Depuis la nuit des temps, l'Homme se pose une même question : sommes nous vraiment seul ?
Que ce soit sur terre ou bien ailleurs, dans l'au-delà, l'être humain à souvent chercher des réponses sans jamais en trouver. En quête d'une chose qui serait son égal, un être qui lui serait supérieur, un modèle, peut être, ou encore un ennemis, ses recherches, hélas, ont toujours étaient vaines.
Années après années, siècles après siècles, de nouvelles questions étaient soulevées, mais toutes restaient sans aucune réponses et ce malgré les incessantes recherches, les gigantesques et terribles inquisitions et les nombreuses battus. L'ignorance reignait.
Lire la suite.



Le Deal du moment : -51%
OCEANIC – Cave à vin de service – ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
Virginity can be lost by a thought, I guess ?
Roxane O. R'Gyne
Roxane O. R'Gyne
Chillin
Virginity can be lost by a thought, I guess ? 151126123438825021
▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 103
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

Virginity can be lost by a thought, I guess ? Empty
MessageSujet: Virginity can be lost by a thought, I guess ?   Virginity can be lost by a thought, I guess ? EmptySam 31 Oct - 1:19
fiche d'évolution


Nom : R'Gyne
Prénom(s) : Roxane, Obe, Dawn, Arshaluys, Daggry, Alba
Date de naissance : Jour du printemps, 16 416 BP.
Signe astrologique : Bélier
Âge : Vingt, en apparence.
Nationalité(s) : Naturalisée américaine depuis 1951.
Origine(s) : Mésopotamie.
Type de créature (pour les monstres) : Succube
Métier / occupation : Serveuse, employée de cinéma érotique.

résultat de tests

Type MBTI : ( http://www.16personalities.com/fr/test-de-personnalite )
Tempérament : ( http://www.guadadvent.org/test_du_temperament.php )
Alignement : ( http://www.aidedd.org/adj/test-alignement/ )
Maison de poudlard : (Test de Pottermore, en anglais http://www.gotoquiz.com/pottermore_sorting_quiz_all_possible_question )
Test de pureté : ( http://test.griffor.com/fr )
Enneagramme :  ( http://www.promouvoir-enneagramme.com/index.php?rubrique=2935 )

(N'hésitez pas à en rajouter si vous en trouvez d'autres)

Questionnaire

Personnalité
Type d'humour : Mignon. Parfois glauque.
Qu’est-ce qui te fait rire en général ? Les comédies romantiques.
Quelle petite chose dans la vie de tous les jours te fait sortir immédiatement de tes gonds ou te crispe ? Rien ne me fait sortir de mes gonds. Sauf Constance qui salit le salon avec du sang.
Quel péché capital te représente le plus (orgueil, avarice, envie, colère, luxure, gourmandise, paresse) ? Envie.
Laquelle des sept vertus te représente le plus (chasteté, tempérance, prodigalité, charité, modestie, courage, humilité) ? Chasteté et tempéraaance ? :3
Introverti(e) ou extraverti(e) ? Introvertie.
Solitaire ou sociable ? Les deux.
A quoi votre écriture manuscrite ressemble-t-elle ? Ronde, petite, scolaire, mignonne, petits ronds sur les "i".

Physionomie
Taille : Un mètre soixante-quinze.
Poids : Cinquante-huit kilos.
IMC : 18.9 (corpulence normale)
Couleur des cheveux  : Blonds, non-naturels.
Couleur des yeux : Noisette.
Style(s) vestimentaire : Urban chic girly.
Taille(s) de vêtements : S.
Pointure de chaussures : 37
Tatouages/piercings : Oreilles percées.
Allergies : A tout ce qui n'est pas de l'aubergine ou de l'essence masculine. Enfin, si on parle de manger je veux dire.
Gaucher(ère) ou droitie(ère) : Ambidextre. La pratique tout ça...
Timbre de voix : Fluette, joyeuse, enjouée.
Des mots ou des phrases que tu utilises souvent : "Mais, c'est pas vrai ?" ; "J'me ferais bien des aubergines." ; "T'exagères !"
Qu’est-ce qu’il y a constamment dans tes poches ? Des chips d'aubergine. Mon téléphone. Du maquillage.
Des habitudes que tes amis trouvent énervantes ? Des maniérismes ? : Tout ranger.

Goûts
Hobbies : Jogging, yoga, cinéma, séries, shopping, lèche-vitrine, marcher.
Couleur préférée : Bleu ciel azuréen et pêche.
Plat préféré : Aubergines.
Parfum de glace préféré : Aubergine.
Dessert préféré : Aubergine.
Fruit préféré : Aubergine.
Boisson préférée : Liqueur de chêne
Soda préféré : Liqueur de chêne
Alcool préféré : Liqueur de chêne
Cocktail préféré : Liqueur de chêne
Odeur préférée : Hommes, le linge propre, aubergines en train de cuire.
Livre préféré : Le journal de Bridget Jones ; Orgueil et Préjugés.
Film préféré : 40 ans toujours puceau ; La revanche d'une blonde.
Série préférée : Y'en a trop ! True Blood, Vampire Diaries, Sherlock BBC,
Chanson / groupe / genre musical préféré : Musique joyeuse, upbeat (type "The Walker" de Fitz and the Tamtrums)
Magasin préféré : Zara
Marque de vêtements préférée : Tout est bon à prendre, tant que le style et la porphologie y sont respectés !
Jeu préféré : Animal Crossing & Harvest Moon
Parfum préféré : Flower by Kenzo.
Animal préféré : Chiens ♥
Fumeur(euse) ? Non
Drogues consommées : Je ne sais pas si on peut parler de drogues à proprement parler mais... Euh...

Intimité
Plus beau souvenir : Mes arrivées aux Etats-Unis ; la seconde datant de 1951.
Plus mauvais souvenir : Vienne, 1908. Décembre 1950.
Première cuite : Jamais.
Premier baiser : ... Jamais.
Première fois : ... Jamais..?
Sexualité : ... Succube ?
Genre : Femelle
Qu'est-ce que tu trouves le plus séduisant chez quelqu'un ? Son odeur. Et sa personnalité. Le fait qu'il soit humain.
Tombez-vous facilement amoureux(se) ? Je ne sais pas vraiment...
Plus grand fantasme :  Je suis un fantasme. Enfin, il paraît...
Plus grand tue l'amour : Quelqu'un de cruel ?
Complexe(s) : ... Succube ?

Portrait chinois
Si tu étais un vêtement ? Une jupe.
Si tu étais un fruit de mer ? Une petite crevette.
Si tu étais un dinosaure ?  Charonosaurus ? :3
Si tu étais un animal imaginaire ? Une licoooorne ♥
Si tu étais un métal ? L'or blanc
Si tu étais une saison ? Le printemps
Si tu étais une étoile ou une constellation ? Constellation de la vierge
Si tu étais un type de ballon ? Une boule de bowling : trois trous, incapables d'y mettre autre chose que les doigts.
Si tu étais une œuvre d'art ? Le tableau de Waterhouse : The Lady of Shalot
Si tu étais une musique de film ?
Si tu étais un type de danse ? La valse !
Si tu étais un signe de ponctuation ? Un point d'interrogation
Si tu étais un conte de fée ? Cendrillon
Si tu étais un film de Spielberg ? Minority Report...
Si tu étais un personnage d'Harry Potter ? Fleur Delacour
Si tu étais un personnage Disney ? Ariel ; rêveuse, changeante mais elle-même, adorable, elle chante bien en plus !
Si tu étais un super-héro ? Starfire, des Teen Titans !
Si tu étais une citation ? "Voici la nudité, le reste est vêtement. Voici le vêtement, tout le reste est parure. Voici la pureté, tout le reste est souillure. Voici la pauvreté, le reste est ornement." La Tapisserie de Notre-Dame de Charles Péguy OU
Si tu étais une erreur de jeunesse ? Le premier baiser raté ?
Si tu étais une température extérieure ? -3°C
Si tu étais un jeu vidéo ? Kirby ? ♥
Si tu étais une forme géométrique ? Un dodécagone.
Si tu étais un des quatre éléments ? L'eau.

Revenir en haut Aller en bas
https://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 https://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
Roxane O. R'Gyne
Roxane O. R'Gyne
Chillin
Virginity can be lost by a thought, I guess ? 151126123438825021
▌Espèce : Succube : (+) charme, lévitation, contrôle sur les hormones, immunité aux maladies, modification de l'apparence...
(-) pivoine, millepertuis, pureté, tantalite et aventurine.
▌Messages : 85
▌Age : 103
▌Localisation : Detroit
▌Double(s) Compte(s) : //

Virginity can be lost by a thought, I guess ? Empty
MessageSujet: Re: Virginity can be lost by a thought, I guess ?   Virginity can be lost by a thought, I guess ? EmptyMer 18 Nov - 3:32
Virginity can be lost by a thought, I guess ? Tumblr_llu4019TAo1qcfbopo1_500
Wings
- - - - -
Le contre-coup était dur. Elle ne pensait pas se sentir aussi mal après la soirée d'hier. Ses forces l'avaient quitté au pire des moments. Elle avait été chez Sambre parce qu'elle avait eu besoin d'être honnête. Elle avait fait de son mieux, mais elle était repartie en pleurs. Vidée de toute émotion positive pour la première fois de sa vie. Elle avait passé la journée à pleurer, elle n'avait pas envie d'aller au bar, ni au cinéma. Elle voulait rester seule, dans son lit, et pour la première fois elle avait fermé la porte à clef. Il y avait peu de risque que Constance se lève pendant la journée de toute façon, mais elle avait envie d'être seule sur son lit. Elle avait enfoui sa tête dans l'oreiller et elle pleurait, et elle vomissait.

La bassine à côté de son lit se remplissait très vite. Et quelques gouttes d'un épais liquide noir jonchaient la moquette ça-et-là, et tout le reste était dans la bassine. Ses tripes étaient dans la bassine. Elle ne s'arrêtait de pleurer que pour souffrir et vomir. Elle avait l'impression qu'on essayait de la retourner comme une chaussette qui était à l'envers ; que quelqu'un l'avait attrapée par l'abdomen, et que ce même quelqu'un essayait de pousser son intérieur vers l'extérieur. Et surtout, elle était coincée dans l'apparence de Henry, le fantasme de Harry Stuart. Elle se sentait tellement mal. Elle avait eu un élan de lucidité totalement humaine, et elle s'était levée pour regarder à quoi elle ressemblait dans le miroir en train de pleurer - parce que les humains faisaient tous ça, ne mentez pas.

Ça lui avait fait encore plus mal qu'elle ne l'avait imaginé de se voir sous une autre apparence. Celle d'un homme, en plus. Henry avait des cheveux d'un brun très foncé, un nez plus épais que le sien, et des joues plus tendues et moins rondes, et une bouche plus fine. Elle n'était pas elle-même et elle ne le serait pas avant dix-huit heures et cinquante-huit minutes. Et ça lui semblait durer une éternité. Elle s'effondra sur le sol moelleux avec la grâce d'un camion qui emboutit un arbre. Elle n'avait même pas pu s'habiller, alors elle était nue sur le sol, toujours avec la blouse de scientifique de l'autre fou.

Elle se recroquevilla en position fœtale et pleura. Elle pleurait sans s'arrêter, à tel point qu'elle se demanda un instant si elle n'allait pas se dessécher. Elle avait aussi tellement faim... Elle était partie sans se nourrir. Elle n'avait pas le temps. Et elle ne pouvait pas faire ça devant Sambre. De toute manière, elle avait tout gâché. Tout. Elle était une moins que rien. Une succube sale, et déchue, et inutile. Incapable d'être elle-même ou qui que ce soit d'autre. Elle n'était rien, ni personne... Elle était une coquille vide d'humanité mais pleine de souffrance. A cause de la douleur, elle s'enfonça les ongles dans la peau de son bras. Elle n'était jamais restée piégée dans le corps de quelqu'un d'autre... En autant de temps de vie, ça ne lui était jamais arrivé.

Elle rampa jusqu'à la bassine pour vomir  à nouveau. Elle avait l'impression de bouillir de l'intérieur et de cracher de la lave. Une lave acide et vicieuse qui lui restait sur les gencives. Elle n'arrivait même pas à s'évanouir tellement elle souffrait, la douleur la maintenait dans un état de conscience tellement exacerbé qu'elle avait l'impression que même la moquette voulait lui trancher la peau. Elle avait développé une hypersensibilité hors du commun. Elle sentait des coups de poignard, un jet d'eau à haute pression, un coup de poing dans la tête, une perceuse qui lui vrillait les tempes... Elle remonta péniblement sur le lit, se disant qu'un édredon moelleux valait mieux qu'un tapis. Elle aurait voulu ouvrir les fenêtres et le soleil entrer dans la pièce mais elle n'avait aucune force musculaire restant et elle entendait la pluie s'abattre sur les volets qu'elle avait fermé la veille.

Soudain, son portable sonna. Elle n'avait pas la moindre idée de l'heure. Est-ce que c'était son réveil ? Ou... Non, c'était un appel. Elle n'avait absolument aucun désir de décrocher, de parler avec cette voix qui n'était pas la sienne. Elle n'avait pas non plus envie d'être en contact avec le monde extérieur jusqu'à ce que cette douleur immonde s'efface. Le portable cessa de sonner. Puis reprit aussitôt. Et ainsi de suite. Roxane se frappait la tête avec son poing pour que ça cesse. Faites que ça cesse, faites que ça s'arrête. Faites que ça cesse, faites que ça s'arrête. Faites que ça cesse, faites que ça s'arrête. Faites que ça cesse, faites que ça s'arrête. Elle finit par craquer et dans un élan d'un sentiment inidentifiable entre colère et tristesse elle décrocha avec un pénible "allô" meurtri, au bout du rouleau.

"Qui c'est..? La voix de Mama n'était ni contente, ni avenante. Où est Roxane ?
C'est moi... J'ai eu, gnnh, un souci hier... soir... Ghuuh...
Prouvez-le.
Vienne, dix-neuf-cent-huit. Détroit, dix-neuf-cent-cinquante. Elle parvenait à peine à articuler correctement les dates et les lieux.
Ok. Qu'est-ce qui s'passe ? T'es blessée ? Tu veux que je vienne ?
Non !
Ok j'arrive.
Non, Mama ! Je ne... suis pas... pas belle à voir...
J'arrive."

Elle n'avait plus le choix maintenant. Mama allait débarquer. Son agent de probation allait débarquer, et ça allait chier. Voilà qu'elle pensait de manière vulgaire... Elle n'était vraiment pas au mieux de sa forme. Là, elle réalisa qu'elle avait fermé la porte de sa chambre à clef. Mama pourrait ouvrir la porte de l'appartement, elle avait un double mais... Mama devrait rentrer dans la chambre de Roxane une fois dans l'appartement... Et si elle ne pouvait pas, elle la défoncerait sans doute à coup de hache... S'il y avait une chose que Roxane se devait de faire absolument, c'était déverrouiller cette porte... Elle glissa hors du lit et atterrit sur le ventre. Elle rampa jusqu'à la porte en combattant ses nausées, le portable encore dans la main, agrippée à ce dernier comme s'il était un réservoir pour stocker sa douleur et son désœuvrement... Elle arriva à la porte et tendit son bras dans un ultime soupir de souffrance elle réussit à déverrouiller la porte. Sur ce, elle s'évanouit, dans une flaque de sang noirâtre sortant de son nez...

Il lui semblait qu'on l'appelait... De loin, très loin. Et qu'on lui cognait sur les tempes... Peu fort, un peu plus encore, et puis plus fort, et encore plus fort, et puis très fort. Elle ouvrit un oeil, puis l'autre. Le sol vibrait d'une énergie étrange, sourde. L'étau qui lui serrait le crâne se relâcha un court instant uniquement pour se resserrer d'avantage au second coup qui secouait le plancher sus la moquette. Elle plaça difficilement sur le sol, à plat, pour tenter de se relever. Mais tout son corps refusait de bouger d'avantage. Elle était dans une obscurité partielle, ses yeux cherchaient les formes familières de sa chambre : le petit fauteuil près de la fenêtre, l'armoire contre le mur proche de la porte, en face de l'armoire le lit et ses tables de nuits vintage... Mais elle ne voyait que des masses grises peut rassurantes. Soudain, un flot de lumière se déversa dans la pièce : la porte avait été ouverte, et elle reconnut une silhouette familière, celle de Mama. Et puis sa voix retentit dans une pièce comme dans une caverne vide. Et pire que tout, elle s'exprimait en sumérien. Le cerveau de Roxane avait enregistré cette information sous la forme suivante : danger, tu vas te faire engueuler, tu vas souffrir, et après... Après elle ne savait pas.

"Roxane ! Bon sang !" Elle s'était agenouillée auprès d'elle, dans son corps d'homme d'emprunt. Avec une aisance déconcertante, elle l'avait retournée, et s'était assise au sol. Elle posa la tête de Roxane sur une de ses cuisses. Elle lui mit une petite claque. Roxane cligna des yeux lentement. C'est quoi ça ?! Tu vas avoir des gros ennuis... Dès que tu seras sur pied. Mais regarde toi ! Qu'est-ce que tu as fait ?! Non, tais toi, ne dis rien, j'vais avoir envie d'te frapper. Même si elle avait voulu, Roxane n'aurait rien pu dire."

Mama l'avait soulevé et posé sur le lit. Roxane avait l'impression d'être une sorte de plume. Une plume sale, et vidée de son énergie. Pour elle, elle pesait des tonnes, pour Mama c'était une plume.  Roxane respirait difficilement, et chaque inspiration lui donnait la désagréable sensation de lui arracher une partie de la gorge et des poumons. Mama s'assit à côté d'elle. Elle lui prit les joues entre le pouce et l'index. Roxane grimaça alors que la voix de Mama sifflait froidement à ses oreilles...

"Saib baza aba ite'ente'en ?! Elle avait raison. Personne ne pouvait la calmer, personne ne pouvait lutter contre l'humanité de Roxane. Et elle en avait fait les frais hier. A vouloir être trop humaine, sa nature de succube la faisait violemment souffrir. Puis son ton devint plus calme... Et c'était étrange. Obe... C'était son prénom, oui... Pourquoi l'appelait-elle par son prénom de succube... ...Anur anpa ningalbime'en... Hein ? Son mal de crâne semblait se dissiper petit à petit... Utu'uddata nin bandame'en... Mais qu'est-ce qu'elle voulait dire par là ? Pourquoi lui disait-elle tout ça ?
Pourquoi... Pourquoi tu me dis tout ça ? ... Est-ce que... Est-ce que je vais mourir ?!Elle n'arrivait pas à lui répondre en sumérien. Elle aurait eu l'impression de déclencher quelque chose qu'elle ne désirait pas...
Non, tu ne vas pas mourir... Mais crois-moi quand je te dis que j'aimerais bien te tuer, là, maintenant... Gâche pas ta chance, Rox. Sa tête tournait, mais elle n'avait plus mal. Et ses nausées semblaient se dissiper aussi, lentement. Mama passa son pouce sur les lèvres de Roxane, essuyant du sang lentement. Elle ne comprenait pas bien ce qui se passait. Mais elle se sentait mieux. Elle ne pourrait sans doute pas se lever, mais elle ne cracherait pu de sang en tout cas.
De quoi... De quoi tu parles ? Mama ?
Dis moi quelle place j'occupe dans notre monde.
Tu... Tu t'occupes de recadrer les déviantes...
Ouais, on va dire ça. Et toi, tu sers à quoi ? C'était sans doute la meilleure question qu'elle aurait pu lui poser, là, maintenant, après cette soirée de folie, de vomis, de fuite et de trahison. Vraiment. Elle sentit un poids lourd sur son torse, elle avait l'impression qu'elle avait été percutée par un hummer... Elle commença à pleurer.
Je... Je ne sais... Je sers à rien... Elle reçut une gifle tellement violente que sa tête se retrouva face à sa lampe de chevet sur sa gauche alors qu'elle regardait Mama sur sa droite...
T'es vraiment conne parfois. Roxane tourna sa tête lentement vers Mama. Elle voulait dormir. Elle voulait disparaître. Elle n'avait rien à répondre. Oui, elle était conne parfois. Oui. Conne, naïve... Mama se leva, ne lui jetant aucun regard au passage. Roxane se retrouva seule, à fixer son plafond, la pièce éclairée uniquement par la lumière qui provenait de la cuisine en face de sa chambre. Elle aurait voulu que ce soit la nuit. Elle aurait voulu pouvoir se changer, redevenir elle-même. Elle aurait voulu être dans le noir complet, pour avoir l'impression de flotter dans un monde qui n'était ni humain, ni celui des succubes. Elle voulait un no man's land et un no succubus' land pour elle toute seule. Mama revint. Je t'ai fait couler un bain chaud. Et ne discute pas."

Une fois dans l'eau du bain, elle se sentait mieux. Elle qui détestait par-dessus tout prendre des bains chauds, là, elle s'y sentait très bien. Ce bain était brûlant pourtant. Mais ça lui faisait l'effet d'un cocon.
To be continued...
Revenir en haut Aller en bas
https://detroit-monsters.forumactif.fr/t842-being-a-virgin-doesn-t-make-you-a-saint#8534 https://detroit-monsters.forumactif.fr/t1073-a-virgin-succubus-please#10468
 
Virginity can be lost by a thought, I guess ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Détroit Monsters :: ADMINISTRATION :: Personnage :: Fiches d'évolution-

Nos partenaires
Logo 88*31Logo 88*31468,60.pngsgVirginity can be lost by a thought, I guess ? 1453056025-88-31