Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.




Partagez | 
L'Alpha. [PV Adrian]
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: L'Alpha. [PV Adrian]   Mar 3 Nov - 0:12


L'Alpha.

Les sirènes de police retentissaient toujours dans le lointain. Des voix s'élevaient et les pas se faisaient entendre sur le sentier du parc. La silhouette à quatre pattes s'éloignait déjà dans la nuit, cherchant refuge ailleurs. Loin des humains, loin de ceux qu'il avait pu blesser ce soir. Difficile pour un loup maladroit de se frayer un chemin à travers les rues désertes. Rencontrer de rares passants engendrait toujours des hurlements, voire de simples cris surpris. Dans tous les cas, leur peur heurtait la créature qui tentait désespérément de retrouver sa route.

Flynn avait fini par retrouver ses esprits, mais la transformation n'avait pas cessé pour autant. Dieu savait qu'il avait pourtant essayé de retrouver son apparence normale. Un horrible goût de sang se faisait sentir dans sa gueule et ce n'était rien comparé au liquide rouge qui tâchait son pelage noir. Il n'avait jamais voulu ça. Il n'avait jamais voulu que le monstre prenne le dessus et encore moins le voir attaquer sans pouvoir intervenir. Il avait hurlé, il avait essayé de l'arrêter. En vain. Jamais la bête ne l'avait écouté et rien ne s'était passé comme il l'aurait voulu.

Tandis qu'il courait sans se douter de la direction que prenaient ses pattes, le loup garou pensa avec horreur qu'il ne pourrait peut-être jamais rentrer à la maison. Sa grand-mère était-elle toujours en vie ? Est-ce qu'il l'avait...? Il ne se souvenait de rien. Pourquoi ne se souvenait-il de rien ? Pourquoi ne pouvait-il pas se rappeler ce détail et être fixé ? Il avait besoin de le savoir, néanmoins sa volonté ne le conduisait pas là-bas. Il avait peur de savoir, d'arriver et de constater l'inévitable.

Fuyant son crime, Flynn ne se rendit pas compte tout de suite que sa course le conduisait jusqu'à la forêt. Sans doute était-ce encore le loup qui décidait pour lui en cet instant. Il ne sentait ni le froid, ni la neige qui cherchait à engourdir ses sens. Depuis combien de temps neigeait-il ? La nuit noire s'était couverte d'épais nuages, derrière lesquels la lune se cachait. Cruelle lune, qui n'en démordait pas... Il aurait voulu redevenir humain, se recroqueviller dans un coin et chialer comme il n'avait jamais chialé. Il aurait tout donné pour que ça se calme.

Trébuchant dans un fourré, la créature glissa sur une légère pente et arrêta finalement sa course aux pieds des arbres, dans un sous-bois. Un petit ruisseau s'y écoulait et un calme inquiétant régnait. Se secouant, il finit par s'asseoir et se détourna de son reflet. Le liquide écarlate se mêla à la clarté de l'eau et il recula, horrifié. S'il avait pu pleurer, il l'aurait fait très vite. Sous cette forme, seul un léger couinement vint secouer le silence de la nuit. Un vent glacial s'engouffra entre les arbres et le poussa à se coller dans le creux de quelques racines apparentes.

*Réfléchis... Qu'est-ce qu'il faut faire maintenant ?*


Se rendre à la police ? Pour leur dire quoi ? Qu'il était un loup garou ? Hé puis quoi encore ! Qu'est-ce qu'on lui ferait si jamais on découvrait que c'était le cas ? Il n'y tenait vraiment pas. Rentrer ? Pour le coup, il ne savait même pas où il se trouvait, alors comment rentrer à la maison ? Quel macabre spectacle allait-il y retrouver ? Il n'osait l'imaginer. Où aller dans ce cas ? Il n'avait nulle part où s'abriter. Tôt ou tard, il allait devoir assumer et rentrer pour voir si tout allait bien. Il n'avait sans doute jamais prié aussi fort qu'à présent, il devait bien l'admettre.

Un craquement léger le fit sursauter et il se redressa d'un bond. Oreilles basses, Flynn scruta les alentours à la recherche de quelque-chose d'invisible, pour le moment du moins. De nouveaux couinements lui échappèrent et il tâcha de s'aplatir contre le sol. Il n'avait pas une couleur de fourrure trop voyante, peut-être allait-il passer inaperçu ? Qu'est-ce qu'il pouvait en avoir marre de ce cauchemar !

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Mar 3 Nov - 12:27

 
 Le Louveteau.

 
Un hurlement se fit entendre, perceptible pour qui veut bien l'entendre. Adrian, lui, se détourna un instant de sa tâche. Il releva légèrement la tête, presque d'un air distrait, puis tendit l'oreille. Il jeta ensuite son regard ambré, laissé à découvert, en direction du puits de lumière par lequel la lune et ses rayons se dévoilaient, éclairant naturellement et suffisamment le garage où l'alpha s'affairait. Passer le temps, faute que le sommeil ne le gagne. Les nuits de pleine lune s'accompagnaient obligatoirement d'insomnies chez Adrian. Allez savoir pourquoi. C'est vrai qu'elle avait toujours eu un effet particulier sur l'Alpha. Elle le rendait plus fort, plus endurant et véloce. Un coup de fouet, de jeune. Le brun sourit, s'en amusant lui-même. Loin d'être un vieux de la vieille, et encore moins à grabataire, Adrian comptait tout de même « quelques années » sur le compteur – en se comparant avec ses congénères. Lui qui s'était persuadé que le temps filerait lentement et péniblement en son absence … Devait-il s'en réjouir, ou au contraire se sentir honteux ? Le connaissant, sûr qu'il penchait pour la deuxième version, mais il fallait bien s'occuper des siens, des vivants.

Toujours est-il – et pour en revenir au fait – que ce hurlement n'appartenait à aucun de ses gars et ne provenait pas non plus d'un simple animal. Adrian pouvait, de façon très distinct, les différencier et reconnaître entre eux, comme l'on ferait pour une voix. Peut-être était-ce une question de timbre et aussi subtil cela puisse être, mais, pour la plupart, cette capacité était naturelle. À ce cri bestial s'ajoutèrent – peu de temps après des sirènes, puis, ce fut au tour de ses congénères, ceux présents dans ce périmètre, de faire écho. L'Alpha pesta, franchement agacé. Rien d'étonnant à ce que ses loups se montrent agités. En revanche, la tension ne put que monter d'un cran lorsque ledit inconscient mit les pattes sur leur territoire. De quoi donner une bonne excuse aux autres pour se défouler un peu … et l'écharper. Les vibrations de son téléphone contre sa caisse à outils ne font que confirmer ses « craintes ». Il s'en saisit et décrocha. Sans surprise, Ivan était au bout du fil.

- «
 Quoi ? » Lâcha Adrian sur un ton sec, peu commode. Pour une fois qu'il se décidait à bosser un peu il fallait qu'on l'emmerde.

- «
Joues pas les cons. Tu as entendu, non ? » Ivan dans toute sa splendeur. Tel père, tel fils.

- «
Et ? Qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? » Tout en quittant la position inconfortable qu'il avait prise pendant qu'il retapait une bécane, soit l'assise en tailleur. Il en profita pour récupérer son paquet de clopes et s'en griller une dehors.

- «
Si tu n'y vas pas les garçons vont le mettre en pièces. »

L'Alpha marque une pause le temps d'allumer une cigarette et de tirer une latte.

- «
 Parce que ça se passe autrement quand c'est moi ? » rappela l'Alpha qui n'y était jamais aller de main morte dés qu'il s'agissait de rappeler un des siens à l'ordre.

- «
 C'est qu'un gamin. » expliqua Ivan, inquiet.

Adrina fronça les sourcils. Là, en revanche, ça craint.

- «
 Qu'est-ce que t'en sais ? » voulut s'assurer le jeune homme.

- «
 J'ai déjà eu l'occasion d'en ramasser un dans le même état, du genre apeuré et à côté de ses pompes. J'ai du flair pour ces choses-là.»

Adrian se crispe, la pique envoyée par Ivan faisant l'effet d'une décharge le long de sa colonne vertébrale. Il se hérisse, grommelle.

- « 
C'est bon, fais-les revenir. » Céda l'Alpha dont l’ego venait d'être légèrement écorné. Un mal pour un bien, visiblement. Il n'attendit même pas que son interlocuteur lui réponde et raccrocha avant de retourner dans le garage. Adrian renfila sa veste, récupéra les clés de sa moto dans le fond de sa poche et se mit en route après avoir fait le nécessaire. Entre-temps le Loup Blanc rappela la meute, laissant l'Alpha régler seul cette affaire.

Il se basa sur la dernière position signalée par ses congénères et retrouva finalement le sentier par lequel sa cible s'était échappée. Les sirènes continuaient de retentir, au loin. Preuve en est qu'ils n'avaient toujours pas retrouver la trace du fuyard. Faut croire qu'il est difficile de rivaliser avec la foulée d'un lycan, surtout lorsqu'il est poussé par l'instinct de survie. Il coupa le contact, descendit de sa bécane et la laissa là. Ce n'est pas à cette heure-ci, ni en bordure de forêt que ça risquait quelque chose.

D'un pas tranquille Adrian emprunta le sentier et commença les recherches. Heureusement, même sous sa forme humaine, l'Alpha conservait un bon odorat et l'odeur de sang, ajouté à l'humidité ambiante, était très présente. Force est aussi de constater que le louveteau n'avait pas vraiment fait l’effort de dissimuler ses traces. En même temps c'était le cadet de ses soucis à ce moment-là, pour le plus grand soulagement d'Adrian qui ne voulait pas non plus se compliquer la tâche. C'était drôle, en un sens il se retrouvait maintenant à la place d'Ivan. Restait à espérer que notre brun se montre … un peu moins brutal que l'a été l'ancien Alpha, même si il n'était pas connu pour sa douceur. Passons, il s'agissait d'abord de le retrouver, hors Adrian ignorait quelle distance il avait déjà parcouru, ni même s'il s'était arrêté. Cela étant il préférait ne pas se transformer, quitte à mettre plus de temps à rattraper la distance. Il n'allait pas se faire du mal pour ce gamin - au sens propre du terme.

Il ne saurait dire combien de temps il a alors tourné et viré avant d'être à sa portée, mais peu importe, maintenant il le tenait. Au début l'Alpha garda néanmoins ses distances, le temps de l'observer. C'était bien un gamin et ce, même en se référant à sa forme animale. Sa fourrure, noire, poissait à hauteur de son poitrail à cause du sang, celui qui avait permit à Adrian de remonter sa trace. C'était donc ça à l'origine de ce branle-bas de combat. Familier, trop familier. Il glissa un soupir, mêlé à une sorte de grognement, puis supposa qu'il était temps.

Dés lors il cessa de se faire discret, ses pas se firent plus lourds et les obstacles naturels et bruyants présents sur son chemin furent savamment exploités. Les branches craquèrent, les feuilles – mortes ou encore rattachées aux branches – bruissèrent. Le louveteau, comme semblait se plaire à le désigner Adrian, s’affaissa alors de tout son long. Espérait-il se fondre dans les feuilles mortes, alors qu'il continuait de pousser des couinements plaintifs ? L'Alpha, lui, sorti de la pénombre, s'avança encore de quelques pas, puis se posta devant lui. Calme et plein d'assurance. Les mains dans les poches, il détailla l'individu et s'accroupit à moins d'un mètre devant lui.

- «
 Tu m'auras fait marcher, gamin. » Se plaignit le jeune homme.

- «
 Mais on dirait que t'es calmé ce coup-ci. » Oh, au pire, ça rendrait juste l'échange un peu plus sportif.

- « 
Je suppose que tu te poses quelques questions, là, tout de suite. Je vais peut-être déjà répondre à l'une d'elle : Oui, je sais ce que t'es. Et même que ça doit être tout neuf. » Comprit Adrian. L'avantage d'avoir connu ça. Il marqua une pause, peut-être pour laisser à son congénère le temps de lui répondre.

- «
 Rien de casser ? » Le brun n'avait remarqué aucune blessure, mais sait-on jamais. D'autant que ça permettait de l'aborder plus … gentiment ?

© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Jeu 5 Nov - 2:42


L'Alpha.

Une silhouette humaine se faufila entre deux arbres, faisant sursauter le loup et l'obligeant à se recroqueviller davantage dans le maigre refuge qu'il avait trouvé. Comment avait-on pu le retrouver ici ? Qui était la personne en face de lui ? Le simple fait de l'entendre lui parler l'obligea à relever les oreilles et à écouter. Gamin ? Il savait ce qu'il était ? C'était tout neuf ? Évidemment que ça l'était et attaquer les humains aussi ! Il trouvait ça drôle ? C'était l'un de ces monstres peut-être ? L'un de ces monstres qu'il ne pouvait pas être !

La silhouette canine noire demeura couchée sur le sol. Pas moyen de chialer comme un humain sous cette forme. Les couinements ne cessèrent pas pour autant. Flynn se roula en boule et se détourna de l'inconnu qui avait décidé de venir à sa rencontre. Si le gars s'approchait, le loup allait peut-être se réveiller. Qu'il le laisse tranquille ! Il n'avait rien de cassé. Comment répondre ? Avec tous les efforts du monde, ça ne parlait pas, un loup. C'était comme un gros chien, non ? Quelle idée de poser des questions à un animal ! À un monstre par dessus le marché...

L'esprit du loup demeurait silencieux. La belle affaire ! Maintenant que son travail odieux était accompli, il se contentait de le laisser dans cette merde, avec du sang sur les mains et aucune idée de ce qu'il fichait dans ces bois. La présence de l'autre ne le rassurait pas. Il avait attaqué quelqu'un ce soir-là. Peut-être même plusieurs personnes... Peut-être même sa propre grand-mère... Pourquoi ne pouvait-il pas se rappeler des détails, hein ? Pour une fois et bien qu'il craignait d'en savoir trop, il fallait au moins qu'il se rappelle de ça. Il devait se souvenir de ce qu'il trouverait à la maison.

*Si tu veux m'aider, fais-moi redevenir normal ! Répare ce que les monstres comme toi ont fait !*
songeait-il terrifié à l'idée de ne pas parvenir à redevenir un être humain.

Ses crocs se tournèrent soudain dans la direction du bonhomme qui s'était approché de lui et il se mit à grogner comme s'il s'apprêtait à lui bondir dessus. Surpris par son propre comportement, il recula, comme s'il n'avait pas vraiment contrôlé ce geste. Non, pas encore ! Ses pattes le forcèrent à se remettre debout et il prit tout à coup la fuite. Pas question de rester là et de se risquer à avoir de nouveau le goût du sang de quelqu'un dans la bouche. Pas question de redevenir la proie d'un autre monstre.

Maladroit dans sa façon de se déplacer, le loup se fit violence pour reprendre son équilibre et essayer de courir. Hélas, l'instinct animal tendait à le laisser se débrouiller à présent. Lui qui aurait dû se déplacer avec toute la discrétion possible, se retrouvait à trébucher à tout bout de champ et à faire un vacarme pas croyable dans la forêt. Aussi adroit qu'un humain dans la peau d'un loup, en somme. Il n'y avait rien de plus évident à cet instant. Malheureusement, il ne prenait certainement pas la direction de la lisière et s'enfonçait toujours plus loin.

Un talus eut raison de sa course et l'envoya rouler à terre. Cette fois, plus question de courir sans réelle destination. Couché sur le côté, Flynn eut un mal fou à se dépêtrer des broussailles et à se rétablir sur ses pattes. Oh, il n'était pas allé si loin que ça en vérité. Il avait la trouille, était désorienté. Peut-être aurait-il dû rester avec l'homme qui l'avait abordé tout à l'heure ? Il n'avait même pas voulu entendre ce qu'il avait à raconter. Il ne l'avait pas écouté et aurait sans doute dû le faire pour ne pas se perdre davantage. Le loup disparaissait peu à peu de son esprit... pour ce soir du moins.

- Putain...

Une voix rauque. Le jeune homme porta une main à sa gorge, se rendant compte qu'il touchait non pas de la fourrure, mais de la peau. La chute avait-elle suffi à lui rendre cette apparence ? Ça puait le sang, il en avait partout... Il l'avait vraiment fait... Il n'avait pas rêvé.
Assis par terre, recroquevillé, le dos contre le tronc d'un arbre : aucun problème pour se mettre à chialer maintenant et il ne se fit pas prier.

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Jeu 5 Nov - 11:27

 Le Louveteau.

Aucune réponse, simple autel du cul tourné. Ça laissait confirmer une chose et en supposer une autre – pouvant passablement l'énerver. Le garçon et la bête étaient pour l'instant encore dissociés, cette dernière faisant alors à sa guise tandis que l'humain, lui, subissait. Cruellement familier. Sinon, et c'est là que ça pouvait valoir une vive réaction, le garçon l'ignorait copieusement. Ceci étant, Adrian balaya rapidement cette hypothèse compte-tenu dans l'état dans lequel l'inconnu se trouvait. Il était paniqué et, semble-t-il, dans l'incompréhension la plus totale. Le brun l'observa en silence, se demandant comment s'y prendre, se remémorant sa rencontre avec le Loup-Blanc. Il doutait que l'approche d'Ivan soit celle à utiliser pour ce gamin, si ce n'est pour le traumatiser un peu plus ; à moins que ça lui remette simplement les pendules à l'heure et lui fasse comprendre qu'il n'avait pas affaire à un lambda, mais là encore Adrian ne voyait pas en quoi ça l'aiderait. Non, pour une fois il ne voulait pas se faire violent. Pas qu'il soit désolé pour lui, pour ce qu'il était devenu et la vie qu'il l'attendait. Juste et un minimum compatissant.

Soudain, et avant qu'Adrian ne retente une approche – toujours pacifique, la bête s'invita. Des éclats de blanc luisirent sous les pâles rayons lunaires tandis que l'animal, le fauve, se tournait vers l'Alpha pour le menacer de ses crocs. Le jeune homme planta son regard ambré dans les siens. Il resta là, de son air  calme et glacial. Si la bête tentait quelque chose alors Adrian ne se gênerait plus, lui apprendrait où est sa place comparé à celle de l'Alpha ; car autant le brun pouvait faire un effort, se montrer patient, autant les règles étaient les mêmes pour tout le monde et Flynn serait tôt ou tard amené à les apprendre – et surtout les respecter. Un passage obligé, presque naturel. Adrian n'y avait pas écopé. Ivan, que c'eut été à tord ou à raison, ne l'avait pas lâché.

Conscient de son comportement, l'humain réussit à faire reculer l'animal. Preuve en est qu'il pouvait avoir un certain contrôle sur la bête, aussi léger soit-il. Il prit ensuite et maladroitement la fuite, quitte à s'enfoncer un peu plus dans les bois. Adrian ne le retint pas. Il n'était pas bête au point de tenter de faire barrage. C'était un coup à se faire mordre, enfoncer un peu plus le garçon dans son mal être ou, pire encore, répondre lui-même par les crocs. Après tout si la pleine lune influait sur le comportement de l'un … il était logique de penser qu'elle jouait aussi sur celui de l'autre ; et donc d'Adrian. L'âge et l'expérience ni faisaient rien. On apprivoise jamais un animal sauvage.

L'homme soupir. Ça ne l'empêchait pas d'être grognon et agacé au final. Il se lève et sonde un instant les alentours, étudiant les bruits et odeurs ambiants, méfiant. Il n'était pas bon de traîner dans ses bois, en pleine et avec du sang sur soit. D'autant qu'une folle, « cette » folle y chassait. L'Alpha passa inconsciemment sa main contre sa blessure, à la clavicule gauche. Ça faisait quelques jours maintenant qu'il la traînait, à son grand dam. En même temps il ne s'attendait pas à ce que cette femme ait un arsenal spécial. À quelques centimètres, à une inclinaison près ça aurait pu le tuer. Et Dieu, cette douleur ! Heureusement, cette nuit semblait l'endormir un peu et faciliter sa cicatrisation. Probablement qu'elle léchait elle aussi ses plaies, mais attendez qu'il la choppe …

Cette fois à la course, Adrian emprunta la direction prise par le gamin. Pas question d'y passer toute la nuit non plus. Rapide et agile, le terrain et ses changements ne posèrent aucun problème à l'Alpha. Après tout, c'était son territoire, il pouvait se targuer de le connaître comme sa poche. En revanche on ne put en dire autant du louveteau qui, au vu des traces, se heurta à un, voire plusieurs obstacles, sa course aboutissant par une chute. Adrian ralenti son allure lorsqu'il les remarqua et les suivit, au pas. L’appeler, pourquoi ? Sûr qu'il se carapaterait une seconde fois ; et il ne valait mieux pas jouer avec la patience de l'Alpha. Finalement ce sont les pleures du gamin qui lui indiquèrent précisément sa position. Il lâcha un pseudo-grognement, déjà en train de se demander comment il allait faire. Il ne savait pas y faire avec les gosses. Leur présence le mettait toujours plus ou moins mal à l'aise.

Il apparu à nouveau devant le louveteau, revenu à sa forme humaine. Plus question de s'enfuir donc. Il le détail. N'y voyez rien de pervers là-dedans, hein. Adrian ne donnait pas dans ses déviances. L'inconnu ne semblait même pas avoir remarqué sa présence. Le brun hausse les épaules, lasse, puis défait sa veste – non sans une grimace – avant de la tendre au gamin.

- « 
Je crois que ça ne sera pas de trop. » lâcha-t-il, peut-être pour expliquer son geste.

- «
 Tu comptes t'enfuir encore une fois ou tu peux enfin me lâcher deux, trois syllabes ? Parce que vu l'odeur que tu traînes je donne pas cher de ta peau si je te laisse – d'autant que tu vas sûrement bien galérer à retrouver ton chemin, à prendre des directions aussi hasardeuses.» D'un ton plus ferme cette fois. Sa voix était grave, presque comparable à un grognement animal. Dominant oblige, faut croire. Se tenir debout, du haut de ses un mètre quatre-vingt-six accentuant aussi et probablement cette impression de gigantisme.

- «
Ton nom et ne m'obliges pas répéter. » Ordonna-t-il aussi ... gentiment que cela lui est permis.

© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Jeu 5 Nov - 18:06


L'Alpha.

Le mouvement non-loin de lui, lui arracha un sursaut. Vu l'instinct de survie qu'il possédait en pleine nature, Flynn n'aurait pas donné cher de sa peau sur un terrain pareil. À vrai dire, l'idée de croiser des animaux sauvages venait de l'effleurer suffisamment pour l'effrayer... en plus du reste. Ses yeux se braquèrent sur l'individu et entendre des mots fut assez pour le rassurer ne fut-ce qu'un peu. C'était le type de tout à l'heure. Difficile de le discerner dans l' obscurité avec un regard humain maintenant, mais il venait au moins de reconnaître sa voix.

Apercevant la masse qui était tendue et ayant entendu ce qui lui avait fait penser à des boutons que l'on décrochait, le jeune homme finit par tendre la main et par se saisir du vêtement que l'on lui proposait. Effectivement, ça ne serait pas de trop pour le soulager de la fraicheur du soir. La forêt était humide et un vent glacé s'engouffrait entre les arbres. C'était la seconde fois qu'il se retrouvait dans une situation pareille : à greloter devant un parfait inconnu, au lieu d'être au chaud à la maison.

- Merci... articula-t-il sans savoir s'il devait déjà le remercier ou bien craindre quelque-chose.

Passant sa main sur ses yeux pour les essuyer, Flynn étouffa un reniflement et tâcha de s'entourer avec ce qui semblait être une veste. La largeur des épaules lui indiquait que le bonhomme était bien plus balèze que lui -chose pas si difficile que ça, je vous l'accorde. C'était sans compter sur la silhouette qui le toisait. Le gars était grand, à n'en point douter. Que faire ? Se méfier ? Coopérer ? Dans son état, le jeune loup garou n'en menait pas large et n'était pas particulièrement enclin à faire le mariole. Plus encore, ce type était probablement le seul qui pourrait le sortir de cette galère, du moins, pour le moment.

- Sinon quoi... ? questionna-t-il avec un calme étonnant, tout en se détournant de son interlocuteur.

Le menacer de donner son nom. Ça le rendait fou qu'on en vienne là, alors qu'il aurait été bien plus simple de le lui demander sans en venir à l'y obliger. Putain de monstres ! Ils se croyaient vraiment tout permis, hein ? Serré dans le vêtement, le jeune homme ne put s'empêcher de poursuivre, sur un ton amer :

Qu'est-ce qu'il comptait lui faire, hein ? Le transformer en monstre peut-être ? Un autre était déjà passé par là, avant lui. Un autre qui avait disparu dans la nature après s'être pris une balle de fusil et qui ne s'était plus jamais montré. Dans un sens, Flynn se demandait où cette créature avait bien pu passer, même s'il n'espérait pas le voir débarquer à nouveau dans sa vie. Deux fois avaient été suffisantes et la personne s'était pas mal acharnée. La première fois, le loup-garou était reparti bredouille, mais la seconde fois avait été la bonne et le jeune homme en avait fait les frais. Maintenant, il se trimballait avec cette malédiction sur le dos et ne pouvait plus s'en débarrasser. Dieu sait qu'il aurait été prêt à faire pas mal de choses pour y parvenir. Accepter sa nature et en faire une bénédiction, c'était très mignon dans les films, mais pas pour lui.

- Flynn...

Loin d'avoir envie de se faire sauter à la gorge par il ne savait quel genre de monstre, Le jeune homme avait décidé de ne pas jouer au con. S'il avait une petite idée de ce qu'était son interlocuteur du moment ? Très certainement oui, mais il avait déjà bien trop de mal à se remettre de la soirée pour se mettre à poser une multitude de questions. Il avait très envie de bouger, mais plus assez d'énergie pour le faire. Comment se douter que toutes ces péripéties l'obligeraient à gaspiller autant de forces ? Déjà qu'il n'était pas bien costaud lorsqu'il s'agissait d'en consommer vraiment...

- Je compte pas m'enfuir, je sais même pas si j'ai encore quelque-part où aller...
ajouta-t-il la mine sombre.

Cette seule pensée faillit le refaire partir en morceaux. Sa voix s'était cassée à la fin de sa phrase. L'idée de ne plus pouvoir rentrer chez-lui le rendait malade. Il n'avait rien à faire dans une forêt, il n'avait rien à faire au milieu des animaux et tout le tintouin ! Pas moyen de vivre une vie pareille, alors que toute sa vie se trouvait en ville et que la fac n'attendait que lui. Bon, il n'y allait pas souvent, car il s'emmerdait là-bas, mais quand même ! La première des choses qu'il comptait faire, c'était trouver au moins un téléphone et appeler à la maison : il devait savoir si tout allait bien... et surtout, s'il n'avait rien fait.

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Ven 6 Nov - 14:30

 Le Louveteau.

Sinon il reprenait sa veste et le laissait dans sa merde ou, pis encore, il le lui redemandait de façon beaucoup plus brutale et moins conventionnelle, à l'instar d'Ivan. En somme c'est ce qui vint à l'esprit de l'Alpha lorsque le garçon, semble-t-il, le testa. Couillu, il faut bien l'admettre, mais pas moins imprudent de sa part. Adrian n'était pas la personne avec qui il fallait jouer. Faute de patience, et de son humeur changeante. Des deux c'était Adrian qui était dans son droit et ce, même si ces règles étaient inconnues du gamin. Le louveteau avait fait un sacré remue-ménage, pénétré sur son territoire. Si Adrian ne s'était pas senti obligé d'intervenir ce sont ses gars qui se seraient chargés de lui. Et inutile de préciser qu'ils n'auraient pas été tendres avec lui. Passons, puisqu'au final il se ravisa et répondit. Flynn.

- « 
Bien. » répondit-il. À quoi le garçon explique, d'une voix cassée, qu'il ne comptait pas à s'enfuir. Si tant est – et toujours selon ses termes – qu'il ait encore un endroit où se réfugier. Cela amena donc Adrian à une première question.

- «
 Tu te souviens de ce qui s'est passé, pendant que tu étais dans cet état ? » lui demanda Adrian sur un ton posé et calme bien que son timbre de voix, assez grave, le rende parfois et quelque peu autoritaire. L'état dans lequel se trouvait Flynn lui indiquait et par avance le contraire, mais c'était plus ou moins d'usage.

- « 
Ça t'ait arrivé quand ? » poursuivit l'Alpha qui avait noté la présence de la morsure sur son bras. Elle ne lui paraissait pas très ancienne, comparée à la sienne. Quoi que la peau réagissait différemment d'un individu à l'autre. Mais là, quand même, entre ça et le reste. Il marque un temps, laissant Flynn prendre le soin de lui répondre – ou de faire la forte tête. Il le regarde, l'étudie dans sa façon de se comporter. En un sens sa présence ici n'était pas anodine, et encore moins innocente. Elle n'était pas issue d'un simple geste de bonté, de charité ou de compassion, c'était mal connaître Adrian de ce ne serait-ce que le supposer. Ivan s'en était sûrement douté. Peut-être même qu'il avait savamment préparé son coup en l'invitant à s'en charger. Après tout, l'Alpha ne s'était préoccuper d'une quelconque session de « recrutement », ni d'une relève qu'il se devait normalement d'assurer. Il partait du principe que si il lui arrivait quelque chose Ivan, en tant que Bêta, reprendrait naturellement les rênes. Il savait la meute en sécurité avec lui, puisque s'en étant occupé bien des années avant lui. Au pire si ce n'est pas lui, ce serait un autre. Tout simplement.

Passons. Avec un peu de recul, donc, Adrian en venait à croire qu'Ivan lui avait fait un coup de Trafalgar. Le loup grogne. Sûr que ça se paierait en temps voulu, vieille carne. Prêtant malgré tout une oreille attentive à Flynn, notre brun rebondit. Il passa une de ses mains dans la poche avant de son jean et sorti son portable. Par un sifflement il attira l'attention du louveteau, attendit qu'il soit prêt à la réception, et lance l'appareil dans sa direction. L'objet arrive à bon port et ce, que l'arrivée ait été bancale ou contrôlé.

- «
Si tu as le ou les numéro en tête, tu n'as cas appeler. » souffla le jeune homme devant la tête à la fois incrédule et de chien battu que le louveteau affichait. C'était une proposition à double tranchants, car Flynn pouvait très bien s'en être prit à ses proches – comme il semblait le craindre – et l'appel ne ferait que confirmer ses doutes. Encore qu'il était tard. L'hypothèse que lesdites personnes soient déjà couchés, portables éteints, était envisageable. En tous les cas, Adrian ne voyait pas l’intérêt de le laisser tourner, virer et se ronger les sangs comme un lion en cage alors qu'il pouvait y remédier. Quitte à ce que ça bouffe tout son forfait. L'Alpha n'accordait pas tant d'importances à toutes ces choses, pourtant sujette à des crises de la part des pré-puberts.

- «
 Fais ce que tu as à faire, parce qu'une petite conversation s'impose après et je voudrais que tu sois un minimum attentif. » admit Adrian qui tenait à ce que le louveteau retrouve un peu de son aplomb et calme. Surtout pour un sujet comme celui-là.

- «
 Par contre je voudrais bien m'en griller une en attendant. » sous-entendu que le paquet devait se trouver dans l'une des poches de sa veste et qu'il demandait à ce que Flynn le lui récupéra. À moins de le fouiller, mais là ... ni l'un, ni l'autre n'étaient tentés par l'idée.


© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Mar 10 Nov - 0:02


L'Alpha.

À la question que son interlocuteur lui posa, Flynn se contenta de secouer la tête. Il ne se souvenait pas beaucoup de ce qui s'était passé ce soir : il se souvenait vaguement des cris, de la fureur du loup et du décor qui défilait sous ses yeux. Dans sa mémoire tout était mélangé sous forme de flashs, de bribes d'images. Difficile de se souvenir de ce qui l'avait animé, ou encore de ce qu'il avait vraiment fait. Seul le sang qu'il avait sur lui pouvait encore témoigner de ses actes. Sentir encore le goût métallique dans sa bouche le répugnait.

- Un peu plus de deux mois...
souffla-t-il sans cesser de serrer la veste autour de lui.

Deux mois et l'impression de vivre rien de moins qu'un enfer permanent, entre la crainte de se transformer accidentellement et celle de péter un câble sans le vouloir. Lui qui était sûr que rester à la maison tranquillement l'aurait aidé à se contrôler un peu : c'était tout le contraire qui avait fini par se produire. Il en avait assez. Il n'avait qu'un souhait, celui de redevenir normal et d'échapper à cette malédiction. Ce n'était pas un monde pour lui. Il n'en voulait pas !

Un sifflement l'obligea à redresser la tête et il eut tout juste le réflexe d'attraper le téléphone portable que son homologue lui lançait. La réception fut maladroite, mais il finit par rétablir l'objet dans ses mains. Ce fut cette fois un regard incrédule qu'il adressa à l'homme qui le surplombait. Vraiment ? Il pouvait passer un coup de fil ? Flynn hésita durant quelques minutes, pesant le pour et contre. Ses pensées reprenaient peu à peu le fil, maintenant qu'il se trouvait un peu au calme. Ne comprenant pas ce que voulait l'autre sur le moment, les prunelles bleues du jeune homme le fixèrent... avant qu'il ne comprenne qu'il était le seul à pouvoir lui venir en aide.

Gêné, il se mit alors à farfouiller dans les poches de la vestes, à la recherche de l'objet que convoitait son étrange interlocuteur. Les objets, plutôt. Le garçon mit finalement la main sur le paquet de cigarettes et sur le briquet, juste à côté. Peu habile, il les lui lança faiblement, sûrement pas assez fort pour l'aider à les attraper. Tant pis. Prononçant un simple "désolé" légèrement penaud, il finit par reporter son attention sur le téléphone. Avec du sang sur les mains, l'écran n'allait pas être beau à voir après... Il s'en fichait ? S'essuyer sur la veste fut son premier réflexe, même s'il se rendit bien vite compte que c'était une idée stupide.

Le numéro de la maison enfin composé, Flynn attendit durant de longues secondes : sans doute les plus longues de sa vie à cet instant précis. Ça sonnait. Ça sonnait... Ça sonnait... Personne n'avait l'air de décrocher. Une expression angoissée transparut sur son visage alors que le répondeur se déclenchait. Il raccrocha et recomposa le numéro fébrilement. Les sonneries s'enchaînèrent et finirent par aboutir de nouveau sur le répondeur. Non... Non, non, non... Une boule se forma dans sa gorge et il recomposa le numéro... une fois, deux fois supplémentaires. Nouvelle vague de panique. Sixième appel.

- A... Allo... ?

Nouveaux sanglots, retenus cette fois. Flynn crut qu'il allait s'étouffer. La voix ensommeillée lui reprocha d'appeler tard, mais surtout, d'avoir quitté la maison sans prévenir. L'inquiétude, un peu de colère... Il avait une drôle de voix.

- Oui, c'est moi... Désolé, je... je suis chez un ami, on dormait, j'ai oublié d'appeler... Non, je rentrerai pas, ferme bien la porte à clés... Non, j'ai pas la voix qui tremble, c'est juste que je dormais, je te jure... Pendant une semaine ? D'accord... Oui, tout va bien, t'en fais pas... Bonne nuit.

Le jeune homme la laissa raccrocher. Privé de sortie pendant une semaine... il ne s'en plaindrait pas. Les mains tremblantes, Flynn tendit le téléphone vers le bonhomme. Le soulagement se lisait sur son visage, même s'il avait failli totalement paniquer. Sa grand-mère était saine et sauve. Il ne lui avait rien fait. Il avait eu le temps de sortir sans s'attaquer à elle. L'autre victime, malheureusement, n'avait pas eu cette chance-là. Cette constatation lui fit perdre le maigre sourire qui avait failli s'afficher sur son visage. Néanmoins, ses idées redevenaient claires, peu à peu et malgré la fatigue.

- Vous parliez d'une conversation... ? demanda-t-il en reportant son attention sur l'homme qui était resté à ses côtés.

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Mar 10 Nov - 12:53

Le Louveteau.

Deux mois. L'Alpha garda cette information en mémoire, en plus des autres éléments témoignant de son précédent état. Adrian le laissa ensuite farfouiller dans les poches de sa veste jusqu'à en retirer lesdits objets. Prêt à la réception, il dut se hisser en avant pour les récupérer, l'un après l'autre, faute à un lancer malhabile et léger.

Adrian, avec son bras valide, réussit malgré tout à s'en saisir dans la volée. Il remercia le louveteau et se réinstalla contre son appui. Il ouvrit son paquet, lâcha un grognement en voyant qu'il ne lui restait que deux, trois cigarettes, puis en glissa une entre ses lèvres avant de l'allumer. L'Alpha tira une grande latte en même temps qu'il rangeait son paquet et son zippo dans sa poche avant, avala une première dose de nicotine, puis piégea la cigarettes entre ses lippes.

Son envie assouvie il redirigea son attention vers Flynn, téléphone souillé de sang contre son oreille et dans l'attente d'une réponse. Rien. Rien. Et encore rien. L'angoisse se lut de nouveau sur son visage tandis qu'il rappelait à ce même numéro, se décomposant à chaque fois que se déclenchait la boite vocale. Adrian l'observa, silencieux, impassible. Pourtant l'homme craignait le pire. Il ne voyait pas comment gérer Flynn si il s’avérait que le sang appartenait bel et bien à l'un de ses proches. Sûr que le gamin rejetterait la faute sur sa condition et il aurait, par certains aspects, raison. Les premiers pas d'un loup-garou étaient tortueux, effrayants, trop souvent sanglants.

Lui-même ne saurait dire combien de victimes sont passées sous ses crocs durant ces trois ans, ni même si ils étaient tous – ou pour la plupart du genre humain ; si parmi elles se trouvaient des proches, sa famille. Il n'en gardait aucun souvenir et, soyons franc, voulait que ça reste ainsi. Il préférait se dire que la bête, lorsqu'elle ne s'était pas tenue à de simples gibiers, n'avait eu affaire qu'à de parfaits inconnus, qu'une petite partie de lui durant cette période avait subsisté, l'empêchant ainsi de s'en prendre aux personnes auquel il était attaché. Ouais, autant dire qu'il rêvait. Mais des deux versions possibles, il avait opté pour celle qui lui permettait de dormir un peu.

Finalement et alors que l'un comme l'autre n'espéraient plus, Flynn balbutia au téléphone. Quelqu'un avait finalement décroché, pour le plus grand soulagement du louveteau qui parti immédiatement en sanglots. Adrian haussa les épaules dans un sourire, en quelque sorte soulagé pour lui. Il tira à nouveau sur sa cigarette tandis que le jeune homme se complaisait en explications, en excuses, et se faisait – semble-t-il, remonté les bretelles. En même temps il devait avoir quoi, dix sept, dix huit ans. Rien d'étonnant à ce que son parent, n'importe lequel se trouvant à l'autre bout du fil, s'inquiète de le savoir ailleurs qu'à la maison.

Amusé, l'Alpha laissa Flynn tranquille et ce, jusqu'à ce que la sentence soit prononcée. Maintenant soulagé, le louveteau raccrocha et lui tendit d'une main tremblante le téléphone. Adrian se redressa alors, réduisit la distance entre lui et Flynn et le récupéra. Souillé par le sang, il le nettoya sommairement en s'aidant de son jean, puis le rangea. La vue du sang ou son contact ne répugnait pas outre mesures l'Alpha.

De lui-même Flynn en revint à la conversation. L'Alpha le toisa de toute sa hauteur, opina par un hochement de tête discret, puis se détourna.

- « Avant et si tu te sens capable de marcher, suis moi. On a déjà que trop traînés ici, avec cette odeur de sang, et tu vas finir par attraper la mort comme ça.» expliqua calmement Adrian.

La cavalcade du louveteau les avait entraîné profondément dans les bois. Il y avait tout intérêt à ce qu'ils empruntent d’ors et déjà le chemin du retour, quitte à discuter et s'expliquer en route. Et puis, il doutait que l'odeur du sang n'ait pas attiré du monde, de quelque sorte que ce soit.

Avancé de deux, trois mètres, le jeune homme jeta un regard par-dessus son épaule, se tourna de trois-quart et attendit d'être rejoint par Flynn.

- « Au fait, mon nom est Adrian. Pour le reste je pense que tu t'en doutes, mais je suis comme toi. Soit le plus à même de répondre à tes questions, de t'expliquer ce que ce ça implique ta nouvelle condition et la marche à suivre. » quand il se rendit compte qu'il n'avait pas donné son nom. Maintenant que le garçon se montrait plus coopératif, l'Alpha pouvait faire un minimum, faciliter le dialogue et rendre les présentations.

- « Allé gamin, on a pas toute la nuit. » le secoua un peu Adrian.


© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Dim 22 Nov - 1:31


L'Alpha.

Il en avait de bonnes l'autre : marcher pour quitter les lieux. Allez vous presser en marchant pieds-nus dans la forêt, vous ! Bon sang... Grommelant, Flynn se passa une main sur les yeux pour les essuyer promptement et tenta d'avancer à la suite de son guide, aussi vite que possible. Autant dire que ça avoisinait la vitesse d'un escargot. Il était déjà épuisé par la nuit, par la transformation, par les émotions et par le fait de savoir que le sang sur lui appartenait à un humain. Qui avait-il agressé ce soir ? Son visage ne lui était même pas familier... La personne avait survécu, c'était tout ce dont il était sûr.

Les autorités étaient arrivés bien avant qu'il ne commette l'irréparable et c'était tant mieux. Le jeune homme emboita le pas à son étrange interlocuteur, ne sachant pas vraiment où ils allaient. Arpenter la forêt en étant un loup était bien plus facile que dans cette "tenue"... Pour ce soir, néanmoins, il ne se risquerait pas à se transformer de nouveau. De toute façon, il aurait été bien en mal d'essayer : ce n'était pas comme s'il était capable de le faire à sa guide, hein...

- Je fais ce que je peux... marmonna Flynn en poursuivant le chemin tant bien que mal.

Jusqu'où avait-il bien pu courir comme ça ? Sa grand-mère avait parfois voulu se balader en forêt. Quand il était plus petit, il paraissait qu'il adorait ça aussi et s'en donnait à cœur joie. Hélas, le loup-garou ne reconnaissait rien ici. Sans doute n'avaient-ils pas eu à s'enfoncer aussi profondément dans la forêt... Tout était sombre, à peine visible. Seule la silhouette d'Adrian parvenait à le guider là-dedans. Sa silhouette et le bruit de ses pas, craquant sur les feuilles mortes.

Parlant de bruits, des sons suspects se faisaient entendre tout autour d'eux. Flynn ne pouvait, bien entendu, pas les identifier. Des créatures rôdaient dans l'ombre, faisant taire le chant des grillons, un peu plus loin. Le vent s'engouffrait dans les arbres. Le jeune homme se rendait tout juste compte qu'il était glacial. La veste serrée autour de lui, il fit mine de se rapprocher de l'Alpha, non sans jeter un regard alarmé aux alentours.

- C'était quoi ça ? murmura-t-il pour son guide.

Il le demandait comme si quelque-chose les suivait vraiment : ce qui n'était probablement pas le cas. Chaque bruit devenait un potentiel danger, quand on ne connaissait pas un lieu. Les bois, entre autres, étaient du genre à vous coller les miquettes très facilement. Un Flynn nerveux étant un Flynn bavard, le jeune homme ne put conserver le silence très longtemps. Il fallait bien avouer que le trop plein de stress jouait considérablement sur son état plutôt mitigé.

- Dites... Vous allez pas me sortir tout le baratin qu'ils sortent dans les films, hein ?
interrogea-t-il, toujours à voix basse. J'veux dire... Vous savez : "tu es un loup-garou, ta vie se trouve dans la forêt, parmi les tiens. Je vais t'apprendre tout ce que tu dois savoir pour devenir un vrai de vrai."... Ce genre de choses.

C'était tout aussi couillon que demander l'heure à une horloge, mais que demander d'autre ? Il fallait bien avouer que l'optique d'apprendre à devenir un animal ne lui plaisait pas outre mesure.

- Enfin, pas que ça me dérangerait mais... je peux pas vivre dans la forêt, vous voyez ? J'ai une vie aussi dehors... Je sais même pas si je dois me rendre à la police pour ce que j'ai fait, ah ah...

Se rouler en boule dans une couverture et ne plus en bouger : c'était pour le moment tout ce dont il avait vraiment envie. Ça faisait carrément pleurnicheur, toutefois il n'imaginait pas mieux. Lui qui se plaignait rarement, avait largement de quoi le faire depuis quelques temps. Il en avait tellement marre ! Sa vie insouciante d'étudiant paraissait loin, il était toujours aux aguets... Non, décidément, pourquoi ne pourrait-il pas se manifester un peu pour changer, hein ? Il aurait même été prêt à se plaindre de tout le temps se plaindre, tiens ! Ce n'était pas lui, ça ! Vite... Se reprendre.

- Hm... Comment vous avez fait pour me trouver ? Odorat de loup-garou ou quelque-chose du genre ? Je suis pas sûr, mais je crois que d'autres loups étaient là tout à l'heure...
tenta-t-il.

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Dim 22 Nov - 11:49

 Le Louveteau.

Probablement que l'Alpha aurait pu porter Flynn, ç'aurait été plus simple, plus rapide et plus discret aussi - parce qu'autant dire que le louveteau n'avait plus tant le pied sûr que lorsqu'il était en loup, mais Adrian … bah c'était Adrian. Pas question d'avoir ce gamin sur son dos, encore moins sous sa forme lupine. Au sens strict du terme : Il n'allait pas se faire du mal pour lui.

Enfin ça c'était dans l'idée, parce qu'en voyant le jeune garçon autant peiner à le rejoindre, l'Alpha se dit qu'il n'était pas près de rentrer au bercail. Cela étant Adrian ne pouvait pas non plus lui faire de reproches, ça ne leur apporterait rien. Flynn était fatigué, gelé et pas dans un environnement dans lequel il avait l'habitude d'évoluer. Il faisait ce qu'il pouvait. Si il avait su que le louveteau les emmènerait aussi profondément dans la forêt il l'aurait choppé à sa première tentative de fuite ; net. Mais bon, ce qui est fait est fait. Devoir faire tout le chemin inverse ne le dérangeait pas vraiment, d'autant qu'il avait l'habitude et connaissait suffisamment les lieux pour leur offrir quelques raccourcis. Après tout il était chez lui, sur son territoire, rien d'étonnant donc à ce qu'il se repère aussi facilement dans ces bois. Et puis : sens de l'orientation, instinct, odorat. C'était bien plus simple de se repérer lorsqu'on réunissait tous ces éléments ; propres à ses qualités de loup-garou.

Jetant parfois des regard en direction de Flynn pour s'assurer qu'il suit, il fut surprit de le voir .. collé. Il se stoppa, arqua un sourcil et grogna. Il ne l'avait pas senti arrivé, faute peut-être au sang qui emplissait son air. Peu importe, devant la mine inquiète du louveteau Adrian fit acte de bonté et détailla la zone, renifla l'air et tendit l'oreille. Rien, tout du moins rien de suspect. C'était simplement la forêt, sa faune. L'Alpha haussa alors les épaules.

- « Rien de dangereux pour nous. » En se voulant le plus rassurant, voire doux que possible. Il n'avait pas envie que Flynn cède à la panique, il n'aurait pas la patience de la gérer comme il faudrait. Remerciez Ivan et ses méthodes – comme il dit.

- « Ce sont juste les bruits de la forêt. Les animaux, le vent qui passe entre les feuilles et les branches, le bois qui travail. Tu as autant de bruits en ville, c'est juste que tu y aies habitué. » Mettre un nom, une explications sur les choses rassuraient en générale. Répondre 'rien' à une question n'aidait pas, en plus d'être un mensonge. Si on entendait quelque chose c'est qu'il y avait quelque chose, point. En revanche faire comprendre à la personne que c'était tout à fait normal et pas nécessairement dirigé contre elle, ça c'était faire preuve d'un minimum d'esprit.

Adrian marque une pause, tant dans sa marche que dans ses mots, laissant à Flynn le temps d'assimiler et de se tranquilliser. Puis, alors que le louveteau revenait à lui, prêt à repartir. L'Alpha laissa ce dernier s'écraser sur son dos pour le soulever – profitant probablement que le gamin sonde la zone pour s'accroupir et le laisser se heurter de lui même. Sans un mot, ni commentaire il reprit la route.

Un temps de flottement, peut-être de gêne, avant que Flynn ne reprenne. Les films, quel films ? Ceux où il y a toujours une pisseuse qui a besoin qu'on l’arrache à sa vie de merde et que mettre des loup-garou et des vampires c'est tout de suite plus original - pour ne citer que celui-ci.

- « J'ai une tête à être ermite de la forêt et faire ami-ami avec les ours ? » gronda Adrian. Haha non, vraiment pas.

- « J'ai un appartement, un boulot. J'ai ma vie, enfin, ce genre de vie aussi. Ta place c'est là où tu as décidé d'être, au moment où tu as envie d'y être, même si au final tu jongles toujours entre les deux. Tu verras par toi-même, quand cette partie de toi te réclameras plus d'espaces, loin de la jungle urbaine. »

C'était comme forcer un animal sauvage à vivre en captivité, à force il en devient fou et ronge ses barreaux. De même que lorsqu'on se contente de le museler sans réfléchir on se retrouve, le jour où il se libère, face à une vraie bête fauve derrière laquelle s'amasse les victimes.

- « Je me fiche bien que tu deviennes un vrai de vrai. Je veux surtout éviter que tu deviennes un danger public, dans ton intérêt comme dans le mien, car je ne tiens pas à ce que tes conneries se répercutent – indirectement ou directement – chez les miens. Alors oui, je peux t'apprendre ce que je sais, comme tu peux tout aussi bien refuser. Mais dans ce cas là, à la prochaine incartade, je ne m'encombrerai pas. » Sur un ton neutre et particulièrement glacial.

Qu'il ne veuille pas de son aide était une chose, c'était son droit, qu'il ait à le gérer indépendamment de sa meute en était une autre. Adrian n'aimait pas particulièrement s'en prendre à ses congénères, ils étaient trop peu pour que ça vaille la peine qu'ils s'entre-tuent. Mais il y avait toujours des rivalités entres les membres, les meutes, ou des menaces à écarter.

- « Ce qui s'est passé ce soir peut se reproduire. En fait, sûr que ça arrivera encore et encore, jusqu'à temps que toi ou ''elle'' prenne totalement le pas sur l'autre. à chaque fois ça pourra coûter des vies, d'inconnus comme de tes proches. Et la police n'y fera pas grand chose.»

C'était un peu brutal, mais Flynn en était sûrement venu à la même conclusion et Adrian ne voyait donc pas l’intérêt de prendre des gants, ni de relativiser les choses. Ce qui venait de se passer : c'était grave. La victime aurait put être celle au bout du fils comme un autre de ses proches. Il aurait aussi put tomber face à l'un de ses congénères ou un monstre moins conciliant que l'Alpha. D'ailleurs, en parlant de ça.

- « Tu es sur notre territoire. Mes gars t'on vu et ont été tentés de t'écharper … alors je suis venu – mal gré. Je suppose que ce sont eux que tu as senti. Après il m'a suffit de suivre ton odeur, ou plutôt celle du sang. La plupart des loups-garou ont un meilleur odorat que celui des humains. Toi aussi, je me trompe ? » Alors que loup poursuivait tranquillement sa route, d'un pas sûr et plutôt léger malgré qu'il ait le gamin à transporter. Un gamin, semble-t-il, un peu moins tremblant qu'au début. Peut-être plus rassuré et réchauffé par l'Alpha qui dégageait une température corporelle bien supérieure à la normale – si ce n'est plus encore lors des soirs de pleine lune. Plutôt problématique pour Adrian, pour les autres ça faisait en revanche et souvent office de bouillotte … à son grand damne. Il n'aimait pas spécialement qu'on le colle, ça le mettait mal à l'aise. Qu'il veuille bien ou non l'admettre. Passons, au moins le louveteau ne risquait pas de mourir de froid.

- « Tu as un endroit où dormir pour ce soir ? » Demanda simplement l'Alpha. Flynn l'avait bien mentionné à la personne au bout du fils, mais ç'aurait put être une simple excuse, un moyen de la rassurer. En fonction de quoi, l'Alpha aviserait.


© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Lun 30 Nov - 2:57


L'Alpha.

Un ermite de la forêt faisant ami-ami avec les ours ? Carrément, ouais ! Seulement, Flynn s'abstint de le lui dire en toute franchise. Faute de loup, le gars pouvait aisément être comparé à un ours, vu la facilité qu'il avait à le trimballer dans la forêt. Autant dire que c'était quand même plutôt gênant comme situation, mais rechigner n'était pas une option. Se faire transporter était carrément mieux que se frapper tout le chemin à pieds. D'autant que le garçon n'aurait pas pu continuer encore longtemps dans son état.

La tête appuyé contre le dos du bonhomme, le jeune loup esquissa une grimace lorsque l'autre sembla le rabrouer. Bon d'accord, il n'avait pas été très sympathique sur ce coup-là, il avait compris. Pas d'ermite, pas parler de loups, pas refuser l'aide apportée, menace de mort. D'accord, d'accord, d'accord ! Adieu la vie normale alors ? Pour un peu, Flynn aurait carrément demandé comme se débarrasser de cette malédiction, mais il préféra ne pas en rajouter. Si ce type l'abandonnait là, pas sûr qu'il survive jusqu'au petit matin. Savoir qu'il venait d'échapper à toute la meute, ne fut pas pour le rassurer. Les gens avaient l'air d'être gentils et amicaux dans le coin, tiens...

- J'ai vaguement l'impression de sentir les odeurs un peu mieux qu'avant, oui,
répondit-il à la question posée, par contre ça m'explose pas autant à la tronche que quand je suis sous forme de loup, c'est sûr.

Le jeune homme s'en était rendu compte assez vite. Son ouïe et son odorat n'étaient plus pareils, même si ce n'était pas non-plus une catastrophe pour entendre. Malheureusement, ça lui avait pas toujours été bénéfique : il suffisait de voir la conversation qu'il avait surpris au sujet de Valentin et... des révélations qu'il aurait préféré ne jamais apprendre. Quant à l'odorat, il suffisait de prendre les transports pour devenir complètement écœuré. Déjà qu'en temps normal c'était immonde, alors maintenant... Pour ce qui était de traquer quelqu'un à la trace, rien n'était joué, évidemment. Bonjour le noob !

Parlant de noob : qu'allait-il pouvoir faire en se sachant dangereux ? Rentrer à la maison ? Cette fois, sa grand-mère l'avait échappé belle, mais en serait-il de même à la prochaine fois ? La pleine lune durait trois jours. Ce soir, le phénomène s'était calmé, mais qu'en serait-il les autres jours ? Flynn n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire. Vivre dans la forêt était exclu : la maison, la fac, son ordinateur, ses jeux-vidéo... Impossible de dire adieu à tout ça aussi facilement, d'autant plus en n'ayant rien demandé.

- Non, je n'ai nulle part où aller pour ce soir,
souffla-t-il, ni les autres soirs... Ni tous ceux où je vais devenir potentiellement dangereux...

Bon sang... Effectivement, Flynn allait devoir parler sérieusement à cet Adrian. Les questions commençaient à se bousculer dans sa tête et il aurait besoin de réponses concrètes pour savoir à quoi s'en tenir. Pour l'heure, il était fatigué. Le froid l'avait engourdi, mais la chaleur dégagée par l'Alpha était en train de l'endormir. Le bon signe était qu'il avait enfin arrêté de frissonner.

- 'Sais pas du tout... c'que je vais faire...

Entre le son du vent et la bouillotte ambulante qui était en train de le transporter, le garçon ne prit pas garde à ce qui sortait de sa bouche. D'ailleurs, si Adrian lui répondit, il n'entendit qu'un son très lointain. Ce n'était pas du tout la position la plus agréable pour dormir, mais l'épuisement commençait à avoir raison de lui. La tête toujours posée contre le dos de son interlocuteur, Flynn ferma les yeux. Son optique était surtout de les reposer un peu, mais c'était sans compter le sommeil qui le gagnait sans lui laisser le temps de réagir.

- 'Vais fermer les yeux... deux minutes...


Deux minutes, ou deux jours ? Difficile à dire dans l'état actuel des choses. Quelques heures seraient préférables, mais si Adrian ne finissait pas par le réveiller, autant dire qu'il serait parti assez longtemps. Le trajet entre ce point-ci de la forêt et le repère de l'Alpha se ferait dans le plus total des calmes en ce qui le concernant... et dans le sommeil le plus lourd aussi, il fallait bien l'avouer.


Spoiler:
 


© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Lun 30 Nov - 11:20

 Le Louveteau.

L'Alpha s'en était un peu douté, en même temps entre sa conversation au téléphone et sa situation ; globale. Sans parler des autres soirs comme le souligna – assez piteusement le gamin. Il y avait ça aussi. Adrian soupira, à moins que ce ne soit un grognement. Vas savoir, il n'y a jamais eut une nette différence entre les deux. Mais peu importe. Loin de prendre Flynn complètement en pitié non-plus et ce, pour la simple et bonne raison – selon lui – que c'était le lot de chacun d'entre eux. Il lui proposa néanmoins ceci :

- « Pour ce soir je te ferais dormir chez Ivan, dans l'appartement de fonction de mon garage. C'est un de mes gars, mon second, alors il ne dira rien. Pour les autres soirs tu aviseras par toi-même. » pour résumer, sous-entendant aussi qu'il pouvait requestionner ledit appartement si besoin … et indépendamment de sa décision - Adrian n'était pas non-plus un monstre. Et sûr que le vieillard n'aurait pas intérêt à râler. Question d'autorité et après tout c'est lui qui l'avait fait se déplacer. De plus il ne se voyait pas ramener ce gamin chez lui, sachant qu'une certaine rouquine déboulait régulièrement chez lui, et que le reste du voisinage aurait été en droit de se poser des questions – aussi.

À la seconde réplique du louveteau, l'Alpha sentit une légère pesanteur dans sa voix, mais aussi dans ses muscles. Il s'arrêta un instant et jeta un regard par-dessus son épaule. Ouais, le gamin s'endormait. Il eut même confirmation de ce dernier. Deux minutes : à d'autres. Mais Adrian ne broncha pas et se contenta de reprendre le chemin duquel ils arrivaient au bout. Ça ne servait à rien de vouloir le garder éveillé. D'une part parce qu'il ne pourrait rien en tirer dans son état, de l'autre parce qu'il avait la paix. 'Non pas que Flynn se soit montré insupportable, au pire ç'aurait été compréhensible – même pour l'Alpha qui n'était pourtant pas un symbole de patience. 'Juste que le loup n'était pas un grand bavard. Du moins il s'étalait peu sur des sujets qu'il jugeait triviaux, uniquement dans une optique relationnelle. En d'autres termes : parler pour ne rien dire l'emmerdait et ce, même si il lui arrivait de faire quelques efforts de temps en temps.

Alors qu'Adrian ressortait enfin de cette forêt, il distingua non-loin de sa moto une voiture sur laquelle était adossée une grande et large silhouette. Il grogna tandis qu'il se débarrassait des quelques mètres qui les séparaient.

- « Alors. » demanda Ivan, cigarette au bec.

- « Alors tu fais chier. Je vais pas m'amuser à récupérer tous les chiots perdus de cette ville. » grogna-t-il, pour commencer.

- « T'aurais été bien emmerdé si moi je ne t'avais pas récupéré. » tout en ouvrant la porte arrière pour laisser Adrian allonger Flynn sur la banquette. Force est d'admettre qu'en moto ça n'aurait pas été très pratique, pour ne pas dire impossible.

- « Tu ne m'as pas récupéré. Tu m'aies tombé dessus. » gronda l'Alpha qui se massa la gorge, comme si il sentait encore le poids de sa patte. Sûr que les méthodes d'Ivan étaient à débattre. Heureusement Adrian avait été … plus doux avec Flynn. À titre de comparaisons.

- « Ramènes-le moi au garage. » ordonna-t-il plutôt, refermant la portière et allant en direction de sa moto. Ivan n'omit aucune question, ni protestation. Il se contenta simplement d'écraser sa cigarette sur le sol et de prendre le volant. Contact, puis Adrian démarra et prit la direction pour aller à son garage.

Le trajet ne prit que quelques minutes. Arrivé sur place, le loup ouvrit l'accès pour Ivan. Mieux valait rentrer la voiture et en sortir Flynn après. Sait-on jamais. En revanche il laissa sa moto dehors. L'Alpha ne s'emmerda pas à rallumer toutes les lumières, puisque la partie vitrée du toit et par laquelle passaient les rayons lunaires en offraient bien asse.

- « Toujours endormi ? »

- « Comme un loir. » s'en amusa Ivan.

- « Bon. Tu sais quoi ? Tu vas me le prendre et le monter à l'étage. » expliqua Adrian alors qu'il sortait son portable.

- « Et toi tu .. ? » voulut savoir le loup blanc tandis que son fils cherchait visiblement un numéro dans son répertoire, avant de diriger l'appareil jusqu'à son oreille.

- « Moi j’appelle Chloé – et pas de Groupama – pour qu'elle me passe au moins un change pour le gamin. Lui et son fils doivent avoir le même âge. » avant que ladite amie ne décroche. Inutile de préciser que la jeune femme appartenait également à sa meute, puis qu’épouse et mordue d'un de ses gars.

Passons, Andrian s'excusa déjà pour le dérangement avant d'expliquer plus ou moins sa situation. L'échange prit grossièrement quelques minutes, suffisamment de temps pour qu'Ivan aille récupérer à l'étage une couverture autours de laquelle il put enrouler Flynn avant de le porter. Et, franchement, dans les bras d'un colosse comme Ivan, le louveteau paraissait minuscule.

- « Merci Chloé, je suis là dans dix minutes. » Il raccroche.

- « Si il se réveille entre temps soit tu lui expliques où je suis, soit tu l’assommes, mais vu comme il est parti … » Autant dire qu'il pouvait prendre tout son temps.

Directives données, Adrian s’éclipsa. Ivan lui amena Flynn à l'appartement – un studio plus exactement. Il déposa le gamin sur le convertible, le couvrit un peu mieux, puis il se rapproche une chaise pour rester à son chevet. Sérieux. Le Loup Blanc. Jouant les chiens de garde jusqu'au retour de l'Alpha : soit plus d'une vingtaine de minutes plus tard, sac de vêtements à l'épaule et un second, de nourritures, à la main. Remerciez les épiceries arabes ou indiennes. Ils ne dorment jamais ces gars-là.

Spoiler:
 


© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Ven 11 Déc - 2:35


L'Alpha.

Si Flynn se rendit compte qu'on le transportait en voiture et qu'on le ramenait dans un lieu complètement inconnu ? Pas le moins du monde ! Ce fut tout juste si ses yeux s'entrouvrirent lorsqu'il sentit des bras le soulever du siège arrière du véhicule. Le réveil avait été bref lorsque le colosse l'avait emporté dans les escaliers, lui avait arraché un soupir interrogateur, mais il s'était effondré aussi vite. Le quart de seconde n'avait pas suffi à attirer son attention. La sensation d'entendre des bruits autour de lui, sans parvenir à se réveiller, avait été étrange.

Finalement, il s'était endormi profondément et sans espoir de revenir à lui avant un bon moment. Lorsque Adrian débarqua avec ses nouvelles affaires, le gamin dormait toujours. Être enfin allongé sur quelque chose de plus agréable que la terre, avait eu le mérite de le pousser au repos. L'odeur du sang était toujours bien là, mais la couverture le tenait suffisamment chaud pour ne pas s'y focaliser. Il s'était d'ailleurs enroulé dedans, peu désireux de sentir la sensation de froid de dehors s'attarder. S'il prit du repos, il ne dormit néanmoins pas assez bien pour effectuer une nuit complète. Le loup s'agitait dans son esprit.

Il était environ quatre heures et demi du matin, lorsque le jeune homme finit par ouvrir les paupières. Les visions de la soirée précédente lui étaient revenues en rêves. Il aurait largement préféré que tout ne soit qu'un rêve. Hélas, Flynn était un garçon un peu trop rationnel pour y croire. Là où son premier réflexe aurait été de découvrir sa chambre au petit matin, après une nuit intensive sur un jeu vidéo, ses prunelles bleues s'attardèrent sur une pièce qu'il ne connaissait pas. Aucun "où suis-je" ne se fit pourtant entendre : ce type, Adrian, lui avait parlé d'un endroit où il pourrait se reposer un peu. En toute logique, c'était là qu'il se trouvait. Un bâillement étouffé lui échappa et il tâcha de se redresser.

- Quelle heure il est... ?
demanda-t-il, comme si ça avait une quelconque importance.

Flynn avait vaguement perdu la notion du temps, depuis sa mésaventure. Il se savait un peu coincé par sa situation. La couverture entre ses doigts, il entreprit de détailler un peu les lieux et les personnes qui s'y trouvaient. L'un des visages lui était familier... l'autre... Il sursauta avec surprise : pendant un instant, il avait cru avoir affaire à un ours. Ces deux-là lui faisaient un remake de "Boucle d'Or" ou quoi ? À ceci près qu'il n'était pas le petit ours, ni même la fillette... mais que papa Ours et papa Ours Junior étaient bel et bien là. Bon, il s'agissait très vraisemblablement de loups, mais... Bref, ne pas faire le malin avec ces gars-là. Le garçon était persuadé qu'au moins l'un d'entre eux serait capable de le casser en deux rien qu'en s'asseyant sur son dos.

- Euh... salut...
articula-t-il en s'efforçant de sourire.

Un sourire qui en disait long sur la nervosité qui recommençait à poindre chez-lui, il fallait bien l'avouer. Bon sang et si on l'avait emmené ici pour le bouffer... ? Non, pauvre débile, ils t'auraient déjà bouffé dans la forêt, s'ils avaient pu. Sans compter tout ce temps passé à dormir, sans être vraiment reposé. Déglutissant, Flynn se rendit bientôt compte qu'il avait collé du sang partout. Pas le sien...

- Je voudrais pas abuser, je sais que vous voulez sûrement parler mais... ce serait possible de prendre une douche ?

De la nervosité, le jeune homme était passé à une mine inquiète. Il n'en pouvait plus de sentir l'odeur, ni de voir le liquide rouge et à présent sec sur lui. Il ignorait si ses deux hôtes seraient d'accord, néanmoins s'en débarrasser serait déjà une première étape dans sa volonté de coopérer avec eux. Les flashs de la nuit passée, dans le parc, revenaient avec une clarté effrayante. Il revoyait le visage de la victime, entendait toujours ses cris, avait toujours cette odeur de peur et de lutte dans le nez. Il devait s'en séparer : au moins de la dernière partie. Il se voyait très mal se mettre à dégobiller sur le sol. Techniquement, c'était ce qu'il risquait de se passer dans les prochaines minutes.

Portant son poignet devant sa bouche, il réprima cette envie et prit une inspiration pour se calmer. Flynn ne voulait pas exagérer, ni abuser de leur patience. Au pire, ils pouvaient lui refiler un sac ? Inspirer, expirer, inspirer, expirer...

- Promis, après j'essaie de ne plus enquiquiner.


Tu parles ! Il allait devoir se trouver un psy' champion du monde toute catégorie, s'il ne voulait pas finir complètement cinglé à cause de cette histoire de fous.

© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
avatar
Wanna Fight
Habillé par Ash (merci petite chose ♥️)


▌Espèce : Loup-garou, mâle Alpha.
Spoiler:
 

▌Messages : 79
▌Double(s) Compte(s) : -

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Dim 13 Déc - 12:16

 Le Louveteau.

Alors les minutes s'écoulèrent et se transformèrent en des heures. Adrian ne voyait clairement pas l’intérêt d’interrompre Flynn dans son sommeil .. pour peu qu'Ivan le laisse faire. Le louveteau était épuisé physiquement, moralement. L'Alpha n'était ni un con, ni un monstre et n'avait donc aucune envie de le malmener. Peut-être parce que ce n'était qu'un gamin, un des leurs, ou parce qu'Adrian supposait avoir moins de mal avec lui en créant un certain climat de confiance. De toutes façons et maintenant que Flynn était en sûreté : l'Alpha avait tout son temps. Contrairement à lui le loup n'avait pas sommeil et pouvait bien veiller toute la nuit si ça lui chantait. Faute à la pleine lune, ses rayons et effets. Peut-être aussi une question d'habitude désormais. Un rythme prit au cours de ses .. trois derniers siècles. Putain mais c'est que lui et Ivan commencent vraiment à se faire vieux en fait ! Enfin, il ne les sentait pas particulièrement – et heureusement, mais sur le moment ça lui était comme sauté à la gueule.

Bref. Tandis que Flynn dormait d'un sommeil plutôt agité, le loup en profita pour prendre une douche glacée et se changer. Son haut était bon à jeter avec ces traces de sang, mais ce n'était qu'un vêtement et puis, Adrian lui-même en tâchait et déchirait à longueur de temps, que ce soit au travail, lors d'une escarmouche – et souvent par prolongement transformation. Il avait beau faire attention au bout d'un moment .. D'autant qu'il ne faisait pas souvent les boutiques, donc usait lesdits ensembles jusqu'à la corde. Je vous l'accorde c'est pas top pour son image, la sienne ou celui du garage, mais d'un autre côtés il s'en fiche pas mal .. et les clients aussi au final. Au pire il les emmerde. Oui oui, de vives voix, au grand dam de Tohrment parfois – qui du coup hérite de ses clients alors qu'il croule sous le travail. Grande gueule notre Alpha, quelques uns l’apprécient justement pour ça, même que ceux qui le fréquentent sont pour la plupart du même acabit. Les chiens n'attirent pas les chats, juste une livreuse de cookies.

Brin de toilette fait et constatant à la sortie que boucle d'or ne s'est pas encore réveillée, Adrian récupéra dans le sac deux sandwich qu'il avait acheté, lança l'un d'eux à Ivan après l'avoir sifflé, puis alla s'étendre sur le fauteuil du bureau, poser ses jambes sur ledit meuble avant d'attaquer.

- « Il t'a dit qui lui a fait ça ? » lança Ivan.

- « Je lui ai pas demandé, mais c'est pas un de nos gars. » expliqua l'Alpha. Si ç'avait été un membre de sa meute ç'aurait été à ses risques et périls car Adrian ne tolérait pas ce genre de chose. Le loup n'aimait pas s'encombrer de chiots. Trop de loups à nourrir, discipliner et surveiller. Et puis ce n'était pas « son marqué », mais celui d'un autre. De qui ? Un errant, un indiscipliné, un Alpha ? Bien caché en tout cas ; hormis Emil il n'avait pas rencontré, ni eu affaires à d'autres dominants et n'eut vent de le la présence d'une autre meute. Ça l'emmerde, ça l'énerve. Et pas sûr que Flynn puisse vraiment le renseigner à ce sujet. Au moins preuve en est qu'il ne l'a pas ramené ici par intérêt … même si Ivan lui avait un peu forcé la main – à se demander qui commande ici tiens.

- « Qu'est-ce que tu vas faire ? »

- «  A propos de quoi? »

- « Du mordu et du mordeur. »

- « Je sais pas. Je verrai. » Dans un haussement d'épaules, observant son invité. Adrian sent le regard à la fois inquiet et réprobateur d'Ivan se poser sur lui, mais Flynn choisit ce moment pour se réveiller et ramener l'attention sur lui.

- « Je te pensais parti pour la nuit. » râla le loup alors que le gamin était bloqué sur Ivan, nerveux. Quoi, ce n'est qu'un ours de deux mètres sept, pas de quoi fouetter un chat. … …  D'accord, ç'avait de quoi interpeller en fait. Mais vous savez, après trois siècles de vie commune on s'y fait.

- « Ivan » se présenta l'ancien Alpha.

- « Ne t'en fais pas, il ne mord que sur ordre. » Plaisanta l'actuel.

- « Et c'est toi qui dit ça. » Souffla Ivan, pas spécialement fier du rôle qu'il avait attribué à Adrian à cette époque. L'Alpha grogna en guise de réponse avant de se lever. Tandis qu'il se rapprochait du gamin – récupérant en chemin le change qu'il avait été cherché pour lui, celui-ci reprit la parole. Sûr qu'une douche ce ne serait pas du luxe, en plus de lui éviter de saloper tout l'appartement. À cette demande s'ajoute un geste. Attends -

- « Vas pas dégueuler sur mon plancher ! » pesta Adrian d'un air franchement agacé.

- « Calmes-toi, respires, ça va passer » le conseilla plutôt Ivan tandis qu'il frictionnait doucement son dos. L'Alpha arqua un sourcil et claqua sa langue contre son palet. Sans commentaire.

- « La douche est juste là. Tiens, c'est peut-être un peu grand pour toi, mais ça sera toujours mieux que rien. » avant de lui tendre le change.

- « Prends le temps qu'il te faut pour te remettre les idées en place. »

Pendant ce temps il n'aurait qu'à se débarrasser de la couverture – elle aussi tachée de sang, et lui sortir son sandwich, son barre au chocolat et sa bouteille d'eau sur la table. Peut-être que sur le moment il avait surtout envie de vomir, mais après il serait peut-être bien content d'avoir quelque chose à manger. Ce genre de mésaventure avait le don de creuser. Le gamin envoyé dans la salle de bain …

- « Tu me fais quoi-là, Ivanosénile ? » râle Adrian.

- « C'est qu'un gosse, pas besoin de l'agresser. »

- « Je te rappelle tes méthodes, d'habitude ? »

- « C'était différent. »

- « En quoi ? »

- « Parce que. »

- « ... Crétin des Alpes. »


© VAL


Wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t678-bestiaire-adrian http://detroit-monsters.forumactif.fr/t696-adrian-big-bad-wolf
avatar
Chillin

▌Espèce : Loup garou
[+] Sens développés
[+] Guérison un peu plus rapide
[-] Transformation partielle (oreilles, queue) parfois incontrôlée
[-] Affecté par les objets en argent.
▌Messages : 65
▌Double(s) Compte(s) : Elséar Nillan

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   Dim 17 Jan - 1:03


L'Alpha.

Pour attirer toute son attention, on pouvait dire que le dénommé Ivan était plutôt un champion dans le genre. Flynn le fixait en se demandant à quel moment l'ours comptait le dévorer. Heureusement, les soupçons ne furent pas fondés, même si le jeune homme se raidit en le voyant approcher pour lui frictionner le dos. Pas de gestes brusques, le bougre pouvait encore le mordre, hein. Pourtant, il n'en fit rien et le laissa se calmer en un peu. La nausée était désagréable, il était difficile de s'en débarrasser... Tout comme il n'était pas aisé de se focaliser sur autre chose que le sang qu'il avait sur lui.

À la vue du change qu'on lui proposait, ce fut pour ainsi dire, le signal du départ. Voilà une nouvelle qui était réjouissante : il allait enfin pouvoir redevenir complètement humain et s'habiller ! Bien que les jambes jouant des castagnettes, Flynn finit par se redresser du canapé, la couverture enroulée autour de lui, le change sous le bras.

Jetant un coup d’œil légèrement méfiant aux deux loups-garous qui se trouvaient dans la pièce, il fit néanmoins volte-face pour se diriger là où se trouvait la salle de bain. La porte fermée et la couverture sale abandonnée dehors, il put enfin respirer normalement... et libérer son estomac dans les toilettes. C'en était trop. Trop d'émotions, trop de cris encore dans la tête, toujours cette odeur de sang qui persistait et ce goût métallique dont il se serait bien passé... Se regarder dans le miroir au-dessus du lavabo ne fut pas pour arranger la situation : il était dans un piteux état.

Une fois le mal au cœur fini, le jeune homme traina le pas jusqu'à la baignoire et ouvrit le robinet d'eau sans se faire prier. L'idée de faire comme dans les films et se balancer de l'eau froide sur la figure, fut vite oubliée. Il avait eu bien assez froid pour la semaine entière. L'eau chaude enclenchée, inutile de dire qu'il passa près d'une demie-heure à s'assurer qu'il ne resterait pas une seule parcelle de liquide écarlate séché sur lui. On ne l'avait jamais vu prendre une douche aussi nerveuse que celle-ci... Après autant de temps, il y avait de la buée partout dans la salle de bain.

Perdu dans des pensées tumultueuses, secouées par des flashs de la nuit passée, Flynn eut toutes les peines du monde à revenir à la réalité. Il réfléchissait. Vivre avec ça ? Il avait du mal à s'en sentir capable : ça avait pourtant l'air si facile à la télé ! En l'occurrence, sa seule façon de surmonter toute cette histoire, était de rester auprès des deux types qui attendaient dehors. Eux savaient comment ça se passait. Eux connaissaient bien les travers de cette malédiction qui le frappait.

Malgré la peur et le malaise qui lui serraient les entrailles, le garçon était lucide. Son cerveau tournait à toute vitesse. Pas d'échappatoire ? Pas moyen de redevenir humain ? Il n'y croyait pas. En attendant, cependant, s'il ne voulait blesser personne d'autre, il allait devoir apprendre à contrôler cette nature étrangère. Que faire d'autre sinon ? Il avait beau tourner et retourner des déductions et des suppositions, il n'y avait rien à faire.

Il était en train de s'habiller, lorsqu'il sortit enfin de ses pensées. Des vêtements un petit peu plus grands que sa taille. Un soupir franchit le seuil de ses lèvres. Bon, au moins, il était habillé maintenant ! Enfin sec, réchauffé et vêtu convenablement, Flynn sortit de son petit refuge improvisé et rejoignit les deux hommes.

- Désolé, ça a pris un peu de temps... justifia-t-il sans grande conviction.

Malgré sa petite phase de sommeil, de magnifiques cernes étaient fermement ancrées sous ses yeux. Flynn était épuisé par cette soirée. Dormir n'avait pas été réparateur, hélas. Se raclant la gorge, il se rassit sur le canapé, rassuré de ne pas l'avoir totalement salopé au passage : la couverture avait bien aidé sur ce point. Seul un coussin avait l'air en piteux état. Une fois installé, le jeune homme constata la présence d'une bouteille d'eau et de quoi manger. Personne n'y touchait... C'était pour lui ? Il n'y toucha pas non-plus, pour le moment.

- Dans la forêt, vous avez dit qu'on aurait une discussion,
commença-t-il en se grattant nerveusement l'arrière du crâne, c'est à propos de ce que j'ai fait... ou de comment je me suis retrouvé comme ça ?

Perspicace le gamin : ça compensait vachement sur le manque de force brute. Il voyait de toute façon très mal de quoi deux loups voudraient discuter avec lui. Adrian n'avait eu aucun mal à comprendre que son état était tout neuf. Flynn jeta un second regard fatigué sur la nourriture et osa finalement par poser la question qui le taraudait. Après tout, il avait franchement la dalle...

- ... Je peux ?


© VAL


Don't mess with Moon Moon's power

 
by Minibouh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://detroit-monsters.forumactif.fr/t294-flynn-norwood-damn-it-moon-moon
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'Alpha. [PV Adrian]   
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Alpha. [PV Adrian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Alpha. [PV Adrian]
» Alpha Condé élut président de Guinée
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"
» Adrian Mutu
» [S5-Alpha] D5 Unifiée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: ZONE SAUVAGE :: Forêt-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsg