Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 0:24
/!\ Attention  /!\
Coucou petit garçon ! Coucou petite fille ! Dans ce sujet, on parle de sang et de ce qu'il arrive à ton petit chien quand il part très très loin en vacances et qu'il ne revient jamais jamais. On ne part pas dans la description détaillée, mais si tu préfères les poneys et les arc-en-ciel va lire un autre sujet ♥

Y a des jours comme ça, où être un monstre c'est vraiment pas facile.

Constance était en bas de son immeuble, pensive, clope à la bouche. La casquette vissée sur la tête, un manteau trop grand et qui ne lui appartenait pas sur le dos, elle fumait, les yeux dans le vide, mettant une dernière fois de l'ordre dans sa tête. Ce manteau puait le parfum. Cette pauvre femme avait vraiment aucun goût. Ses yeux se fixèrent un instant sur ses chaussures. Merde. Du sang sur ses docks. Elle essaya de l'essuyer sur le mur de l'immeuble, sans succès, déjà trop sec. C'était arrivé quand déjà ? Quelques heures non ? Il était quelle heure là ?

Après avoir écrasé sa clope, elle jeta un rapide coup d'oeil à son téléphone. Trois heures et demie. Ca va, elle avait le temps avant le lever du soleil et Roxane serait encore levée. Putain, pitié qu'elle pète pas un cable celle-là... Elle vérifia une énième fois son sac et ses poches, mais non, ses clefs n'étaient toujours pas là. Elles avaient du tomber dans la course. Merde. Elle enverrait Roxane lui faire un double.

Il n'y avait personne dans la rue. Pourtant elle continuait d'utiliser son pouvoir. Elle voulait vraiment pas se faire remarquer. Pas maintenant. Un groupe de pauvres types alcoolisés étaient passés à deux mètres d'elle. Leur regard avait couru sur elle comme si elle n'avait été qu'un morceau du paysage et pas une enfant aux vêtements couverts de sang. Le manteau cachait un peu, mais elle avait cassé la fermeture éclair en tuant sa propriétaire. C'est qu'elle s'était débattue celle-là. Elle avait aussi bien souffert. Bien fait pour elle. Elle détestait ruiner ses fringues avec du sang.

En temps normal, Constance était une vampire très propre. A une époque elle essuyait même la plaie après avoir bu, et prenait bien soin de ne jamais en faire couler sur ses vêtements. Mais cette nuit-là, elle pouvait sentir le sang coagulé lui coller la peau et lui rigidifier les fringues. Elle n'aimait pas le sang de mort. Ca puait. C'était de la bouffe gâchée. Elle avait envie de se changer.
Pourtant, elle alluma une troisième clope et la fuma lentement, visiblement encore hésitante à monter. Elle avait la flemme, la flemme de toutes ces conneries. Elle était trop vieille pour s'inquiéter des chasseurs de fantômes ou des flics. Pourquoi on pouvait pas la laisser tranquille cinq minutes ? Un petit siècle sans conneries, c'est trop demandé ?

La clope finie, elle s'enfourna un chewing-gum dans la bouche et commença enfin à taper le code de l'immeuble. Elle se tapa les trois étages d'un pas lourd, ses dock résonnant dans la cage d'escalier. Elle était un peu énervée. Elle avait envie d'enfoncer son chewing-gum dans une serrure. Elle se retint et mâcha plus fort. Finalement elle arriva devant chez elle. Elle vérifia encore, non, toujours pas de clefs. Elle regarda l'heure, trois heures quarante-cinq. Elle soupira. Elle avait encore envie d'une clope. Elle fit une bulle avec son chewing-gum. Allez. Elle aurait qu'à lui dire que c'était du sang de poney.

Elle frappa trois fois sur la porte en bois de l'appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
avatar
Chillin

▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 100
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 0:38
Oui. Décidément, à partir de la saison 3, True Blood commençait vraiment à la hanter. Elle n'avait pas vraiment aimé la saison avec la Ménade. Elle avait trouvé ça vraiment trop bizarre, et très éloigné de la réalité. Un peu comme l'avis qu'avaient les chrétiens pendant le Moyen-Âge sur les succubes qui étaient d'honnêtes travailleuses de la vie et du destin. Non, vraiment, la saison 3, un délice ! Elle s'était surprise à apprécier les loups-garous, surtout Alcide parce qu'il était vraiment très bien fait et musclé, et ça la faisait rougir. Elle avait été obligée de mettre sur pause lorsqu'elle l'avait vu la première fois, et une deuxième fois quand la caméra l'avait montré torse nu. Elle avait vraiment une love/hate relationship avec cette série. Il y avait beaucoup de scène de... De... Enfin, vous voyez, de... De fricotage.

Roxane se fit un post-it mental pour penser à demander à sa colocataire à son retour : est-ce que le sang de fée est vraiment si enivrant que ça ? Elle devait aussi lui demander si elle avait autant de plaisir à boire depuis une poche de sang qu'à boire à la source. Et également si son sang était une sorte de drogue pour les humains. Tant de questions ! Elle était bien contente que la gamine bi-millénaire – et sans doute bi-tout-court aussi, mais la seule pensée de ce genre de choses la faisait frémir entièrement et pas en bien – soit revenue après tout ce temps. Elle aimait bien sa compagnie, même si elles étaient diamétralement opposées. Roxane avait cette sorte de fascination étrange pour Constance, du genre qu'ont les enfants pour le sexe sans trop savoir pourquoi avant l'âge. C'était le même genre de sensation, mais il était clair qu'elle n'était pas attirée par sa coloc. Il ne fallait même pas y penser. C'était trop bizarre.

Elle appuya sur la barre espace pour pauser son épisode et sauta de son lit moelleux, retombant sur ses chaussons-lapins avec une maîtrise qui ne pouvait s'expliquer que par la répétition de ces mêmes mouvements tous les soirs, ou presque. Elle avait envie d'aubergines. Elle s'était fait des chips en rentrant du boulot tout à l'heure. Et elle allait tout manger, et même se lécher les doigts, tout ça devant la fin de la saison 3 de True Blood qu'elle regardait pour la deuxième fois. Elle matait toujours les saisons deux fois de suite. En somme, elle aurait pu être à la dernière saison, mais il fallait qu'elle les regarde deux fois. Histoire d'avoir matière sur quoi parler avec les humains sur le forum qu'elle fréquentait ! Eh bah oui, autant faire marcher sa bonne mémoire.

Alors qu'elle se dirigeait vers la cuisine, traînant ses bunny-pantoufles antidérapantes sur le sol carrelé du couloir, on toqua à la porte. Elle espérait vraiment que ça n'était pas des témoins de Jéhovah. Mais vu l'heure, c'était peu probable. Qui pouvait bien toquer à cette heure. Par un instinct qu'elle ne se connaissait plus, elle renifla trois fois de suite. Ce n'était pas un humain, et encore moins un humain mâle – l'autre jour son voisin était monté pour lui demander de la farine, elle avait cru mourir tant il sentait bon et elle en avait honte. Là, sur le petit bol à côté de la commode proche de la porte, des clefs. Avec un pompon touffu, rose et vert. Ses clefs. Elle n'arrivait jamais à viser le bol correctement, et ça atterrissait toujours à côté. Du coup. Constance devait avoir ses clefs, vu qu'il n'y avait que les siennes sur le meuble. Sans faire de bruit, Roxane s'approcha du Judas de la porte et pu constater que non, effectivement, ce n'étaient pas des témoins de Jéhovah qui toquaient à cette heure. Elle voyait des cheveux pas trop disciplinés, noirs, et une bouille avec un air pas commode. Constance. Pourquoi toquait-elle ? Mmh... Ce n'était donc pas un humain à la porte, et en même temps à trois heures quarante-cinq du matin, heureusement. Franchement, fallait être bête pour croire que... Bref ! Elle ouvrit la porte, manquant de cogner son petit orteil sur le meuble à côté de très peu.

« C'est fou ça, à ton âge, je suis sûre qu'on peut réussir à mettre une clef dans une serrure sans avoir à toquer... » Ah tiens, sympa les fringues. « Il est trop moche ton manteau, Cristina Cordula dirait que t'es perdue dedans. » Elle referma la porte derrière sa colocataire. « Ah, au fait, j'ai ramené un truc du boulot pour toi, dans le doute...» Elle sautilla jusqu'à son sac qui pendait du porte manteau, et en tira une petite boule plus ovoïde que ronde en papier aluminium. Elle brandit fièrement un tampon plein de sang qu'elle avait trouvé à côté de la poubelle du bar où elle bossait. « Je me demandais si tu pouvais t'en faire un thé, ou un truc du genre... »

Parfois, on avait du mal à voir la frontière entre ingénue, débile et sarcasme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 0:49
Ce qui était bien avec Roxane, c'est qu'elle était mignonne. Mignonne façon petit caniche collant qui met ses poils partout et qui fout un peu le bordel si tu oublies de le sortir. Le mignon que Constance aimait bien avoir à la maison. Elle retrouvait ça souvent chez ses enfants-vampires. Mais Roxane c'était bien aussi. Au moins elle lui piquait pas sa bouffe.

« C'pas à moi l'manteau, s'tu pouvais le brûler durant la nuit ce serait cool d'ailleurs. Il shlingue. » Et sans plus de cérémonie elle rentra dans l'appart', écoutant à peine ce que disait sa coloc' tout en retirant le manteau, et le lançant sur une des chaises sans plus de cérémonie. C'est à peu près à ce moment-là que l'autre arriva avec son putain de tampon. Non mais. Elle était conne ou bien ? Elle regarda la blonde de bien trente centimètres de plus qu'elle avait un air blasé, attristé, atterré. « C'est blindé de produits de merde ces conneries, et le coton a retiré tout le goût. Et puis j'ai déjà mangé aujourd'hui. » Elle commença d'ailleurs à retirer ses fringues au milieu du salon, vraiment trop dégoûtée par l'odeur du sang de mort. Tout en retirant son short elle rajouta : « Et puis j'aime pas prendre du sang hors de la source sans la connaître ou avoir accès à ses infos. On sait jamais si elle est pas morte depuis, ta cocotte. » Elle hésita un instant devant la culotte (la gamine ne portait pas de soutien-gorge, rien à soutenir par ici), mais décida de la garder, sinon l'autre allait vraiment faire un infractus. « Si tu pouvais brûler tout ça aussi avec ce serait cool. Sauf la casquette, elle j'la garde. » Une casquette des Yankees, ça se brûle pas.

Elle resta un instant silencieuse avant de s'allumer une clope, encore une. Sauf qu'elle avait oublié son chewing-gum. Elle le cracha dans la poubelle de façon violente. Bon. Fallait p'tete commencer à lui expliquer à quel point elles étaient p'tete dans la merde. Bon. P'tete pas hein. Bref. Par où commencer... Le tact et Constance, c'était pas vraiment compatible.

« Bon heu. Jean-Patrick est mort. J'l'ai buté. Et j'crois que j'ai pas trop géré niveau propreté du truc. »

Jean-Patrick, pour la p'tite histoire, c'était une de ses banques à sang. Un pédophile un peu attardé qui avait été fasciné par cette histoire de vampire et qui lui avait prodigué du sang toutes les semaines pendant... ça faisait quoi... six ans maintenant ? Il était assez cool Jean-Patrick. Il était célibataire, pas d'enfant, pas chiant, servile, presque drôle, et il avait bon goût. Une p'tite odeur de clope de mauvaise qualité et de frustration. Elle avait même hésité à en faire un de ses gosses avant que toutes ces conneries n'arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
avatar
Chillin

▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 100
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 1:02
Roxane n'avait pas eu le temps de rétorquer que l'air déplacé par le manteau lui fouetta le visage avant que celui-ci ne finisse sa trajectoire sur une chaise. Quoi ? Le brûler ? Mais, comment est-ce qu'elle était supposée brûler un manteau ? Elle aurait bien essayé dans le four, mais elle avait peur que l'appartement lui-même ne prenne feu. Ce serait fâcheux. Ce n'était plus le temps des autodafés, où elle pouvait passer brûler des preuves discrètement pendant que la pile de ce qui brûlait laissait s'échapper d'épaisses volutes de fumée vers le ciel. A sa connaissance, il n'y avait pas d'événements sociaux où on brûlait des trucs comme ça. Elle suivit Constance dans le salon pendant qu'elle parlait et se déshabillait. Instinctivement, Roxane se tourna dans la direction opposée. Malheur, elle pouvait toujours voir la gamine vampire se désaper via l'ombre qui ondulait sur le sol. L'éclairage nocturne du salon était à revoir visiblement.

« Ça m'étonnerait qu'elle soit morte, c'est à Jennifer qui bosse au bar. Tu sais, la brune avec les lèvres pulpeuses. » Roxane était physionomiste. « Et je peux pas passer mon temps à brûler ce que tu tâches. Tu veux pas que je le lave plutôt ? J'ai trouvé une super lessive, ça sent super bon. Après je sais jamais ce que tu supportes en terme d'odeurs avec tes spécificités bizarres là... » Tiens, une clope. Elle clopait souvent au milieu du salon ces temps-ci. Roxane n'était pas forcément inquiète quand Constance était là. Elle avait même tendance à l'apaiser. Tout en lui agitant un peu les neurones. C'était assez particulier comme ambiance. Et Roxy ne se l'expliquait pas. « Quoi ? » Ce que Constance venait de dire l'avait brutalement tiré de ses pensées. Aussi brutalement qu'Erik Northman aurait arraché la colonne vertébrale d'un humain standard. Nouveau post-it mental : lui montrer Erik Northman quand elles auraient fini de papoter de la mort de Jean-Patrick. Wait. What. Jean-Patrick était mort ! Oh le caca. « Comment ça, pas propre ? Pas propre genre avant ou après la révolution française ? »

Là par contre, c'était une légère panique qui s'insinuait dans son cerveau. Elle pouvait pas avoir encore un massacre sur le dos. Elle avait assez donné après ses bêtises de 1908 à Vienne. Non, non, elle pouvait pas encore repasser au Tribunal. Du calme ! Elle fallait qu'elle se calme. Il ne fallait pas perdre la face devant Constance. Après tout, elle était un super atout pour la vampirette. Elle pouvait sortir le jour, elle ! C'était quand même bien super ça ! Elle réglait tout ce qui était administratif ! Elle était quasiment humaine, elle pouvait pas gâcher sa chance.

« Mais euh... Pourquoi tu me le dis comme ça aussi... J'veux dire, je peux pas t'aider. » En fait, elle ne voulait surtout pas utiliser ses pouvoirs. Et ça, c'était le côté très égoïste de Roxane. « … On doit ressortir.. ? » Elle ne voulait pas quitter ses bunny-pantoufles. Elle était carrément pas prête. En attendant une réponse, elle se contenta de ramasser les vêtements, et de les balancer en boule près de la poubelle de la cuisine depuis le pas de porte du salon. Elle se figea, pendant un instant elle avait cru sentir ses non-ailes la gratouiller dans le dos. Le frisson passé, elle se retourna vers Constance. Elle avait besoin de réponses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 1:18
« Ça change pas que je vais pas aller sucer ce truc puant. » Elle manquait parfois vraiment de sens pratique celle-là.

Et puis voilà, les réactions disproportionnées qui commencent. Pas la peine de te pisser dessus fillette, on va s'en sortir. Constance pouvait déjà sentir l'esprit de sa coloc' déraper sur mille et uns scénarios catastrophes. Il allait falloir l'arrêter, et vite, avant qu'elle ne commence à préparer leur déménagement au Groënland. C'était cool le Groënland. Six mois de nuit complète. Bref. C'était pas le moment de penser à déménager. Trop la flemme pour ces conneries.

« Détends-toi cocotte, j'en ai buté que deux ce soir, t'inquiète, c'est pas un remake du combat de gladiateur de 148. J'ai grandis depuis. » Même si ça avait quand même vachement rigolo de se faire tous les lions, tigres et autres animaux armés de lances et d'épées à main nue. Dire qu'à la base ça devait être une petite soirée cosy chez Marcus avant de filer pour l'orgie... Bon, ça avait signé son exil de l'Italie, maaaais, ça valait le coup, franchement. « Bref. Ne monte pas sur tes griffons, c'est juste Jean-Patrick qui m'avait caché qu'il avait une femme. Et elle est un peu arrivée pendant le repas. J'étais trop occupée à bouffer et je l'ai pas entendue arriver. Et disons qu'elle a moyennement aimé les corps nus, mes dents sur son cou, tout ça. Elle a commencé à beugler. J'pouvais pas me permettre de gérer ça du coup je l'ai butée. Et là c'est Patoche qui a commencé à beugler. Il avait plus de force vu tout ce que j'avais bu, mais il commençait à dire qu'il allait tout balancer aux autorités etc. Et il s'est mis à essayer de me frapper, j'ai pas réussi à le tuer proprement et j'en ai mis partout... D'où les fringues. »

Dis comme ça, ça va, ça paraissait pas trop grave. Elle avait fait pire. C'était juste con pour Patoche, et con pour les clefs aussi. Mais ouais. Pèpère. Le dire à voix haute la calmait en fait. Elle commença à ralentir sur sa clope, pour enfin la savourer. Après une longue latte, elle reprit :

« Bref par contre on m'a p'tete vu sortir donc il faudrait se débarasser de mes fringues assez vite. Et le soucis c'est que j'ai laissé tombé mes clefs quelque part dans le coin. Et ce serait con qu'ils retrouvent l'appart' à partir de ça. Donc j'pense qu'il faudrait changer la serrure au cas où. Ou connerie du genre. T'en penses quoi ? »

Tout en parlant elle s'était mise à  gratter le sang coagulé sur ses bras avec un air dégoûté. Elle devait aussi en avoir sur le visage à tous les coups. Une fois Roxane calmée, ce serait voyage direct à la douche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
avatar
Chillin

▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 100
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 1:46
« Changer la serrure ? Mais t'as jamais regardé CSI Miami, ou quoi ? Il faut qu'on aille récupérer les clefs. Sinon ils vont retrouver le fabricant qui a fait les doubles, et mon nom, et l'adresse, et après ils vont la défoncer la porte ! On peut pas se permettre de refaire poser une porte, enfin ! » En fait c'était pas la question de changer de porte, c'était question de sécurité. Des fois, son petit côté superficiel lui faisait oublier par mal de trucs. « Puis ça veut dire quoi, quelque part dans le coin ? » Non parce que dans le coin, c'était pas non plus si petit que ça Detroit. Il fallait être efficace là. Et il ne restait pu beaucoup de temps avant le lever du soleil.

Roxane était méthodique : toutes ces années à trouver des moyens plus ou moins détournés pour se nourrir lui avait vraiment bien réussi de ce côté là. Elle aurait pu être un super serial killer dans l'idée, tant elle était méticuleuse et organisée. Elle avait besoin de garder le contrôle de la situation. Les imprévus c'était un peu la peste du vingt-et-unième siècle. Elle avait vécu dans l'urgence, par le passé, et les imprévus... Mais elle était d'avis qu'il fallait vivre avec son temps. Et là, de son temps actuel, on avait des organizers, des portables avec des rappels, des agendas... Alors non, décidément, les imprévus c'était du caca. Ceci dit, même si elle avait été une drosophile au-dessus d'une crotte, elle aurait pas mangé ce caca là. Constance était sympa, hein, mais c'était sport avec elle. Roxane n'avait que son cerveau pour réfléchir vite, ses muscles étant du type ailes d'écureuils volants... Dès demain, elle irait à la salle de sport. Si Constance la faisait courir encore dans la nuit, autant qu'elle sache soulever de la fonte. Elle commencerait par 250 grammes...

« Bon... Dis moi que tu as mis du sang sur tes clefs... Si c'est le sang de Jean-Patrick, je peux peut-être encore le sentir... » Puis d'abord, pourquoi elle y retournait pas toute seule, hein ? Elle aussi pouvait sentir le sang, et tout ! « Pourquoi tu peux pas les retrouver toi ? C'est toi le monstre aux sens développés, je sens rien moi. A moins que ça pue trop, vu qu'il est mort ? » Elle était marrante, elle dis donc. Roxane jeta un œil par la fenêtre du salon. Il faisait noir... Et c'était la nuit... Elle pourrait se faire violer, là dehors ! Enfin, accompagnée de Constance, ça serait plutôt le violeur qui serait mal barré, mais ça...

Elle gratouilla l'intérieur de ses bunny-pantoufles avec ses orteils. Que faire ? Qu'est-ce qui était le mieux, finalement ? Elles pouvaient facilement retrouver les clefs. Et se débarrasser des habits. Il suffisait qu'elles sortent maintenant. Il faudrait aussi que Constance prenne une douche, elle empestait. Sans offense.

« Et si tu prenais une douche avant qu'on ressorte ? Et que tu te changeais, hein ? » Si on l'avait vue, autant qu'elle se change. Elle était pas sensée pouvoir se rendre invisible, ou elle savait pas quoi ?! Comment pouvait-on l'avoir vue ? Mais bref, une chose à la fois. « La prochaine fois, tu veux pas aller sucer des vieux dans des maisons de retraite.. ? Je suis sûre qu'il y en a des très sympas. » Elle n'avait vraiment aucune envie d'utiliser ses pouvoirs. Aucune, aucune envie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Mer 28 Oct - 12:43
Pendant que Roxane parlait, Constance fumait lentement sa clope en réfléchissant au programme télé de la semaine. Y avait pas grand chose cette semaine. Elle sentait qu'elle aller plutôt passer le week-end à jouer sur SuperPoker.com. Elle voulait économiser assez pour une moto. Elle aurait qu'à falsifier une pièce d'identité pour avoir seize ans, puis falsifier un permis aussi. Elle trouverait bien une légende bien intentionnée pour faire ça. Il lui manquait p'tete des fringues. Avec celles-ci qu'elle allait brûler, elle perdait quand même un de ses shorts préférés.

Tout en réfléchissant à tout ça, elle regardait Roxane. La pauvre allait l'air entre la panique et le sur-contrôle. On voyait bien qu'elle avait pas eu sa période hippie celle-là, bandana ou non. Il allait falloir qu'elle lui fasse écouter du Bob, ou du métal, pour la décoincer un peu. Rien que l'aider à tirer un coup serait un bon début. Ca faisait bientôt deux mille ans que Constance essayait de faire dépuceler son amie, sans succès, et ça devenait un peu barbant quand sa frustration lui retombait dessus. Non mais parce que c'est bon hein, c'est un vieux couple de merde qui est mort hein, c'pas comme si le FBI allait foncer sur le cas. Elle aurait qu'à se contenter de claudos et autres personnes sans identités dans les prochains jours, en attendant que ça se calme.

C'est à partir de cette réflexion que Constance sentit la voix de Roxane se lever pour poser une question. Et elle la regardait. Merde, elle disait quoi déjà ? Elle se rattrapa de suite à la branche grâce à la question suivante, qui lui fit relativement comprendre qu'elle était la question initiale. « Chais pas moi. Y a eu ça, j'me suis cassée le plus vite possible, j'suis arrivée, j'avais pas les clefs. Et j'me suis dit que j'allais te prévenir et que tu aurais tout un plan à la NCIS Miami. Donc me voilà. Elles sont p'tete dans son appart. Genre quand j'ai repris mon sac. Ou quand j'ai sauté du deuxième étage pour sortir. » Elle eu une pause, un instant de réflexion. « Maintenant que j'y pense, p'tete que je les ai juste oublié au bar avant de partir... » Un autre moment. « J'devrais p'tete vérifier derrière le cercueil aussi, en fait. » Bon, elle commençait à entendre Roxie siffler comme une cocotte-minute pendant qu'elle parlait. Heureusement, elle proposa à Constance de prendre sa douche avant que celle-ci ne commence à énumérer les cachettes potentielles. Elle commença donc à s’éclipser, non sans un merveilleux doigt d'honneur à sa colocataire pour sa réflexion sur les maisons de retraite. Le vieux, ça pue presque autant que le mort.

Arrivée à la salle de bain, Constance fit bien attention à fermer la porte à clef derrière elle. Roxane était trop pudique pour vraiment aller l'épier sous la douche, mais elle ne voulait vraiment pas de l'énervement et de la sensibilité de la jeune succube maintenant. Ouais, elle avait pas géré. Mais merde. Jean-Jacques était marié ! Il aurait pas pu le dire avant ce con ?
La vampire passa donc sa douche à ruminer insultes, jurons et autres grognements tout en retirant enfin tout ce sang, toute cette transpiration et toute cette saleté qu'elle avait accumulé dans cette nuit pas exactement habituelle.

Bien sûr, en sortant, elle réalisa qu'elle avait oublié ses fringues de rechange. Elle se serait bien mise en pyjama, mais Roxane allait pleurer si elle ne l'accompagnait pas dans sa course de l'inutilité. Elle soupira et, presque sèche mais nue, sortit de la salle de bain et se dirigea vers sa chambre pour s'habiller en criant quelque part dans la barraque : « Bon du coup on commence par quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
avatar
Chillin

▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 100
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Sam 31 Oct - 1:59
Elle avait beau avoir une quinzaine d'années en apparence, dans sa tête c'était sans doute Alzheimer. C'était bien beau le Carpe Diem, mais ça devenait n'importe quoi quand elle ne faisait pas attention à ce qu'elle faisait. Et en plus de ça, Roxane devrait ranger le salon, et récurer les petites traces de sang microscopiques que seule elle semblait voir. A n'en pas douter, Constance devait les sentir quand même, "le sang de mort ça pue" qu'elle disait. Eh bien, elle n'avait qu'à tout nettoyer avec ses petits bras. Heureusement que Roxane ne ressentait ni le besoin de se reposer, ni le besoin de rester tranquille. Elle nettoierait tout ça quand elle n'aurait plus Constance dans les pattes, à savoir à six heures cinq, à l'aube précisément. Le temps de ruminer dix minutes sur le pouf du canapé, étalée comme une larve, la vampire romaine était sortie de la douche.

Roxane se surprit alors à penser à Rome, et à comment elles s'étaient rencontrées, Constance et elle. Roxane était alors une vestale pour ce cher César - comprenez, elle servait de l'eau et du vin en toge blanche et tout ça avec un hymen intact, encore eut-il fallu qu'elle eusse un hymen humain à proprement parler, mais on s'égarait. Un soir, elle remarqua une jeune fille qu'elle n'avait vu que très rarement et dont la présence lui faisait toujours un drôle d'effet. Elle savait pertinemment qu'elle n'était pas humaine, et pourtant quelque chose lui disait de rester éloignée d'elle. Le même soir, et plus tard dans la nuit, quand les invités de Jules étaient couchés dans leur lit, Roxane devait en rejoindre un. Mais elle s'était faite devancée par Constance. Roxane ne put que rester de l'autre côté de la porte, l'oreille tendue par curiosité avant de s'en aller en courant sur la pointe des pieds au premier bruit trop étrange pour ses déjà chastes oreilles...

Elle entreprit de se lever du pouf, mue par le fameux procédé scénaristique du "sursaut de flashback", le tout dans un bruit de polystyrène torturée dans un sac en tissu. Elle retourna dans sa chambre, ôta ses chaussons puis son bas de pyjama rose à pois blancs, et fit glisser sur ses longues jambes un legging qu'elle mettait pour faire son jogging du matin, ainsi qu'une polaire grise. Puis elle trouva une paire de chaussettes épaisses qu'elle enfila juste avant de mettre ses Nike de course. Avec un peu de chance, elle pourrait faire son jogging sur le chemin du retour. Il ne lui manquait plus que son bonnet à double pompon - un vert, un rose pour aller avec la breloque sur ses clefs - et elle était parée. La voix de Constance résonna à travers l'appart.

Roxane n'avait pas envie de crier, alors elle se déplaça jusqu'à la source de la voix de la vampirette. Elle se retourna juste assez vite après avoir compris qu'elle était encore nue, mais pas assez vite pour éviter d'apercevoir plus qu'un bout de genou.

« J'ai vraiment pas envie de retourner sur les lieux où tu as mangé... Alors on va faire ça dans l'ordre, ok ? T'es allée où en premier, au bar ? » Le bonnet lui gratouillait déjà les oreilles. Roxane se remit une mèche de cheveux en place et poursuivit. « Vérifie dans le cercueil ou derrière ou peu importe, avant de partir... »

Après tout ça, elle était prête à fermer la porte à clefs derrière sa seule et unique vraie amie. Qu'est-ce qu'elle ferait pas pour conserver un peu de tranquillité. Elle songeait sérieusement à charmer un humain à vie histoire que Constance en fasse son garde-manger, et qu'elle ne sorte plus chasser. Mais c'était tout bonnement impossible, des deux côtés...

« A défaut de te faire une maison de retraite... Et si tu te faisais des orphelinats, maintenant, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Sam 31 Oct - 13:18
Gnagnagna, quelle sainte nitouche celle-là. T'as quel âge déjà, qu'on rigole ? Non mais j'vous jure. Constance lui lance un regard attristé en la voyant détourner le regard devant son corps nu, et leva les yeux au ciel quand elle lui fit remarquer qu'elle ne voulait pas voir l'endroit où elle avait mangé. Constance était propre, flûte ! En temps normal. Quand elle mangeait quoi, bref. Constance fouilla dans ses piles de fringues pour trouver un autre short, un autre pull, et changer de casquette. Pendant ce temps, Roxane continuait à déblatérer toutes ses merdes. Si Constance aurait pu se rappeler véritablement de sa mère, elle l'y aurait sûrement comparée. Ne s'en souvenant pas, elle la trouvait juste entre le chiant et l'attendrissant de bêtise.
« Ouais c'est ça, j'suis allée au bar, 'fin d'abord j'ai un peu joué. Mais ouais, c'est ça, le bar puis j'suis aller bouffer. Bon je suppose que tu veux pas m'aider à chercher ici je suppose, hm ? » Ajouta-t-elle tout en commençant à soulever des piles de fringues et à faire le tour de son cercueil, fouillant un peu à l'intérieur parmi les couvertures et les coussins en satin (on ne déconne pas avec le sommeil d'un vampire!). Après cinq minutes de fouilles (plus ou moins archéologiques selon les points de vue), elle se retourna vers Roxane, mains levées avec un air dépité. « Nope. Je les avais en sortant visiblement. » Sur ces mots elle commença à enfiler les chaussures, pendant que Roxane insistait à lui faire des propositions de merde...

« J'aime pas les gosses, j'aime pas les vieux. Y a rien à boire sur aucun des deux. Et les vieux puent. Et les gosses beuglent. Et ils pensent que je suis des leurs donc ils veulent que je joue avec. Irk. » Et tout en expliquant ça elle attrapa un manteau, une écharpe et des gants (on était en janvier mine de rien, et même si elle ne sentait pas le froid, il valait mieux faire illusion). Elle balança un « oublie pas les clefs hein ! » assez ironique et sortit de l'appartement, commençant à dévaler les escaliers avec ses docks on ne peut moins discrète pour débouler dans la rue clope déjà au bec, taf au vent. Elle attendit un peu Roxane devant (elle avait sûrement du oublier un truc, ou juste n'avait pas envie de dévaler les escaliers quatre à quatre façon Constance). Quelques passants commencèrent à mal la regarder (sûrement un mélange de sa tenue, de sa dégaine et de sa clope... et de son âge). Mais ils se calmeraient dès que Roxane allait arriver. Les humains avaient cette notion étrange que les enfants étaient en sécurité dès qu'ils étaient avec un adulte. Quand Constance était avec Roxane, c'était comme si elle utilisait son pouvoir : elle devenait une ado comme les autres. Aussi parce que Roxane était trop jolie pour qu'on regarde la gamine pas si jolie que ça en dessous. Au pire, elle passerait pour une grande sœur irresponsable laissant la petite fumer. Et Constance aimait bien faire passer Roxane pour une grande sœur irresponsable. Surtout devant ses amis humains.

Quand celle-ci se ramena enfin, elles se mirent en route vers le bar. Elles connaissaient l'une et l'autre le chemin par cœur, l'une pour le travail, l'autre pour pouvoir suivre les matchs en groupe. Elle adorait ce bar. Il était tenu par les succubes et attirait donc la masse de créatures, lui permettant de passer du temps avec des personnes intéressantes, et pas d'humains bien trop jeunes pour elle. Il y avait parfois quelques vieux qui étaient plus intéressants. Mais les vieux humains avaient tendance à être déprimés, fades et pas très drôles. Et à ne pas parler sérieusement avec des gamines de quinze ans.

Sur le chemin, ils virent une voiture de police passer en trombe, tous feux allumés, sirène en marche. Constance eu un sourire semi-grimace en balançant : « Bon bah je crois qu'ils sont trouvé Jean-Patrick. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
avatar
Chillin

▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 100
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Sam 21 Nov - 23:45
"Tu viens vraiment de me dire de ne pas oublier les clefs ?" Elle avait quand même envie de se marrer. Elle soupira, en souriant. Alors qu'elle tournait la clef dans la serrure pour fermer la porte, elle se demanda quand elle aurait le loisir de regarder la suite de True Blood... Il fallait qu'elle sache ce qu'était Sookie, enfin ! Elle aurait aimé pouvoir aller à des conventions pour rencontrer les acteurs, mais vu la foule qu'il y avait, et sans doute le nombre d'hommes venus admirer des costumes très sexy sur des jeunes femmes, il valait mieux qu'elle s'abstienne si elle voulait éviter que son crâne explose sous la pression d'innombrables odeurs variées...

Constance avait déjà déguerpi dans les escaliers. Elle se demandait vraiment comment faisaient les voisins pour ne rien capter... Vu l'énergie et le type de chaussures de Constance, ça devait être pas loin du 8 sur l'échelle du Richter du bruit. Elle retrouva sa colocataire dehors, clope au bec... Et deux mecs qui passaient par là la regardaient. Comme si les enfants ne fumaient pas de nos jours... A moins qu'ils eut été en train de penser à la raison pour laquelle une ado était dehors à cette heure. Il était tard, quand même... Mais ça n'était pas le sujet. Il fallait retrouver ces clefs. Ah, comme elle aurait aimé avoir le don de certaines de ses supérieures... Mais ça ne servait à rien d'y penser, à part à perdre du temps à se lamenter ! Et ça n'était pas le genre de la maison ! Non ! Positive attitude, Lorie forever.

Dans le froid hivernal de Detroit, pas un bruit à part quelques gens ivres sur des trottoirs. Elle n'était pas spécialement rassurée. Ce qui était très bête, sachant qu'elle aurait pu envoyer une dose d'hormones dans la tronche de quiconque l'embêterait. A supposer que Constance ne lui déchire pas la jugulaire avant. En fait, elle n'était pas rassurée parce qu'elle avait l'impression de sentir des résidus d'odeurs de mâles partout autour d'elle. Ce léger vent, pur, glacé, nettoyait l'air de tout. Et Roxane pouvait facilement commencer à ressentir la faim. Elle secoua la tête en marchant, pour oublier, et préféra reprendre la discussion avec Constance. "Tu sais, je ne sais pas si le bar est toujours ouvert à cette heure. Peut-être qu'on devra passer par les cuisines." Il était pas loin de cinq heures, après tout, et même si Mama aimait que l'ambiance dure longtemps dans son bar, les lois et la police n'étaient pas spécialement d'accord.

Par contre, la police avait l'air de bien être d'accord pour allumer les sirènes et filer droit. Roxane grimaça au commentaire de Constance. Elle aimait bien son humour d'ordinaire, mais là, c'était mal venu. Ça l'embêterait quand même beaucoup que sa colocataire disparaisse encore une fois dans la nature. Le peu de stabilité que la vie à deux en amitié offrait s'envolerait, et elle s'ennuierait ferme. Et puis, elle serait seule, à nouveau... "Et nous, il faut qu'on trouve tes clefs, vampirella." Elle ne put résister à l'appel de la moquerie.

Elles arrivaient au bar, et le signe lumineux au-dessus de la porte était encore allumé. Roxane huma l'air. Il ne restait presque plus personne. Elle poussa la porte, s'assurant d'être toujours suivie par Constance. Là, un visage familier était en train de nettoyer les pressions à bière. Mama. Une succube aux cheveux auburn, les yeux verts, un nez droit, des pommettes hautes sculptées avec un burin grec ; des traits forts mais beaux. Tout en elle suintait le charisme. Celui que Roxane n'aurait jamais. Et pour avoir déjà vu la forme originelle de Mama, enfin de Mah'rama Mardenghal, puisque tel était son véritable nom. Ici, et depuis quelques siècles tout le monde l'appelait Mama. Sur sa carte d'identité humaine, cependant, on pouvait y trouver le doux nom de "Madilyne Malone". Mais gare à quiconque l'appelait "Maddie". De toute manière, dans l'inconscient collectif, c'était tellement "Mama" que ça ne pouvait être rien autre que "Mama". Et ça lui allait comme un gant.

"Bonsoir Mama... Dis moi, tu n'aurais pas trouvé des clefs par hasard ? Avec un... Un membre de taureau en ébène en guise de porte-clef...
Qu'est-ce tu fais là, Roxy ? Ah, Constance, rebonsoir. Bonne soirée ? JP a été coopératif ? Roxane se décomposa. Le sourire radieux de Mama était en totale opposition avec la tête de la blonde. Ah oui, des clefs. Oui. Un mec les a trouvé sous la table du fond. Elle fit un clin d'oeil à Constance, lourd de sous-entendu. Si ce clin d'oeil devait peser quelque chose, il pèserait sans doute le poids d'un narval mâle adulte mort.
Ah super, merci. Allez on file. Bonne soirée ! A demain !
Attends un peu toi. La succube de l'autre côté du bar avait tendu une main vers le menton de sa protégée et la saisit comme un enfant qu'on dispute. Qu'est-ce qui s'passe ici ? T'es trop pressée. Et pas mignonne et suintante de rose comme d'habitude... Elle fixa Constance, avec une bienveillance vicelarde. Constance, mon chou, dis lui qu'elle pue l'intrigue de grands à plein nez, mmh..?"

Flûte. Zut. ... Crotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 http://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
avatar
Wanna Fight

▌Espèce : Vampire bi-millénaire à casquette.
▌Messages : 82
▌Double(s) Compte(s) : Josiah Warren.

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   Sam 12 Déc - 15:27
Visiblement, Roxane n'avait pas aimé la blague. Petite sensible va.

La plupart des amis de Constance ne pigeaient pas ce qu'elle foutait avec la succube. Ses amis étaient, pour la plupart, sa famille vampire et quelques autres créatures, souvent brutales, avides de pouvoir, racistes, bref, à des kilomètres du monde de Roxane, qui passait plus de temps avec les humains qu'avec les personnes de son espèce. A ce genre de question et de remarque, Constance répliquait souvent une blague comme quoi la blonde lui servait d'animal de compagnie, de baby-sitter, ou autre. La vérité c'est qu'elle appréciait absurdement la présence de sa colocataire. Elle la détendait et la remuait à la fois. Roxane comprenait et appréciait que la vie de Constance ne soit que routine et train-train quotidien, mais était assez rigolote pour ne pas être chiante quand une situation sortait de l'ordinaire. En plus d'être présente et dévouée. Avec Cerbère, elles s'arracheraient des membres une à trois fois par jour, et la régénération c'était bien mignon mais devoir laver le sang partout autour après...
Bref, même si elle ne l'avouerait jamais vraiment tout haut, Constance appréciait Roxane. Et elle n'avait pas envie de déménager tout de suite. Elle commençait à apprécier Détroit, et elle ne pouvait pas abandonner Faith tout de suite. Parce que bon, soyons honnête, cette sale gamine ingrate ne la suivrait jamais si sa mère décidait de déménager...

Elles arrivèrent au bar, Constance accrochée aux talons de la succube. Elle prit une longue inspiration en entrant, sourire aux lèvres. Elle aimait ce bar. Son regard se perdait dans la salle quand elle entendit la voix de Mama et son sourire s’agrandit. Ce qu'elle aimait le plus dans ce bar, c'était la Mama. En fait, ce qu'elle aimait le plus chez Roxane, c'était la Mama. Cette femme avait du chien, et Constance adorait parler avec elle.
Elle regarda les deux succubes parler en souriant. Un rire lui échappa même des lèvres lorsqu'elle apprit que les clefs avaient été retrouvées. Il n'était pas vraiment rare que Constance rigole, mais elle riait assez rarement de cet éclat de joie soudain qu'elle eut à cet instant. Elle était plus une femme du rire moqueur ou du rire gras. En réaction au commentaire et au clin d’œil de la Mama, la vampire se passa la langue sur les canines avec un air affamé.
Elle n'avait pas répondu à la question de la Mama sur JP.

Mais bien sûr, la Mama était trop maline. Quand elle arrêta Roxane, elle comprit qu'elles allaient pas s'en sortir comme ça. Elle s'approcha donc, monta sur une des chaises pour pouvoir récupérer les clefs dans la main de la propriétaire.
« Roxane mon cœur, tu es aussi subtile et bonne menteuse qu'une humaine parfois. » Et, avantagée par le fait qu'elle était juchée sur un des tabourets du bar, ell ébouriffa rapidement la chevelure de sa colocataire avant de revenir à la Mama. « C'était un peu le stress, j'avais pas mes clefs et j'ai buté Patoche cette nuit donc y avait une chance qu'elles soient tombées là-bas. Mais vu qu'elles sont ici y a pas de soucis. »

Il y eu un silence après cette annonce. Les yeux de Constance étaient plantés dans ceux de la Mama, qui fut un instant sérieuse. La vampire n'essayait pas de s'enfuir. Elle aimait juste pas parler de ce genre de chose. La Mama le savait. Arriver à ce que Constance parle de ses sentiments, c'était un peu comme arriver à ce que Roxane prononce « bite » au lieu de « membre » ou autre périphrase ou euphémisme. «  Ah. Je vois. Des dommages collatéraux quoi. Faites attention à votre petit cul, j'aimerais pas avoir à nettoyer des trucs... » Bien sûr, cette remarque était pour Roxane, et pas pour Constance. C'était génial comment, même lorsque Constance faisait des merdes, on s'inquiétait surtout des gaffes de Roxane, ce qui fit rire Constance. «  M'enfin, Constance, j'te fais confiance, t'as survécu deux mille ans, tu peux survivre à ça aussi ! » En théorie Roxane avait survécu bien plus longtemps, mais c'était pour elle qu'était destiné le regard dubitatif. Constance a-do-rait être la fifille préférée de sa maman. « Ca serait con qu'on doive encore changer  de ville... ou de continent. » Putain, qu'est-ce que Roxane avait pu faire pour qu'elles en arrivent là ?

« Nan t'inquiète Mama, le seul soucis ça aurait été si les clefs avaient été là-bas. Mais c'pas l'cas. Donc tout baigne. Mais voilà, si tu sens un client qui me plairait bien, j'ai de la place. » Elles savaient toutes les deux ce que cela signifiait. Sur ces mots, elle donna une tape dans le dos de Roxane et lança : « Bon sur ce on va rentrer à la maison hein ? Ca va, t'es rassurée maintenant chouquette ? »



CERTES, JE POURRAIS ÉCOUTER CE QUE TU ME DIS MAIS JE SUIS BEAUCOUP TROP OCCUPÉE À COMPLÉTEMENT M'EN FOUTRE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t756-je-preferais-jules-cesar http://detroit-monsters.forumactif.fr/t764-vampires-suck
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.   
Revenir en haut Aller en bas
 
Roxie ▬ Au revoir, Jean-Patrick.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Patrick Elie prezidan komisyon sou sekirite ap trase grann liy lame nou bezwen
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: LA VILLE :: Quartiers divers :: Habitations :: Immeuble B-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg