Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
[Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove
avatar
Really Curious

▌Espèce : Humaine
▌Messages : 25
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   Lun 19 Oct - 20:22



The day I met my dearest monster
Robyn Hoffman feat Andy Clove


Mars 2015

Minuit et demi.  Tu refermes la porte de ton casier dans la salle des employés.  Tu enfiles rapidement ton manteau et le boutonne, puis glisse un bandeau par-dessus tes oreilles. En mars il fait encore froid à Détroit. Tu passes la porte et traverse le bar. Tu n’oublies pas de saluer tes collègues avant de partir.

« QUOI?! Tu pars déjà Robyn? Mais… je viens d’arriver! »

« Eh oui ! On se revoit jeudi Mark! »

Mark est un client régulier. Ça fait bien 3 heures qu’il est là et tu ne sais même plus combien de verres tu as retirés de sa table pendant la soirée. Il est planté à cette table plusieurs fois par semaine et, chaque fois, il te fait le même numéro. Il commence par te présenter, pour la énième fois, sa femme et ses trois enfants. [color:1828= darkmagenta]« Tu vois comme elle est belle ma Lucy? C’est ma dernière tu savais? ». Après quelques bières, il commence à te faire des avances et quand tu pars, il te demande de rester encore un peu. Au fond, il te fait de la peine ce pauvre homme. Il vient chercher du réconfort ici chaque fois que les choses ne vont pas à la maison. Il doit se sentir vraiment très seul.

Tu lui fais un petit sourire et passe finalement la porte du bar. Tu ne vas quand même pas t’éterniser ici! Le froid te fait frissonner un peu, mais tu sais que tu vas rapidement t’y habituer. Tu t’allumes une cigarette et sors ton cellulaire. Tu commences à marcher en parcourant Le site. Sous ton doigt, les articles glissent les uns après les autres. Celui-ci parle d’une légende que tu connais par cœur. Celui-là d’une rumeur qui doit bien dater d’il y a une semaine.  C’est comme ça tous les jours. La moitié des nouveautés sont des « repost ».  Des amateurs trouvent une information ailleurs et, pensant qu’il s’agit d’une nouveauté, la publie sur Le site. Tu les excuses, il faut bien commencer quelque part. Toi-même tu n’es pas encore une experte dans ce domaine. Personne n’est à l’abri!

Tu tombes finalement sur un article qui t’intéresse. Une théorie concernant un monstre qui se tiendrait dans les environs de ton appartement. Il serait si proche de toi et tu ne t’en serais pas rendu compte? C’est impossible! Quelle idée! Tu lis tout de même l’article avec beaucoup d’intérêt, car, c’est certain, tu devras enquêter sur cette piste. Ta cigarette dans une main et ton cellulaire dans l’autre, tes pas claquent sur le pavé sans que tu ne t’attardes à regarder où tu te diriges. C’est un chemin que tu connais par cœur de toute façon, chaque intersection, chaque maison, chaque lampadaire. Tu passes devant eux tous les jours pour te rendre au bar depuis bien longtemps maintenant.  

Oh tu sais bien ce que les gens en disent. Que ce n’est pas très prudent. Que les bas quartiers sont dangereux surtout pour une jeune fille. « Rentrer si tard, mais quelle idée! Au moins, tu devrais faire attention à ce qui t’entoure ». On te l’a dit des dizaines de fois. On t’a offert de te payer des taxis, de te ramener chez toi, mais c’est sans importance. Ce quartier tu  le connais bien et il ne t’est jamais rien arrivé, alors pourquoi ça t’arriverait aujourd’hui? Tu lui fais confiance à cette rue, même si personne n’y croit. Et tu te fais confiance à toi. Tu es une grande fille, si quelque chose est suspect, tu t’en apercevras!

Tu t’arrêtes au coin d’une rue et te replonges dans ton article. Voilà! Vous voyez?! Malgré le fait que cette rue soit déserte à cette heure tu t’arrêtes et attends que le feu soit vert pour traverser. BAM! C’est ce que tu dis à tous ceux qui ne croient pas que tu peux t’en sortir toute seule ici!  Ce n’est pas comme si tu étais une personne insouciante non plus!  Tu passes une main dans tes cheveux sans te rappeler que tu portes ton bandeau et celui-ci te tombe sur les yeux. Tu relèves la tête en le retirant de sur ton nez et que vois-tu là-bas?! Une ombre! Pas n’importe quelle ombre! Elle avait une forme semi-humaine. Semi humaine, vous entendez?! C’est très certainement celle d’un monstre. Le premier monstre que tu rencontrerais!

Sans même y penser, tu pars à la course. Tu ne peux pas le perdre de vue! Tu n’as pas fait deux pas dans la rue que tu entends un bruit assourdissant. Tu n’as pas le temps de le reconnaître. Tu tournes la tête et te fais aveugler par les phares d’une voiture…



Je parle en #62ae61

I love zombies. If any monster could Riverdance, it would be zombies.
Craig Ferguson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t436-robyn-hoffman-come-here-friends#5366
avatar
Wanna Fight

♪ "A world of hate awaits
We are The Wild Ones
They all look the same
Our time has come" ♪

▌Espèce : Ich bin Belzébuth maggle. J'impose le respect (ou pas pardonnez moi)
▌Messages : 31
▌Age : 23
▌Double(s) Compte(s) : Yenapô.

MessageSujet: Re: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   Jeu 22 Oct - 4:15

The day I met my dearest monster.

Should I go back, should I go back, should I ? Blink 182.

• Il fait nuit dehors. Et froid. Et moi ? Moi j'ai passé ma soirée dans un bar, mais pas celui dont j'ai l'habitude. Un bar dans lequel tout le monde est déjà bourré à partir de 20h. Et moi ? J'ai passé touuuute ma soirée à faire craquer un petit peu plus plusieurs alcooliques. A l'heure actuelle, il y en a peut-être même un ou deux dans le coma éthylique.

• Mais pourquoi ne suis-je pas dans mon petit bar douillet habituel, dans lequel c'est plutôt moi qui me rapproche de ce doux coma ? Parce que j'ai un score pourri ce mois ci. Et que je ne veux pas risquer de voir Yael avant la fin du moi. Sinon il va se moquer de moi très fortement -remarquez il lui en faut moins que ça pour se foutre royalement de ma face de démon-. Je le connais depuis un petit moment maintenant, et plus les mois défilent et plus il devient inventif niveau gages. Bref, dans tous les cas j'ai la rage. J'ai la haine, et j'ai envie de me cacher dans un trou.

- Tiens, bois encore un verre mon grand, tu sais pas c'que tu rates avec cette bière.

• Bière qui soit dit en passant est dégueulasse et porte mon nom -Belzébuth hein on est d'accord, pas Andy-. Mais ce cher monsieur dont je ne connais pas le prénom en est à sa 7e bière depuis le début de la soirée, alors faut pas s'arrêter. Si ? Je termine mon diabolo en souriant malgré tout -alors qu'intérieurement je bouillonne, j'ai même pas assez de sous sur moi pour me bourrer la gueule, alors je me finis au diabolo-, et en me disant que finalement ce n'est pas si mal, puisqu'au moins ici il y a de nouveaux visages, autrement dit de nouvelles proies.

• Enfin surtout une, en fait.

• Je ne connais pas son prénom non plus, mais peu importe les noms puisqu'elle est censée mourir n'est-ce-pas ? Quand j'ai débarqué dans ce bar un poil miteux à mon goût, j'avais qu'une idée en tête. Premier vu, prochaine victime. Et c'était elle. Une blondinette qui sert des verres aux pauvres ivrognes. Elle me semble un peu décalée dans ce contexte, et c'est justement ce qui a attiré mon attention. Elle qui, en plein milieu du bar rempli d'hommes d'environ 40 ans, m'a l'air tout à fait "saine". Enfin de ce que je vois. Je dois dire que beaucoup d'humains sont "sains" à mes yeux alors qu'en fait pas du tout. Je pense que je connais encore assez mal ces insectes. Et ça m'énerve, ça aussi. Putain en fait j'aurais du faire comme Yael quoi. Tueur à gages. On peut pas dire qu'il ait fait dans la dentelle. En même temps il est Breton, donc fatalement il est un peu simplet.

• J'ai passé ma soirée à l'observer elle tout en alcoolisant des poivrots autour de moi. Elle devrait me remercier, c'est grâce à moi qu'elle aura un bon salaire ! Ah. Voilà qu'elle part. Je pense que je vais la suivre. Hors de question que je passe une soirée inutile à observer quelqu'un sans rien tenter.

- Bien ! Mon petit Brian.. Ou Robert.. Ou 'fin peu importe, je me dois de te quitter très cher.
- Eyeeeyh nan mais attends ! Eh. Moi c'est Dan.
- Ta gueule. Bois ta bière et meurs.

• Je me lève en posant mon verre brusquement sur la table, prend mon sac et sors du bar. Je me poste à un endroit plutôt caché, là où tout le monde pourrait me prendre pour une perverse psychopathe, mais en fait non ! On est dans les bas quartiers je vous signale, tout le monde fait ça. Et il me faut une proie je vous dit. N'importe laquelle fera l'affaire. La blondinette fera l'affaire. Rah, rien qu'à l'idée que je foire mon paris -ET QU'EN PLUS ÇA CAILLE- je me fous en rogne. Un démon comme moi n'aime pas trop le froid. Je le supporte sans vraiment l'apprécier. Alleeeeer dépêches toiiiii ! J'ai envie de dormir en plus. Je pourrais dormir ? Bien sûr que je pourrais dormir. Je risquerais juste de la louper, mais je pourrais. Dormir debout, c'est facile chez les humains non ? C'est Yael qui me l'a dit. Donc si je m'endors debout, pas de doute, je passerais pour l'humaine parfaite.

• Ah ! Ah ben non la voilà. Ah ben elle fuuuuume ! Ben voilà ! Le cancer, c'est sympa ça. Sauf que je vais devoir l'accélérer parce qu'à ce rythme on y est encore dans dix ans. Je commence à la suivre discrètement, du trottoir d'en face pour -tenter d'-être moins suspecte. Je ne sais même pas où je suis. Pourquoi les démons comme moi ont je sais pas, un gps sur le bras ! Hein ? Non ? Bon.

• Wait. Elle relève la tête de mon côté. Wait. Elle traverse. WAIT. NON. NON MAIS NON. NON MAIS YA UNE VOITURE. IDIOTE. SI TU MEURS PAS DE MA MAIN ÇA COMPTE PAS.

• Je m'avance dans la lumière des lampadaires -tel Dieu- et la tire vers moi pour que finalement nous tombions toutes les deux sur le trottoir, approximativement saines et surtout sauves. Sauf pour mon front qui a pris un coup et qui saigne un peu. Mais ça ne me fait pas mal ce genre de trucs, je pense que d'ici deux heures c'est totalement cicatrisé. Ça marche bien comme ça chez les humains hein ?

- Mais t'es folle ! Regardes avant de traverser ! T'as vu Jésus ou quoi ?

• Jésus. Tsseh ! Ce mec qui est mort en prônant que son papa est Dieu. Alors qu'il ne l'a même pas aidé quand il mourrait. Mh.. Remarquez, moi si je mourrais je pense que ça arrangerait bien mon papa aussi. Et mes frères. Surtout Satan, cet enculé.

• Dans tous les cas j'ai réussi à me retenir de lui crier dessus parce qu'elle a failli mourir sans que j'y sois pour quelque chose. Vive moi. Je suis presque joie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Really Curious

▌Espèce : Humaine
▌Messages : 25
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   Lun 26 Oct - 21:47



Robyn Hoffman feat Andy Clove


Tu n’as pas le temps d’analyser ce qui se passe. Tu n’as pas le temps de comprendre. La voiture était là devant toi. La lumière aveuglante de ses phares t’avaient obligée à fermer les yeux. Quand tu les avais réouverts, une fraction de seconde plus tard, il n’y avait plus de voiture devant toi. Tu étais au sol et et tu avais mal aux côtes. T’étais-tu fait frapper par cette voiture? Non. Bien sûr que non. Tu ne pouvais pas te déclarer experte en accident de la route, mais tu te doutais bien que la collision entre ton corps et la lourde carcasse d’un véhicule en marche te causerait des douleurs bien plus importantes que ça.

La voiture s’était arrêtée un moment. Tu ne comprenais toujours pas ce qui c’était passé quand, à peine deux secondes plus tard, elle était repartie à toute vitesse. Ses pneus avaient crissé sur le sol agressant ton esprit encore un peu embrouillé. C’était normal par ici. Les bas quartiers étaient peu fréquentables, on ne voulait pas de problème avec qui que ce soit. Tu n’aurais jamais parier sur le fait de trouver une voiture ici à cette heure ci. C’était une malchance. L’une des rares voitures qui passeront par ici cette nuit et elle aurait pu te faire perdre la vie. Oui, tu étais passée très proche de la mort… très proche…

“Mais t'es folle ! Regardes avant de traverser ! T'as vu Jésus ou quoi ? “

Finalement, tu arrêtes de te concentrer sur toi-même et tu fais attention à ce qui se passe autour de toi. Devant toi, il y a cette fille. Elle a des longs cheveux colorés. Elle doit se faire regarder dans la foule avec une couleur comme celle-là. Eh puis, ces yeux sont si bleus! Elle te parle et tu fais lentement le lien entre ta situation et la raison de sa présence à tes côtés. Elle t’engueule… Tu répètes les mots dans ta tête et finalement tu comprends. Enfin, tu comprends. C’était long Robyn, cette voiture ne t’a même pas touchée alors pourquoi il te manque une case?

Quand l’étincelle se fait et que finalement tu comprends ce que cette fille, dont tu ne connais même pas le nom, a fait, tu réagis immédiatement. Tu te jettes sur elle et la serres dans tes bras. Tu laisses ton orgueil de côté un moment. Si tu ne te réveilles pas à l'hôpital, c’est grâce à elle alors tu la serres comme elle était la personne la plus importante dans ta vie. D’ailleurs, c’est le cas en ce moment. Tu la serres comme si tu ne voulais plus qu’elle parte.

“Oh mon dieu! Merci! Tu m’as sauvée la vie! Je te suis reconnaissante! Il faut que je t’offre un verre. Enfin, peut-être pas ce soir, il est trop tard. Peut-être un autre jour.  Ou alors un repas. Qu’est-ce que tu préfères?”

Tu la relâches soudainement et recules un peu. Peut-être qu’elle n’aime pas la proximité en fait. Peut-être que tu t’es trop approchée d’elle. Vous ne vous connaissez pas après tout. Tu n’as pensé qu’à toi. Les choses roulent un peu trop rapidement dans ta tête (il semblerait que tu te rattrapes pour ton retard de tantôt) et tu perds un peu le fil de tes idées. Ton caractère reprend le dessus. Tu dois te motiver. Tu ne peux pas non plus la laisser croire que tu es fêlée!

“Tu sais, je ne me suis pas jetée devant cette voiture. Enfin, oui,c’est ce que j’ai fait,  mais c’est parce que je suis certaine d’avoir vu un monstre de l’autre côté de cette rue!”

Ok.. Non. Ce n’était définitivement pas la bonne chose à dire pour lui faire comprendre que tu es parfaitement saine d’esprit.



Je parle en #62ae61

I love zombies. If any monster could Riverdance, it would be zombies.
Craig Ferguson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t436-robyn-hoffman-come-here-friends#5366
avatar
Wanna Fight

♪ "A world of hate awaits
We are The Wild Ones
They all look the same
Our time has come" ♪

▌Espèce : Ich bin Belzébuth maggle. J'impose le respect (ou pas pardonnez moi)
▌Messages : 31
▌Age : 23
▌Double(s) Compte(s) : Yenapô.

MessageSujet: Re: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   Mar 3 Nov - 5:14

The day I met my dearest monster.

Should I go back, should I go back, should I ? Blink 182.

• Je suis vivante. J'ai du sang qui coule jusqu'à mon cou, mais je suis vivante. D'ailleurs je tiens à préciser que le sang j'aime bien ça mais que chez les humains hein. C'est quand même un truc assez désagréable. J'ai mal au crâne, et tout ça pour sauver une pauvre humaine que je voudrais juste tuer de mes mains.

• En parlant de la blondinette je vois qu'elle, elle va à peu près bien. Putain Andy, si Yael est au courant que t'as sauvé une humaine -même si c'est pour la buter après-, ta carrière est finie. Ça craint, la honte me monte aux joues, mes pupilles se dilatent, je devrais vraiment l'achever maintenant comme ça c'est réglé.

• Sauf que je peux pas. Parce que.. Parce que.. Oh phoque. Alerte rouge, profusion de bactéries humaines contre ma peau maléfique. Je suis paralysée, et n'arrive qu'à émettre des petits bruits hachés -un peu comme quand votre télé plante une seconde sur deux-. J'ai envie de me désinfecter, de prendre une douche d'acide ou je ne sais pas. Mais en aucun cas un humain ne s'est jamais permis de me toucher ainsi. Alors c'est ça, un "câlin" ? Putain mais c'est nul ! Et ça craint ! Et C'EST CENSÉ ETRE QUAND QU'ELLE ME LÂCHE LA GRAPPE ? Mes pupilles deviennent aussi petites que des têtes d'épingles, et ma folie meurtrière retombe tellement je suis comme bloquée. Bloquée congelée. Paralysée. Décédée. Faudrait penser à me rebooter.

• Je devrais avoir toujours un manuel sur moi. Comment rebooter le Andy.

- Eh-gz.

• EHGZ. Avec du bol un jour on réussira à former un mot. Ptet même deux. Soyons fous un peu dans la vie.

• Je fixe toujours le vide quand elle me raconte que blabla je veux te revoir, et blabla faut qu'on boive un verre, et que blabla que j'écoute à moitié. Ce n'est que lorsqu'elle me lâche que je me souviens que c'est visiblement à moi de parler. Mais je regarde toujours ailleurs.

- Hein ? Euh, moi j'aime bien le badminton.

• Wow. Non seulement c'est faux, mais en plus ça n'a rien à voir avec le schmilblic. Je reprend peu à prendre conscience que je peux faire des mouvements, et la seule chose que j'arrive à faire est un facepalm. Grâce à cela j'ai encore plus mal au crâne, mais EN PLUS  ma main est pleine de sang. Je grimace et regarde ma main : faudrait que je rentre chez moi. Mais pas avant de l'avoir tuée.

- Enfin jveux dire que j'adore manger italien.

•  Ouais. Sauce bolognaise sanglante même.

- Enfin un verre ça me va aussi. J'adore l'alcool.

• J'adorerais me bourrer la gueule et oublier immédiatement ce que je viens de déblatérer. J'essuie ma main sur.. Sur moi, et je soupire. Je ne peux décemment pas prévoir de revoir cette petite madame. Il faut vraiment que je la tue tout de suite, sinon ça craint, jsuis pas là pour me faire des amis non plus !

• Je m'apprête à je ne sais pas quoi, peut-être la cramer d'un claquement de doigts quand elle me dit avoir vu un monstre, ce qui l'aurait fait traverser.

• Wat. Problem. Reboot Andy, reboot.

• Je fronce les sourcils et la regarde sérieusement. Elle a l'air sincère, elle ne ment pas. Et évidemment que c'est plausible, on est dans les bas quartiers je vous signale. Par contre c'est pas Yael -et encore heureux-, c'est bien loin de sa méthode. Attirer une humaine en la faisant traverser et donc mourir, je sais pas ce que c'est mais ça va recommencer. Hors de question qu'on me vole ma proie. Je suis Belzébuth et très prête à en découdre.

- C'est pas possible, un monstre ça tue pas comme-erm, jpense qu'il vaut mieux y aller. Suis moi, on a qu'à essayer de rentrer jusque chez moi, jdois avoir des trucs pour guérir.

• De justesse. Je cherche encore ce qui pourrait tuer comme ça, quand je me relève et me frotte les mains contre mes fringues. Je relève d'un coup la tête vers un mur, pupilles dilatées, oeil pratiquement noir. Ramènes toi bestiole et tu verra.

• J'aide la donzelle à se relever aussi, parce que sans déconner elle m'intrigue maintenant. C'est rare les humains qui constatent la présence de monstres, et encore plus ceux qui traversent la route pour aller vers eux.

- Mais t'aimes tant que ça les monstres pour traverser sans faire gaffe ou quoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Really Curious

▌Espèce : Humaine
▌Messages : 25
▌Double(s) Compte(s) : /

MessageSujet: Re: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   Mar 22 Déc - 4:28



Robyn Hoffman feat Andy Clove


Tu souris lorsqu’elle te dit qu’elle aime bien manger Italien ou encore aller prendre un verre. Tu ne manqueras pas cette occasion d’apprendre à connaître celle qui a sauver ta vie! oh et de la remercier aussi bien entendu. Quelle aventure! Tu pourrais peut-être même en parler sur le site! “À la poursuite d’un monstre des bas quartiers, j’ai bien failli y perdre ma vie. Heureusement pour moi, une héroïne se trouvait déjà sur les lieux et je suis toujours de ce monde! Par contre, j’ai perdu la trace de cet être mythique. À ceux qui voudraient m’aider à le retrouver, ouvrez l’oeil! Le monstre fut aperçu dans une ruelle à l’angle des rues X et Y” Voilà ce que tu écrirais! Enfin, tu en rajouterais un peu sûrement, il faudrait que tu le reformules pour que ça soit vraiment vraiment bien et tu devras lui trouver un titre vraiment accrocheur, mais ça viendrait.


Tu t’étais empressée de prendre ton cellulaire après lui avoir expliqué pourquoi tu avais ainsi traverser la rue. T’étant soudainement rappelé qu’une photo vaut mille mots tu t’étais dit que ça serait bien d’en ajouter une à ton article. L’audience aime les photos. L’idéal aurait été d’avoir une photo de cette ombre impressionnante ou d’une preuve quelle qu’elle soit, mais celle de l’endroit ou tu l’avais vu conviendra aussi. Avant même d’avoir le temps d’appuyer dans l’écran et de prendre cette photo qui, de toute façon, n’allais pas être prise avec un angle très pratique, ta protectrice se fait entendre.

Le début d’une phase plus d'intrigante qui ne passe pas totalement inaperçue. Une petite hésitation qui cache à peine l’assurance qu’elle avait à parler des monstres, mais peut-être que tu te trompes en fait. Tu n’oses pas l’affirmer, tu ne veux pas brusquer quelqu’un que tu viens à peine de connaître. Tu espères pourtant ne pas te tromper, si tu as bien entendu alors c’est sûrement une fan de monstres elle aussi. C’est certainement cela! Ça te ferait tellement plaisir que ça soit le cas, mais , d’un autre côté, les monstres ne sont pas appréciés de tous. Il ne faut pas trop prendre de risques.

“Ça me va très bien. Est-ce que c’est loin chez toi?”

Tu souris en prenant sa main pour te relever. Elle doit pas habiter loin, non? On se promène pas comme ça loin de chez soi. À moins, qu’elle soit venu voir quelqu’un. Maintenant que tu te remettais de tes émotions, tu te rappelais l’avoir vu au bar ce soir. Tu te rappelles, parce que chaque fois que tu retournais la voir, elle était avec une nouvelle personne. Parfois, même, des clients habituels qui viennent généralement seuls. On ne va pas seul dans un bar qui est loin de chez soi, non? Ou alors peut-être que c’est juste toi qui s’imagine que cette norme sociale existe. Ou alors peut-être qu’elle était dans le coin pour une autre raison.

Mais t'aimes tant que ça les monstres pour traverser sans faire gaffe ou quoi ?

Tu souris, tu hésites un peu avant de lui répondre, mais te ravises. Cette personne, au fond, tu ne la connais pas encore et ça n’a pas d’importance qu’elle pense ou non que tu es complètement folle. Eh puis, avouons-le tu n’as jamais pu le cacher très longtemps non plus.

En fait, ça me passionne les monstres! Je les aimais déjà quand j’étais petite, alors maintenant que je sais qu’ils existent réellement…. Je me demande pourquoi je ne suis pas née monstre.

Tu t’arrêtes là. Il y a être étrange et être totalement “freak”. Tu ne veux pas non plus l’effrayer. Eh puis, tu pourrais en parler pendant des heures et tu n’es pas certaine que ça l’intéresse.

Tu dois trouver ça un peu étrange… Au fait, je m’appelle Robyn



Je parle en #62ae61

I love zombies. If any monster could Riverdance, it would be zombies.
Craig Ferguson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t436-robyn-hoffman-come-here-friends#5366
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] The day I met my dearest monster | Andy Clove
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Nos beau Accessoire du monster Combo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Bas quartier-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg