Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.



-40%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 55UA4B63DG – TV LED 4K UHD 55 » à 369,99€
369.99 € 620.54 €
Voir le deal

Partagez
The Witch of Salem || DONE
John Willard
John Willard
Wanna Fight
The Witch of Salem || DONE 1zox6qr

BLACK EYES & SHARP TEETH

▌Espèce : Sorcier de Salem
Commande aux nuisibles | Immortel | Cannibale | visage indescriptible | dents qui s'allongent et deviennent des pointes
Craint le soleil | doit sacrifier des âmes pour continuer de vivre | doit déboiter sa mâchoire pour avoir ses crocs | Soigne très lentement | Sent la pourriture et la mort

▌Messages : 40
▌Double(s) Compte(s) : Jacob K. Schröder - Cesare Da Conti

The Witch of Salem || DONE Empty
MessageSujet: The Witch of Salem || DONE   The Witch of Salem || DONE EmptyJeu 28 Mai - 0:09

carte d'identite






Nom : Willard
Prénom(s) : John
Âge : 20 ans en apparence, mais 343 ans en réalité.
Nationalité : Anglais
Race / Légende : Sorcier de Salem
Pouvoir(s) :

Je parle et les nuisibles répondent – Les serpents, les corbeaux, les cafards, toutes ces vermines qui volent et qui rampent , tous ces charognards, ils t'écoutent. Il faut dire que tu les as nourris pendant longtemps, eux et la terre, avec tes odieux forfaits. Si tu ordonnes, ils agissent. Si tu parles, ils écoutes.
Quelque chose de floue –  Tu es indescriptible. Tout ceux qui te voies se souviennent à peine de ton visage ou n'arrive pas mettre des mots sur ta si étrange physionomie. C'est comme si tout était brouillé, comme si un écran de fumé enveloppait ton visage dans leurs souvenirs.
Une bête rôde – tu es comme un animal, tu chasses. Mais pour cela, en tout bon prédateur qui se respecte, il te faut des griffes et des crocs. Alors tu as demandé et il t'en a donné. Mais ce n'est pas sans peine que tu as reçu ce cadeau : pour que tes dents s'allongent et deviennent aussi tranchantes que des rasoirs, ta mâchoire se disloque et tu souffres le martyr. Se nourrir n'est plus un plaisir et chaque boucher est une torture.
Je jure fidélité à jamais – Il fait en sorte que ton cadavre ne soient pas réduit en poussière, et toi tu l’honores. Tu lui donnes des vies contre la tienne. A chaque âme que tu offres, ta vie s'allonge. Y a-t-il marché plus honnête que celui-ci ?


Faiblesses(s) :

Tous les cadavres pourrissent – Le problème, c'est que tu es allé en terre et que la mort se sent toujours sur toi et tes habits. Tu as beau faire, beau essayer, l'eau et le parfum ne chasseront jamais cette odeur. Tu sens le cadavre, la pourriture et la fin de vie.
Les morts ne guérissent pas – les plaies mettent des années à se soigner. Il faut dire que ton corps n'est plus ce qu'il était. Ton sang est putride, comme ta chaire qui ne semble plus vouloir supporter une année de plus et de nouvelles blessures. Alors, même si l'immortalité t'appartient, n'oublie pas qu'une simple entaille pourrait te faire retourner aux royaume des morts.
La lumière ronge ce qu'elle touche –  Le soleil brille d'une lumière trop pâle à ton goût et chaque rayon qui te touche te brûle atrocement. De jour, tu es prisonnier de ta maison. Tu ne peut sortir que couvert des pieds à la tête, mais cela ne suffit parfois pas. Alors tu fuit la lumière du jour et tu réserves tes sorties pour la nuit. Tu en es certain, un bain de lumière te ferait brûler sur place, surement aussi bien que les fagots de bois des bûchers aux sorcières.
La faim est proche –  Tu ne cesses de vouloir plus. Ton ventre toujours crie famine et tu n'arrives jamais à te rassasier. Pourtant tu as essayé les festins, les diners gargantuesques, mais rien ne te nourrit plus que l'homme. Hélas, cette denrée n'est pas des plus faciles à se mettre sous la dent, et même quand tu peux la déguster, tu n'es apaisé que pour quelques heures tout au plus.
Chaque bouchée, une torture – Pour que tes crocs soient assez puissants, il t'en coûte la mâchoire. Elle se déforme pour pouvoir mieux croquer et avaler, mais que cela te fait souffrir ! Tu ne peux déguster une proie sans éprouver une douleur immense.
L'immortalité a un coût – Pour vivre à jamais, tu dois sacrifier d'autres vies. Si jamais tu renonces  au meurtre, alors tu redeviendras poussière. Après tout, il faut le satisfaire pour que le contrat dure.


Groupe : Wanna fight ?

miroir de l'ame


▌Description du caractère : mesquin - vicieux - discret - sournois - apathique - têtu - brouillon - malsain - égoïste - arriviste - mauvais - sans remord - obstiné - colérique

▌Aimez vous votre condition de monstre ? Je l'ai désiré, pourquoi la détesterais-je à présent ? C'est sûr qu'il y a plus simple comme mode de vie, mais malgré les quelques complications, je m'en contente. De toute façon, j'aurais voulu de n'importe quelle vie, que ce soit celle d'une vermine ou d'un homme.
Bon, il faut croire que je suis tombé l'option la vermine, mais tant pis.

▌Que pensez-vous des humains ? Vous savez, même de mon vivant, je n'ai jamais accordé beaucoup d'importance à une vie humaine. Bien sûr ce n'était pas par misanthropie ou pour jouer aux poètes maudits, non, non. Disons simplement que mes croyances ne me le permettaient pas – vous savez, les sacrifices, tout ça. Enfin, bien évidemment, je vous mentirais si je vous disais que toutes les vies humaines m'importent peu. Après tout, il y en a une que j'ai même voulu sauver: la mienne. De plus, ce n'est pas parce que je n'attache pas de grande valeur à un souffle que je le trouve inintéressant pour autant. Disons qu'à force, la vie d'autrui est devenue pour moi un outil, elle s'est banalisée. Alors, je m'y intéresse comme on pourrait le faire avec un objet du quotidien qu'on chérit, mais qu'on pourra bien jeter le mois suivant.
Et puis, maintenant que je me nourris d'eux, il est difficile pour moi de ne plus les assimilé à un bon repas. Après, cela ne signifie pas forcément que je les trouves insignifiants, même si je dois tout de même avouer -et ce en toute objectivité - qu'ils sont bien en dessous de moi niveau chaîne alimentaire.
Pourquoi me montrer si mauvais envers les Hommes, alors, si je n'éprouve aucune espèce d'animosité envers eux ? Et bien pour la même raison que les oiseaux volent et que les serpents sont venimeux: j'ai été fait pour ça. Sans compter mon manque cruel d'empathie...

▌Êtes-vous bien intégré à la société ? Si oui, avez-vous un métier ?
Pour être franc, je le suis moyennement. Je ne m'intéresse qu'à quelques aspects de la société contemporaine sans franchement essayer de m'y faire une place. La preuve étant que je n'ai pas de travail, meilleur moyen de sociabilisation pour les Hommes. Il faut dire que ne pas pouvoir sortir en journée n'aide pas. Mais de toute façon, même si je pouvais tranquillement me balader au soleil, je ne crois pas que cela m'inspirerait plus. Il faut dire que j'aime ma tranquillité, sans non plus être un fervent adorateur de la solitude et du calme. Pouvoir se couper du monde est quelque chose d'important pour moi – surtout vu certaines de mes occupations qu'on pourrait qualifier sans se tromper de « répréhensibles ». Et oui, les sacrifices sataniques et le cannibalisme, ça ne plait pas à tout le monde.

Souhaitez-vous dévoiler votre véritable nature au reste du monde ? Me dévoiler au monde ne fait pas partie de mes soucis. A vrai dire, je me contre fou de tout ça. J'entends vivre ma vie, peu importe si mes actions impliquent que je dois faire connaître ma nature aux hommes. Après tout, le simple fait de me nourrir consiste à sortir de l'ombre et montrer ce que je suis. Après, est-ce seulement pour faire savoir aux humains qu'ils ne sont pas seul ? Non, absolument pas. Chacun de mes gestes ne sont pas dictés par le désir de rester cacher, ni celui de me dévoiler. Je ne vis pas pour les Hommes, mais au grès de mes envies.

Quelles sont vos activités favorites ? Avez vous une passion ? Très honnêtement, je trouve que toutes les nouvelles vagues de mode sont on ne peut plus intéressantes. Vous savez, quand on vient d'une époque où on collectionnait trente cinq fois la même chemise de lin, pouvoir porter une infinité de vêtements et ce pour presque rien, c'est un véritable plaisir. Alors forcément, ces nouvelles formes, ces matières toutes plus agréables les unes que les autres, ça me fascine. Bon, après, j'ai ni l'argent ni l'envie de suivre la mode au fil des mois. Mais regarder de loin, parfois acheté une ou deux choses, ça me suffit largement.
Les écrans de télévisions me font le même effet qu'une lampe sur un papillon de nuit. Dès que j'en vois une, je reste bloquer devant. Je trouve ça plutôt intriguant, amusant et surtout occupant. Après, les programmes ne me passionnent pas particulièrement. Disons que le concept pour ce qu'il est suffit à attirer mon attention. Donc oui, rester assis devant un écran qui grésille, ça ne me dérange. Mais bon, de toute façon, encore une fois, c'est pas comme si je possédait une télé.

Décrivez l'endroit où vous passez le plus de temps (une pièce chez vous, au travail, un endroit à l'extérieur, etc). C'est une petite cabane dans les bois, abimée par le temps et les différentes intempéries. Tout à fait pittoresque, n'est-ce pas ? Et bien pas tant que ça. Cette minuscule maison n'a rien de charmante ou d'agréable - Même moi, je crois qu'elle me fait peur. Quand on s'approche, on sent que quelque chose cloche. Tout est bien trop calme autour, et aucune herbe ne pousse sur le pas de la porte. Il n'y a pas non plus de mousse au mur, comme on pourrait s'y attendre de la part d'une cabane en plein milieu de la forêt, juste de la pourriture. Ajouté à cela une sensation désagréable de silence, deux petites fenêtres dont les vitres sont comme noircies, une porte fermée par des chaînes, et vous obtiendrait mon chez-moi.
Quant à l'intérieur, et bien il inspire tout autant la confiance que la façade. Il y fait sombre et la poussière est partout, étalées sur les vieux meubles surement en une dizaine de couches. Les murs, en béton simple, dénués de toute couleur, sont par endroit recouverts de dessins qui pourraient ne faire aucun sens pour ceux qui ne sont pas initiés à la sorcellerie. Et pour ce qui est de l'ameublement, il est tout a fait sommaire et aussi neuf que le reste de cette petite bicoque.
En toute honnêteté, ce n'est pas moi qui ai choisis cet endroit. J'aurai préféré une maison peut-être plus agréable avec plus de confort. Non, cette demeure, c'est un cadeau de sa part. Vous savez, quand on passe un pacte avec le diable, on croit rarement au hasard. Avoir trouvé cette maison abandonnée, là, dans un coin reculé, l'endroit parfait pour m'adonner à mes activités, c'est un coup qui lui ressemble beaucoup. Pour peu, d'ailleurs, j'aurais presque l'impression que son esprit hante les lieux.

Qu'est-ce qui vous met le plus en colère ? C'est simple et presque bête : je n'aime pas perdre. Quand je n'arrive pas à mes fins, l'impression du travail mal accompli me torture, c'est une véritable angoisse.

Quelle est votre plus grande peur ? Avoir peur de ce qu'on vénère, ça paraît assez paradoxal comme sentiment et pourtant c'est tout à fait possible. Les plus fervents croyants d'entre vous qui ont lu la Bible comprendront tout à fait de ce dont je veux parler. Fut un temps, les hommes ont craint Dieu et sa colère divine, moi, c'est le diable devant qui je tremble car je sais qu'il peut être aussi bon que mauvais avec moi. Et puis, après l'avant goût que j'ai eu de l'enfer, je crois pouvoir affirmer sans me tromper que le sort qu'il me réserve est tout sauf enviable. Vous comprendrez donc pourquoi je continue de lui offrir son dû et pourquoi je me tue littéralement à la tâche pour lui plaire et détourner ainsi sa colère.
Bref, je nourris autant de peur que d'admiration pour Satan.

Que faites-vous pour pallier au stress ? Je marche. Énormément. Ça m'aide à penser à autre chose et ça me permet d'investir ma frustration dans une activité. Sinon, je mange.

Quelle est la routine d'un jour normal pour vous ? Comment vous sentez-vous si cette routine est rompue ?
J'attends que la nuit tombe. Je sors. Je mange. Je marche. Je mange. Je sacrifie. Je prie. Je marche. Je mange. Je prie. Je rentre chez moi. Le jour se lève. J'attends que la nuit tombe. Etc.
Tout cela se répète chaque jour de ma longue vie, à quelques exceptions près. Mais en gros, ça se résume à seulement cela : manger et prier.
Quand il y a un problème dans l’engrenage, ça ne me dérange pas vraiment, sauf si cela implique que je dois jeuner ou cesser mes prières. Là, les choses deviennent un peu plus compliquées. Je m'énerve vite, je suis plus irrité que d'habitude et bien plus mauvais. Et si jamais je ne peux pas sortir, je tourne en rond comme une bête en cage, je hurle, bref, je suis tout sauf discret. Vous savez, je suis quelqu'un qui aime bien mettre des mots sur sa douleur, ou plutôt des cris, alors je peux vraiment devenir très désagréable pour le voisinage en cas de problème. Et franchement, alerter le monde entier autour de moi, ça ne me dérange pas vraiment -surtout si cela implique des curieux qui viennent frapper à ma porte, ce qui veut inévitablement dire : repas.

Vous aimez-vous ? (question d'amour propre) Oui.

Listez trois choses  dans lesquelles vous vous considérez bon, et trois choses dans lesquelles vous ne l’êtes pas.  

Je me vente souvent d'être discret, ce qui est plutôt un avantage quand on tue des inconnus de sang froid. On m'entend rarement arriver et on s'attend certainement pas à ce qu'un homme avec une silhouette aussi frêle que la mienne s'en prenne à quelqu'un. Sinon, je suis très bon aux jeu de cartes, à croire que j'ai une chance incroyable parfois. Gagner au poker, ça permet de mettre un peu de beurre dans les épinards, comme on dit. A part ça, rien d'autre.
En revanche, je suis vraiment mauvais pour ce qui concerne la patience. Je m'emballe souvent, ce qui, après l'effet de surprise, donne quelque chose de plutôt brouillon. Je suis aussi tout à fait grotesque quand j'essaye de m'adonner à un sport. Je n'ai jamais été fort ou quoique ce soit de ce genre, ce qui me mène au dernier point de cette liste : je ne sais absolument pas me battre. Si je tombe sur plus grand et plus musclé que moi, il y a énormément de chance pour que je prenne la fuite une fois que je me suis rendu compte de mon erreur. Mais bon, en général, toute l'horreur de mon être suffit à paralyser de terreur les plus courageux. Parfois ça a du bon d'être répugnant.

Quelque chose à rajouter ? Il m'arrive parfois de glisser dans une discussion quelques mots de vieil anglais, par habitude, ce qui créé un contraste plutôt étonnant entre mon apparence plus ou moins moderne et mon accent qui semble venir d'un siècle lointain (ce qui est le cas).

▌Physionomie : Tu essayes de te cacher derrière une modernité tout à fait apparente. Tu es grand, fin, droit, ton visage est angulaire et tes cheveux noirs sont coupés presque à la mode militaire. Tout est beaucoup trop contrôlé, tu ressembles à un amas de formes géométriques, un tableau d'art contemporain raté, un espèce nuancier de blanc, de gris et de noir. Il y a quelque touche de violet sous tes yeux et au bout de tes doigts, mais aucune véritable couleur qui te distingue d'un cadavre. En plus de ça, tu n'est pas franchement beau, voir terriblement banal. Ton visage n'a aucun attrait, même aucun intérêt, oserais-je dire. Après tout, on l'oublie aussi vite qu'on l'a vu. Tes joues sont creusées, tes traits marqués, tes lèvres fines : tu es un mort ambulant. Mais le pire restent tes yeux dont les couleurs sont absentes. Tout est noir, de la pupille à l'iris jusqu'au blanc de tes yeux qui est à présent certainement aussi sombre que ton âme. Toute vie semble les avoir quitter, ils ne brillent jamais, ou seulement la nuit, quand ils reflètent la lumière comme les yeux d'un chat.
Ta peau, tu la caches sous de grandes fripes noires et tu abrites tes yeux derrières de petites lunettes rondes aux verres sombres. Tu n'aimes pas beaucoup la couleur, n'en porter qu'une nuance, c'est bien plus pratique. Au moins, ça n'attire par les regard. Oui, c'est ce que tu veux, être discret, mais aussi être beau. Tu essayes de cacher ton immondice sous un manteau de luxe. Tu veux avoir l'air de quelqu'un de distingué, de pointu, ce qui pourrait marcher si quelque chose de malsain n'émanait pas de ton être.
Mais une fois que tu es nu, tu ne peux tromper personne : ta peau est l'expression même de la décadence. Si par endroit, elle est seulement pâle est froide, dans le bas de ton dos, c'est l'enfer qui a laissé sa marque, la terre qui a repris ses droits : tu pourris. Il y a des tâches sombres et des restes de cicatrices qui font peine à voir et dégoutent. Sur ton corps, c'est de loin ce qui ressemble le plus à ton âme.

Autre apparence : Ta bouche s'ouvre grand. Grand. Grand. Comme le grand méchant loup, tu as de longs crocs, et s'est pour mieux manger les enfants. Mais voilà, tu es humains et l'as toujours été, les dents des loups ne sont pas fait pour les hommes. Heureusement, le diable est ingénieux, mais aussi cruel : pour laisser place à cette dentition infernal, déformée, tu fais craquer ta mâchoire pour qu'elle tombe plus bas que ce qu'elle devrait, laissant ces petites dagues se développer. Une quarantaine de long couteaux dans ta bouche, voilà ce qui t'aidera à déchirer la chaire et casser les os.

 
histoire




▌Quand et où êtes-vous né (précisez quelle époque si elle n’est pas ‘actuelle’) ? Je suis né le 15 Décembre 1672 à Salem Village, l'actuel Danvers.

▌Quelle est la situation sociale de la famille dans laquelle vous avez grandi ? A-t-elle changé pour vous ? Disons que nous ne faisions pas partie des plus riches, mais pas des plus pauvres pour autant. J'ai reçu une bonne éducation, stricte et, hélas, chrétienne. Je crois que mes géniteurs ont pensé avoir fait un si bon travail sur ma personne qu'au jour de mon accusation, ils ne comprirent pas, je cite, "comment leur enfant avait pu en arriver à des extrémités pareille malgré le dressage que j'avais reçu ". Ah ah.

Comment vous entend(i)ez-vous avez vos parents ? Avez-vous des frères et sœurs ? Je crois que vous l'aurez compris, je n'ai pour ces gens aucun intérêt particulier. Comme la plupart des familles à l'époque, nous entretenions entre nous des liens tout à fait cordiaux. C'était la même chose pour mes nombreux frères et sœurs. Il faut dire qu'en mon temps, chaque bambin était considéré comme « un enfant de sureté », entendez par là qu'une mère se transformait en véritable usine à enfant de sorte à ce que si l'une de ses progéniture venait à mourir, elle pourrait toujours être remplacée par une autre. Enfin, malgré tout, je ne doute pas que ma mère et que mon père ai pu ressentir de l'affection pour nous. Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais rien ressentit de plus qu'une certaine forme de familiarité avec eux.

Plus jeune (enfant, adolescent), quelles étaient vos activités favorites ? Si vous avez une passion, quand l’avez-vous découverte et comment ? J'aimais me balader dans les bois, ce qui n'a pas changé. C'est d'ailleurs là-bas que je l'ai entendu pour la première fois. « Qui ? », me demanderez-vous. « Le diable », vous répondrais-je. Je ne vous le cache pas, il est venu à moi très tôt, me parlant tout d'abord comme un ami, un compagnon de jeu. C'est seulement après qu'il m’initia à des pratiques un peu plus morbides. Mai je vous rassure, c'est d'abord la flore et surtout la faune qui pâtit de mon attrait pour le morbide. Et oui, j'étais une véritable saloperie dès l'enfance !

Aviez-vous, ou avez-vous encore une personne que vous considérez comme un modèle à suivre ? Hail Satan

Avez-vous un but que vous souhaitez atteindre à tout prix ? Si oui, où en êtes-vous  ? Mon but, c'est l’éternité et pour l'instant, je me débrouille assez bien. Vous savez, le principe de mon contrat est simple : à chaque personne que je tue, je gagne la durée de vie de la victime en question, et vu le nombre de meurtre que j'ai à mon compteur, je crois que je suis encore tranquille pour un bon paquet d'années.

Qu'est-ce que vous considérez comme votre plus grand accomplissement ? Être revenu des morts, en soit, c'est une fierté, même si franchement je n'y suis pour rien. Sinon, avoir pu me faire passer pour un homme de lois pendant cinq ans sans que personne ne se rende compte de rien, c'est un tour dont je n'ai pas honte de me venter. Je vous explique : dans ma jeunesse, j'ai exercé ce que vous pourriez appeler le métier d'agent de police. Je travaillais pour le juge et la cours, amenant les criminels à leur procès ou aux autorités supérieurs. Grâce à cela, je n'ai jamais était soupçonné – pas jusqu'à mon arrestation, du moins. Avouez tout de même que travailler pour la justice en étant soit même assassin et chasser des sorcières quand on pratique la magie noire, c'est plutôt un bon alibis.

Quelle est la chose la plus embarrassante qui vous soit arrivée ? Me faire arrêter pour treize meurtres et sorcellerie alors que j'étais sensé être un gardien de la lois et de la paix ? Le tout parce que j'ai été découvert par une enfant de seize ans ? Oui, ça c'est un peu gênant.

Quel est votre plus grand regret ? ne pas avoir fait quatorze victime dont une fillette de seize ans.

▌Il nous est tous arrivé des événements marquants. De grandes peurs, d’immenses surprises ou des joies qui font ce que nous sommes à présent. Quant à vous, quel genre d’événement vous a vraiment marqué ?
Spoiler:

Spoiler:

▌Êtes vous né monstre ? Si oui, comment cela se passait-il chez vous ? Et en compagnie des humains ? Si non, qu’est-il arrivé ? Je ne suis pas né monstre, je le suis devenu. J'ai d'abord touché à la sorcellerie et ce à partir d'un très jeune âge sans même m'en rendre compte. J'ai grandit en m'adonnant à des rites que certains jugerais de mauvais goût (à raison), me considérant très vite moi-même comme un monstre. Mais j'étais loin de me rendre compte que j'étais une bien piètre créature, du moins comparé à ce que je suis à présent. C'est en mourant que je suis passé de demi-monstre à véritable pourriture satanique. J'ai vendu mon âme pour devenir ce que je suis à présent, et ceux sans aucun véritable regret.  Voilà tout.

et vous etes ?

Pseudo : U know me, I'm the boss
Age : 19 ans
Comment vous êtes vous retrouvé sur DM ? notamused
Personnage sur l'avatar : The Outsider - Dishonored (bouh l'admin abonnée aux avatars dishonored)
Un mot de la fin, une suggestion ? J'vous kiff tous

Revenir en haut Aller en bas
Jacob K. Schröder
Jacob K. Schröder
Chillin (fonda)
The Witch of Salem || DONE Ab1sau

The Witch of Salem || DONE 1zyvpt3
▌Espèce : Cavalier sans tête (âme damnée) ▲ immortel et ne craint ni les armes à feux, ni les armes blanches ▲ Peut décrocher sa tête de son corps ▲ tête vulnérable ▲ le feu ainsi toutes choses sacrées sont ses faiblesses.
▌Messages : 516
▌Double(s) Compte(s) : Cesare Da Conti - John Willard - Saint Sebastien

The Witch of Salem || DONE Empty
MessageSujet: Re: The Witch of Salem || DONE   The Witch of Salem || DONE EmptyJeu 28 Mai - 15:23

Bravo !

THE POWER OF SELF-VALIDATION WOOOOOH

Edit Val : smartass

C'est maintenant que la partie commence vraiment ! Mais pas de panique, voici quelques liens pour te rappeler où tu dois aller pour bien commencer. Les liens en gras sont obligatoires !
- Le recensement des avatars : tu trouveras un formulaire à poster pour que l'on ajoute ton avatar à la liste. Comme ça, personne d'autre ne le prendra.
- Recensement des légendes (pour les monstres) : pour que tout le monde s'y retrouve et qu'on puisse voir qui est quoi !
- Recensement des capacités spéciales (pour les monstres) : pour que les autres puissent savoir quelles capacités sont utilisées.
- Recensement de ton occupation / métier : Ça, c'est pour tout le monde ! Sauf si tu n'en as pas, évidemment.
- Recencement de ton logement : Sauf si tu es sans-abri, tu habites certainement quelque part.
- Demandes de RP : si tu ne sais pas avec où commencer, poster un petit quelque chose par là, et quelqu'un te répondra !
( Jette un œil aux idées de scénarios ! Il s'agit de plein de petites idées de RP ou de dialogues pour s'inspirer, donc fonce !)
- Fiches de liens : elles ne sont pas obligatoires mais bien pratique pour savoir où tous les personnages en sont, et aussi pour prévoir de futurs liens et RP !
- Carnet de bord : l'avancée de tes RP, en gros. De même, c'est principalement pour toi, pour que tu t'y retrouves.
Pour ces deux derniers, tu trouvera des modèles ici !

- Le flood : la fête tous les jours à toute heure. Yey.

Et en bonus : Pour la palette du forum, des titres en plus, de nouvelles polices et un tuto pour utiliser le basique lecteur youtube en RP, c'est ici ! Si tu veux des mises en page html pour tes RP, c'est par là.

Revenir en haut Aller en bas
 
The Witch of Salem || DONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: ADMINISTRATION :: Présentations :: Validés :: Wanna Fight-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsgThe Witch of Salem || DONE 1453056025-88-31