché.

Croiser Helena dans cet endroit était décidément la dernière chose qu'il aurait pu appréhender. Sans doute aurait-il préféré avoir affaire à un monstre maléfique ordinaire, venu le provoquer. Ça n'arrivait jamais, mais, pour une fois, le sort aurait pu éviter de s'acharner sur lui. Elséar l'avait observé lui parler comme s'ils ne s'étaient jamais quittés.

- Ça ne change pas le fait que tu m'aies trahi en me cachant ce que tu faisais vraiment, poursuivit-il en reportant un regard las sur elle, je ne veux rien savoir de tes petites affaires avec celui que tu sers.

Elséar en avait bien assez vu et entendu. Avoir été aussi proche de telles horreurs avait de quoi vous marquer longtemps. Il lui était difficile d'oublier combien cette histoire avait pu l'effrayer. La peur était un sentiment constant chez-lui. Elle avait commencé à le poursuivre dès l'instant où cet humain lui avait arraché sa mère et précipité sur un bûcher. Elle ne l'avait plus quitté depuis. Se voir rappeler un tel sentiment de la part d'un être auquel il avait réussi à faire entièrement confiance, n'était pas supportable.

- Comment pourrais-je te vouloir quoi que ce soit puisque j'ignorais qu'il s'agissait de toi ? Tu aurais pu te manifester directement, au lieu de chercher à jouer avec mes nerfs,
reprocha-t-il en haussant un sourcil, combien de temps aurait duré ce manège si je n'avais pas décidé d'y mettre un terme ce soir ?

La gargouille sortit une main de sa poche pour lui faire signe de ne pas répondre tout de suite et continua d'un ton égal :

- Je ne veux plus que l'on joue avec moi, Helena. Ne me fais pas miroiter une quelconque affection passée en pensant pouvoir m'émouvoir encore. Ce garçon peureux que tu as connu est mort depuis longtemps.

Elsé' se refusait tout net à céder un pouce de terrain jusqu'à lui. Ce n'était pas ainsi qu'elle parviendrait à faire flancher sa volonté de ne plus s'attacher aux autres... quand bien même tendait-il à voir son mur s'effriter ces derniers temps. Son désir de demeurer seul n'avait pas résisté bien longtemps aux contacts avec de potentiels amis. La capacité à s'attacher d'Elséar était au moins aussi forte que sa capacité à haïr les autres. Le mélange des deux était parfois détonnant. Helena se trouvait pile entre ces deux sentiments : entre l'affection et l'aversion.

- Sur ce...
commença-t-il avant de faire un pas dans la ruelle pour faire mine de s'en aller.

Tourner les talons, tant qu'il en était encore temps. Il ne devait pas rester ici et lui avait déjà cédé bien trop de terrain en acceptant de discuter. Quelque-chose lui disait que ça ne s'arrêterait pas là, mais il ne désirait pas poursuivre sur cette lancée. Il comptait fuir. Fuir, plutôt que se risquer à souffrir : comme il le faisait toujours.

- ... Tu voulais me voir et me parler, c'est chose faite,
déclara-t-il froidement, tu es sûre de n'avoir rien d'autre à ajouter ?

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Lun 31 Aoû - 11:32

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

Entendre qu'Elséar ne réfutait pas tout leur passé commun laissa une satisfaction particulière à Helena, qui ne l'exprima cependant nullement. Elle avait ses plans pour la gargouille mais ne pouvait se permettre de les laisser entrevoir, ne serait que d'un sourire ou d'un air complaisant, rasséréné ou soulagé. Même après ce qu'il s'était passé, avait-il dit... la sorcière se dit tout bas que tout n'était pas encore joué avec lui et qu'il fallait qu'elle persévère dans son entreprise de le "récupérer"; après tout l'indécision se lisait sur son visage troublé et c'était une occasion trop belle pour être manquée. Le regard d'Elséar lui sembla troublé et elle apprécia cette profondeur avec contentement, s'y abîmant presque. L'occasion comme la proie étaient trop belles pour laisser fuir tout cela sous prétexte qu'il la repoussait à moitié. Elle était la Mère des Soupirs : rien de ce qui était murmuré ou à moitié désiré ne lui était étranger.

Helena hocha positivement du chef lorsqu'Elséar lui dit que cela ne changeait rien à sa trahison. Elle ne chercha pas à lui expliquer ou à se justifier, connaissant le piège des techniques d'évitement face à ceux qui vous en veulent. La sorcière haussa les épaules, l'air un peu faussement penaude.

"Qui se justifie s'accuse, n'est-ce pas?", elle hocha à nouveau de la tête, "j'ai fais tout ça, oui. Je ne regrette rien du tout mais dis moi...", elle fixa la gargouille avec un fin sourire, "si je t'avais dis ce que je faisais, ces blasphèmes, ces rituels, ces sacrifices et ces meurtres et abus, tu ne m'aurais pas repoussée?"

C'était la vraie question qu'elle avait toujours voulu lui poser, dans l'océan dans trouble qu'ils se distillaient l'un l'autre; l'aurait-il accepté malgré sa nature, malgré ses agissements maléfiques, si elle lui avait dit la vérité sur elle?

"Je t'ai caché ce que je fais parce que je ne voulais pas te perdre", elle sourit, objectant leur situation présente, "enfin, l'enfer est pavé de bonnes intentions, si?"

Ca n'avait pas eu l'effet escompté, bien sûr, et les voila à se heurter des siècles plus tard. Encore que l'attitude de Helena ne semblait en rien querelleuse bien qu'elle prenne ce malin plaisir à jouer avec les nerfs de la gargouille. Ce fut en parti pour cette raison qu'elle ne trouva rien à répondre à Elséar quand il lui demanda combien de temps ce petit jeu aurait pu durer : autant de temps qu'il aurait fallu pour que cela reste amusant, à vrai dire. Elle le laissa parler sans l'interrompre, jetant son mégot encore à moiti allumé sur le bord de la route avec désinvolture. Ce n'était pas qu'elle n'était pas touchée par la situation, mais elle était bien trop patiente de nature pour affiché de la hâte ou même ses sentiments réels.

"Je ne parle pas d'affection passée, Elséar", le corrigea Helena.

La sorcière se tut, laissant le silence et l'esprit d'Elséar faire le reste et joindre les bouts et les non-dits qu'elle distillait ça et là par stratégie. Remettant les mains dans ses poches et se positionnant également sur le départ, elle lui demanda :

"Pourquoi, des siècles plus tard, quelqu’un comme moi essaye encore de te récupérer? Sans chercher à te nuire, à te faire payer cette répugnance que tu as pour moi?"

Helena posait des question rhétoriques et savait très bien pourquoi; elle proposait plus de questions aux questions, répondant à moitié aux questions. C'était une sorte de combat entre eux deux, un bras de fer oral qu'elle ne comptait pas perdre : Elséar lui avait appartenu, dans son esprit, et elle le reprendrait à cette vie moderne. Il serait à nouveau à elle et nul doute que ceux qui se dresseront sur le chemin de la sorcière auront de déplaisantes surprises mais pour le moment, la subtilité était de mise. Enfin, la subtilité...

La sorcière comprenait bien que l'échange se devait de rester bref pour être réellement utile et lorsque la gargouille exprima le point final de leur discussion - tout en lui demandant si c'était bien fini, tellement paradoxal - elle s'approcha de lui sans crier gare et passa ses mains derrière son dos pour les poser sur ses épaules et le serrer contre elle. Elle avait beaucoup de force pour une femme, athlétique et grande, mais ne l'employait pas; avec Elséar, la force ne fonctionnerait pas le moins du monde, elle le savait depuis des siècles.

"Je te serrai comme ça quand tu avais peur qu'on nous brûle", la sorcière se redressa un peu, appliquant son nez grec à l'arrête multiplement cassé - ce qui donnait un air peu féminin à son visage à la mâchoire forte - sur celui d'Elséar, le fixant dans les yeux avec un regard déterminé et fixe, "et je continuerai à te protéger, même si tu dis ne plus en avoir besoin. Je ne laisserai personne te faire du mal."

Bien que le dialogue fut biaisé et fallacieux, l'idée était là : personne ne nuirait à Elséar, à part Helena elle-même. N'était-elle pas celle qui, d'après elle, l'avait possédé jadis? Un maître veille sur ses servants, à ce que personne ne leur nuise. Un bon maître récompense et protège. Alors même si le lien était fallacieux à la base, différent pour Elséar qu'il ne le fut pour Helena, ce n'était pas important pour la terrible sorcière; le tout était qu'elle allait le protéger à nouveau pour avoir le sentiment de l'obtenir, encore une fois.

"Sur ce...", elle tourna les talons et le salua d'une main sortie de sa poche, "... à moins que tu n'aies quelque chose à ajouter...", dit-elle en reprenant les paroles de son ancien ami.

Finalement, Helena remit les mains dans ses poches et s'en alla lentement.

"Arrivederci, caro."

© VAL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Ven 4 Sep - 20:24


Fantôme du Passé

Elséar s'attendait à recevoir une remarque acerbe, voire ironique. En suite, il aurait pu partir sans se retourner. Il aurait tellement préféré. Ça aurait simplement signifié qu'ils ne se reverraient plus et c'était bien mieux ainsi. Tout aurait été bien plus facile de cette façon. Hélas, dans la vie de la gargouille, rie n'avait jamais été facile.

Il ne s'était pas du tout attendu à voir Helena marcher dans sa direction et encore moins à finir dans ses bras. Il avait bien cherché à se mettre sur la défensive, mais c'était déjà trop tard. Les mains de la sorcières se refermèrent contre ses épaules et il se retrouva bientôt attiré contre elle. L'expression d'Elsé venait de changer du tout au tout. Il n'avait pas imaginé une telle proximité entre eux, ni avec quelqu'un d'autre. Si cette femme cherchait à faire ressurgir des souvenirs dans sa mémoire, c'était gagné. La mine froide de son ancien protégé se mua en surprise, mais il ne fit pourtant rien pour la repousser.

Autrefois, Helena avait pris l'habitude de le rassurer de cette manière. Dans un monde comme celui-là, autant dire qu'Elséar avait eu beaucoup de mal à vivre sans crainte. Le souvenir des flammes et de la populace hurlant à la destruction du monstre, était encore vivace dans son esprit dans ces instants-là, ceci même après plusieurs siècles. Il avait déjà senti ce que l'on ressentait en perdant tout, presque la vie elle-même.

Ce cauchemar était inscrit au fer rouge dans sa tête, aussi douloureusement que le couteau qui avait gravé cette marque de croix sur son dos. Sans sa transformation, on l'aurait brûlé vif sur une place publique et personne ne serait intervenu. Plus jamais. Il ne voulait plus jamais revivre ça. La sorcière avait bien noté l'angoisse qui l'étreignait à chaque fois qu'ils manquaient se faire capturer, ou bien qu'ils assistaient aux horreurs que cette période avait pu engendrer.

Helena avait appris à le connaître et savait bien de quelle façon il était possible de le toucher. Son nez contre le sien, comme si Elsé' était encore un enfant, acheva de briser sa conviction de s'en aller sans se retourner. Incapable de détourner les yeux de si prêt, il ne put guère cacher son expression, au delà de toute barrière. Il aurait dû être en colère, la repousser violemment et s'en aller sans rien ajouter. À la place, il se contenta d'écouter ses paroles, ne cachant rien de son étonnement lorsqu'elle exprima le désir de continuer à le protéger.

Enfin, ce fut elle qui mit fin à leur contact. La gargouille recula d'un pas et la laissa s'éloigner un peu. Le bon sens aurait voulu qu'il la laisse partir sans insister. Encore une fois, il ne devait surtout pas la conforter dans l'idée qu'il pouvait toujours exister un lien entre eux.

- Helena...

Crétin. Pourquoi la retenir ? Évidemment qu'Elséar n'avait plus besoin qu'on le protège ! Voilà bien longtemps qu'il était parfaitement capable de veiller sur sa propre sécurité. La question n'était pas là.

- Attends...

Il insistait : pas moyen de la laisser partir comme ça. Pourquoi lui vouait-elle un intérêt pareil, après tant de temps ? Quel était son but ? Elsé' avait besoin de le savoir. Pourquoi tenait-elle autant à veiller sur lui, alors qu'elle ne s'en était probablement pas inquiétée depuis des années ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Braquant un regard perdu dans sa direction, Elséar poursuivit sur sa lancée :

- Tes actes ne sont pas différents de ce que faisaient ces humains autrefois : tu sers seulement une entité différente. Tu sais très bien que je n'aurais pas eu le courage de rester en sachant dès le début ce que tu faisais... et dans ce cas, peut-être me serais-je fait tuer.

Ce fut à son tour de s'avancer dans sa direction. Il n'entendait pas la laisser partir sans avoir une chance de savoir ce qu'il se tramait derrière ces lunettes et ces airs déterminés qu'elle voulait bien se donner. Elséar le sentait mal, mais il ne pouvait pas la regarder s'en aller comme ça.

- Par quoi voudrais-tu commencer... pour renouer notre lien ?
osa-t-il finalement demander.

Si ça ce n'était pas de l'invitation...

© VAL





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Jeu 8 Oct - 15:42

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

Le mélange du pire et du meilleur; et ce regard assuré qui disait simplement "viens, je t'en pries" avec une grande politesse derrière un sourire équivoque. Des mains d'homme, large et épaisse, sur un corps de femme avec des yeux d'oiseau de proie. Il n'était ni une victime, ni une proie, ni même un serviteur car dans l'esprit malsain de Helena, il n'était pas excepté d'avoir des gens importants, privilégiés. Et quand les paroles sont vides de sens, quand elles ne pourraient qu'être des entraves, les gestes semblaient plus appropriés. Être sincère ne lui était pas impossible, mais elle avait une nature si vile, si malavisée que ses sentiments passaient pour des calculs et même si tout son être aurait chaviré pour quelqu'un, personne ne l'aurait cru; et c'est bien normal : Helena était une sorcière, la femme du Diable. Elle n'était jamais sincère et le sourire qu'elle avait présentement et qu'Elséar ne pouvait pas voir comme elle l'étreignait de trop près était un sourire tordu, celui du conquérant grisé par le chemin qui se dessinait selon ses plans. Ivresse d'un plan sur le point de s'accomplir, quand la réussite naît de l'abaissement. Qui penserait qu'un être aussi vil qu'elle pouvait accepter de sous-entendre qu'elle s'était trompée et qu'elle était mauvaise?

Récupérer la gargouille serait surement un chemin de croix, mais cela ne faisait pas peur à la grecque qui s'écarta de son ancien protégé avec un sourire désinvolte avant de tirer sa révérence. Ce n'était pas vraiment un stratagème, elle comptait réellement partir car la qualité de cet échange se mesurait à sa brièveté, selon elle. Rester plus longtemps serait un signe de manipulation. Elséar ne pouvait cacher son trouble et elle combattait pour ne pas faire de même et sourire à belles dents, ravie de son effet; il fallait partir, maintenant, et savourer la petite victoire sans trop en faire. Entendre la voix du roux derrière elle ne l'étonna pas tant que ça et elle ne tourna que la tête vers lui, les mains toujours dans les poches. Pourquoi la retenait-il? L'envie, la curiosité? Helena sourit sincèrement, ravie d'être appelée à rester tout en gardant cependant ses distances.

"J'ai bien une idée de la moralité, tu sais", dit-elle en riant.

Cette moralité différente pour chaque être, elle l'avait; c'était la moralité vicié d’une femme tordues, des principes différents de l'étique des humains. Elle était devenue monstre là où lui l'avait toujours été, mais ils restaient différents. Pourtant un lien les avait unis, jadis. Un lien qui ne semblait pas si tenu que ça, au final.

"Peut-être..", fit-elle en haussant les épaules, signe qu'elle ne s'intéressait guère au "si".

Elséar s'avança dans sa direction et Helena ne fit rien pour l'en empêcher, mais rien pour se rapprocher elle-même comme si elle attendait de voir venir à elle un animal sauvage; c'était ce qu'il était pour elle. Un animal à ré-apprivoiser, plus qu'à manipuler. Il avait été son servant, sa possession et jamais elle ne le laisserait à quelqu'un d'autre. Elle aurait aimé exprimer toute la valeur de ses pensées mais se retint à l'instant car son regard semblait dire "tu m'appartiens" avec cette fixité particulière qu'elle avait parfois, de la sueur sur les tempes tant elle retenait son extatisme.

"Viens, je t'en pries"
, lui dit-elle poliment en lui tendant la main comme une invite un peu ambiguë, "par quoi je voudrais commencer? Par rien; c'est moi qui ai brisé le lien et c'est donc moi qui devrais te retourner la question."

Rien de plus, rien de moins; les plus beaux pièges viennent de l'abaissement. Les pires tours naissent dans l'humilié. Il n'est nul maître qui le soit sans accepté ses fautes vis-à-vis de son servant comme il n'est nulle confiance sans sacrifice. Elle le savait bien.

"Par quoi voudrais-tu commencer pour renouer notre lien?"
, lui demanda-t-elle en utilisant à nouveau les propres dires de la gargouille.

Prenant sa main dans les siennes - à présent, elles avaient la même taille - Helena baisa celle d'Elséar avec une profondeur qui faisait se confondre de multiples attente; elle se moquait bien des conventions de genre ou de rôles, du passé comme du futur. La seule chose qu'elle savait, c'était qu'Elséar lui appartenait... et ce pour toujours, quelque soit le lien qui pourrait les unir : rivaux, ennemis, amis, mère et fils, amants, protecteurs, bourreaux, inquisiteurs... dans la tête de la sorcière, la gargouille était une pensée qui ne mourrait jamais.

© VAL


[HRP: Désolé du temps de réponse! >O<]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : La Gargouille de Rouen
[+] Transformation en Gargouille
[+] Détection des créatures maléfiques
[-] Peut demeurer prisonnier de la pierre s'il est brisé sévèrement
[-] Ne peut pas se transformer s'il est entravé/enfermé
[-] Déstabilisé par un sifflement intense lorsqu'il est proche d'une créature maléfique.
▌Messages : 358
▌Double(s) Compte(s) : Flynn Norwood

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Sam 17 Oct - 14:52


Fantôme du Passé

S'il souhaitait éviter les ennuis, jamais il n'aurait dû se rapprocher, ni même avoir l'idée de prendre la main que la sorcière tendait vers lui. Être assis entre deux chaises n'était jamais agréable, néanmoins, il n'avait pas vraiment le choix. L'attitude de cette femme lui laissait entendre qu'il ne serait jamais totalement tranquille. Se sentir traqué n'était pas une impression étrangère pour Elséar, qui avait connu une époque où la paranoïa ne le quittait jamais. En revanche, se rapprocher de la personne qui s'en amusait pouvait aisément offrir au moins le sentiment de se savoir réellement dans le collimateur.

Sortant sa main de sa poche, la gargouille finit par la tendre pour rejoindre celle de son interlocutrice, la posant doucement dessus. Il avait l'intime conviction qu'il finirait par regretter son geste, mais il ne pouvait décemment pas se détourner d'elle. Cette femme exerçait une attraction non négligeable sur lui, quoi qu'il ait pu en penser ou même en dire. Il aurait beau le nier autant qu'il le voudrait, rien ne pourrait complètement le convaincre d'être indépendant d'elle. Il avait fini par l'être en l'oubliant, mais la revoir réveillait bien trop de souvenirs et de vieilles blessures.

Se voyant renvoyer sa question à la figure Elsé' s'apprêtait à lui répondre quand la sorcière posa ses lèvres sur sa main. Le geste le surprit. Helena était coutumière de ce genre de choses, mais de là à la voir continuer maintenant qu'il n'était plus un gosse... Tout de suite, la signification d'une telle manœuvre prenait plusieurs sens dans son esprit. Sans s'en rendre compte, la gargouille eut un léger bug qui transparut sur son visage l'espace de quelques secondes. Fronçant les sourcils, il finit par se reprendre et par enfin se décider à lui parler.

- Ma confiance ne t'est pas acquise, tu sais ?


Sans plus attendre, Elséar empoigna l'une des mains qui tenaient la sienne et attira la sorcière à quelques centimètres de lui sans plus de cérémonie. La gargouille n'était plus du genre à laisser quelqu'un prendre le pas sur lui et encore moins avec une telle proximité physique. Dans sa tête, c'était lui qui en décidait et personne d'autre. Or, les contacts inopinés avaient été légèrement trop envahissants à son goût aujourd'hui.

- Cependant, que dirais-tu de réapprendre à nous connaître ? suggéra-t-il non sans un sourire un brin narquois. Nous avons suivi des chemins radicalement différents et c'est peu de le dire. Je suppose que nous avons des choses à nous raconter.

Des choses à dire, oui, mais sûrement pas tout non-plus. Elséar était devenu bien trop méfiant pour se lancer dans de longues descriptions. Helena aurait droit à des passages de sa vie et à beaucoup d'omissions. Surtout à des omissions en fait. La gargouille ne tenait pas à faire part de ses nouvelles rencontres et encore moins des affinités qu'il avait pu développer, depuis quelques temps. Être proche des gens constituait une faiblesse et il n'était pas prêt à la dévoiler aussi facilement... même s'il songeait peut-être à devoir s'éloigner un peu tant que cette femme serait dans ses basques.

L'avenir en déciderait, du moins il le présumait. Restait à savoir si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle pour lui... Devinez un peu de quel côté penchait son avis sur la question ?

Son regard planté dans celui de son homologue, Elsé' finit par rompre leur proximité et par dégager sa main des siennes sans pour autant faire usage de violence. Le petit bras de fer entre les deux prenait peu à peu fin et la gargouille n'avait pas l'intention de s'attarder davantage.

- Je pensais t'inviter à dîner, un de ces soirs,  annonça-t-il en replaçant ses mains dans ses poches, c'est le genre de choses que font les gens, quand ils se retrouvent.

Helena devait bien s'en douter, oui. Pas spécialement peureux sur la question, Elsé' eut soudain un sourire mutin, avant d'ajouter :

- À moins que ton "mari" ne soit jaloux ?


Une dernière pique pour la route ne pouvait pas faire de mal, n'est-ce pas ?

© VAL



[HJ : Pas de soucis pour le retard =D !]





« Rid of the monsters inside your head »

Hop là:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t90-elsear-nillan-do-you-want-to-bite-some-humans http://detroit-monsters.forumactif.fr/t338-elsear-nillan-carnet-de-bord
Invité

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   Lun 26 Oct - 18:48

Your journey has come to an end. Everything around you will become dark, and someone will take your hand.

La confiance n'était jamais acquise, car elle ne devait pas l'être. Jamais. Helena avait tant de fois vu ses sœurs perdent la raison pour quelques promesses tenues, quelques affections rendues aux hommes, aux femmes, aux monstres desséchés qui méprisaient pourtant les connexions. En face d'Elséar, ses muscles se raidirent comme par réflexe, prête au bras-de-fer en tout bien tout honneur; elle ne sombrerait pas. Pas elle, la plus vieille, la plus sage. Pourtant, la sorcière était contente d’elle-même lorsqu'elle prit la main de la gargouille dans la sienne. Les pactes sont des choses à la fois fragiles et délicieuses. Les mains d'Elséar étaient devenues aussi grandes que les siennes, mains solides et aussi imposantes que celles de ces hommes qui travaillent la terre. Des mains épaisses qui sentaient l’encre et le sang, et des liquides moins nobles encore. Et une bouche qui aimait à renvoyer les questions à l'envoyeur avec un sourire presque obscène, se mettant dans une position faussement inférieure : celle de la personne qui a fauté et doit se racheter.

Et pourtant la confiance, celle là même que jadis ils avaient partagé, ne vivait pas non plus dans le cœur de Helena en pensant à la gargouille qui l'avait attaqué alors qu'elle faisait son office, il y avait de cela plusieurs siècles. Méchants sont ces impulsifs. Il restait, entre cette envie de le conquérir à nouveau et ce besoin de l'écraser dans ses chaines, une rancœur tenace, celle d'une femme tout aussi trompée que trompeuse. Lui aussi avait menti; ils s'étaient chacun fourvoyé de l'autre. Lui était honnête, elle restait dans ses ténèbres en souriant. Elle s'abaisserait car beaucoup pensent que les monstres ne sont qu’orgueil. Alors elle s'abaisserait, pour qu'il baisse sa garde; pourvu que ça marche.

Son geste le surpris mais Helena savait que son ancien ami en prendrait immédiatement la pleine mesure, aussi ne se formalisa-t-elle pas quand il lui saisit le poignet, se contentant d'opposer sa force à la sienne, le poing serré, par jeu; elle n'avait rien d'une faible femme. La brune ne dit rien, se contentant de soutenir le regard de son interlocuteur avec son masque habituel : un sourire presque abscons, sans émotion extérieur. Une bamboche terne et sans objet. Pourtant la situation, cette opposition, cette nostalgie mêlées lui plaisait et elle ne fit rien pour le cacher. Qu'il était dur à conquérir ! Cela ne rendait l'affaire que plus excitante. Elle ne chercha pas à dégager sa main ni à le contraindre, se laissant tenir sans rien dire, le poing pourtant ferme et fort.

"Je sais", acquiesça-t-elle avec laconisme, "de même que la mienne."

Héritière de ses actions maléfiques, elle l'était et devait l'assumer car on ne saurait abuser le sort et les gens sans jamais le payer. Était-il le seul lésé, dans cette affaire? Le seul trahi? Et pourtant pas un seul instant, Helena ne songea à faire payer la gargouille pour le manque de confiance qu'il avait eu. Le regard calme, la sorcière savait que jamais elle ne l'avait blessé directement et que cela pourrait peser dans l'argumentaire. Elle l'avait nourrit et logé, caché, soigné. Elle avait posé sa main sur ses cheveux, sur ses épaules et avait tenté pourtant sans succès à le posséder tout entier; les siècles, peut-être, l'aideraient à réaliser son sombre dessein et à faire d'Elséar son serviteur dévoué. A elle et rien qu'à elle.

A quelques centimètres de lui, la froide sorcière n'eut même pas un haussement de sourcil, souriante comme un enfant et froide comme la glace dans un paradoxe vivant; elle n'avait pas peur de lui, pas peur de le vexer ou de le voir partir, comme si elle contrôlait parfaitement ses émotions, même les plus noires et les plus intenses, à l'image de cette impérieux besoin qu'elle avait de le dominer.

"C'est ce qu'on appelle une sacrée tension sexuelle, caro!", plaisanta Helena pour détendre l'atmosphère tandis qu'Elséar la lâcha et recula, "c'est tentant", continua la grecque en hochant joliment de la tête comme un geste de simple coquetterie, parlant d'une invitation, "je suppose, et aussi beaucoup de choses à ne pas nous dire. Va savoir si nos chemins ont été différents, on verra bien."

Le constat était plutôt positif, malgré la méfiance justifié de la gargouille à son égard. Helena n'avait plus rien à faire ici, à présent et elle tourna simplement les talons lorsqu'elle fut libre, riant franchement lorsqu'Elséar lui parla de son "mari".

"C'est toi mon préféré, tu sais bien."

Encore ce besoin de taquiner son ancien protégé, ou de chasser le sérieux de la discussion. La sorcière se contenta de lui écrire son numéro sur un bout de papier qu'elle froissa dans la main d'Elséar en guise de "oui" à son invitation; il conviendrait du où et du quand, comme c'était lui qui avait proposé. Elle se contenterait d'être là, comme elle était à présent :s ans marqué son enthousiasme qui pourtant était grand et passionné. Avec cette bamboche terne et ce sourire abscons.

Avec tout son intérêt pour cette créature qui avait un intérêt particulier pour elle.

Et finalement, le saluant sans se retourner, la Mère des Soupirs continua son chemin dans la ruelle pour disparaître de la vue de son ancien ami.

© VAL
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fantôme du Passé | PV Helena Markos   
Revenir en haut Aller en bas
 
Fantôme du Passé | PV Helena Markos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fantôme du Passé | PV Helena Markos
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Hortense ♣ Fantôme du passé [TERMINE]
» Les fantômes du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers :: Rues-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg